logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/04/2017

LES DROITS DE L'HOMME DANS LE PROGRAMME DE J.LUC MELENCHON

 

Capture JLM LIBERTES.JPG

Aujourd'hui J.L MELENCHON a de sérieuses chances d'être au second tour .
Forcément les grands patrons de la finance et de l'industrie sont morts de trouille à l'idée de devoir partager un peu de la galette .
Une propagande anti JLM dans les medias qui leur appartient se met en place, plus virulente que jamais .
Mensonges , calomnies et désinformations sont de mises .
Les medias nous mentent.

Il est bon de rétablir quelques vérités face à l'intox 

 

Capture ZIEGLER.JPG

Jean-Luc Mélenchon, 40 ans de lutte pour les droits humains – #JLMDésintox

dans Actus, Pas de question sans réponse ! - #JLMDesintox

Certains éditocrates attaquent Jean-Luc Mélenchon sur une supposée complaisance vis-à-vis des dictatures. François Hollande le premier. Ils oublient bien vite que de nombreuses associations et ONG indépendantes, telles que Amnesty international, les avocats du Barreau de Paris ou Greenpeace se reconnaissent dans son programme.

Mais il est temps de mettre fin à ces calomnies ! Voici une partie des engagements de Jean-Luc Mélenchon pour les droits humains et fondamentaux, tout au long de sa vie militante.

« C’est miraculeux que le combat pour les droits de l’homme soit incarné dans un programme à l’élection. » – Jean Ziegler #FeuilleDeRouteFi

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 19 avril 2017

 

Loin des attaques infondées complaisamment relayées par une certaine presse, il existe quand même des journalistes qui reconnaissent la violence et la grossièreté du procédé. Il est d’ailleurs étonnant de constater le changement d’avis du parti médiatique. Alors que dans les années 1990, Le Monde dépeignait Jean-Luc Mélenchon comme un «habitué des plaidoiries en faveur des droits de l’homme» (18/11/1993, p.11), il est devenu la cible prioritaire d’une éditocratie en panique !

Capture JLM LIBERTES.JPG

1980 – 2010 : un parcours internationaliste pour les droits humains

● Dans sa jeunesse, Jean-Luc Mélenchon s’implique dans les luttes pour la libération des dissidents soviétiques, notamment Louli Daniel, Andreï Siniavski et Nathan Sharansky pour lesquels il rédige et fait circuler nombre de pétitions.

● Le 19 mars 1987, Jean-Luc Mélenchon intervient auprès du ministère des affaires sociales et de l’emploi pour étendre aux parents d’enfants algériens les droits de tous les parents de nationalité étrangère.

● Le 9 décembre 1987, Jean-Luc Mélenchon défend au Sénat les militants kanaks victimes de la répression du gouvernement de Jacques Chirac en Nouvelle Calédonie. A la tribune, il accuse : « sous votre gouvernement, au nom du peuple français, sept assassins, qui avaient dressé une embuscade pour accomplir leur forfait, ont été reconnus en état de légitime défense et acquittés » (9 décembre).

● Le 11 novembre 1988, le président argentin Raul Alfonsin (qui a rétabli les libertés après la dictature) remet à Jean-Luc Mélenchon la médaille de Grand officier de l’ordre de mai au mérite, par le décret 1951/88. Il le décore ainsi pour sa contribution à la lutte contre la dictature, son accueil des réfugiés politiques et son engagement pour sortir des geôles certaines personnes condamnées.

● Le 4 octobre 1990, Jean-Luc Mélenchon s’inquiète auprès du ministère des départements et territoires d’outre-mer des projets d’expulsion de ressortissants wallisiens et futuniens du territoire de Nouvelle-Calédonie en raison de leurs opinions politiques.

● Le 24 janvier 1991, Jean-Luc Mélenchon attire l’attention du ministère de l’intérieur sur les milliers de membres de la communauté d’origine indienne de Madagascar menacés d’apatridie, et appelle à leur faciliter l’accès à la nationalité française.

● Le 6 mai 1993, Jean-Luc Mélenchon interpelle le ministère des affaires étrangères sur la campagne de terreur en vigueur au Togo.

● Le 3 octobre 1996, Jean-Luc Mélenchon tente d’obtenir la libération de la journaliste nigériane Chris Anyanwu, emprisonnée arbitrairement, en intercédant auprès du ministère des affaires étrangères.

● Le 14 novembre 1996, Jean-Luc Mélenchon presse le ministère des affaires étrangères d’agir contre les exactions massives en cours au Soudan.

● Toujours le 14 novembre 1996, Jean-Luc Mélenchon demande la suppression de l’obligation de résidence conditionnant l’accès à une interruption volontaire de grossesse pour toute femme étrangère qui en fait la demande.

● Le 8 avril 1999, Jean-Luc Mélenchon interpelle le gouvernement sur les violences exercées contre des parlementaires partout dans le monde (300 à l’époque, d’après les estimations de l’Union interparlementaire), et demande un engagement de la France.

● Le 3 juin 1999, Jean-Luc Mélenchon tente d’obtenir une pression accrue sur le gouvernement étasunien, qui condamne à mort des délinquants mineurs en dépit de ses obligations internationales.

● Le 16 avril 2000, Jean-Luc Mélenchon appelle à aider l’Éthiopie, en proie à la famine, suite à la « dictature communiste de Mengistu » et à la guerre contre l’Erythrée.

● Le 30 décembre 2006, Jean-Luc Mélenchon condamne l’application de la peine de mort par les États-Unis d’Amérique en Irak, lors de l’exécution de Saddam Hussein. Il dénonce « un acte honteux pour le gouvernement des États-Unis et un terrible recul pour les valeurs de justice au nom desquelles ce meurtre prétend avoir été commis. »

● Le 15 décembre 2009, Jean-Luc Mélenchon signe une tribune avec Daniel Cohn-Bendit, afin de protester contre l’expulsion de migrants Afghans vers leur pays d’origine.

● Le 15 Juillet 2009, Jean-Luc Mélenchon dénonce le coup d’État contre le président du Honduras démocratiquement élu, et les violences des putschistes, devant le parlement européen.

● Le 3 février 2010, Jean-Luc Mélenchon signe une résolution pour l’aide à Haïti après le tremblement de terre.

2010 – 2017 : pour la paix et libertés, contre les dictateurs

● Le 3 février 2010, Jean-Luc Mélenchon participe à l’interpellation orale du Parlement européen sur le retard dans la fermeture (à l’époque prévue !) de la base militaire et du site de torture de Guantanamo.

Capture JLM LIBERTES.JPG

● Le 4 février 2011, Jean-Luc Mélenchon s’associe à une résolution du Parlement européen condamnant la loi hongroise de censure des médias.

● Le 10 février 2011, Jean-Luc Mélenchon signe une proposition de résolution au Parlement européen en soutien à la révolution égyptienne.

● Le 5 avril 2011, Jean-Luc Mélenchon s’associe à une proposition de résolution au Parlement européen condamnant les violences sexuelles dans les conflits en Afrique du Nord (notamment en Lybie et Egypte) et au Moyen-Orient.

● Le 12 septembre 2011, Jean-Luc Mélenchon dépose une résolution au Parlement européen pour lutter contre la famine dans la corne de l’Afrique.

● Le 13 mars 2012, sur RFI, Jean-Luc Mélenchon condamne le gouvernement syrien : «Nous sommes tous d’accord je pense pour dire qu’on gouvernement qui tire sur son peuple est illégitime. Monsieur Bachar El-Assad est passé au stade industriel de la répression. C’est à coup de canons, c’est avec des chars et il y a une tradition qui est assez terrible en Syrie puisque son prédecesseur, monsieur Afez Al-Assad avait quasiment rasé une ville. On ne peut que mettre en place tous les moyens pacifiques dont on dispose pour infléchir».

● Le 18 août 2012, Jean-Luc Mélenchon s’oppose à la condamnation des Pussy Riots par un tribunal russe.

Le 19 août 2012, Jean-Luc Mélenchon critique sur France Inter le soutien de la Chine et la Russie à Bachar El-Assad en Syrie : «Ce qu’il faut maintenant, c’est aller voir les Russes et les Chinois et leur dire ‘vous ne pouvez pas avoir comme seule attitude, on ne touche pas à Bachar Al Assad, vous devez vous impliquer parce que vous êtes des grandes puissances et vous devez être de notre côté pour lui dire de partir parce qu’il doit partir et pour qu’on organise des élections».

● Le 27 août 2012, dans Le Grand Journal, Jean-Luc Mélenchon déclare que « Poutine est une graine de dictateur ».

● Le 12 septembre 2012, Jean-Luc Mélenchon s’associe à une proposition de résolution au Parlement européen dénonçant les massacres de mineurs en Afrique du Sud.

● Le 6 décembre 2012, Jean-Luc Mélenchon rencontre Julian Assange, fondateur de WikiLeaks qui a fait fuiter les documents secrets de la diplomatie secrète étasunienne, à l’ambassade d’Équateur de Londres, où ce dernier est toujours reclu pour échapper à la peine de mort.

● En octobre 2012, Jean-Luc Mélenchon dénonce les violations répétées des droits humains par le gouvernement ivoirien et son emprisonnement d’opposants politiques, y compris le fils de l’ancien président (Michel Gbagbo), dont le seul tort est de porter le mauvais nom.

● Le 24 octobre 2012, Jean-Luc Mélenchon s’associe à une résolution proposée au Parlement européen, demandant une action en faveur des droits humains aux Émirats Arabes unis.

● Le 11 décembre 2012, Jean-Luc Mélenchon signe une proposition de résolution au Parlement européen condamnant les conflits et les exactions à grande échelle à l’Est de la République démocratique du Congo.

Capture JLM LIBERTES.JPG

● Le 1 juillet 2013, Jean-Luc Mélenchon demande à ce que la France accueille Edward Snowden, lanceur d’alerte sur les violations étasunienne des droits de l’homme.

● En octobre 2013, Jean-Luc Mélenchon rédige avec Noël Mamère un texte de condamnation des « crimes contre l’environnement » du gouvernement russe et des oligarques. Ils dénoncent la « répression de militants écologistes, écrasés par l’oligarchie et son bras armé le pouvoir ».

● Le 19 novembre 2013, Jean-Luc Mélenchon s’entretient avec des militants des droits de l’homme en Tunisie afin de coordonner leur soutien au processus démocratique et à la garantie des droits fondamentaux.

● Le 12 décembre 2013, Jean-Luc Mélenchon défend le maire de Bogota, figure de la défense des droits de l’homme, destitué par le gouvernement colombien au terme d’une cabale visant à écarter ce promoteur du processus de paix. Il envoie une lettre au président colombien afin d’intercéder : « démettre de ses fonctions un homme connu internationalement pour son honnêteté et son combat contre la corruption est une faute ».

● En octobre 2015, Jean-Luc Mélenchon propose la remise du prix Sakharov à Raïf Badawi, blogueur saoudien condamné à 1 000 coups de fouet et 10 années de prison et emprisonné depuis juin 2012.

Capture JLM LIBERTES.JPG

● En mai 2016, Jean-Luc Mélenchon signe et promeut la pétition pour sauver Antoine Deltour, lanceur d’alerte attaqué pour avoir divulgué les blanchiments et détournements financiers massifs du Luxembourg.

● En septembre 2016, Jean-Luc Mélenchon intervient à la place du Trocadéro (le 3 septembre ) et devant le Parlement européen (le 13 septembre) pour condamner les massacres commis par Ali Bongo contre son peuple, en lutte pour sa liberté au Gabon.

● Le 24 octobre 2016, Jean-Luc Mélenchon se rend devant le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève, pour défendre un traité en cours de négociation, qui reconnaît le crime écologique et défend la capacité des citoyennes et des citoyens de traîner en justice les multinationales.

● Le 10 mai 2016, Jean-Luc Mélenchon participe au Parlement européen à une journée de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens.

● En octobre 2016, Jean-Luc Mélenchon se joint aux combats contre le gouvernement polonais qui tente d’interdire l’IVG sur son territoire.

Le 4 novembre 2016, Jean-Luc Mélenchon condamne les frappes de la »dictature d’Erdogan» en Turquie, qui s’attaque aux dirigeants kurdes.

Capture JLM LIBERTES.JPG

● Le 4 janvier 2017, sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon s’oppose à « Monsieur Erdogan, un dictateur qui réprime le peuple turc. »

● Le 12 février 2017, Jean-Luc Mélenchon rappelle que parmi tous les candidats, il est « le seul qui a un ami en prison en Russie ».

● Le 12 mars 2017, Jean-Luc Mélenchon a reçu une lettre officielle de la présidente du Chili, Michelle Bachelet. Elle l’y remercie «pour son aide humanitaire, courageuse et désintéressée afin de sauver la vie de milliers de Chiliens et étrangers persécutés par la dictature.»

● Le 12 avril 2017, lors de son meeting de Lille, Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat à l’élection présidentielle à dénoncer vigoureusement, en réunion publique, les violences homophobes qui ont lieu dans la République russe de Tchétchénie (emprisonnement, tortures et assassinats d’homosexuels).

● Le 17 avril 2017, enfin, Jean-Luc Mélenchon profite du meeting de Toulouse sur la liberté pour demander publiquement la libération et la décoration par la République d’Ebru Firat, jeune franco-turque de 26 ans, incarcérée en Turquie pour avoir combattu Daesh.

● Le 20 avril, Jean-Luc Mélenchon exige du Vénézuéla la libération des deux journalistes de l’agence de presse Capa, Sebastian Perez et Didier Barral.

17884354_143246332875349_6288195913276236230_n.jpg

LA PAIX ! LA PAIX ! LA PAIX !

17884163_142736212926361_6368882167268358171_n.jpg

FONCTIONNEMENT D'UN BUREAU DE VOTE

Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

Le fonctionnement d’un bureau de vote est régi par le code électoral. De l’organisation matérielle du vote à la publication des résultats, en passant par les acteurs concernés, ce fonctionnement particulier garantit la liberté du vote.

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l'exigent les circonstances locales et le nombre d'électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau.

 

L'agencement des bureaux de vote

Le bureau de vote dispose obligatoirement de plusieurs éléments : un espace d’affichage, une table de décharge, un ou plusieurs isoloirs ainsi que des tables de vote et de dépouillement. L'agencement des bureaux de vote est le suivant :

 

Un espace d’affichage

Doivent être affichés dans chaque bureau de vote :

un avis rappelant les pièces d'identité que doit présenter l'électeur

une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote

éventuellement l'arrêté préfectoral avançant l'heure d'ouverture ou retardant l'heure de clôture du bureau de vote

 

La table de décharge

Elle est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. C’est là que l’électeur fait constater son identité et que sont disposés les enveloppes et les bulletins de vote qui ne doivent pas être tendus à l'électeur. C'est à lui de se servir.

 

Les isoloirs

Il y en a au moins un pour 300 électeurs inscrits. Il doit également y en avoir au moins un accessible aux personnes en fauteuil roulant.

 Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

La table de vote

C'est à cette table que siègent les membres du bureau de vote. Sur cette table sont disposés :

Résultat de recherche d'images pour "table de vote"

  • une urne dont 4 faces au moins sont transparentes et munies de deux serrures différentes
  • la liste d'émargement
  • le code électoral

    index CODE ELECTORAL.jpg

  • l'arrêté ou le décret de convocation des électeurs
  • la circulaire ministérielle relative au déroulement des opérations électorales lors des élections au suffrage universel direct
  • la circulaire ministérielle relative à l'organisation du scrutin du jour
  • la liste des candidats
  • une liste comprenant les noms du président du bureau de vote et de son suppléant, ainsi que ceux des assesseurs désignés par les candidats ou les têtes de liste, et éventuellement de leurs suppléants
  • la liste des délégués titulaires et suppléants désignés par les candidats ou les têtes de liste pour contrôler les opérations électorales
  • les cartes électorales qui n'ont pas été remises au domicile des électeurs
  • les enveloppes de centaines

 

index CODE ELECTORAL 2.jpg

Les tables de dépouillement

Elles seront utilisées à la clôture du scrutin. Leur nombre ne doit pas être supérieur à celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

 

Le déroulement du scrutin

 

La composition du bureau de vote

Les bureaux de vote sont institués par arrêté préfectoral et sont composés de différents intervenants :

  • un président
  • au moins 2 assesseurs
  • un secrétaire

Il n'est pas indispensable que tous les membres du bureau siègent. Il faut qu'il y ait en permanence :

  • le président du bureau de vote ou, à défaut, le plus âgé des assesseurs
  • au moins un assesseur.

 

L'électeur dans le bureau de vote

Dès l’ouverture du scrutin, l'électeur peut se présenter au bureau de vote qui est indiqué sur sa carte électorale. Le scrutin se déroule de 8 heures à 19 heures mais il peut être avancé ou retardé par arrêté préfectoral. Ainsi, dans les grandes villes il est souvent ouvert jusqu'à 20 heures.

Pour voter, l'électeur doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote dans lequel il se présente. Il doit nécessairement présenter une pièce d'identité, quelle que soit la commune.

L'absence de carte électorale n'empêche pas de voter, mais elle nécessite des vérifications portant sur le lieu de vote de l'intéressé

.Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

Les étapes de l’opération de vote

  1. L'électeur se présente à la table où sont déposés les bulletins et les enveloppes. Son inscription sur les listes électorales est vérifiée. Il prend une enveloppe, un bulletin de vote de chaque liste ou candidat. Il est important qu'il prenne plusieurs bulletins de vote afin de préserver la confidentialité de son choix. L'électeur peut également se rendre au bureau de vote avec les documents électoraux qui lui ont été envoyés à son domicile.
  2. L'électeur se rend à l'isoloir. Le passage par l'isoloir est obligatoire dans tous les cas afin de garantir le caractère secret et personnel du vote.

Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

  1. Il se présente devant l'urne où le président du bureau ou son suppléant vérifie son identité en lisant à voix haute la pièce d'identité ou la carte électorale qu'il lui présente.

Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"

  1. Le président ou son suppléant constate que l'électeur n'a qu'une enveloppe, mais il ne doit en aucun cas la toucher. L'électeur introduit lui-même l'enveloppe dans l'urne.
  2. Il signe alors la liste d'émargement en face de son nom.
  3. Résultat de recherche d'images pour "ou doivent se trouver les poubelles dans un bureau de vote"
  4. La personne chargée de contrôler les émargements se trouve généralement à côté de l'urne afin de faciliter les opérations de vote. Si un électeur n'est pas en mesure de signer lui-même, un électeur de son choix peut signer pour lui avec la mention manuscrite : " l'électeur ne peut signer lui-même ".
  5. Si un électeur qui a voté refuse de signer, c'est la personne chargée du contrôle des émargements qui signera à sa place. Il en sera porté mention sur le procès-verbal des opérations de vote et il sera indiqué les noms des électeurs concernés.
  6. La carte de l'électeur ou son attestation sont rendues à leur détenteur après que l'assesseur a apposé un timbre à la date du scrutin sur l'emplacement prévu à cet effet. Ce timbre n'est pas apposé si l'électeur n'a pas présenté sa carte électorale.

 

La clôture du scrutin

Le scrutin est clos à 18, 19 ou 20 heures selon l'arrêté préfectoral. Le président constate publiquement l'heure de clôture du scrutin. Aucun vote ne peut plus alors être reçu. Toutefois, si un électeur est entré dans le bureau de vote avant l'heure de clôture, il peut introduire son enveloppe dans l'urne après cette heure.

 

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?

Le bureau de vote n'est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

  • les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau ;
  • les délégués des candidats ou des listes ;
  • les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote ;
  • les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République).

Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l'intérieur des bureaux de vote.

L'entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d'une arme.

Le président du bureau de vote a seul la police de l'assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours.

Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations de vote ou de dépouillement.

 

Le dépouillement des votes

Le dépouillement commence dès la clôture du scrutin. Il est effectué par les scrutateurs aux tables de dépouillement, en présence des délégués des candidats et des électeurs, et sous la surveillance des membres du bureau.

Il se décompose en plusieurs étapes :

  • Les membres du bureau dénombrent les émargements.Résultat de recherche d'images pour "table de vote" L'urne est ouverte, le nombre d'enveloppes, ainsi que de bulletins sans enveloppe, est vérifié : il doit être conforme aux émargements. Dans le cas contraire, il en est fait mention au procès-verbal.
  • Les enveloppes contenant les bulletins sont regroupées par paquet de 100. Elles sont introduites dans des enveloppes prévues à cet effet (enveloppes de centaine). Ces enveloppes sont cachetées. Le président du bureau et au moins deux assesseurs représentant les listes ou les candidats, les signent. Le dernier paquet d'enveloppes, qui compte moins de 100 bulletins, est également introduit dans une enveloppe de centaine sur laquelle est indiqué le nombre d'enveloppes contenues. Cette mise sous enveloppe ne s'effectue pas lorsque moins de 100 électeurs ont voté dans le bureau de vote.
  • Les enveloppes de centaine sont réparties entre les tables de dépouillement et ouvertes par les scrutateurs.
  • Un scrutateur ouvre les enveloppes de vote une à une, déplie le bulletin et le passe à un autre scrutateur qui le lit à voix haute et intelligible. Les noms portés sur les bulletins sont relevés sur des feuilles préparées à cet effet et par au moins deux scrutateurs. Toute autre procédure peut entraîner l'annulation de l'élection.
  • Puis les scrutateurs signent les feuilles de pointage et les remettent au bureau, ainsi que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou des délégués des candidats. C'est le bureau qui décidera alors de la validité d'un bulletin ou d'une enveloppe.
  • Le bureau arrête alors le nombre de suffrages exprimés , le nombre des suffrages blancs et nuls et le nombre de suffrages obtenus par chaque candidat ou chaque liste.

 

Le procès-verbal

Il retrace le déroulement des opérations, est rédigé par le secrétaire du bureau dans la salle de vote, et ce, immédiatement après le dépouillement et en présence des électeurs.

Il comporte :

  • le nombre des électeurs inscrits ;
  • le nombre des votants ;
  • le nombre de suffrages exprimés ;
  • le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste ;
  • le nombre d'électeurs qui n'ont pas retiré leur carte électorale alors qu'elle était tenue à leur disposition au bureau de vote ;
  • toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire.

Le procès-verbal est établi en 2 exemplaires sur des imprimés fournis par la préfecture. Il est signé par tous les membres du bureau et contresigné par les délégués des candidats ou des listes en présence. S'ils refusent, mention en est faite au procès-verbal.

 

La proclamation des résultats

Une fois, le procès-verbal établi, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché par ses soins en toutes lettres dans la salle de vote, avec les indications suivantes :

  • le nombre d'électeurs inscrits ;
  • le nombre de votants ;
  • le nombre de suffrages exprimés ;
  • le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou listes ;
  • les noms des candidats éventuellement élus.

19/04/2017

Socialistes, votons Mélenchon sans hésitation

Le Club de Mediapart

Socialistes, votons Mélenchon sans hésitation

Nous sommes fiers de la campagne menée par le candidat socialiste, il n’a pas démérité malgré les défections, mais force est de constater que la dynamique électorale est du côté de Jean-Luc Mélenchon.

À quelques jours du premier tour, la candidature de Benoit Hamon s’est effondrée dans les sondages. Critiquer leur fiabilité semble inutile tant l’écart qui sépare les deux candidats est important. Une éventuelle remontée surprise ne changerait rien à la perspective qui nous est tendue. Car bien pire que la défaite de Benoît Hamon, l’élimination de la gauche au premier tour serait un désastre. L’accession au pouvoir de la droite ultralibérale de Macron ou de Fillon, ou bien encore de l’extrême droite, ouvrirait une crise sans précédent pour notre modèle social et nos institutions. Les souffrances qui s’ensuivraient, pour des millions de citoyens déjà frappés par la crise, nous obligent à prendre nos responsabilités.

Le seul vote utile

Comme 78 % des électeurs de gauche, nous regrettons amèrement que l’unité n’ait eu lieu entre les deux candidats de la gauche sociale et écologiste. Une candidature unique nous aurait assuré la victoire. Benoît Hamon et Thomas Piketty ont déclaré qu’ils voteraient Jean-Luc Mélenchon si celui-ci était au second tour. Nous sommes nombreux à penser qu’il faut voter pour lui dès le premier tour si nous voulons avoir une chance de voter pour la gauche au second. Le vote utile, c’est aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon.

Par conséquent, les socialistes doivent voter massivement pour la seule candidature qui pourra faire gagner la gauche : celle de Mélenchon. En espérant, qu’après la victoire, nous réalisions enfin l’unité aux législatives. La gauche rassemblée et fraternelle doit l’emporter pour que cessent le pillage et le saccage des richesses. Pour un futur désirable, pour que viennent les jours heureux et le goût du bonheur !

 

vote-utile-1

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 19/04/2017 15:19
  • Par Domij

Les partis ne sont pas éternels !! Et le PS était en survie artificielle depuis une bonne quizaine d'années.. Aujourd'hui il n'a plus d'existence que par ses parlementaires désorientés, cherchant à sauver leur poste. Un peu comme EELV d'ailleurs.. 

Le 21è siècle a besoin d'une refondation profonde des structures politiques. L'espoir constructif est du côté de la France Insoumise avec Jean-Luc Mélenchon !! C'est là où les jeunes ont décidé de s'engager massivement, c'est là où les "vieux" qui n'y croyaient plus, reprennent confiance dans un avenir meilleur.

Il est à notre portée. Dimanche, puis le 7 Mai !

18056277_210824852745389_2129450915467781109_o.jpg

QUI VA ELIRE UN ZOZO PAREIL ? MEFIEZ-VOUS ! QUI S'ASSEMBLE SE RESSEMBLE

 

On n’est pas couché. Sur le plateau de l’émission de France 2 “On n’est pas couché”, le chroniqueur Aymeric Caron a taclé Emmanuel Macron, qu’il considère comme “complètement ringard”.

Le chroniqueur de l’émission “On n’est pas couché” Aymeric Caron n’a pas une grande estime d’Emmanuel Macron et l’a fait savoir. Le journaliste a taclé le candidat d’En marche !, estimant qu’il faisait “semblant d’incarner la nouveauté, alors qu’il est complètement ringard”.

“Illusionniste”

L’ex-chroniqueur de l’émission, revenue exceptionnellement sur le plateau de l’émission en compagnie d’Éric Zemmour, Natacha Polony, Éric Naulleau, Audrey Pulvar et Léa Salamé, a taillé dans le vif. “C’est une catastrophe”, a-t-il lancé, en parlant d’Emmanuel Macron. Selon lui, le candidat centriste est “le candidat du vide”, “le spasme d’un système en bout de course” et “un illusionniste […] qui fait semblant d’incarner la nouveauté alors qu’il est complètement ringard”.   

 

18/04/2017

Plus d'une centaine d'économistes avec J.Luc MELENCHON

Tribune
 
Jean-Luc Mélenchon sur la 'Péniche Insoumise', lundi à Paris.
Jean-Luc Mélenchon sur la "Péniche Insoumise", lundi à Paris. Photo Boris Allin. Hans Lucas pour Libération

Pour une politique économique sérieuse et à la hauteur des enjeux, votons Mélenchon

 extraits

Par Un collectif d'universitaires
 

Plus d'une centaine d'économistes de dix-sept pays à travers le monde appellent les citoyens à se prononcer, dimanche, pour le candidat de La France insoumise.

Alors que la France n’est toujours pas sortie de la stagnation économique qui fait suite à la crise de 2007-2008, Emmanuel Macron et François Fillon veulent poursuivre et intensifier les politiques de coupes dans les dépenses publiques, de démantèlement de l’Etat social et du droit du travail, menées sans relâche par les gouvernements précédents. Ces politiques ne servent que les plus riches. Elles ne conduisent qu’à plonger le pays dans le cercle vicieux du chômage et de la précarité, terreau de la montée du FN dont le faux vernis social peine à cacher la nature profondément raciste et xénophobe et l’incohérence des propositions économiques.

A l’inverse, les solutions proposées par Jean-Luc Mélenchon sont, à nos yeux, les seules capables de répondre aux cinq urgences majeures de notre temps. Elles forment un cadre cohérent et rigoureusement chiffré qui tient compte des équilibres budgétaires, non pas en se lançant dans une course à l’austérité, mais en proposant un programme économique précis et ambitieux reposant sur une plus grande justice fiscale, une politique d’investissement et une émancipation vis-à-vis des marchés financiers.

En répondant aux cinq urgences économiques majeures de notre temps, le programme économique de Jean-Luc Mélenchon nous donne aujourd’hui l’occasion historique de prouver qu’il y a des alternatives sérieuses, crédibles et désirables aux politiques absurdes menées avec acharnement lors des dernières décennies. Ce programme se réalisera dans le cadre d’une révolution démocratique, soutenue par la mise en place d’une assemblée constituante.

Notre pays a aujourd’hui l’opportunité unique de renverser la logique mortifère qui mène l’Europe à l’implosion et de redonner un sens et du souffle au projet européen. Saisissons-la !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique