logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/03/2015

BINOME FDG/EELV dans la SARTHE

 

Elections départementales : Dans la Sarthe, le PS critique le binôme FDG/EELV

 

mardi 24 février 2015

 

Réponse de Gilles LEPROUST, Maire d’Allonnes, Conseiller général

à Stéphane LE FOLL, porte parole du gouvernement :

A plusieurs reprises ce week-end et sur différents médias, le ministre de l’agriculture, commentant les candidatures Front de Gauche/Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à l’occasion des élections départementales, a regretté l’absence d’union à gauche en Sarthe en ajoutant « je pense que le FN va être très haut ». (voir le Maine libre de samedi).

C’est une crainte que nous partageons, comme toutes celles et ceux qui sont attachés à nos principes républicains. Mais, contrairement à Stéphane Le Foll, nous pensons qu’il faut s’interroger sur les raisons de ce constat.

Le fort niveau électoral du F.N est dû à une grave crise de la politique, de sa représentation, au non respect des engagements pris devant les électeurs et au manque cruel de perspective.

Cela est particulièrement vrai depuis 2012. Alors que François Hollande avait fait une campagne s’attaquant à la finance, 2 ans et demi plus tard, les électeurs constatent que les cadeaux sans contrepartie aux grandes entreprises (comme avec le Crédit Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi – le fameux C.I.C.E) ne cessent d’augmenter et avec eux, le chômage, les inégalités et la mal-vie. Car ces cadeaux, qui plombent le redressement des comptes publics, ont la particularité d’être sans aucun effet positif !

Tout récemment, le passage en force par le 1er ministre de la loi Macron, et les propos méprisants de ce ministre à l’égard des chômeurs (« si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord ») en rajoutent à cette confusion et au dégoût d’un grand nombre de nos concitoyens. Décidément, l’ex-banquier Macron ne connaît rien à la vie des chômeurs.

Comment s’étonner de cette situation et de ses conséquences dramatiques pour la vie démocratique de notre pays ? Aussi, s’attaquer au FN exige impérativement de rompre avec l’austérité comme seul horizon, d’avoir le courage de s’attaquer à l’Argent-Roi, de redonner du sens au vivre-ensemble.

Concernant la diversité des candidatures à gauche, le porte parole du gouvernement oublie ses propres errements en la matière. Je lui rappellerai deux épisodes allonnais : au 1er tour de l’élection municipale de 2008, utilisant le départ d’Yvon LUBY, le PS local choisit de briser le rassemblement à gauche qui prévaut depuis 1977. Il décide, soutenu par le secrétaire départemental d’alors – un certain Stéphane LE FOLL – de présenter une liste de division et refuse de répondre à la proposition des communistes de se rassembler dès le 1er tour.

Mal lui en prend car les électeurs sanctionnent cette attitude. Aux élections cantonales de 2004, le candidat socialiste face à Yvon LUBY, conseiller général sortant, n’est autre que Stéphane LE FOLL. A cette élection aussi, les communistes, porteurs d’une démarche de rassemblement à gauche, arrivent en tête.

Pour ces départementales 2014, nous serons, une nouvelle fois, dans une démarche de rassemblement de celles et ceux qui, à gauche, refusent l’austérité d’où qu’elle vienne et souhaitent une autre politique. Il n’y a pas de bonne austérité UMP, ni de bonne austérité PS.

Ce qui motive le Front de Gauche, c’est la réponse aux attentes et aux besoins des Sarthois-es.

Cela exige d’avoir le courage de proposer une alternative de gauche, pour une Sarthe citoyenne, éarcologique et solidaire.

Dans le canton Le Mans VII (ex canton d’Allonnes) nous sommes bien décidés à faire vivre le dicton « jamais deux sans trois » et ainsi de réélire au Conseil départemental un élu Front de Gauche et élire une élue EELV.

Allonnes, le 23 février 2015

 

27/02/2015

U.J.R.E. GRANDIR APRES LA SHOAH

 Réseau école du Parti communiste français

Expo du 2 au 27 mars - Grandir après la Shoah

A l’occasion du 70e anniversaire de la Libération des camps, l'Espace Niemeyer (Paris, 19e) et le Musée de l'Histoire vivante de Montreuil vous présentent ...

Grandir après la Shoah,
dessins d'enfants dans les foyers,
patronages et colonies de vacances de l'UJRE (1945-1951)

Une exposition de dessins d’enfants juifs accueillis aux lendemains de la guerre dans les foyers (à Montreuil, Le Raincy, Andrésy, etc.), les patronages et les colonies de vacances de l'Union des juifs pour la Résistance et l'entraide (UJRE).

L'UJRE est née dans la clandestinité en 1943 pour coordonner l'action résistante des juifs communistes et notamment le sauvetage des enfants. Avec la libération de la France, puis le retour de la paix, elle continua son action notamment dans le domaine social et prit en charge des enfants et des adolescents dans le cadre de sa Commission centrale de l'enfance (CCE) qu'elle créé en 1945.

A travers les dessins et récits, cette exposition donne à voir certains aspects de la vie des enfants dans les foyers et colonies de vacances. On y comprend également la prégnance du contexte de l'après-guerre au prisme de la culture communiste. Les enfants sont sensibilisés à la lutte anti-fasciste, aux mouvements pour la paix, aux récits de la Résistance et de ses héros. Émergent des bribes de récits d'histoires personnelles en rapport avec la guerre et la répression.

Ces dessins disent enfin certains aspects de l'état d'esprit de ces enfants empreints de traumatismes ; l'expression artistique permettait d'accéder un peu plus à la vie intérieure des enfants, à leurs inquiétudes, leurs joies, leurs interrogations.

Conjointement à cette exposition, un ouvrage de Serge Wolikow et Isabelle Lassignardie intitulé Grandir après la Shoah.

L'histoire méconnue de ces juifs communistes qui accueillirent des enfants de déportés, publié aux Éditions de l'Atelier, livre un éclairage critique et documenté sur l'UJRE, ses actions et principaux acteurs, ainsi que sur l'approche pédagogique développée en direction des enfants.

Inauguration le mardi 3 mars à 18h30 merci de vous inscrie à grandirapreslashoah@mailoo.org

Du 2 au 27 mars 2015 à l'Espace Oscar Niemeyer
2 place du Colonel Fabien 75019 Paris - Metro l.2 Colonel Fabien
Entrée libre du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00

Du 8 avril au 30 juin au Musée de l'Histoire vivante
31 boulevard Théophile Sueur 93100 Montreuil - Metro l.9 Mairie de Montreuil puis bus 122 arrêt Parc Montreau

 

*

*

Je suis allée fouiller sur le Net à la rencontre de l'UJRE

Qu'est-ce ?

L’UJRE, issue du mouvement de résistance « Solidarité » naît en 1943,

dans la clandestinité,

dans et par la Résistance à l’occupant nazi.

Communiqué de l’UJRE : INACCEPTABLE INGERENCE

vendredi 16 janvier 2015 par UJRE

Après les assassinats dirigés contre la liberté d’expression à Charlie Hebdo, après les assassinats antisémites de l’hyper cacher de la porte de Vincennes à Paris, la journée du 11 janvier 2015 a été un moment de sursaut national, de protestation et de solidarité, ce dont l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) ne peut que se réjouir.

C’est ce moment qu’a choisi le Premier ministre israélien, présent à Paris, pour appeler les juifs de France à rejoindre Israël. En leur proposant ainsi de déserter le combat pour les libertés et la démocratie en France, ce dirigeant, responsable encore tout récemment de milliers de morts civils dans la bande de Gaza, a pratiqué une inacceptable ingérence dans les affaires françaises.

Rappelons que depuis que la Révolution de 1789 a permis aux juifs d’accéder à la citoyenneté, ils ont toujours bénéficié des progrès de la démocratie. Quand celle-ci était compromise, ils ont su la défendre, comme ce fut le cas dès 1939 puis sous Pétain.

L’UJRE s’élève avec force contre les propos de Benjamin Netanyahou.

C’est en France que l’UJRE est résolue à mener le combat pour les valeurs démocratiques, la laïcité, le progrès social et l’émancipation de tous les peuples.

UJRE

Paris, le 14 janvier 2015

**

Et de l'U.J.R.E. à l'U.J.F.P. il n'y a qu'un pas

*

 ww.ujfp.org

 

ujre,shoah,exposition,dessins enfants juifs

 

Israël contre les Juifs

jeudi 19 février 2015 par Pierre Stambul

C’est un refrain bien établi. Vous critiquez Israël et le sionisme ? Vous êtes antisémite ! Un Juif français veut pouvoir « vivre son judaïsme » ? On l’invite à faire son « alyah » et à apporter sa pierre à la colonisation de la Palestine.


On essaie de nous marteler que l’histoire des Juifs s’est achevée et qu’Israël en est l’aboutissement. Israël fonctionne comme un effaceur de l’histoire, de la mémoire, des langues, des traditions et des identités juives. La politique israélienne n’est pas seulement criminelle contre le peuple palestinien. Elle se prétend l’héritière de l’histoire juive alors qu’elle la travestit et la trahit. Elle met sciemment en danger les Juifs, où qu’ils se trouvent. Et elle les transforme en robots sommés de justifier l’injustifiable

Retour sur un passé récent


L’histoire des Juifs français n’a strictement rien à voir avec Israël. Régulièrement spoliés, massacrés ou expulsés par différents rois très chrétiens, les Juifs ont acquis la citoyenneté française avec l’Abbé Grégoire pendant la Révolution. Ces deux derniers siècles ont été marqués par une quête de la citoyenneté et de l’égalité des droits. L’affaire Dreyfus a révélé que, si une partie de la société française était antisémite, une autre partie, finalement majoritaire, considérait que l’acquittement et la réhabilitation de Dreyfus étaient l’objectif de tous ceux qui étaient épris de liberté et refusaient le racisme. L’histoire des Juifs français a été marquée par leur participation importante à la résistance contre le nazisme et le régime de Vichy, puis par l’engagement de nombre d’entre eux dans des luttes progressistes et/ou anticoloniales.

Les intellectuels juifs de cette époque s’appelaient Raymond Aubrac, Marc Bloch, Laurent Schwartz, Pierre Vidal-Naquet, Stéphane Hessel. C’était une époque où beaucoup de Juifs pensaient que leur propre émancipation passait par celle de tou-te-s. C’était une époque où le racisme, le fascisme et la haine de l’autre étaient considérés comme des abjections à combattre. Les enfants juifs allaient à l’école publique, jamais il ne leur serait venu à l’idée de se séparer des autres dans des écoles confessionnelles.


On s’efforce aujourd’hui en Israël d’effacer l’histoire des Juifs dans les différents pays où ils ont vécu. Si les Juifs ont longtemps été considérés par les antisémites en Europe comme des parias inassimilables et s’ils ont été persécutés parce qu’ils constituaient un obstacle aux nationalismes fous qui rêvaient de sociétés ethniquement pures, ils n’ont jamais recherché la séparation mais au contraire l’insertion à l’intérieur des sociétés dans lesquels ils vivaient....

 

 J'ai compris !

J'ai des amis juifs et je sais ce qu'ils ressentent,  ce qu'ils pensent de moi

quand je suis en profond désaccord

avec eux sur certains sujets sensibles comme GAZA par exemple

ou sur les récentes déclarations du représentant du CRIF

Moi une antisémite ? la fille d'un Juste.

De lire ce très bon article m'a permis de comprendre leur état d'esprit

Au nom de l'amitié, je ne me tairai pas, même si j'ai peine à leur faire de la peine

car je les aime .. mais ça bloque quelquefois !

***

Ils devraient s'interroger sur le pourquoi du désamour à leur égard ! Justement pour ces raisons-là...

Vous critiquez Israël et le sionisme ? Vous êtes antisémite !

Communiqué de l’UJFP : Le piège tendu aux Juifs de France le 15-01-2015

15 janvier 2015
info document : PDF
295.1 ko
 
 

26/02/2015

ENRICHISSEZ-VOUS ! MOTUS ET BOUCHE COUSUE pour les délinquants en col blanc

« Ayez envie devenir milliardaires »

« enrichissez vous »

vive « le secret des affaires »

 

 

Le discours du ministre Macron, c’est le désert des idéaux dans lequel meurt l’espoir et naissent de dangereux scorpions comme ceux qui tuent les Charlie.

 

Comment peut on se moquer ainsi de la jeunesse ? La priver de tout idéal alors qu’elle est déjà privée d’emploi ? La moquer en lui proposant de s’enrichir alors que les patrons la cantonnent exprès, pour des raisons politiques et nullement économiques, de 19 à 29 ans, dans des stages et des CDD ?

 


Devenez milliardaires ! Il y a 78 milliardaires en France, le record d‘Europe.  Deux d’entre eux possèdent plus que 20 millions de Français.  Il est impossible d’être à la fois milliardaire et honnête : parce que pour posséder tant d’argent il faut avoir exploité, surexploité, volé le travail des autres, spéculé avec, triché, fraudé, accumulé, écrasé, sinon c’est impossible. Le travail n’enrichit personne, c’est l’exploitation du travail des autres qui enrichit. Et pour s’enrichir au point d’être milliardaires il faut  avoir pillé abusivement des milliers de travailleurs pendant des générations !

 

Et puis, en sus, au passage,  Macron nous dit de  réaliser un autre « idéal » vendre triomphalement des « Rafale » aux sinistres dictateurs égyptiens qui massacrent leur peuple révolté et assassinent des femmes seules dans la rue. C’est sur que la jeunesse va sentir l’apartheid plutôt que d’être fascinée par « l’Argent » de Zola et les Rougon-Macron.

 

Regardez les Mathieu Pigasse et Pierre Bergé qui tempêtent contre le fait que deux de leurs journalistes du Monde participent à « offshoreleaks » et révèlent l’ampleur de la fraude fiscale. Ils ne parlent pas de « Luxleaks » ni de Jean-Claude Juncker, Cahuzac puissance 10000, patron de l’Europe, qui blanchit depuis 30 ans au Luxembourg, l’argent de 340 multinationales, dont 58 françaises, nous prenant chaque année 100 milliards dans les caisses ainsi vidées de la République. La mise en place d’une «commission d’enquête » du Parlement européen est empêchée.

Les Offshore Leaks (littéralement « fuites extraterritoriales », en référence à WikiLeaks) sont une série de fuites d'informations relatives aux paradis fiscaux et à leur utilisation à des fins de fraude fiscale et de blanchiment d'argent à travers le monde.

 

 

Forcément, le ministre Macron a tenté de faire passer un article de loi sur « le secret des affaires » et la « punition » de ceux qui contribuaient à le lever.  A peine deux ans après Cahuzac ou l’on nous avait fait le coup de la « transparence »,  Macron a tenté de faire le forcing pour le coup de l’opacité légale.

 

Sur 80 milliards de fraude fiscale « officielle » reconnue par Bercy, le ministre du budget ne vise officiellement à faire rentrer que 2 milliards en tout et pour tout en 2014. Alors quil baisse le budget de nos besoins sociaux de 50 milliards pour verser 41 milliards au Medef.

 

Le simple fait que la fraude fiscale estimée en Europe atteigne un tel niveau devrait faire la «une » de tous les médias pendant des semaines. Il s’agit d’argent volé, détourné, enlevé aux peuples, aux salariés par les banques spéculateurs, actionnaires. Pour la simple Grèce, l’oligarchie, 1 % de sa population les armateurs, a «planqué » 400 milliards en Suisse, plus que la « dette » qui lui est indignement exigée.

 

Avec cette somme retrouvée, identifiée, car on sait tout d’elle, où elle est, à qui elle est, dans le moindre centime, on peut la pourchasser, on peut la rattraper, on peut la récupérer, la question de la prétendue « dette » est réglée, la « crise » est finie, tous nos pays redeviennent officiellement riches, les budgets sont en équilibre, on peut relancer l’économie, refaire de l’emploi en masse, instaurer les 32 h, augmenter les salaires.

 

« La délinquance financière la République vous rattrapera » s’écriait François Hollande au Bourget !

 

Quand Lagarde et Le Pen hurlent toutes deux, ensemble : « une dette est une dette » à propos de la Grèce, hé bien non, ces deux dames de l’establishment défendent leurs amis banquiers respectifs ! Refusant de s’en prendre aux banquiers, elles s’en prennent forcément aux peuples.

 

Car c’est entre le mensonge et la lumière, entre les banquiers d’HSBC, du Luxembourg, des iles Caïman ou Jersey … et nous que tout se joue : il existe 600 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux, le double du budget de l’état. Tout est là.

 

Il suffit d’embaucher 2000 inspecteurs des impôts, des centaines d’informaticiens, de faire un pont d’or aux journalistes d’offshore-leaks, de prendre les mesures légales pour traquer la fraude, et d’avoir la volonté politique d’affronter l’oligarchie, les 1 %, les 58 sociétés qui trichent… Il suffit d’être de gauche, de vouloir lutter  contre la misère le chômage et les inégalités.

EMBAUCHE des enfants de 14 à 18 ans : décret en préparation = recul des protections

 

... "Je vais vous le dire parce que vous ne le savez pas : il y a un décret absolument monstrueux qui se prépare depuis le 2 février, pour faciliter, paraît-il, l’embauche des enfants de 14 à 18 ans.

La commission générale du Coct (Conseil d’Orientation sur les Conditions de Travail) l’a examiné le 2 février 2015 : il s’agit de faire reculer les protections qui sont attachées au travail des enfants.

Car il s’agit de travail des enfants depuis que Villepin a permis l’apprentissage à 14 ans.

Le 15 novembre 2010 à Mulhouse, comme ça, un enfant de 15 ans a été mis dans un pétrin de boulanger pour le nettoyer. Le pétrin s’est remis en marche et le gamin est mort broyé. Le projet de décret vise à supprimer ce qui relève de l’interdiction, de la prévention a priori, et des autorisations préalables avant qu’un enfant puisse travailler – y compris le dimanche et la nuit.

Car vous le savez sans doute, par exemple dans la restauration c’est à coups de gifles, à chaque assiette cassée, à chaque plat avec des traces de doigts, que les commis cuisine et restaurants sont « dressés ».

Vous le savez, un gamin ce n’est pas pareil face à une machine dangereuse ou un risque de chute… alors on a soumis les mineurs à des interdits, à des précautions préalables strictes, à des visites préventives sous contrôle des enseignants, pas des patrons."

 

Tout cela va sauter, il est question « d’information » « d’éducation », « de dérogations allégées » etc… le fameux travail en hauteur, échelles escabeaux, marchepieds, deviendra autorisé « lorsque l’évaluation du risque a établi que ce risque est faible et qu’il s’agit de travaux de courte durée ne présentant pas un caractère répétitif ».

Et hop cela devient ordinaire et incontrôlable !

Vous imaginez l’inspecteur du travail trouvant le jeune en hauteur «  il est là sur cette échelle, depuis peu, et pas pour longtemps, et il a été formé au risque » c’est le contraire, en esprit, en pratique, en droit, de toutes les batailles de prévention, d’obligation de résultats, d’interdiction que nous avons mis des décennies à obtenir.

Je suis personnellement CONTRE le travail des enfants avant 18 ans. Je suis pour l’apprentissage dans des conditions contrôlées sévèrement, plus sévèrement par les maitres d’école pas par les patrons, c’est trop dangereux, malléable, trop sur-exploitable !

Et ce sera la gauche qui fera ainsi que des enfants mourront au travail ? Pour plaire au Medef dont le chantage est insatiable ?

Avec toujours ce même stupide raisonnement qui fait croire que si le patron n’embauche pas c’est à cause de cela , qu’il faut qu’il puisse exploiter, débaucher et maintenant faire courir des risques à des enfants de 14 à 18 ans, comme il veut ?

Soit disant pour développer l’apprentissage… qui stagne par la seule faute et rapacité des patrons… lesquels viennent de prendre 1 600 000 stagiaires, soit un million de plus en dix ans, parce qu’ils ne les paient pas (ou si peu 432 euros, 583 euros en septembre, la loi Chaynesse Khirouni a du limiter à 10 % par entreprise, ce qu’on devrait faire aussi pour les CDD…) parce qu’ils préfèrent ne pas les former pour mieux les exploiter gratuitement, tout comme les travailleurs dits « détachés »,… c’est sans limite tout ça, la logique de la soumission au profit maximum, à la finance…

Y soumettre les enfants c’est une honte de plus !

 

CENSURE ET MANIPULATION télévisuelle

 

 

Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon
Publié le 21 février 2015 par O.P.I.A.M.

Sur son blog, Antoine Léaument a répliqué à la propagande anti-Mélenchon malhonnête et déloyale employée par CANAL+ dans l’émission du 18 février 2014 « La nouvelle édition » : « Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon ».

 

canal plus censure melenchon

Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon

Le 17 février, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de l’émission « Le divan », animée par Marc-Olivier Fogiel. Il y a expliqué qu’il était atteint par l’image agressive que les médias essayaient de faire passer de lui (« l’acide passe sous l’armure ») et a développé une critique des médias. Voici l’extrait concerné :

 

Pour que les choses soient clairement écrites, voici ce que dit Jean-Luc Mélenchon sur le monde des médias :

« Je sais que votre jeu consiste à, sans cesse, planter le clou au même endroit de la croix. Narguer, moquer, parce que je ne suis pas de votre monde. Parce que je ne suis pas né comme vous avec une cuillère d’argent dans la bouche. Parce que je ne passe pas mes vacances avec vous. Parce que je déteste votre monde, ses valeurs de pacotille. Cet univers entier, fait de paraître, m’écœure. »

Le lendemain de l’émission, Canal+ a voulu faire un « debrief » de la séquence. Évidemment, il s’agissait d’un « debrief » entre gens de médias. Mais voilà, problème : il manque tout un bout, peut-être le plus important de la séquence où Jean-Luc Mélenchon développe sa critique. Voici l’extrait concerné à l’émission de Canal+ (voir à partir de 02:10) :

 

Toute la critique sociologique (ou, dit autrement, la critique de classe) a été supprimée de l’extrait. N’apparaissent plus les phrases suivantes :

« Parce que je ne suis pas de votre monde. Parce que je ne suis pas né comme vous avec une cuillère d’argent dans la bouche. Parce que je ne passe pas mes vacances avec vous. »

Ne reste plus que l’extrait suivant :

« Je sais que votre jeu consiste à, sans cesse, planter le clou au même endroit de la croix. Narguer, moquer. Parce que je déteste votre monde, ses valeurs de pacotille. Cet univers entier, fait de paraître, m’écœure. »

Disparue, la critique de classe, pourtant au centre de l’extrait. Ajoutons à cela que la séquence est lancée par Ali Baddou de la manière suivante : « Il reste très très remonté contre les journalistes ». Ajoutons que la séquence est conclue par Ali Baddou de la manière suivante, sourire aux lèvres : « Ça l’écœure ? ». S’ensuit un débat dans lequel une star de plateau quelconque déclare, comme c’est la règle dans le milieu, que l’extrême droite et Mélenchon, c’est tout un et que : « La rhétorique anti-média, l’extrême droite la cultive aussi… cette même heu… ».

Surprise, c’est Nicolas Demorand qui rompt avec la tambouille habituelle et déclare, en réponse à l’autre qui mettait un signe égal entre Mélenchon et Le Pen :

« Pas de la même manière. Pas de la même manière. Il faut faire très attention. Quand on commence à rentrer, avec Jean-Luc Mélenchon, dans la critique des médias… il a une critique des médias très très particulière, qui lui appartient. Moi j’ai fait un débat de deux heures et demie, avec lui, sur « pourquoi je n’aime pas les médias », en substance, et c’est en fait une lecture très précise du capitalisme… on va pas rentrer dans les détails, mais voilà : elle est quand même différente de l’extrême droite. »

Le problème, c’est que « cette lecture très précise du capitalisme » dont parle Demorand, qui est en partie (mais pas seulement) une lecture de classe, Canal+ l’a purement et simplement effacée. Pour faire coller Mélenchon à l’image médiatique habituelle du personnage « très très remonté contre les médias ». Quitte à tricher et à mentir pour faire rentrer le vrai Mélenchon dans le moule que quelques médiacrates ont construit pour lui.

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique