logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/04/2012

1er MAI .... APPEL de la C.G.T.

Après le premier tour de l’élection présidentielle

Vers un puissant 1er mai pour les revendications, le progrès social et la solidarité internationale

mardi 24 avril 2012

Déclaration de la commission exécutive confédérale

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012 fait apparaître notamment :
- une participation importante des électrices et électeurs, manifestant ainsi leur volonté d’intervenir sur les choix structurant leur avenir ;
- un premier désaveu pour le Président sortant, Nicolas Sarkozy, qui n’obtient que 27% des voix ;
- une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale.

Le rejet de la politique antisociale et autoritaire que Nicolas Sarkozy a menée durant 5 ans est massif. Après les mobilisations nombreuses et importantes de 2009 et 2010, les salariés, les retraités et les privés d’emploi ont ainsi confirmé leur refus de payer la facture d’une crise économique dont ils ne sont pas responsables.

La CGT réaffirme ses dix exigences :
- revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux ;
- contrôler les aides publiques aux entreprises ;
- contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements ;
- suppression des exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires ;
- stopper les suppressions d’emplois et rétablir la retraite à 60 ans ;
- développer les politiques publiques et les moyens des services publics ;
- réformer la fiscalité en profondeur ;
- créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits ;
- taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux ;
- mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.

La CGT ne se résout pas au vote pour le Front national de millions d’électeurs, ce qui renforce la place de l’extrême droite dans la vie politique française. Nicolas Sarkozy et sa majorité y auront largement contribué en flattant les thèses de ce parti tout au long du quinquennat. C’est une voie dangereuse pour la cohésion du pays et la recherche de réponses favorables au progrès social.

La CGT continuera son combat contre les idées d’exclusion, du rejet de l’autre, pour le « travailler et vivre ensemble ». Ce combat appelle à la mobilisation de tous les syndicalistes.

Le 6 mai, les salariés sont de nouveau appelés aux urnes. Pour la CGT, au vu du bilan et des projets du Président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux inspirés des exigences patronales.

Battre Nicolas Sarkozy en élisant un nouveau Président de la République est nécessaire. C’est contribuer à créer un contexte plus favorable aux revendications et au progrès social qui nécessiteront toujours des mobilisations syndicales.

C’est réaffirmer la légitimité de l’action syndicale dans un pays démocratique.

C’est ouvrir de nouvelles possibilités pour intervenir dans la vie de l’entreprise et de la cité.

La CGT dénonce la provocation du Président de la République qui vise à détourner et à récupérer le 1er mai par l’annonce d’un rassemblement de ses partisans, à Paris, ce jour-là, sur le thème fallacieux du « vrai travail ». Cette opération n’a d’autre objectif que de diviser les salariés et stigmatiser leurs organisations syndicales.

Dans ce contexte, la CGT appelle l’ensemble des salariés, retraités et privés d’emploi à relever le défi qui est lancé en participant massivement aux manifestations syndicales unitaires du 1er mai :


* pour conforter la place que les réponses aux revendications sociales doivent prendre dans les politiques à venir ;


- pour réaffirmer que la lutte pour le progrès social appelle à la solidarité de l’ensemble des travailleurs, quelles que soient leurs origines, leurs nationalités ou leurs croyances ;


- pour exiger que le progrès social soit placé au cœur des politiques européennes.

 

Montreuil, le 24 avril 2012

*********************************************************************************************************************

*****************

*****************

 

1er mai 2012 : satisfaire les revendications pour le progrès social

Communiqué commun CFDT-CGT-FSU-Solidaires-UNSA

mardi 17 avril 2012

Dans cette période de crise en France et en Europe, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA affirment leur volonté de faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail, une forte journée de mobilisation, de manifestations et d’expressions revendicatives pour :
- faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;
- exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;
- faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme.

Dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et des réformes réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale.

La crise ne peut être le prétexte pour remettre en cause nos systèmes sociaux. Il faut une véritable politique de croissance, prenant en compte les enjeux écologiques, qui passe par l’amélioration du pouvoir d’achat et la création d’emplois.

La pression sur les salaires et l’assouplissement des règles de licenciement ne peuvent que fragiliser la croissance économique.

S’il y a un manque de compétitivité des entreprises, elle est notamment due à la rémunération excessive du capital au détriment de l’investissement dans l’emploi, la formation, la recherche et l’innovation.

En ce 1er mai, nous voulons faire écho aux revendications portées par les salariés dans cette période de crise :

- priorité à l’emploi, en particulier des jeunes, alors que le nombre de chômeurs ne cesse d’augmenter depuis de longs mois et que les restructurations, les licenciements et les fermetures d’entreprises sont le quotidien de nombreux salariés,

- lutte contre la précarité qui touche un nombre croissant de salariés, en particulier jeunes et femmes, et provoque des situations de pauvreté intolérables ;
- la promotion des salaires et du pouvoir d’achat doit être une priorité. Il n’y a aucune raison de laisser les inégalités salariales perdurer, notamment entre les femmes et les hommes.

Nous réaffirmons avec le syndicalisme européen notre opposition à ces politiques et au nouveau traité qui, en faisant l’impasse sur la croissance, ne fera que renforcer l’austérité et la crise.

Nous voulons dans les mobilisations du 1er mai réaffirmer le besoin d’une Europe solidaire affirmant sa dimension sociale, ce qui impose de :

- développer les droits des salariés et assurer des services publics de qualité,

- mettre un terme à la concurrence sociale et fiscale entre pays de l’Union européenne qui tire les garanties des travailleurs vers le bas. Il faut une autre répartition des richesses et mettre un terme à la spéculation financière,

- faire respecter la place et le rôle de la démocratie sociale, de la négociation collective et du dialogue social.

La CFDT, la CGT, la FSU, Solidaires et l’UNSA appellent leurs organisations à se rencontrer dans les territoires pour déterminer les modalités concrètes d’organisation des initiatives et manifestations du 1er mai sur ces objectifs.

Le 16 avril 2012


08/03/2012

L'IDEOLOGIE FASCISTE AU FEMININ

ça ne fait pas de mal de relire ces lignes en ce moment

Mon livre date de 1975, l'époque où avec  mes frisettes à la Angela DAVIS, je militais ardemment au sein de la C.G.T.

pour le droit au  travail des femmes,

l'égalité des salaires,

le temps de vivre qui passait par la réduction du temps de travail,

l'âge de la retraite,

le droit d'avoir ou ne pas avoir d'enfants, de disposer de son corps,

la participation patronale au financement des crèches

*

Si la candidate d'extrême-droite croit pouvoir rayer ces luttes, ces acquis à défendre encore ou à améliorer,

en voulant dérembourser l'IVG et remettre les femmes au foyer en instituant un salaire maternel

(serait-ce à dire que les femmes salariées sont de mauvaises mères, qu'elles ne s'occupent pas de leurs enfants ?

Je crois plutôt qu'elles font deux journées dans une)

elle se met le doigt dans l'oeil

et moi je ne me tromperai pas de bulletin de vote


img310.jpg

 

"Contre la classe ouvrière, ils (les grands patrons) choisissent le sabotage de l'économie, le soutien au fascisme, la capitulation devant Hitler, et ce sont à nouveau les années noires, la répression féroce, la guerre, le désastre de l'invasion nazie et Pétain au pouvoir.

La C.G.T. est dissoute ainsi que la C.F.T.C. et les traîtres à la classe ouvrière reçoivent leur récompense. Bélin, artisan de la dernière scission de 1939, devient ministre du Travail. Une "Charte du travail" entièrement basée sur la collaboration de classes est instaurée.

Dans le sein de la profession, y est-il dit, notamment, la collaboration est la loi nouvelle, obligatoire pour tous".

Que pouvait-il en sortir pour les femmes ?

L'"idéologie" nazie ne pouvait qu'exercer son influence sur le gouvernement français à sa dévotion. Quelle est-elle ? Voilà ce qu'en disait un leader nazi, Gottfried FEDER : "Le Juif nous a volé nos femmes par la démocratie sexuelle. Nous, la jeune génération, nous devons nous lever pour tuer le dragon afin de faire  revivre ce qu'il y a de plus sacré dans le monde : "la femme servante et esclave".

 

"Une belle pouliche" également ?

Ainsi parlait récemment J.Marie LE PEN de sa fille sur la 5 face à Patrick COHEN

et Alessandra SUBLET qui l'a repris


Et de fait, en Allemagne hitlérienne, dès 1933, l'Etat congédie toutes les femmes mariées, y compris les enseignantes, et le Bureau du travail qui règlemente et contrôle l'embauchage privé établit deux principes : pas de double salaire dans un même foyer ; priorité de l'homme sur la femme dans l'attribution d'un emploi et la rétribution.

C'est clair !

En Italie fasciste, Mussolini fixe, lui aussi à la femme sa mission : être gardienne du foyer à la romaine et "donner la première empreinte à la progéniture, que nous désirons nombreuse et robuste. Les générations de pionniers, de soldats, nécessaires à la défense de l 'Empire seront ce que vous les ferez" "Discours aux femmes fascistes, 1937).

Les femmes mariées sont renvoyées des administrations.

Un numerus clausus est imposé pour l'emploi des femmes dans l'administration, et chez les employés (pas plus de 10%°; des allocations familiales spéciales sont créées en 1936 pour les mères restant au foyer.

C'est aussi dans le programme de la fille LE PEN

Pour résorber le chômage, les femmes à la maison.

*

*

"NOUS, MARECHAL DE FRANCE DECRETONS ..."

 

L'Etat français, dirigé par PETAIN, ne pouvait être en reste. Le 11 octobre 1940, une "loi" relative au travail féminin était promulguée selon la règle "démocratique" de l'époque.

"Nous, Maréchal de France, chef de l'Etat français, décrétons :

 

En vue de lutter contre le chômage, le travail féminin est soumis aux dispositions ci-après.

Est provisoirement interdit l'embauchage ou le recrutement de femmes mariées dans les emplois des administrations

Dans un délai de trois mois, des arrêtés fixeront pour chacune des administrations, collectivités ou entreprises, le pourcentage maximum des emplois susceptibles d'être occupés par des personnels féminins.

Tout agent du sexe féminin qui, postérieurement à la publication du présent acte, se démettra de son emploi pour contracter mariage avant sa vingt-huitième année sera mis en disponibilité spéciale.

Les agents placdés dans la disponibilité spéciale cessent d'acquérir des droits à l'avancement et à la retraite. En cas de dissolution de leur mariage, et à l'exclusion du divorce prononcé aux torts exclusifs de la femme (!), ils peuvent, sous réserve de l'art.3, demander leur réintégration.

Les agents mariés de sexe féminin employés dans les administrations ou services visés par l'art.2 et dont le mari subvient aux besoins du ménage, pourront être mis en position de "congé sans solde".

Les agents du sexe féminin bénéficiaires des dispositions de la loi du 14 avril 1924 qui auront cinquante ans d'âge, seront, quelle que soit la durée de leurs services, admis d'office à la retraite.

Les dispositions du présent acte sont applicables aux agents du sexe féminin vivant notoirement en état de concubinage

Une loi ultérieure règlementera l'exercice d'un emploi salarié privé pour les femmes, mariées ou non.

Fait à Vichy, le 11 octobre 1940

Philippe PETAIN

***

*

2 ans plus tard, changement de situation

La Résistance soviétique sur le front de l'Est consomme beaucoup, beaucoup de soldats allemands. Les usines allemandes se vident et il faut les remplacer par des Français :les prisonniers ne suffisent plus, c'est le S.T.O. (Service du Travail Obligatoire). Des ouvriers sont envoyés en allemagne ou prennent le maquis, on a de nouveau besoin des femmes.

"Rien ne doit plus s'opposer à l'emploi des femmes mariées,

mêmes de celles dont le mari peut subvenir aux besoins du ménage"

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

C'est presque caricatural et soulève l'indignation. Mais il serait erroné de penser que ces actes de rejet ou d'utilisation de la main-d'oeuvre féminine -évidemment poussés là au paroxysme- ne sont imputables qu'à l'idéologie et à l'occupation nazies.

Malgré la Libération, malgré les progrès réalisés par l'action des syndicats, on trouvera encore, dans des années plus proches de nous, la tentative du patronat de puiser ou non, selon ses besoins ou la conjoncture économique, dans la réserve que constitue pour lui la main-d'oeuvre féminine, de la rejeter s'il le juge utile à ses intérets.

LE TRAVAIL DES FEMMES

 

img310.jpg

Extrait du livre que j'ai maintes et maintes fois feuilleté depuis 1975

La lucidité des révolutionnaires avec Jules Guesde

"NON, la place de la femme n'est pas plus au foyer qu'ailleurs. Comme celle de l'homme, elle est partout, partout où son activité peut et veut s'employer. Pourquoi, à quel titre l'enfermer, la parquer dans son sexe, transformé -qu'on le veuille ou non- en profession pour ne pas dire en métier ? L'homme aussi, lui, a des fonctions qui répondent à son sexe ; il est mari et père, ce qui ne l'empêche pas d'être médecin, artiste, ouvrier de la main ou du cerveau.

Pourquoi, à quel titre - si épouse ou mère qu'on la veuille-

pour ne pas parler de celles qui ne sont ni l'une ni l'autre

-la femme ne pourrait-elle pas, elle aussi, se manifester socialement, sous la forme qui lui convient ?

"Le mal n'est pas dans le travail, même industriel, de la femme, mais dans le prélèvement, dans la dîme capitaliste, dont le travail féminin, comme et plus que le travail masculin, est aujourd'hui l'objet. Il est encore dans les entraves mises par les moeurs autant que par les lois à l'action sociale de la femme.

"Assurer à la femme, comme à l'homme, le développement intégral et la libre application de ses facultés. Assurer, d'autre part, aux travailleurs, sans distinction de sexe, le produit intégral de leur travail. Là est toute la solution -et elle n'est que là".

Qui a écrit cela ? Jules Guesde en 1898

On reste aujourd'hui confondu d'admiration devant cette analyse rigoureuse, la précision des arguments qui n'ont rien perdu de leur actualité.

.. Jamais aucune féministe, si convaincue et éloquente fût-elle, n'a posé le problème des femmes avec autant de hauteur dans le respect de la dignité de la femme, de l'égalité des sexes, en le situant aussi rigoureusement dans une analyse générale de l'exploitation capitaliste. Mai si l'étude d'un tel texte nous apparaît encore aujourd'hui nécessaire, que dire du niveau moyen de la compréhension de tels problèmes dans la classe ouvrière et l'ensemble de l'opinion à la fin du XIXe siècle ?"

Dans les syndicats, la position des guesdistes était nettement minoritaire."

*****

*

l'auteur : Place au Peuple
Site officiel de la campagne du Front de gauche, www.placeaupeuple2012.fr agrège non seulement les productions des élus, des militants, des sympathisants, mais aussi plus largement des citoyen-ne-s qui tiennent des sites d'information ou des blogs.

Mardi 6 mars 2012, le Front de gauche était en déplacement à Rouen. L’occasion pour Jean-Luc Mélenchon de prévenir à nouveau le Front national qu’il ne pourra pas continuer à instiller son discours haineux sans opposition. Le candidat du Front de gauche a ensuite parlé de la taxation des plus riches, critiquant l’accumulation des richesses par une infime minorité au détriment du plus grand nombre.

A l'avant-veille de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, il a aussi rappelé les combats menés et progrès à venir pour l’égalité femmes-hommes.

Il a enfin évoqué la future VIe République et la reprise de la Bastille le 18 mars prochain.

 


Discours de Jean-Luc Mélenchon à Rouen le 6 mars... par PlaceauPeuple

 

 

 

18/02/2012

CGT : EUROPE : IMPOSONS D'AUTRES CHOIX

Pour comprendre et changer le cours des choses
il faut d'abord prendre le temps de s'informer

Capture CGT 1.JPG
Capture CGT 2.JPG
Capture cgt 3.JPG
Capture CGT 4.JPG
Capture CGT 5.JPG
Capture cgt 6.JPG
Capture cgt 7.JPG
Capture CGT8.JPG
Capture cgt9.JPG
LE 29 FEVRIER MOBILISONS-NOUS

TOUS ENSEMBLE ! TOUS ENSEMBLE !

03/02/2012

TROP C'EST TROP ... non à l'austérité

 

Déclaration du Comité Confédéral National des 1er et 2 février
Trop c’est trop, des alternatives existent pour l’emploi et la justice sociale

 

jeudi, 2 février 2012


Le 29 février 2012, ensemble, à l’appel de tous les syndicats d’Europe agissons pour dire non à l’austérité.

Une vaste campagne de culpabilisation se développe. Partout, les salariés s’entendent dire qu’ils coûtent trop cher.


En France, le Président de la République a annoncé deux mesures qui à nouveau vont frapper durement les salariés, les retraités, les privés d’emploi. Après la réforme des retraites de 2010 et les deux plans d’austérité de 2011, il aggrave la situation en voulant augmenter la TVA, l’impôt le plus inégalitaire, diminuant encore le pouvoir d’achat pour le plus grand nombre de salariés.


La Protection sociale serait une nouvelle fois fragilisée.


Il entend instaurer des accords « compétitivité emploi » légalisant ainsi le chantage des employeurs « emploi contre salaires et temps de travail ». Ces accords ouvrent la voie à la remise en cause d’un pilier essentiel du droit social français et du contrat de travail.


Plus globalement, âge de départ à la retraite, durée légale du travail, conventions collectives, procédures de licenciement, salaire minimum, droit de grève, service public et protection sociale… tout devrait passer à la moulinette de la « compétitivité ».


Partout en Europe, les mêmes logiques sont imposées de façon coordonnée. En effet, les chefs d’Etat et de Gouvernement ont décidé de passer un cran supérieur pour instaurer l’austérité.

Ils s’apprêtent à signer un nouveau traité, le 1er mars prochain, élaboré à quelques uns en dehors de toute procédure et consultation démocratique. Il imposerait un carcan budgétaire et économique à des pays déjà durement touchés par le chômage et la récession.


L’austérité s’imposerait à tous encadrant toute négociation au niveau national, sectoriel et d’entreprise et réduisant les capacités d’intervention des organisations syndicales.


Ce traité est contraire à l’Europe sociale à laquelle nous aspirons, il ne ferait qu’alimenter les rejets des solidarités, les replis nationaux, la montée des forces nationalistes et d’extrême droite.


Les syndicats de chaque pays européen réunis dans la Confédération Européenne des Syndicats s’opposent à ce traité.


Ils appellent, ensemble, à agir le mercredi 29 février 2012 à la veille du sommet européen pour dire non à l’austérité et exiger des réponses pour l’emploi et la justice sociale.


Toutes les organisations professionnelles et départementales de

la CGT appellent donc les salariés,

à se mobiliser dans l’unité syndicale la plus large,

à décider de la grève sur les lieux de travail

le 29 février 2012

et à participer aux manifestations interprofessionnelles qui seront organisées sur tout le territoire.

 

Montreuil, le 2 février 2012

Imprimer : Trop c’est trop, des alternatives existent pour l’emploi et la justice sociale 02/02/12 19:02
http://www.cgt.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=38952 Page 1 sur 2
La cgt http://www.cgt.fr/Trop-c-est-trop-des-alternatives.html

 

*****

A GAUCHE QUI VA S'OPPOSER A CE TRAITE ?

LE FRONT DE GAUCHE, c'est sûr !

Parce que le vote utile... pour quoi faire ? Si c'est gérer en douceur et pas en profondeur

C'est le vote futile alors !

C'est mon avis et je le partage, démocratiquement avec moi-même

*

S'INDIGNER C'EST BIEN MAIS AGIR C'EST MIEUX

Allez les Jeunes, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup

*

METTEZ LE BON BULLETIN DANS L'URNE AUX PRESIDENTIELLES ET AUX LEGISLATIVES

Mais pour cela, il faut comprendre les évènements pour agir sur eux

 

img210.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique