logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/07/2018

DE VRAIS POLICIERS COMMENTENT SUR BENALLA LE BARBOUZE tandis que la macronie ment en bande organisée

21/07/2018

BENALLA... LE SBIRE DU ROI MACRON ?

 

 

 

Benalla, le sbire du roi Macron ? 20 juillet 2018 dans Assemblée nationale, Bastien Lachaud

 

Avec l’Affaire Benalla, nous vivons un séisme politique d’ampleur exceptionnelle. Je rappelle rapidement les faits : le 1er mai, un homme travaillant comme chef de cabinet adjoint du président de la République, s’est fait passer pour un agent de police et a profité de cette confusion pour frapper très violemment plusieurs personnes et les faire interpeler.

Ces faits auraient dû être très sévèrement sanctionnés par sa hiérarchie, et immédiatement transmis à la justice. C’est le cœur de l’État républicain qui est ébranlé.

La République s’est justement constituée avec la Révolution française pour être le rempart des citoyens contre l’arbitraire. En République, le recours à la force n’est pas l’effet d’un caprice, mais l’exécution d’une loi que le peuple, par ses représentants, a élaborée, et à laquelle il consent. L’usage de la force est strictement encadré.

Il est crucial que l’Etat ait le monopole de la violence légitime, et qu’elle soit employée à bon escient, pour que le peuple consente à l’autorité de l’Etat.

Pourquoi consentir à un pouvoir brutal et arbitraire ? Si cela avait été fait, l’ensemble n’aurait été qu’un délit commis par un individu isolé ; qui usurpant les prérogatives de l’État, se serait fait justement sanctionner, par sa hiérarchie, et par la justice.

Mais tel n’a pas été le cas !

La justice n’a pas été informée : elle n’a été saisie ni par le cabinet d’Emmanuel Macron, ni par le ministère de l’Intérieur. Au contraire, ils ont cherché à étouffer l’affaire. Cette omission est une violation de la loi.

L’article 40 du code de procédure pénale dispose que « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

Puisque ces actes n’ont pas été dénoncés, il est évident que Monsieur Benalla a été protégé. D’autant qu’une enquête de l’Inspection Générale de la Police Nationale, commandée le lendemain des faits, a été classée sans suite.

Comment ? Pourquoi ? C’est bien entendu le cœur du problème.

Si la presse n’avait pas révélé les faits, Monsieur Benalla n’aurait jamais été sanctionné.

Tout a été fait pour empêcher la diffusion de cette information.

Le cabinet d’Emmanuel Macron a infligé à Monsieur Benalla une sanction disciplinaire qui manifestement n’est que symbolique : une mise à pieds de 15 jours. Mais après celle-ci, le même individu emménage dans un logement de fonction dans un immeuble particulièrement prestigieux, dans le VIIe arrondissement !

Voilà qui ne ressemble guère à une sanction…

Pourquoi donc protéger cet individu si ce n’est pour dissimuler des faits plus graves encore ?

Pourquoi avoir laissé salir l’image de la police nationale ?

pourquoi avoir préféré laisser circuler les images de ce qui paraissait une bavure policière plutôt que d’exclure cet individu ?

Dans ce cas, tout le monde aurait pu croire que Monsieur Benalla n’était qu’une brebis galeuse.

Dès lors plusieurs hypothèses s’imposent :

premièrement, être proche d’Emmanuel Macron donne tous les droits, l’impunité du Prince ruisselle sur ses amis ;

deuxièmement, les agissements de Monsieur Benalla ne sont pas exceptionnels. Une chose est sûre, ce n’est pas la première fois qu’il s’arroge des pouvoirs qu’il ne détient pas.

Combien d’autres l’ont fait ? Dans quel but cela a-t-il eu lieu ?

Les nombreuses violences essuyées par les manifestants ces derniers mois étaient-elles le fait de véritables policiers ou de voyous à la solde du pouvoir ?

À l’heure où j’écris, le gouvernement refuse pourtant de s’expliquer devant le parlement.

L’action du pouvoir exécutif doit être contrôlée : c’est le rôle des représentants du peuple, devant lesquels le gouvernement est responsable. Cela répond à l’impératif d’équilibre des pouvoirs. Ce principe de responsabilité est défini par l’article 20 de la Constitution.

Mais pour Macron, la loi ne s’applique pas vraiment à ceux qui gouvernent. Surtout, elle ne s’applique pas au président de la République que le gouvernement protège.

Voilà jusqu’où a dégénéré la République après un an de pouvoir personnel d’Emmanuel Macron, véritable monarque républicain. Le président des riches est bel et bien devenu le roi des riches. Il faut en tirer toutes les conclusions.

Arrivé à ce stade de la monarchie présidentielle, il ne peut pas y avoir de faux-fuyant, c’est le monarque Macron qui doit séance tenante rendre des comptes au peuple. Si le référendum révocatoire existait, Macron aurait dû justifier de ses actes.

Il est plus urgent que jamais de rebâtir de fond en comble les institutions !

C’est d’une assemblée constituante du peuple dont désormais nous avons besoin.

Aller plus loin : Voir ici les interventions en séance de Bastien Lachaud, demandant la venue de l’exécutif devant la représentation nationale, pour rendre des comptes. Voir ici l’article de la France insoumise sur l’affaire Benalla. Voir ici la réaction de Jean-Luc Mélenchon dans la revue de la semaine

LeHuffPost Ajoutée le 21 juil. 2018

Cela ne pouvait pas tomber plus mal. Un utilisateur de Twitter vient de remettre la main sur l'interview d'Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République, pour l'émission "Quotidien" sur TMC. Le favori des sondages s'était alors engagé avec fermeté pour les sanctions hiérarchiques en cas de violences policières, allant du commissaire...au ministre (voir la vidéo en tête de cet article).

11/07/2018

"AU PEUPLE DE DECIDER" .JL MELENCHON

Ajoutée le 11 juil. 2018
ABONNÉ 378 K
 
Intervention de Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale le 10 juillet 2018 sur la réforme constitutionnelle.
Le président du groupe « La France insoumise » a expliqué que la République n'était pas un régime neutre mais un projet politique et que le peuple lui-même devait pouvoir décider lorsqu'il s'agit de la Constitution, c'est à dire de la règle de vie commune.
Jean-Luc Mélenchon a donc expliqué qu'il était favorable à une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution.
Il a également dit que la France insoumise souhaitait défendre l'inscription dans la Constitution de nouveaux droits et de nouvelles règles :
le vote obligatoire,
la reconnaissance du vote blanc,
le droit de vote à 16 ans,
le référendum révocatoire (pour dégager un élu en cours de mandat),
le référendum abrogatif (pour annuler une loi)
et le référendum propositionnel (pour proposer une loi),
le droit à l'IVG,
le droit à mourir dans la dignité,
l'interdiction de la maltraitance animale,
la règle verte (pour ne pas prendre à la nature davantage que ce qu'elle peut reconstituer.
 
 
Face à la rupture de confiance entre le peuple et ses élus, Jean-Luc Mélenchon a appelé à ce que la France se refonde en refondant ses institutions.
Il a enfin proposé que la réforme constitutionnelle soit soumise à un référendum.
 
 
Vincent GS
Beau discours fédérateur et qui s'engage ! Merci !
 
 
Barbus In Game
Un discours Magnifique !
 
 
avanti popolo
Le plus grand danger, ce n'est pas notre président de pacotille mais l'indifférence de la majorité des français ! Comme le dit assez souvent Méluche : "Je fais mon boulot, à vous de faire le votre !"
 
 
Taiji School Berlin
"Le peuple peut il decider de ce qui est bon pour lui? moi je crois que oui..." Tiens comme c´est bizarre aucun applaudissement de la majorité...
 
 
 
Lucie Escoffiers
Et oui, toujours aussi enthousiasmant notre JLM ! Chiche pour une demande de referendum, Mesdames et Messieurs les député.e.s ?
 
 
 
Afficher la réponse
 
akirox toriama
j'aimerais croire à un changement de politique qui serait plus juste... Mais ça semble encore, hélas un beau rêve
 
 
Nashka
Je crois que nous devons mobiliser tout le monde autour de nous. Nous devons, nous citoyens, nous impliquer , nous emparer de cette question, de cette demande de référendum quels que soient nos clivages idéologiques et convaincre autour de nous de le faire. Urgence !
 
 
didier peauger
Qu'elle culture , les autres j'en suis sur ne comprenent rien , il ne font qu'executer
 
 
Robin Dardelin
Fédérateur, intéressant et on ne peut plus juste. Premier YouTubeur politique Français à l'assemblée, il était temps
loulou mr loulou
Il ne sera jamais président ! Les français sont bêtes et idiots !
 
 
ÀlaQuébécoise
Wow !!! J'en ai des frissons ! Quelle envolée ! Les Français savent-ils à quel point ils sont chanceux d'avoir un tel homme politique comme député de la nation ?
 
 
will mobs
un discours de bon sens!!! ne lachons rien et impliquons nous à fond dans la campagne des européennes car nous avons besoin de tout le monde pour tracter, coller les affiches, convaincres les gens d'au moins se déplacer et ensuite voter FI, et à la fin c'est nous qu'on va gagner face au roi des riches!!!
 

09/07/2018

MANIF EN LIGNE... C'est parti...

Lundi 9 juillet à 15h, Emmanuel Macron s’exprime devant le Congrès réuni à Versailles. Il choisit de faire cette convocation alors que vont commencer les débats sur la réforme constitutionnelle. Il choisit de la faire le jour anniversaire du 9 juillet 1789 où les députés des États généraux se sont proclamés Assemblée nationale constituante.

Par ses actes, Emmanuel Macron donne le signal de l’abaissement du Parlement. Par la réforme de la Constitution qu’il propose, le président des riches transforme peu à peu la monarchie présidentielle en monarchie présidentielle absolue.

Les députés de la France insoumise ne participeront pas à cette dégringolade de l’idéal Républicain. Ils boycotteront le Congrès de Versailles.

Ils appellent à participer à une manifestation en ligne #MacronMonarc le 9 juillet à 14h pour protester contre la dérive autoritaire du président et proposer une autre voie : celle d’une nouvelle Assemblée constituante et d’une 6e République sociale, écologique et démocratique.

groupe_fi_hd

Pour y participer, c’est très simple : il vous suffit de partager cette page sur les réseaux et de publier à 14h de nombreux tweets avec le hashtag #MacronMonarc. Pour vous aider, vous trouverez ci-dessous des tweets «prêt-à-poster».

Tweets prêts-à-poster avec le hashtag #MacronMonarc

Voici quelques tweets prêts-à-poster à 14h le lundi 9 juillet pour participer à la manif en ligne #MacronMonarc. 

N’oubliez pas également de retweeter les tweets réalisés avec ce hashtag. 

Quand un colonel de l'armée israélienne rencontre des députés à l'ASSEMBLEE NATIONALE.. Qu'est-ce qu'ils se disent ?

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique