logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/03/2015

DECAPITES A LA HACHE

 http://www.espacemanager.com/le-ministre-israelien-des-ae-veut-decapiter-la-hache-les-arabes-israeliens.html

Le ministre israélien des AE veut «décapiter à la hache» les Arabes israéliens...

Le ministre israélien des Affaires étrangères a tenu des propos choquants à l’encontre de la population arabe israélienne, lors d’un rassemblement électoral.

Tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à Israël devraient «être décapités à la hache», a déclaré Avigdor Lieberman. Lors d’un meeting avec ses électeurs, dans la ville de Herzliya, au nord de Tel Aviv, le ministre des Affaires étrangères n’a pas hésité à partager sa position, pour le moins radicale.

«Ceux qui sont de notre côté méritent beaucoup, mais ceux qui sont contre nous méritent de se faire décapiter à la hache», a-t-il affirmé face à son auditoire, rapporte le site d’information Newsweek.

Le ministre a même estimé qu’il n’y a «aucune raison qu’Umm al-Fahm» (la troisième ville arabe du pays) «fasse partie d’Israël». Pour lui, la communauté arabe n’a aucunement sa place sur le territoire. «J’ai tendance à vouloir faire don au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas des Arabes qui brandissent le drapeau noir le jour de la nakba. Ce serait avec plaisir.»

Le jour de la «nakba» (désastre, en arabe) fait référence à l’exode de milliers de Palestiniens après l’indépendance d’Israël et leur retour en terres palestiniennes. L’événement est commémoré par des rassemblements à travers la Cisjordanie, la bande de Gaza mais aussi dans certaines villes israéliennes.

Pour Ron Gilran, vice-président du Conseil de risque géopolitique, le Levantine Group, basé à Tel Aviv, ces déclarations sont un moyen pour Lieberman et son parti nationaliste de droite, l’Israël Beiteinou, de récolter des voix avant les élections. «L’électeur instruit sait que c’est une tentative de gagner le soutien du peuple», explique-t-il à Newsweek.



Ce n’est pas la première fois que Lieberman fait parler de lui avec des propos discriminants. En novembre dernier, il faisait part de sa volonté d’offrir de l’argent aux citoyens arabes israéliens – qui représentent 20% de la population israélienne – afin qu’ils acceptent de s’installer en terres palestiniennes si un Etat est créé. Le ministre soutient une position radicale à l’encontre de tous ceux qui trahiraient son Etat. Il estime même qu’une condamnation à mort est nécessaire pour tous ceux qui dénonceraient les politiques israéliennes à l’encontre des Palestiniens.

Les élections législatives israéliennes sont prévues le 17 mars. Le Premier ministre actuel Benyamin Nétanyahou est grandement concurrencé par le parti d’opposition, l’Union sioniste, dirigé par Isaac Herzog et Tzipi Livni.

 

RIRE POUR NE PAS PLEURER... QUELLE MASCARADE !

Il était là, à deux pas de Sarko, à manifester pour la liberté d'expression

avec d'autres voyous

"Je suis Charlie" "Je suis Charlie"

MENTEURS !

album_large_7401634.jpg

J'ai bien envie de le décapiter moi aussi

album_large_7401634.jpg

HOPITAL EN DANGER ... MISE EN GARDE DES R.G.

Pressions budgétaires : les hôpitaux au bord de la crise de nerf

Paris, le mercredi 11 mars 2015 – On le sait, le gouvernement s’est donné il y a un an pour objectif de réaliser 50 milliards d’euros d’économies d’ici 2017. La santé devra largement contribuer à cet effort, puisqu’elle devra répondre de 10 milliards d’économies. Pour atteindre cet objectif, le ministre de la Santé a déjà dévoilé son plan au printemps dernier. Dans les hôpitaux, où sont attendus trois milliards de réduction des dépenses, des réformes structurelles devront être engagées, parallèlement à un déploiement de la chirurgie ambulatoire, à une lutte contre les emplois temporaires ou encore à une amélioration de la pertinence des prescriptions. Lors de la présentation de ces différentes pistes, en avril 2014, beaucoup avaient mis en doute qu’elles puissent, tout au moins aussi rapidement, atteindre l’objectif fixé : pour aboutir à des évolutions aussi complexes que le développement de l’ambulatoire ou la suppression des prescriptions redondantes, il semble en effet que soit nécessaire un peu plus que des incantations.

Dite « optimisation des dépenses de personnel médical », mais pas « suppression de postes »

Cependant, opiniâtre, le ministère de la Santé suit sa feuille de route. Le mois dernier, les patrons des Agences régionales de santé (ARS) ont reçu un document intitulé « Kit de déploiement régional du plan ONDAM à destination des ARS », soit un guide pratique de la meilleure manière de réaliser des économies dans les établissements de santé. La révélation de cette longue instruction de 69 pages par le magazine Challenges la semaine dernière a déjà fait couler beaucoup d’encre.

En s’y reportant, la publication économique affirmait en effet que se préparait la suppression de

22 000 postes pour les trois années à venir à l’hôpital... « S’agissant des établissements de santé, il n’y a pas d’objectif chiffré de réduction des effectifs » écrit le ministère, se montrant cependant assez prudent. Une prudence indispensable selon Libération qui ce lundi réaffirme, en se basant lui aussi sur le fameux « kit », que les suppressions de poste paraissent inéluctables. Il est en effet prévu de réaliser 860 millions d’économies sur la masse salariale entre 2015-2017, masse salariale qui est de fait le premier poste de dépense des hôpitaux. Différentes pistes sont suggérées aux ARS : « mise à plat des protocoles d’aménagement et de réduction du temps de travail (ARTT), réexamen des avantages extrastatutaires ou non conventionnels, optimisation des dépenses de personnel médical, réduction des coûts liés à l’intérim médical » liste le document, cité par Libération. Soit une série d’euphémismes qui semblent cependant assez clairement évoquer aussi des suppressions de poste.

Double discours du ministère : air connu !

Au-delà de cet aspect concernant les effectifs, Libération décrit ce « kit » comme essentiellement technocratique, faisant fi des préoccupations de santé publique et omettant de se montrer concret face à des sujets complexes (telle que l’amélioration de la pertinence de la prescription). Pour la Fédération de l’hospitalisation de France (FHF), cette méthode est inquiétante et regrettable. « On a le sentiment d’un double langage. La ministre nous avait promis que ce serait à chaque région, à chaque établissement de s’adapter. Et là, on voit la technostructure du ministère qui prend le pouvoir » s’inquiète le délégué général de la FHF, Gérard Vincent dans les colonnes de Libération.

Politique toxique

La FHF est loin d’être la seule à nourrir les plus grandes inquiétudes quant à la mise en œuvre de l’objectif de trois milliards d’économies.

Pour de nombreux syndicats, les révélations de Challenge et de Libération ont sonné comme une piqûre de rappel. Ainsi, Avenir Hospitalier fait part de « sa très grande inquiétude » dans un communiqué publié en ce début de semaine. Ne semblant guère douter de la réalité de la pression sur les effectifs, il s’interroge : « Comment allons nous pouvoir répondre aux demandes de soins, si 22 000 postes sont supprimés ? Alors que déjà de nombreux établissements fonctionnent dans des conditions indignes, grâce au recours de médecins intérimaires ». Avenir Hospitalier n’hésite pas par ailleurs à dénoncer « le ridicule des annonces contradictoires entre d’un côté l’argent donné aux établissements qui ont fait des emprunts risqués et douteux et de l’autre des exercices de style sémantiques auxquelles nous ne croyons pas ».

Le ministère de l’Intérieur s’inquiète

Au sein de la CGT Santé également, la nouvelle évocation du plan d’économies a remis le feu aux poudres. Alors que se prépare une journée d’action interprofessionnelle le 9 avril, l’organisation juge que les mesures à venir « vont détruire l’ensemble du système hospitalier public et la Sécurité sociale » et affirment que déjà « les suppressions de lits, de places, d’unités et/ou de services de soins, le manque de personnels formés et qualifiés ne permettent plus aux hôpitaux de répondre aux besoins de la population, ni d’assurer leurs missions de service public ».

A cette colère des syndicats, répond, de fait une tension croissante dans les hôpitaux dont s’inquiète très officiellement une note confidentielle du service central du renseignement territorial révélée par le Parisien hier.

Après la surchauffe liée à l’épidémie de grippe, les équipes hospitalières sont à bout de souffle, observe le ministère de l’Intérieur, qui ne voit guère l’avenir sous un jour favorable. « Compte tenu de la fragilité économique des établissements hospitaliers et des annonces de restrictions budgétaires qui devraient être communiquées dans les prochaines semaines, […] quelques mouvements de protestation pourraient prendre corps » indique la note confidentielle.

Le printemps risque d’être chaud.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Cette note a été adressée à la présidence de la République, au Premier ministre, aux ministères de la Santé et de l’Intérieur.Elle dresse le tableau de l’hôpital français au bord de la crise de nerfs.

http://www.leparisien.fr/economie/hopital-la-mise-en-garde-des-renseignements-generaux-

Hôpital : la mise en garde des renseignements généraux

Une note confidentielle de policiers et de gendarmes du service central du renseignement territorial l'annonce : les urgences hospitalières, saturées, sont au bord de l'implosion sociale.

 

C'est une note confidentielle datée du 5 mars. Elle a été rédigée par le service central du renseignement territorial du ministère de l'Intérieur, constitué de policiers et de gendarmes. Un « état des lieux » des services d'urgences des hôpitaux à « diffusion restreinte ».

 

Il a été adressé aux plus hautes autorités (présidence de la République, Premier ministre, ministères de la Santé et de l'Intérieur) et pourrait bien révéler le prochain gros dossier de la ministre de la Santé.

« Le service des urgences malade d'un engorgement massif », est-il ainsi écrit en tête du premier paragraphe. Au point, précise la note, que « selon les syndicats, ce secteur semble au bord de l'implosion ».

Pas question de salaires, dans cette analyse, mais de la mise en lumière d'une dégradation des conditions de travail qui a déjà fait naître ici et là des mouvements de grève. Le plus souvent, la réduction du nombre de lits — pourtant en nombre élevé en France comparé à nos voisins européens — est évoquée comme contribuant, selon la note, à « saturer les services hospitaliers d'urgence ainsi que les unités d'hospitalisation de courte durée, en particulier avec les patients âgés ».

Ce document, que notre journal s'est procuré, cite ainsi les cas des hôpitaux de Lens (Pas-de-Calais), en grève depuis le 18 février, d'Orléans-la-Source (Loiret), où l'ensemble du personnel paramédical des urgences est en grève illimitée depuis le 1 er mars. Les cas du Mans (Sarthe), de Roanne (Loire) sont également évoqués... Sans compter la saturation des hôpitaux consécutive à la récente épidémie de grippe. A titre d'exemple, dans la région Poitou-Charentes, celle-ci n'a épargné « aucun des hôpitaux, que ce soit à Poitiers, Angoulême, La Rochelle, Niort ou encore Thouars ».

 Et la note de mettre en garde contre un risque social : « Compte tenu de la fragilité économique des établissements hospitaliers et des annonces de restrictions budgétaires, quelques mouvements de protestation pourraient prendre corps. »

08/03/2015

8 MARS / journée revendicative en images

ça a commencé comme ça

 

82769479_o.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11054462_758294467599866_1505391545181189502_n.png

 

 

 

http://www.ugictcgttcl.org/wp-content/uploads/droit-des-femmes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ça continue comme ça  !

ça n'a rien à voir avec la Religion, c'est un prétexte

Pour afficher leur solidarité avec les femmes, des hommes ont revêtu des burqa et ont manifesté jeudi 5 mars dans les rues de Kaboul.

Parmi eux, l'association "Les volontaires pour la paix en Afghanistan".
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150306.OBS4013/afghanistan-des-hommes-defilent-en-burqa-pour-le-droit-des-femmes.html via

Afghanistan : des hommes manifestent en burqa   Crédit Mohammad Fahim Abed / ANADOLU AGENCY

 

http://www.kazeo.com/sites/fr/photos/342/8-mars-journee-mondiale-de-la-femme_3421018-L.jpg

03/03/2015

CONTRE LA PESTE BRUNE ...le temps presse

 

 

Front commun contre la peste brune

Mardi, 3 Mars, 2015
L'Humanité
babouze
 
 
L'éditorial de Maud Vergnol.
 
"Le temps presse pour montrer au grand jour l’imposture
et la schizophrénie du programme du FN,
qui change au gré des impératifs démagogiques de sa présidente."
 

Le visage réjoui de la fifille à papa n’en finit pas de s’afficher en une des quotidiens nationaux. Pas un jour ne passe sans qu’un de ses sinistres sbires relookés par les bancs de l’ENA n’ait droit à son tapis rouge. 
Cette insupportable promotion du Front national, 
qu’elle soit consciente ou non, en dit long du naufrage démocratique qui menace. D’élections en élections, jouant à « cache-cache » avec ceux qui sèment le désespoir, le FN continue de faire illusion et parvient à capter une partie de la colère sociale.

Mais les forces du progrès ne sont pas condamnées à attendre les bras ballants qu’une alliance des droites autoritaires n’arrive au pouvoir dans deux ans. Le temps presse pour montrer au grand jour l’imposture et la schizophrénie du programme du FN, qui change au gré des impératifs démagogiques de sa présidente. Marine Le Pen affirme vouloir libérer la France des marchés financiers ? Pourtant son programme préconise l’aggravation de la règle d’or budgétaire, chère à Nicolas Sarkozy et aux « bureaucrates » de Bruxelles qu’elle feint de pourfendre à tout bout de champ.

La châtelaine de Saint-Cloud prétend être la candidate des plus démunis  ? Mais ses sénateurs n’ont rien trouvé à redire aux coupes budgétaires imposées à l’assurance maladie et aux hôpitaux, ni aux multiples cadeaux du gouvernement aux grandes entreprises.

Quant à ses élus locaux, ils frappent dans les logements et tarifs sociaux, saignent les associations qui font vivre la solidarité au quotidien. La peste brune prétend laver plus blanc que blanc ? Elle est pourtant en passe de détenir le sinistre record d’élus condamnés et mis en examen.

Combien de temps encore laissera-t-on dire à celle qui fréquente les bals autrichiens néonazis être « la garante de la République » ? L’imposture a assez duré.

Les progressistes peuvent faire craquer le vernis social dont se pare l’héritière Le Pen, gardienne du temple financier et garante assumée d’une Ve République agonisante.

 

LA BETE IMMONDE : Michel FUGAIN

 

La bête immonde est une allégorie*** souvent utilisée pour désigner le nazisme, le fascisme, le racisme et l'antisémitisme, ou d'autres idéologies associées à l'extrême droite.

*** allégorie : Expression d'une idée par une métaphore (image, tableau, etc.) animée et continuée par un développement.

 

Auparavant utilisée essentiellement au sens propre, la première occurrence de cette expression comme allégorie du nazisme est attribuée à Bertolt BRECHT, qui écrit en 1941, dans la Résistible Ascension d'Arturo Ui (critique de l'ascension d'Adolf Hitler) :

Chef minable d'une bande de gangsters du Bronx, Arturo Ui parvient à s'imposer par la terreur comme "protecteur" du trust du chou-fleur à Chicago. Il réduit au silence un politicien corrompu, Hindsborough, fait éliminer par Gori (Goering) et Gobbola (Goebbels), ses séides, un homme de main à lui, Roma (Röhm), assassine le patron du trust des légumes de Cicero, la ville voisine, et séduit la veuve de celui-ci, quasiment sur le cercueil de la victime. Le résultat est que l'on vote partout pour lui, tant à Cicero qu'à Chicago.

D'autres crimes et d'autres conquêtes suivront. Rien n'arrêtera Arturo Ui, hormis les peuples, qui finiront par en avoir raison.

"Mais il ne faut pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt : le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde."

  Brecht se propose, sous l'angle théâtral, de documenter,

d'expliquer et d'expliciter toute la fine mécanique d'accession au pouvoir

d'Adolf Hitler, tant en Allemagne qu'en Autriche

 

Pierre PERRET : LA BETE EST REVENUE

Jean FERRAT : J'AI FROID


jean ferrat j'ai froid par windsurferwind

 

BINOME FDG/EELV dans la SARTHE

 

Elections départementales : Dans la Sarthe, le PS critique le binôme FDG/EELV

 

mardi 24 février 2015

 

Réponse de Gilles LEPROUST, Maire d’Allonnes, Conseiller général

à Stéphane LE FOLL, porte parole du gouvernement :

A plusieurs reprises ce week-end et sur différents médias, le ministre de l’agriculture, commentant les candidatures Front de Gauche/Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à l’occasion des élections départementales, a regretté l’absence d’union à gauche en Sarthe en ajoutant « je pense que le FN va être très haut ». (voir le Maine libre de samedi).

C’est une crainte que nous partageons, comme toutes celles et ceux qui sont attachés à nos principes républicains. Mais, contrairement à Stéphane Le Foll, nous pensons qu’il faut s’interroger sur les raisons de ce constat.

Le fort niveau électoral du F.N est dû à une grave crise de la politique, de sa représentation, au non respect des engagements pris devant les électeurs et au manque cruel de perspective.

Cela est particulièrement vrai depuis 2012. Alors que François Hollande avait fait une campagne s’attaquant à la finance, 2 ans et demi plus tard, les électeurs constatent que les cadeaux sans contrepartie aux grandes entreprises (comme avec le Crédit Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi – le fameux C.I.C.E) ne cessent d’augmenter et avec eux, le chômage, les inégalités et la mal-vie. Car ces cadeaux, qui plombent le redressement des comptes publics, ont la particularité d’être sans aucun effet positif !

Tout récemment, le passage en force par le 1er ministre de la loi Macron, et les propos méprisants de ce ministre à l’égard des chômeurs (« si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord ») en rajoutent à cette confusion et au dégoût d’un grand nombre de nos concitoyens. Décidément, l’ex-banquier Macron ne connaît rien à la vie des chômeurs.

Comment s’étonner de cette situation et de ses conséquences dramatiques pour la vie démocratique de notre pays ? Aussi, s’attaquer au FN exige impérativement de rompre avec l’austérité comme seul horizon, d’avoir le courage de s’attaquer à l’Argent-Roi, de redonner du sens au vivre-ensemble.

Concernant la diversité des candidatures à gauche, le porte parole du gouvernement oublie ses propres errements en la matière. Je lui rappellerai deux épisodes allonnais : au 1er tour de l’élection municipale de 2008, utilisant le départ d’Yvon LUBY, le PS local choisit de briser le rassemblement à gauche qui prévaut depuis 1977. Il décide, soutenu par le secrétaire départemental d’alors – un certain Stéphane LE FOLL – de présenter une liste de division et refuse de répondre à la proposition des communistes de se rassembler dès le 1er tour.

Mal lui en prend car les électeurs sanctionnent cette attitude. Aux élections cantonales de 2004, le candidat socialiste face à Yvon LUBY, conseiller général sortant, n’est autre que Stéphane LE FOLL. A cette élection aussi, les communistes, porteurs d’une démarche de rassemblement à gauche, arrivent en tête.

Pour ces départementales 2014, nous serons, une nouvelle fois, dans une démarche de rassemblement de celles et ceux qui, à gauche, refusent l’austérité d’où qu’elle vienne et souhaitent une autre politique. Il n’y a pas de bonne austérité UMP, ni de bonne austérité PS.

Ce qui motive le Front de Gauche, c’est la réponse aux attentes et aux besoins des Sarthois-es.

Cela exige d’avoir le courage de proposer une alternative de gauche, pour une Sarthe citoyenne, éarcologique et solidaire.

Dans le canton Le Mans VII (ex canton d’Allonnes) nous sommes bien décidés à faire vivre le dicton « jamais deux sans trois » et ainsi de réélire au Conseil départemental un élu Front de Gauche et élire une élue EELV.

Allonnes, le 23 février 2015

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique