Les élevages d'oies et de canards de dix-huit départements du sud-ouest vont être vidés lundi, afin d'endiguer l'épizootie de grippe aviaire. Une mise en quarantaine qui inquiète les producteurs de foie gras.

L'interdiction temporaire d'installer de nouveaux palmipèdes dans les élevages entre en vigueur lundi dans toute l'Aquitaine, le Midi-Pyrénées, la Corrèze, la Haute-Vienne, ainsi que certaines communes de l'Aude, du Cantal et de Charente. Sont en effet concernés les huit départements où des foyers de grippe aviaire ont été détectés, mais également les départements limitrophes susceptibles d'avoir été touchés.

Selon le ministère de l'Agriculture, le gel de la production doit permettre de réaliser un "vide sanitaire" dans quelque 4 000 élevages. En clair, les éleveurs pourront certes commercialiser les volailles en cours d'élevage, mais devront ensuite laisser leurs bâtiments vides pendant au moins quatre semaines, le temps d'assainir les lieux.

Pour les autres espèces de volailles (poules, dindes, pintades), les préfets pourront interdire la mise en place de nouveaux animaux dans les élevages ne pouvant prouver que les procédures sanitaires prévues (nettoyage, désinfection, vide sanitaire) ont été respectées.

 

 

 

Une aide financière pour les producteurs de foie gras ?

Inquiets, les producteurs de foie gras ont estimé que ces mesures leur coûteront entre 250 et 300 millions d'euros. Du jamais vu pour les éleveurs du sud-ouest, qui ont jugé que "des indemnisations de l’État seront indispensables" pour compenser la perte.

La grippe aviaire, qui n'avait plus été repérée en France depuis 2007, est réapparue en Dordogne fin novembre. A ce jour, 69 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène ont été découverts dans l'Hexagone. A noter que le virus n'est pas transmissible à l'homme, selon les premières analyses révélées mi-décembre par l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), et que la consommation de volaille, oeufs et foie gras ne présente aucun risque.

Un élevage de canards , le 10 décembre 2015, dans une ferme de Benesse-Maremne (Landes). [IROZ GAIZKA / AFP/Archives]

Un élevage de canards , le 10 décembre 2015, dans une ferme de Benesse-Maremne (Landes). [IROZ GAIZKA / AFP/Archives]