logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/04/2017

ILS FLIPPENT... ILS FLIPPENT ... ILS FLIPPENT !

17862589_1308226822586974_7485758892126055437_n.jpg

 

ça y est... MELENCHON ARRIVE ! alors on tape, on cogne, on fait peur, on ment, on gesticule.

Tant qu'il était en 4ème position d'après les sondages publiés,

ils reconnaissaient son talent d'orateur, son calme, etc...

mais aujourd'hui qu'il grimpe, talonne ou dépasse certainement,

on crie au grand méchant loup.

on parle de son programme "anticapitaliste"

Qui ? EUX ! Les bandits, les voleurs de vie et voleurs tout court.

 

17862589_1308226822586974_7485758892126055437_n.jpg

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/03/17/comment-melenchon-veut-instaurer-un-salaire-maximum-des-patrons

Que font donc ces gens pour mériter de tels salaires ?»

Retour en 2017 avec un Mélenchon, qui n’a pas changé de ligne depuis cinq ans. «Les inégalités ont explosé ces dernières années. Les revenus des dirigeants des grandes entreprises sont chaque fois un peu plus indécents. Que font donc ces gens pour mériter de tels salaires ? N’y a-t-il pas moyen de faire le travail de meilleure façon et pour moins cher ? Bien sûr que si ! Les actionnaires ont montré qu’ils ne voulaient pas limiter les rémunérations des grands patrons. La loi doit donc le faire !» justifie-t-il sans son livre-programme l’Avenir en commun.

Le chef de file de la France insoumise propose donc de limiter l’écart de 1 à 20 entre le salaire le plus bas et le salaire le plus haut dans une entreprise.

«Les gens ne sont pas fous. Ils voient bien quand celui d’en haut s’en fout plein les fouilles, c’est qu’il y a quelque chose qui n’est pas normal. Qu’un jour ou l’autre, il va se sauver avec sa retraite dorée. […] Et surtout arrêter cette histoire de fou : il ne faut pas une échelle plus grande que de 1 à 20. Et encore on est gentils. Parce que les entreprises de l’économie sociale et solidaire, c’est de 1 à 7. On pourrait dire de 1 à 7. D’ailleurs, peut-être qu’on fera de 1 à 7», a même avancé Mélenchon en octobre à Lille, sous les applaudissements du public. 

De quoi faire partir les dirigeants d’entreprises à l’étranger ? «Ça ne servirait strictement à rien, rétorque le candidat, qui propose, comme en 2012, d’imposer les Français expatriés pour éviter l’évasion fiscale. Les personnes qui s’enfuiraient, cela ne leur servirait à rien car l’impôt deviendrait universel dans notre législation : quand on est Français […], on paie ses impôts dans le pays où on est, et ensuite on déclare au fisc ce qu’on a payé. Et si on devait payer davantage en France, on paiera la part qu’on doit à la France.

 

17862589_1308226822586974_7485758892126055437_n.jpg

ILS FLIPPENT ! ILS FLIPPENT CES MALHONNETES

qui ne veulent pas participer à l'impôt dans leur pays comme nous tous !

C'EST BON SIGNE !

NE RATONS PAS CE RENDEZ-VOUS UNIQUE...

IL NE SE PRESENTERA PAS DEUX FOIS.

NOUS LES INSOUMIS ON SAIT POURQUOI ON VOTERA MELENCHON

ON A LU AUSSI SON PROGRAMME

ET IL NOUS VA BIEN

17862589_1308226822586974_7485758892126055437_n.jpg

 

La France est le pays d'Europe qui compte le plus de millionnaires (plus de deux millions de personnes). Conséquences : la pauvreté gagne du terrain, le chômage se généralise, l'État se disloque, les services publics reculent. Comment sortir de cette spirale ?

L'appauvrissement des classes moyennes et les misères du peuple n'ont rien de fatal. Notre pays n'a jamais été aussi riche. Il est donc temps de se donner les moyens de partager la charge de travail nécessaire.

Protégeons de la finance les salariés et la production en France. Révolutionnons les impôts pour que tout le monde paye, et que chacun le fasse selon ses moyens réels.

Jean-Luc Mélenchon

Refuser le chantage à la dette publique

L'argent existe pour vivre mieux. La France n'a jamais été aussi riche de son histoire. La dette n'est pas un problème. Son montant est tout à fait supportable une fois ramené à sa durée de vie réelle : plus de sept ans. Mais l'état a été volontairement appauvri par des cadeaux fiscaux aux plus fortunés, à la finance et aux grands groupes. Certains ont même gagné deux fois : ils ont pu prêter à l'État les impôts épargnés et empocher au passage des intérêts ! Ce chantage et ce rançonnage doivent cesser !

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

Faire la révolution fiscale

De l'argent, il y en a. Mais il est capté par les uns au lieu d'être mis au service de l'intérêt général par l'impôt. Le système fiscal est à bout de souffle : injuste, plein de niches et de trous, tel un gruyère. Il doit être entièrement refondé sur des bases claires, lisibles, en appliquant le principe de la progressivité qui veut que plus on gagne d'argent, plus on contribue au bien public.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

 

Terrasser l'évasion et la fraude fiscales

La révolution fiscale n'est possible que si on mène en parallèle une lutte sans merci contre les déserteurs fiscaux. La fraude et l'évasion fiscales représentent un manque à gagner de 80 milliards d'euros pour l'État ! Il faut aller chercher l'argent là où il est !

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

 

Mettre fin au pillage économique de la Nation

Le règne de l'oligarchie est aussi celui du pillage sans limite ni honte des biens publics. Infrastructures, services publics, fleurons industriels ou technologiques, industries de souveraineté : combien de privatisations à vil prix, de partenariats abusifs, d'argent confisqué, voire détourné ?

L'intérêt général doit être défendu et protégé de ses adversaires par la loi et la justice.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

 

Mettre au pas la finance

La finance a mis par terre l'économie réelle en 2008. Elle devait être « l'adversaire » du président sortant. Elle ne s'est jamais aussi bien portée et les revenus des actionnaires n'ont jamais été aussi élevés en France. Notre pays a le record d'Europe du versement de dividendes ! De nouvelles bulles se forment et menacent d'une déflagration encore plus terrible. Il est plus que temps d'agir !

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

 

Définanciariser l'économie réelle

Les financiers étranglent chaque jour les PME et les ménages. Les actionnaires exigent des taux de rendement intenables, obtenus au détriment des droits sociaux et de l'appareil de production. Ils imposent la tyrannie du temps court sur le temps long de l'activité humaine et de l'impératif écologique. Il faut leur reprendre le pouvoir.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :


Vous approuvez et souhaitez voir cette section appliquée ? Alors aidez la France insoumise en soutenant son porte-parole sur le site officiel de la campagne !


 

17862589_1308226822586974_7485758892126055437_n.jpg

Le candidat à la présidentielle a choisi cette lettre grecque pour représenter la France insoumise. Son équipe a souhaité en faire un symbole qui restera.

"Cette France insoumise, FI,
nous la disons en grec, Phi,
par affection pour ceux qui nous ont appris la démocratie."

08/04/2017

INVITES A ON N'EST PAS COUCHE CE SOIR

je n'aime pas les chroniqueurs, mais pour écouter le candidat des INSOUMIS, J.Luc MELENCHON,

je serai devant mon poste.

ONPC : les invités de Laurent Ruquier ce samedi 8 avril

Par  Journaliste Le TVMag.com Publié le

Samedi soir, dans On n’est pas couché , Laurent Ruquier, Yann Moix et Vanessa Burggraff vous donnent rendez-vous sur France 2 pour débattre des temps forts de l’actualité de la semaine.

 

Voici la liste des personnalités invitées pour l’émission diffusée ce samedi 8 avril:

Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle de 2017 «La France insoumise» (FI).

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2017.

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière à l’élection présidentielle de 2017.

Sophie Davant, pour son livre Il est temps de choisir sa vie! aux éditions Albin Michel.

Mamane & Antoine Gouy, pour le film Bienvenue au Gondwana réalisé par Mamane.

Tété, pour son album Les Chroniques de Pierrot Lunaire sortie le 7 octobre.

REMUNERATION ECOEURENTE pour LE PDG D'AIR FRANCE

Jean-Marc Janaillac a touché 91 472 euros par mois en 2016.

Un demi-million, 548 834 euros, entre juillet et décembre. Soit la bagatelle de 91 472 euros par mois pour le nouveau PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac. La rémunération est inscrite sur le document de référence déposé par le groupe auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Tout comme celle des membres du comité exécutif du groupe aérien franco-néerlandais (Comex), qui, selon ce même document consulté par l’AFP, s’élève à 6,6 millions d’euros, contre 5,6 millions en 2015. Un montant nettement plus élevé que celui annoncé par la direction en mars dernier. Alors en pleine négociation salariale, les syndicats avaient dénoncé une hausse de leurs revenus de plus de 41 % en 2016, à la suite du montant global communiqué pendant le comité d’entreprise de 4,8 millions d’euros pour 2016, contre 3,4 millions l’année précédente. La direction avait immédiatement tenu à minorer cette somme, en invoquant une « mauvaise imputation comptable » qui « fausse la comparaison, conduisant aux chiffres d’augmentation qui ont ému les représentants du personnel et certainement beaucoup de salariés qui en ont pris connaissance » et a annoncé alors une progression de 17,6 % de la rémunération de son comité exécutif en 2016, soit 4 millions d’euros, contre 3,4 millions un an auparavant. « Quand bien même les membres du comité exécutif s’augmenteraient de “seulement 17,6 %” (…) il s’agirait alors – pour être cohérents – d’appliquer cette augmentation à tous les salariés de l’entreprise », avait réagi la CGT dans un communiqué, alors que les salariés « n’ont pas été augmentés depuis cinq ans, ont perdu des acquis en nombre (congés, temps de travail, ancienneté, nouvelle grille d’emplois et de rémunération…) », avait précisé la CGT.

Et ce, sans compter les nouveaux efforts de productivité exigés par la direction de 7,5 % sur cinq ans.

Pour apaiser les esprits, la direction promet de lester la rémunération du Comex de 10 % en 2017.

Journaliste à la rubrique social-économie
 
 

ELECTIONS 2017 - REFUGIES : INFO OU INTOX ?

https://www.amnesty.fr/actualites/info-ou-intox

 

Capture ELECTION 2017 AMNESTY.JPG

Nous vous invitons le 15 avril à une journée de mobilisation et de partage du guide de décryptage « info ou intox » sur les restrictions des libertés menées au nom de la sécurité et la question de l’accueil des réfugiés.

Dernière date avant le silence radio réglementaire avant de voter, le samedi 15 avril 2017 est une dernière occasion de rappeler nos messages.

 

Capture réfugiés 3.JPG

 

La majorité des réfugiés ne sont pas en Europe

La guerre, les persécutions, les violences ont forcé plus de 20 millions de personnes à fuir leur pays. 86 % ont trouvé refuge dans des régions en développement, dotées de peu de moyens pour les accueillir dignement. Les pays riches, dont la France, se sont défaussés de leur responsabilité.

Pour en finir avec la crise de l’accueil des personnes réfugiées, il faut combiner plusieurs réponses :

oeuvrer pour mettre fin aux conflits ou aux violences qui forcent des personnes à fuir

assurer un accueil digne de ces personnes dans les pays où elles sont réfugiées

permettre aux personnes réfugiées de rejoindre, en sécurité, un autre pays où reconstruire leur vie.

 

Capture réfugiés.JPG

Les personnes réfugiées cherchent à reconstruire leur vie en sécurité

Les personnes réfugiées fuient les menaces, la persécution, les guerres et la terreur. Leur refuser l’entrée et l’asile, c’est les condamner à rester sous le joug de la terreur et de la tyrannie. La sécurité des sociétés d’accueil est sérieusement prise en compte dans les textes relatifs aux réfugié.e.s.

Lorsqu’une personne représente une menace grave pour la société, elle n’est pas reconnue réfugiée. Quand les personnes réfugiées sollicitent l’asile, elles demandent juste ce que nous voudrions à leur place : reconstruire leur vie, voir grandir leurs enfants, sans avoir peur de ce qui peut leur arriver.

Capture réfugiés 2.JPG

Si elle le veut, la France peut mieux accueillir plus de réfugié.e.s

Certes, les premiers temps, l’accueil des personnes réfugiées représente un coût. Il s’agit de leur permettre de vivre dignement le temps de se remettre d’aplomb et d’apprendre le français pour faire partie de la société. La France, 6ème puissance mondiale, a les moyens d’assumer son obligation juridique d’accueillir des réfugié.e.s. Cet accueil se prévoit et s’anticipe. Il est ici question de volonté politique, qui manque fondamentalement aujourd’hui.

 

ELECTIONS 2017 - SECURITE : INFO OU INTOX ?

https://www.amnesty.fr/actualites/info-ou-intox

Capture ELECTION 2017 AMNESTY.JPG

 

Nous vous invitons le 15 avril à une journée de mobilisation et de partage du guide de décryptage « info ou intox » sur les restrictions des libertés menées au nom de la sécurité et la question de l’accueil des réfugiés.

Dernière date avant le silence radio réglementaire avant de voter, le samedi 15 avril 2017 est une dernière occasion de rappeler nos messages.

Capture Etat d'ugence 3.JPG

État d’urgence, sécurité, libertés, réfugiés, terrorisme

Chaque jour, Amnesty International se mobilise dans le monde pour défendre et protéger les droits humains. En France, les élections présidentielle et législatives de 2017 requièrent notre mobilisation.

Plusieurs programmes et discours électoraux remettent en cause des droits fondamentaux, sous prétexte qu’ils seraient un luxe en temps de crise ou d’insécurité. Au nom de la sécurité, les personnes réfugiées et migrantes, les Roms, les musulmans… font office de boucs émissaires et subissent des discriminations et des violations flagrantes de leurs droits. Les libertés d’expression et de manifestation, la présomption d’innocence sont attaquées. Le droit d’asile est remis en question et un accueil digne pour les réfugié.e.s semble devenu impossible…

Pourtant, l’histoire et l’actualité le montrent : le respect des droits humains de tous est la condition d’une société libre et juste dans laquelle chacun peut vivre en sécurité et dans le respect de sa dignité.

Dans ce contexte dangereux pour nos droits, ce guide va vous aider à démonter certaines intox véhiculées dans le débat électoral, sur deux grands sujets : l’état d’urgence, et la crise de l’accueil des réfugié.e.s.

 

Capture Etat d'ugence 3.JPG

L'état d'urgence n'est pas efficace sur la durée

Depuis le 13 novembre 2015, l’état d’urgence a été prolongé 5 fois. L’État a bien sûr le devoir de protéger la population. Mais des responsables de la lutte contre le terrorisme ont eux-mêmes convenu que l’état d’urgence n’était nécessaire que durant quelques semaines après les premiers attentats. De plus, avec une vingtaine de lois antiterroristes votées en 30 ans, la France dispose d’un arsenal qui donne des pouvoirs d’action déjà extrêmement larges à la justice, à la police et aux services de renseignement.

Depuis plus d’un an, 7 253 mesures ont été prises dans le cadre de l’état d’urgence : perquisitions, assignations à résidence, fouilles de véhicules sans autorisation judiciaire se sont multipliées, épuisant les forces de police sur de très nombreuses fausses pistes, pour de faibles résultats comparés.

 

De novembre 2015 à novembre 2016, l’état d’urgence a permis l’ouverture de 20 enquêtes judiciaires pour des faits en relation avec une entreprise terroriste, contre 196 qui ont été ouvertes par la justice anti-terroriste dans le cadre des moyens habituels.

7 253 mesures ont été prises dans le cadre de l’état d’urgence, aboutissant à 20 enquêtes pour infraction à cararactère terroriste, soit 0,3% des mesures

Capture SECURITE 2.JPG

L'état d'urgence bouleverse des vies

4 348 perquisitions de nuit, 629 assignations à résidence, 2 276 contrôles d’identité et de véhicule*… les milliers de personnes visées n’avaient, dans 99,7% des cas, aucun lien démontré avec des intentions ou actions terroristes.

Les conséquences sont nombreuses pour les personnes visées : traumatismes durables, y compris pour des enfants, impossibilité de travailler ou d’avoir une vie sociale et familiale normale, stigmatisation…

Ces mesures sont disproportionnées, souvent arbitraires et parfois discriminatoires, certaines personnes ayant été visées uniquement en raison de leur pratique religieuse. Ces mesures ont aussi servi à restreindre le droit de manifester : de la COP21 aux mobilisations contre la loi travail, l’état d’urgence a permis d’interdire des dizaines de manifestations et d’empêcher des centaines de personnes de manifester.

Mon père souffre de problèmes cardiaques, il venait de sortir de l’hôpital. Les policiers ont forcé la porte d’entrée, sans sonner, ils ont fait irruption dans l’appartement, ont commencé à crier et ont menotté mon père et ma soeur. Mon père ne se sentait pas bien et au bout de quelques minutes, il a perdu connaissance. Ils ont dû appeler une ambulance. Il était terrifié et pleurait beaucoup lorsque nous lui rendions visite à l’hôpital les premiers jours.”

Capture SECURITE.JPG

L'état d'urgence menace nos droits

Dans le cadre de l’état d’urgence, « toute personne dont le comportement est susceptible de représenter une menace pour l’ordre public » est concernée. Ce ne sont donc plus les actes mais les comportements qui sont désormais suspects, ce qui ouvre la voie à des mesures arbitraires.Des droits, comme celui de s’exprimer et de manifester librement, ou de voir sa vie privée respectée, d’aller et venir, sont attaqués. L’autorité judiciaire est écartée au profit de mesures de police préventive basées sur des soupçons, pas sur des preuves. Des garanties essentielles de la démocratie sont aussi menacées : la présomption d’innocence, le droit à une procédure équitable, la possibilité de dénoncer les mesures dont on s’estime victime, le contrôle de la police par la justice…

L’état d’urgence place les citoyens dans un état d’insécurité face à un État de plus en plus fort, sans garde-fous ni contre-pouvoirs suffisants. Il doit être par nature exceptionnel et de courte durée. Sa pérennisation compromet l’état de droit, et... la sécurité de tous.

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique