logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/03/2017

2. PRESIDENTIELLES : Programme de JL MELENCHON 7.8.9.10.11.12

Entre celle qui n'a pas d'autre programme qu'inciter à la haine
Macron le fourre-tout, ramasse miettes de droite, de gauche, du centre et du reste
Fillon le monarque de la droite en ruine
Hamon, le vainqueur de la primaire socialiste, qui a le cul entre deux chaises, la bride sur le cou

IL Y A MELENCHON ET SON PROGRAMME CHIFFRE

Nous proposons un programme, nous proposons une démarche, nous proposons un mouvement, la France insoumise, dans lequel tout le monde est appelé.

Je suis un candidat hors parti, mais je ne suis pas un candidat contre les partis, je suis moi-même membre d’un parti. Mais il faut que tout le monde puisse participer à cette campagne, apporter son intelligence, sa capacité individuelle sans être obligé, jamais, de se soumettre à telle ou telle règle ou bien d’adhérer à telle ou telle organisation partisane, c’est cela ce que nous cherchons à faire, et vous voyez notre force c’est là qu’elle est.

 

 

Récemment mis à jour50.jpg

 

 

15492543_306569526410334_4896065409867585893_n.jpg



La laïcité est attaquée de toutes parts et instrumentalisée par ses adversaires historiques, intégristes religieux et racistes qui veulent aussi en faire un prétexte pour flétrir les musulmans. La laïcité est la condition de la liberté de conscience de chacun, de l'égalité et de la fraternité entre tous les citoyens quelle que soit leur option philosophique ou spirituelle. Elle rend possible une action de l'État au service de l'intérêt général.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

● Étendre le bénéfice de l'application de la loi de 1905 à tout le territoire de la République (abroger le concordat d'Alsace-Moselle et les divers statuts spécifiques en vigueur dans les Outre-mer).

Garantir la liberté de conscience et l'égalité de toutes les options spirituelles devant la loi.

● Combattre tous les communautarismes et l'usage politique des religions.

Refuser les financements publics pour la construction des édifices religieux, des activités cultuelles et des établissements confessionnels.

Refuser de rencontrer d'État à État ceux qui obligent nos ministres femmes à porter des accoutrements contraires à la dignité républicaine.

Interdire la présence de ministres et de préfets aux cérémonies religieuses et refuser le titre de "chanoine de Latran" pour le président de la République.

 

 

 

15589805_309114756155811_4699825527074605163_n.jpg



Il n'y a pas de démocratie possible sans information libre et pluraliste. Nos médias sont bien malades : de l'argent, de la recherche du sensationnalisme et de la tyrannie du buzz.

La révolution citoyenne doit être menée sans faiblesse dans les médias !

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

Faire élire les présidents de France Télévisions et Radio France par le Parlement.

Adopter une loi anti-concentration des médias, protégeant le secteur des intérêts financiers, favorisant la transformation des médias en coopératives de salariés et de lecteurs / auditeurs / téléspectateurs et attribuer des fréquences aux médias locaux et associatifs.

Combattre la "sondocratie" : interdire les sondages dans les jours précédant les élections et adopter la proposition de loi sur les sondages votée à l'unanimité par le Sénat en 2011 et enterrée depuis.

Créer un "Conseil national des médias" à la place du Conseil supérieur de l'audiovisuel pour en faire un véritable contre-pouvoir citoyen garantissant le pluralisme des opinions et des supports, ainsi que la qualité de tous les médias.

Refonder les aides publiques à la presse pour les réserver aux médias d'information et mutualiser les outils de production (imprimeries, serveurs, distribution, etc.).

Protéger les sources et l'indépendance des rédactions à l'égard des pouvoirs économiques et politiques par le renforcement du statut juridique des rédactions et une charte déontologique dans la convention collective.

 

 

 

 

15665874_309117536155533_5717972578720513446_n.jpg



La République est un mot creux si elle ignore les conditions concrètes de la vie des gens. Elle ne peut qu'être sociale. Mais l'impératif écologique exige aussi davantage de la République et une République d'un genre nouveau. La changement climatique menace l'existence de la vie humaine sur la planète.

Tous semblables, nous sommes liés par un intérêts général humain : conserver la biosphère qui rend possible la vie humaine. Il est temps que la République soit écologiste.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

● Constitutionnaliser la règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu'elle peut reconstituer, ni produire plus que ce qu'elle peut supporter.

Protéger les biens communs : l'air, l'eau, l'alimentation, le vivant, la santé, l'énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises. Ils doivent être gérés démocratiquement : le droit de propriété doit être soumis à l'intérêt général, la propriété commune protégée et les services publics développés.

● Constitutionnaliser et rendre effectifs les droits au travail et au logement.

Amnistier les syndicalistes et militants associatifs condamnés pour faits de luttes sociales, écologiques ou pour la défense des libertés, protéger les lanceurs d'alerte et investir les salariés d'une mission d'alerte sociale et environnementale.

 

16640734_339818336418786_4427111748502516375_n.jpg



Comme le disait Jean Jaurès, "la grande Révolution a rendu les Français rois dans la cité et les a laissés serfs dans l'entreprise".

Le contrat de travail étant le seul contrat de subordination dans notre pays, il est temps de faire rentrer la citoyenneté dans l'entreprise.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

● Accorder de nouveaux droits de contrôle aux comités d'entreprise sur les finances de leur entreprise.

● Instaurer le droit pour les salariés à un vote de défiance à l'égard des dirigeants d'entreprise ou des projets stratégiques.

Renforcer le pouvoir d'intervention des salariés contre les licenciements économiques par un droit de veto suspensif des comités d'entreprise.

 

 

 

15578499_309140632819890_7331133377759033059_n.jpg



La justice est rendue "au nom du peuple français". Mais trop souvent, le service public de la justice ne peut assumer cette lourde tâche. Les tribunaux sont en voie de "clochardisation", les moyens humains et financiers manquent pour assurer des délais raisonnables ; les justiciables, comme les professionnels de la justice, sont en droit d'exiger un effort sans précédent.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

● Garantir la protection judiciaire de la jeunesse, la justice des mineurs, la politique de prévention de la délinquance et les sanctions éducatives.

● Mettre fin à la paupérisation de la justice et de l'administration pénitentiaire.

▸ Mettre en oeuvre un plan de recrutement de personnels pour désengorger les tribunaux.
▸ Rénover et construire de nouveaux locaux pour les tribunaux.
▸ Recruter 2000 agents pénitentiaires pour les escortes des détenus.
▸ Mettre fin au tout-carcéral par des peines alternatives à la prison, rénover les prisons pour garantir la dignité humaine, assurer la socialisation des détenus.

● Remplacer les instructions ministérielles au Parquet par des lois d'orientation de la politique pénale, débattues et votées par le Parlement.

● Remplacer le Conseil supérieur de la magistrature par un Conseil supérieur de la justice désigné pour partie par les magistrats et le Parlement, devant lequel il sera responsable.

● Réformer le dualisme juridictionnel en supprimant la fonction juridictionnelle du Conseil d'État et en créant une juridiction suprême commune aux deux ordres de juridictions (fusionnant la Cour de cassation et la fonction juridictionnelle du Conseil d'État).

 

 

15621604_309173152816638_2091052366514660506_n.jpg



La sûreté est un des droits "naturels et imprescriptibles" de l'être humain, selon la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Les odieux attentats commis en France en 2015 et 2016 interrogent : comment protéger la population de meurtres terroristes ? Comment garantir notre liberté dans ce contexte ?
 
En la matière, la surenchère sécuritaire ne protège pas, elle affaiblit et fait le jeu des assaillants. C'est une tout autre politique et une stratégie globale qui sont nécessaires pour vivre en paix.

Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

● Refuser la logique du choc des civilisations et de la "guerre intérieure", sortir des guerres déstabilisatrices et des alliances hypocrites avec les pétromonarchies du Golfe.

● Améliorer la prévention en engageant une stratégie politique pour renforcer les anticorps républicains et supprimer le terreau des communautarismes par plus de République, de laïcité, d'éducation, de justice sociale et d'implication citoyenne.

● Refuser la logique de l'exception pour réaffirmer l'État de droit.

▸ Permettre la sortie de l'état d'urgence à l'initiative du Parlement, état qui ne protège pas mieux.
▸ Faire l'évaluation des lois antiterroristes sécuritaires existantes.
▸ Arrêter progressivement les opérations "Sentinelle" pour confier la sécurité des lieux publics à la police.
▸ Garantir le contrôle par le juge judiciaire des opérations de lutte contre le terrorisme et augmenter les moyens de la justice antiterroriste pour garantir une lutte efficace, durable et respectueuse des droits et des libertés fondamentaux.

● Renforcer le renseignement territorial et humain en revenant sur la fusion de la Direction de la surveillance du territoire (DST) et des renseignements généraux (RG), en privilégiant l'infiltration par rapport au tout-technologique, en renforçant les moyens d'analyse des renseignements collectés, et imposer aux autorités chargées du renseignement de rendre compte devant une commission parlementaire permanente.

● Lutter contre l'embrigadement et soutenir les démarches de signalement par les proches et les programmes de prise en charge des personnes suspectées.

● Instaurer une peine de déchéance des droits civiques en cas de fraude fiscale ou d'activités illicites permettant le financement d'activités terroristes, punir les financements des trafics alimentant les réseaux terroristes et réquisitionner les entreprises qui collaborent avec les agresseurs.
 

TOUT LE PROGRAMME SERA PUBLIE

PERSONNE NE POURRA L'IGNORER

ON POURRA LE COMPARER AUX AUTRES DIVULGUES PAR LES MEDIAS COMPLAISANTS

pour Marine ou Emmanuel

Les médias ont voté

PAS NOUS !

Et on le fera en connaissance de cause

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

10/03/2017

rugby / SAMEDI 11 MARS... Il s'en passe des choses à HABAS !

Samedi  11 mars 2017

L'école de rugby de PHL (Pouillon Habas Labatut)

organise la fête de la Saint Patrick

ce samedi 11 mars au foyer municipal de Habas à 19H30.

Menu : Tartiflette/Salade  - Ragoût de boeuf - Pommes vapeur - Nid d'abeille - Vin - Café

Menu enfant : friand / Ragoût de boeuf - Pommes vapeur - Eclair

Adultes : 10 € / enfant : 5 € (jusqu’à 12 ans)

Capture 

******************************

Samedi  11 mars 2017

En Championnat Territorial Phliponeau et Teulière B

les 2 équipes Junior et Cadet de P H Lse déplacent à Bardos

Coup d'envoi à 14h30 et 16h00

Arbitre équipe cadet : M. Labadie Sébastien du Comité Côte Basque Landes

Arbitre équipe junior : M. Dilly Nicolas du Comité Côte Basque Landes

 

***************************

 

Enregistrer

Enregistrer

08/03/2017

LEUR LUTTE pour leur émancipation NE DATE PAS D'AUJOURD'HUI

Et les mentalités rétrogrades non plus !

 

1832 : GEORGE SAND est une femme !

D'un homme, elle a toutes les apparences : l'allure, le vêtement, le nom, l'indépendance, jusqu'à sa garçonnière du quai Saint-Michel.

Pourtant, celle qui circule dans les salons en redingote et pantalon et signe son roman Lélia George Sand, n'est autre qu'une ravissante jeune femme aux cheveux noirs, Aurore Dudevant, née Dupin.

Fuyant une union mal assortie, elle a laissé son époux dans son château de Nohant et goûte depuis un an les charmes de la bohème parisienne.

Cette femme de lettres est aussi une femme de coeur : elle doit son pseudonyme à son amant, Jules Sandeau, qui a consenti à lui prêter la moitié de son nom.

Mais les journaux n'ont pas été longs à deviner la supercherie : avec ironie, ils ont loué le style viril et délicat de ce premier roman.

 

1833- Lyon 1er octobre

UNE VOIX SOCIALISTE CHEZ LES FEMINISTES

Grande et brune, Eugénie Niboyet est journaliste. Elle sort son premier numéro du Conseiller des femmes, un hebdomadaire pour les bourgeoises et les ouvrières.

Car il faut se battre sur tous les terrains et aider les femmes à sortir de leur condition.

Leur délier l'esprit et le corps !

Elles sauront tout sur la grammaire, la politique, l'économie, la médecine, la littérature et ... la mode !

L'égérie du socialisme et du féminisme ne doute de rien et espère convaincre les timides ménagères ...

 

1837

PETITION POUR L'EGALITE CONJUGALE

La Charte de 1830 a consacré l'égalité de tous les Français et donc de toutes les Françaises.

Mme de Mauchamps, directrice de La Gazette des femmes, vient en conséquence de présenter à la Chambre une pétition visant à obtenir la suppression de l'article 210 du Code civil ainsi rédigé : "La femme doit obéissance à son mari".

Il lui semble illégitime qu'une moitié de la nation soit subordonnée à l'autre.

 

L'article 212 du même Code ne stipule-t-il pas que "les époux se doivent mutuellement secours, fidélité et assistance ?"

On a objecté à Madame de Mauchamps qu'il était nécessaire dans le mariage qu'une volonté s'impose à l'autre, faute de quoi l'attelage tirant dans deux sens opposés risquait fort de verser ...

 

1844 - Nîmes

LA CAMPAGNE FEMINISTE DE FLORA TRISTAN

Flora Tristan continue son voyage de propagande commencé en avril. Elle vient défendre son journal "L'Union ouvrière", dans lequel elle prône l'union des travailleurs, mais se heurte à l'indifférence.

Elle rencontre le poète et boulanger Jean Reboul, qui lui paraît vaniteux. Elle se fait l'apôtre du féminisme, se montre partisan de l'amour libre, du divorce et de l'abolition de l'esclavage.

Ses rencontres avec le clergé la déçoivent : ici elle s'ennuie deux heures chez le président du consistoire protestant, ailleurs elle affronte un évêque hostile.

Epuisée par la fièvre et poursuivie par la police, elle sent sa fin proche.

 

1867 - DURUY CREE DES COLLEGES DE JEUNES FILLES

Riche année pour l'instruction ! La loi du 10 avril sur l'enseignement primaire a déjà imposé, en théorie seulement il est vrai, la gratuité scolaire.

Victor Duruy, ministre de l'Instruction Publique, s'intéresse à présent à l'éducation des jeunes filles. Il a ainsi proposé la fondation de cours secondaires, mais sans financement officiel ni plan d'ensemble.

Certes, des cours de lettres, de sciences, de langues vivantes et d'histoire se sont ouverts dans une quarantaine de villes un peu au hasard et la plupart du temps sans attribution de locaux fixes.

Cette précarité ainsi que l'opposition de l'Eglise, qui détenait jusqu'alors le monopole de l'instruction des filles, ne permettent guère à ce projet de prendre corps.

 

 

1848 - Paris 25 mars

LES VESUVIENNES POUR LA REPUBLIQUE

Elles ont fière allure et les badauds se retournent sur leur passage. Défilant comme de petits soldats, des compagnies de femmes, vêtues d'un pantalon, d'une redingote à épaulettes et coiffées d'un képi, ont envahi les rues.

Le corps militaire des Vésuviennes vient d'être créé par le citoyen Borme Fils. Les demoiselles, âgées de 15 à 30 ans, s'initient au métier des armes et sont divisées en trois groupes : les ouvrières, les vivandières et les infirmières.

Elles vivent dans une communauté à Belleville où elles sont logées, nourries et payées dix francs par mois.

Leur engagement est d'un an.

Hier, elles se sont rendues à l'Hôtel de Ville pour réclamer, dans l'ordre, le droit de vote, le mariage obligatoire et la participation des hommes aux besognes ménagères.

 

1871 - LES FEMMES DANS LA LUTTE

Les femmes ne sont pas les dernières à jouer un rôle actif dans la Commune. Institutrices, blanchisseuses, lingères, femmes du peuple excédées par leur condition misérable, elles sont des milliers à vouloir se battre jusqu'au bout. Souvent, elles agissent alors que les hommes discutent.

Actives dès le début de la guerre, on les voit maintenant sur les barricades elles soignent, organisent le ravitaillement, remplacent parfois les combattants.

Dans les clubs, elles viennent entendre Louise Michel, Paule Mink, André Léo ou Elisabeth Dimitrieff. Cette aristocrate russe de 20 ans, fille illégitime d'un officier et d'une infirmière et membre de l'Internationale, demande la gestion des ateliers par les ouvrières et l'application de la formule

"A TRAVAIL EGAL, SALAIRE EGAL".

146 ans plus tard, même revendication

 

1880

UNE FEMINISTE FAIT LA GREVE DE L'IMPOT

Hubertine Auclert veut que les femmes votent, et elle le fait savoir... par la grève de l'impôt.

Elle proclame que le terme de "Français" qui désigne les hommes et les femmes quand il s'agit de payer, doit avoir le même sens quand il s'agit de voter.

L'audacieuse qui, depuis 1876, veut attirer l'attention sur les droits politiques des femmes, a réussi aujourd'hui à attirer celle ... des huissiers. Les députés resteront-ils longtemps sourds à de tels arguments ??

 

OUI ASSEZ LONGTEMPS !

 

1880

Louise MICHEL de retour de la déportation

Malgré le quadrillage policier du quartier, une foule nombreuse se presse à la gare Saint-Lazare pour accueillir Louise Michel qui revient de déportation. Pendant son absence, la militante est devenue le symbole de la Commune.

Envoyée au bagne en Nouvelle-Calédonie en 1873, avec ses compagnons de lutte, elle attendit sept ans l'amnistie générale, refusant la mesure de grâce exceptionnelle que ses amis, réunis en comités, cherchaient à obtenir pour elle.

 

Dès le premier jour, elle demanda à être traitée comme les hommes et consacra son temps à l'éducation des Kanaks qui l'adoptèrent.

Ces dures années n'ont entamé en rien sa fougue révolutionnaire et elle compte reprendre rapidement son action.

 

UN LYCEE DE JEUNES FILLES A MONTPELLIER

Le bâtiment est entouré d'un parc et derrière ses murs, les externes et les internes portent des jupes et des cheveux longs.

Pour la première fois en France, on vient d'ouvrir un lycée de jeunes filles. Les élus de la ville ont appliqué la loi votée en décembre 1880 en faveur de l'enseignement secondaire de jeunes filles.

Cette réforme est due à Camille Sée, député républicain et ami de Jules Ferry.

Mais cette ouverture ne va pas sans restrictions ; il n'est pas question d'initier ces demoiselles à la philosophie ou au latin. Et leur diplôme de fin d'études ne sera pas l'équivalent du baccalauréat.

 

 IL Y AURA BIEN D'AUTRES  LUTTES ..

LA LISTE EST LONGUE !

 

04/03/2017

TELE-SONDAGES-CIMENT LAFARGE .... Atmosphère, atmosphère ///

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

CAR DES INSOUMIS POUR LA MANIF A PARIS DU 18 MARS

Dax

Dax – Car insoumis

60,00

En stock

Catégorie :

Description du produit

Départ Aller : 17/03/2017 à 23h30 – Adresse à définir –40100 DAX

Arrivée Aller : 18/03/2017 vers 10h30 – Adresse à définir – PARIS

Départ Retour : 18/03/2017 à 19h30 – Adresse à définir – PARIS

Arrivée Retour: 19/03/2017 vers 06h30 – Adresse à définir – 40100 DAX

 

Les heures et lieux exacts de départ vous seront communiqués ultérieurement par e-mail et seront modifiés ici-même dés que possible.

Le tarif indiqué comprend l’aller et le retour en car. Le lieu de dépose se fera à proximité de la Bastille, lieu de rendez-vous pour la marche du 18 mars.

Nous rappelons que les paiements par chèques ne seront plus pris en compte à compter du lundi 13 mars inclus.

ATTENTION :

NOUS VOUS CONSEILLONS ET VOUS REMERCIONS DE BIEN VOULOIR RÉSERVEZ VOTRE PLACE DE CAR AVANT LE 11 MARS 2017 POUR ETRE SUR-E-S D’AVOIR UNE PLACE A BORD D’UN CAR INSOUMIS.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique