logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/03/2016

OUI AU RASSEMBLEMENT POPULAIRE LE 5 JUIN !

Invité de Cpolitique sur France 5 le 13 mars 2016, Jean-Luc Mélenchon a appelé à un « rassemblement populaire », un « défilé des insoumis », le 5 juin à Paris.
 
Il a également présenté ses solutions sur diverses questions qui occupent notre pays : la menace terroriste, le chômage, le nucléaire, l’Europe, la dette.
 
Jean-Luc Mélenchon a détaillé les raisons de sa proposition de candidature hors cadre de partis, qui s’adresse non pas à la « goche » mais à tout le pays.
 
 


« J’appelle à un rassemblement populaire le 5... par lepartidegauche

 

ON LUI CRACHE DESSUS... ON LE DENIGRE...

qui ?

Pas les non-encartés, ça c 'est sûr !

MELENCHON ce n'est pas de l'entre-soi...entre militants.

Il travaille pour tous les citoyens ...

Il veut éduquer, former des cerveaux qui pensent, qui réagissent

pour ne pas subir l'indignation, l'humiliation, l'exploitation.

Oui, il a fait lever les têtes des ouvriers, des salariés, des retraités en 2012... Alors pourquoi pas en 2017 ?

Comme dirait quelqu'un de proche :

mais il existe le candidat de gauche, c'est MELENCHON !

 

Il n'est pas encarté.

**

 

J'ai adhéré au PCF en 1968, j'ai milité, entendu, écouté, vu, subi

ça suffit comme ça de se tortiller pour marcher droit

 

Enfin ! à 73 ans, je me fais plaisir

Je suis en règle avec mes convictions profondes

Je voterai MELENCHON, n'en déplaise à quelques camarades

 OUI IL A ETE FIDELE A SA PAROLE

IL N'A PAS MARCHANDE SES VOIX

 

 

 

08/03/2016

LE 8 MARS, ON FAIT QUOI ?

ob_7f475a_arton42415-f6d79.png

Capture G. SAND.JPG

 

8mars-copie.jpg

ob_0b4f96_jpg-aff-8mars09.jpg

8-Mars-journee-de-la-femme.jpg

ob_bdf3a0_affiche-cgt-8-mars.jpg

ob_e37c59_ob-339525-385px-affichesfic-cgtu-femme.jpg

cropped-cropped-an00338429_001_l1.jpg

24/02/2016

DECHEANCE SOCIALE

 

Communiqué - La loi travail annonce la déchéance sociale des familles des salariés

hollande_valls_loi_travail_detruit_vie_salaries_sjean_luc_melenchon.jpgCrédits photos : ActuaLitté (à g.), Olaf Kosinsky (à d.)

Communiqué du 23 février 2016

La loi travail voulue par François Hollande et présentée par Manuel Valls détruira purement et simplement la vie commune quotidienne d’innombrables familles. Son ignominie est bien montrée par cet article qui retire le droit aux deux jours de pause en cas de décès familial. Le texte prévoit aussi la suppression des onze heures de délai entre deux journées de travail. Rentrer chez soi prendre soin des siens, dormir puis revenir à son poste en moins de onze heures ! Que chacun fasse le compte de ce que cela implique comme genre d’existence. Faudra-t-il amener son sac de couchage au travail ? Le texte revient sur la journée de huit heures acquise depuis Clémenceau, et même sur celle de dix heures acquise depuis 1900 ! Les apprentis devront travailler sans limite horaire particulière. Et ainsi de suite. D’un article de la loi à l’autre c’est une odieuse surenchère d’abus contre la condition quotidienne des salariés et de leurs familles. Pas un emploi ne sera créé de cette façon. Mais les journées harassantes de 10 ou 12 heures ruineront la santé des salariés et abaisseront rapidement leur productivité. Les salariés, les sans-emplois et les personnes hors du circuit du travail salarié paieront tous très cher ce retour à la condition des salariés du 19 ème siècle.

Déjà les syndicats de salariés se disposent pour organiser une action nationale concertée. Formons le vœu qu’ils parviennent à s’accorder pour mobiliser le plus largement. Mais toute la société doit les appuyer. Car toute la société est concernée par ce nouveau cadeau au secteur le plus borné du CAC 40. Toute la société doit pouvoir s’y opposer. Il y a nécessité d’une action de tous, salariés ou non. Pour ma part, je souhaite que soit organisée une marée citoyenne pour obtenir le retrait de la loi. C’est possible, comme le montre la pétition citoyenne en cours. Les syndicats qui ont arraché au fil du temps les acquis sociaux dont nous bénéficions, les partis liés à l’histoire du monde des salariés, les groupements de citoyens, tous unis devraient pouvoir en prendre l’initiative. Ils en ont le pouvoir. J’appelle à se tenir prêt à répondre à leur appel !

 

Le projet de loi travail supprime la durée légale du congé en cas décès d'un proche. Cette loi est inhumaine.

Partagez !

 

Ils sont obscènes, abjects

****

Martine Aubry étrille la réforme du code du travail et la politique de François Hollande

 

CODE DU TRAVAIL - Venant d'une ancienne ministre des Affaires sociales et d'une ex-première secrétaire du Parti socialiste, le tacle est assassin. Dans une tribune cosignée avec plusieurs personnalités, dont Daniel Cohn-Bendit, et parue ce mercredi 24 février dans Le Monde, la maire de Lille Martine Aubry dénonce avec virulence le projet de loi El Khomri sur la réforme du code du travail ainsi que la politique menée depuis deux ans.

"Trop c'est trop!" Jusqu'ici discrète malgré l'incendie provoqué à gauche par ce projet de loi, accusé de "sacrifier" les droits des salariés au nom de la lutte contre le chômage, la dame des 35 heures ne mâche pas ses mots contre "l'affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés".

"Pas ça, pas nous, pas la gauche!"

Facilitation des licenciements, menace de "chantage permanent" à l'emploi dans les entreprises, risque de distorsion de concurrence avec la fin des accords de branche... Pour les auteurs du texte dont la maire de Lille, rien ne va dans la future loi de la ministre du Travail.

"Que le patronat institutionnel porte ces revendications, pourquoi pas, même si elles nous paraissent en décalage avec ce que nous disent les entreprises sur le terrain. Mais qu’elles deviennent les lois de la République, sûrement pas! Pas ça, pas nous, pas la gauche!", dénoncent-ils.

Au-delà de la réforme du code du travail, c'est bien le virage libéralo-sécuritaire de l'exécutif, incarné par Manuel Valls et validé par François Hollande, qui est visé. Les auteurs du texte s'en prennent ainsi au pacte de responsabilité ("pacte avec le Medef qui se révéla un marché de dupes"), le "désolant débat sur la déchéance de nationalité", et "la meurtrissure de l’indécent discours de Munich" de Manuel Valls sur le refus d'accueillir davantage de réfugiés.

Un signal en vue de la primaire?

En apposant sa signature à une tribune cosignée notamment par les frondeurs et les partisans d'une primaire à gauche, Martine Aubry s'engage donc dans le débat présidentiel qui secoue déjà le Parti socialiste. Le frondeur et candidat potentiel, Benoît Hamon, tout comme l'écologiste Yannick Jadot, figurent dans la liste.

Une nouvelle épine dans le pied de François Hollande, qui refuse d'évoquer sa propre candidature, et dans celui de Jean-Christophe Cambadélis, sommé d'organiser des primaires prévues dans les statuts du PS. Un Conseil national, le "parlement" du parti, se réunira le 9 avril prochain pour plancher sur la question.

En attendant, selon La Voix du Nord, la maire de Lille est annoncée ce jeudi à une réunion publique organisée dans sa ville en vue d'organiser une primaire de gauche.

16/10/2015

LA C.G.T. REPREND DU POIL DE LA BETE


Échange entre Francois Hollande et Sebastien... par OuestFranceFR

Capture CGT HOLLANDE.JPG

 
Manif-STX-Hollande par OuestFranceFR

Conférence sociale : la chaise de la CGT restera vide

Par la tribune.fr  |  15/10/2015, 7:51  |  440  mots

La CGT ne sera pas présente. La direction du puissant syndicat a décidé mercredi 14 octobre de boycotter la conférence sociale du lundi 19, notamment en raison des récents événements à Air France.

Cette décision a été prise par la commission exécutive (qui représente direction élargie du syndicat), réunie à Limoges à l'occasion des 120 ans de la centrale. Le secrétaire général de la Confédération générale du travail, Philippe Martinez, ne participera donc pas à la rencontre des partenaires sociaux avec le président François Hollande.

Pas entendue sur ses revendications

La CGT a avancé deux raisons pour expliquer son boycott: le conflit à Air France et "le fait que les organisations  syndicales n'ont pas les moyens de s'exprimer dans la matinée". Au début du mois, elle avait acté sa venue, mais le conflit à Air France, avec les violences commises contre des cadres par quelques salariés le 5 octobre et l'interpellation de plusieurs d'entre eux, a compliqué les relations.

Virginie Gensel, membre de la commission et du bureau confédéral, a rappelé à Reuters que la CGT souhaitait la discussions de certains sujets lundi mais qu'elle n'a pas été entendue. Il s'agissait notamment de la question du temps de travail, des salaires, mais aussi du compte personnel d'activité et de la sécurité sociale professionnelle".

Solidaires sera aussi absent

La CGT avait déjà boycotté la dernière conférence sociale de juillet 2014, comme Force ouvrière, la FSU et Solidaires, arguant du report d'un décret sur la pénibilité. Son numéro un, Thierry Lepaon, avait toutefois pris part à la rencontre autour du chef de l'Etat en début de conférence.

Cette année, Solidaires a décidé aussi de boycotter la journée du 19 octobre. En revanche, les autres syndicats seront là.

 

 

19/09/2015

C.G.T. 23 SEPTEMBRE : POUR LE RESPECT DES LIBERTES SYNDICALES

Accueil  >> Travail  >> Egalité au travail  >> Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales !

Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales !

Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales !

Le 23 septembre 2015 la CGT organise une journée nationale pour le respect des libertés syndicales.

« Casser du militant », briser des élans sociaux, créer des peurs, menacer les Bourses du travail… la répression syndicale reste un des moyens patronal pour freiner le développement du syndicalisme. Ainsi, certains militantes et militants de la CGT, de par leur engagement, sont traités comme des délinquants. Ils sont trainés devant les tribunaux, dans des procédures de plusieurs années. Leur carrière est souvent brisée, leur vie bouleversée, leur famille affectée…

Les affaires judiciaires de Roanne, des « 5 d’EDF-GDF », l’inspectrice du travail à Annecy poursuivie par Tefal, de la Bourse du travail du Blanc-Mesnil, de Chartres, du Havre, de Villefranche-sur-Saône, de la Caisse d’Epargne de l’Ile de France… sont autant de preuves d’une volonté patronale et d’une partie du pouvoir judiciaire, de criminaliser l’action syndicale dans un contexte d’action collective (Grève, manifestation…).

Les sanctions en droit pénal, qui pèsent contre les militants syndicaux, traités comme des « voyous » par le patronat et certains procureurs, sont inadmissibles et n’ont rien à voir avec la réalité du fait syndical !

Pour la CGT, porter atteinte à un militant syndical, c’est porter atteinte à toute la CGT ! La lutte contre la criminalisation de l’action syndicale, s’inscrit dans la démarche générale de la CGT de lutte contre toutes les formes de discrimination.

 

Les mobilisations du 23 septembre 2015

auront lieu partout en France.

 

Dernière mise à jour : 15 septembre 2015

Journée nationale de solidarité et d’actions le 23 septembre

Une grande initiative nationale dans plusieurs villes de France pour les libertés syndicales le 23 septembre 2015. Ce même jour, cinq militants d’ERDF-GRDF comparaîtront au tribunal correctionnel de Paris pour avoir participé à un rassemblement de soutien à une mère célibataire menacée de licenciement. Voir le programme du rassemblement à Paris.

Pour renforcer les libertés syndicales, la CGT demande une audience au ministère de la Justice, pour porter ses exigences :

• Le vote de la loi d’amnistie pour tous les militants syndicalistes et associatifs ;
• de ne pas donner de suites judiciaires aux tentatives patronales de criminaliser de l’action syndicales ;
• De renforcer la protection des militants syndicaux, agissant dans l’intérêt général des salariés dans le cadre d’actions collectives, en modifiant d’une part le Code Pénal et d’autre part, en supprimant le prélèvement d’ADN de tous les militants.

Libertés syndicales : le combat victorieux des 5 de Roanne

Les 5 militants de Roanne ont eux vécu 4 ans de combat judiciaire pour avoir tagué en marge d’une manifestation en 2010. En mai 2014 ils ont obtenu victoire grâce à un soutien d’ampleur. Voici le reportage consacré à leur histoire :

 

 

Capture cgt libertés syndicales.JPG

Capture UD 64.JPG

Capture UD 40.JPG

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique