logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/10/2018

Le mouvement ouvrier doit défendre la France insoumise !

"Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres" Alfred EINSTEIN
Pas besoin de faire un dessin pour savoir qui est qui...

 

Plus d'une semaine après la vague de perquisitions visant à discréditer Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise (FI), cette offensive politique sans précédent se poursuit à travers les grands médias : presse, télés, radios. Au travail de la Justice « indépendante » succède le travail de journalistes « indépendants ».

Que reprochent-ils à Mélenchon et la FI ? Tout et n'importe quoi, désormais. Ils ont sonné l'hallali. Dans leur jubilation, ils jettent tout ce qu'ils ont sous la main. Par exemple, si Mélenchon se défend et réplique, cela devient une preuve de plus qu'il est coupable. De quoi ? Mais d'avoir répliqué, déjà ! Et puis, s'il se défend, n'est-ce pas la preuve infaillible qu'il « cache » quelque chose ? Et ainsi de suite. La caste des journalistes réactionnaires – car oui, c'est bien une caste au service de la bourgeoisie – donne libre cours à sa détestation de la FI, qui ne date pas de la semaine dernière. Plus précisément, ces gens détestent et craignent les millions de personnes qui soutiennent la FI, mais aussi les millions d'autres qui pourraient la soutenir dans la période à venir. Tel est le fond de l'affaire.

Dans un contexte d'impopularité croissante du gouvernement, nous assistons à une offensive politique majeure contre la FI, première force d'opposition de gauche. Pour convaincre de ce fait ceux qui en doutent sincèrement, Mélenchon et ses camarades font tout ce qu'ils peuvent à travers des articles, des vidéos et des interventions médiatiques. Mais ils sont bien seuls – beaucoup trop seuls. Face à cette agression brutale, qui est aussi une atteinte flagrante à la démocratie la plus élémentaire, l'ensemble des organisations du mouvement ouvrier devraient se mobiliser vigoureusement  et ce, quoiqu'elles pensent des idées et du programme de la FI.

La question, ici, n'est pas de savoir si l'on est d'accord avec l'ensemble du programme de Mélenchon – ou, a fortiori, si l'on apprécie son « tempérament » ! Ce n'est pas du tout la question. Il s'agit, pour le mouvement ouvrier, de défendre une organisation de gauche contre une agression flagrante orchestrée par le gouvernement, qui pour cela s'appuie sur des magistrats et des journalistes réactionnaires. Autrement dit, c'est à la fois une question démocratique élémentaire et une question de classe. Cette agression vise la FI, mais elle vise aussi à affaiblir les capacités de résistance de l'ensemble du mouvement ouvrier contre les mauvais coups qui se préparent. Et donc, c'est tout le mouvement ouvrier qui doit répliquer avec force.

Malheureusement, à ce jour, les réactions de la plupart des dirigeants des organisations syndicales et des partis de gauche sont indignes, voire scandaleuses. Les sommets des syndicats, CGT comprise, ne lèvent pas le petit doigt pour défendre la FI, comme si le problème ne les concernait pas. Les directions du PS et des Verts défendent... la « justice indépendante » – contre Mélenchon. Enfin, la situation n'est pas tellement meilleure du côté du PCF et de Génération.s (le mouvement dirigé par Benoît Hamon).

Mehdi Ouraoui, porte-parole de Génération·s, a déclaré : « L’émotion suscitée par la perquisition spectaculaire au siège d’un parti d’opposition et au domicile de plusieurs de ses dirigeants peut s’entendre, même si personne n’est au-dessus de la justice [1]. En revanche, rien ne justifie la violence des attaques que subissent les journalistes. » Même son de cloche du côté d'Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF : « Nous avons pu partager la colère et l’indignation de Jean-Luc Mélenchon à la suite de la perquisition de mardi matin, dire qu’il y avait deux poids, deux mesures. On peut également ne pas être d’accord avec un traitement journalistique, critiquer la mainmise des puissances financières sur les grands médias, mais il n’est pas possible dans une vie démocratique d’appeler à pourrir des journalistes. » [2]

N'est-ce pas lamentable ? La colère de Mélenchon « peut s'entendre » ; on « peut » même la « partager » ; mais Grand Dieu, que Mélenchon ne s'attaque pas aux journalistes qui le calomnient à longueur de journée ! On en vient à se demander si Mélenchon a le droit de poursuivre en justice les médias qui le diffament – ou si ce serait une trop « violente » atteinte à la « vie démocratique » dont Dartigolles et Ouraoui se font les ardents défenseurs.

Par ailleurs, pour leur information, lorsque Mélenchon appelle ses partisans à « pourrir » les journalistes qui le calomnient sans cesse, il ne veut pas dire, par là, qu'il faut les crucifier en plein soleil jusqu'à ce qu'ils pourrissent. Non : Mélenchon appelle à les « pourrir » au sens de démasquer – sur les réseaux sociaux – leurs mensonges et leur mauvaise foi. Car enfin, au cas où cela aussi aurait échappé à Ouraoui et Dartigolles, les nombreux arguments qu'avancent Mélenchon et ses camarades, à propos des deux prétendues « affaires », ne sont pas sérieusement examinés par les journalistes « indépendants » qui, sans cesse, accablent la FI de toutes les tares politiques et morales. Dès lors, Mélenchon appelle ses partisans à leur répondre sur les réseaux sociaux. Est-ce si difficile à comprendre ?

Mais il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Or Dartigolles et Ouraoui ne veulent pas entendre, font semblant de ne pas comprendre, car ils espèrent profiter, électoralement, de l'offensive actuelle contre la FI. Ils mettent les intérêts de leurs petites barques bureaucratiques au-dessus des intérêts de l'ensemble du mouvement ouvrier.

Au passage, ils envoient leurs aimables salutations à la caste des journalistes réactionnaires – et, à travers elle, à toute la société officielle.

Car voyez-vous, Ouraoui et Dartigolles sont des gens « raisonnables », tempérés, qui se proposent de changer la société en profondeur – mais sans jamais hausser le ton, ni marcher sur les chaussures d'un magistrat ou d'un journaliste.

Dans les syndicats et les partis de gauche, les militants honnêtes et qui réfléchissent doivent fermement protester contre la passivité – voire la complaisance – de leurs dirigeants.

Ce qui se passe depuis plus d'une semaine est sérieux, est grave – et n'est pas terminé. Or n'oublions pas que la faiblesse invite à l'agression.

Si le gouvernement et ses sbires médiatiques constatent que l'offensive contre la FI ne déclenche pas de réaction particulière, dans le reste du mouvement ouvrier, ils y verront un encouragement à aller plus loin.

Et la FI, bien sûr, ne sera pas la seule concernée.


[1] Personne n'est au-dessus de la justice ? Au lieu de dire de telles âneries, le camarade Ouraoui devrait méditer la formule de Solon d'Athènes : « Les lois sont comme une toile d'araignée : les petits s'y font prendre et les grands la déchirent. »

[2] On trouve les deux citations dans cet article de L'Humanité : Justice. Difficile « contre-offensive » pour les insoumis

https://www.marxiste.org/actualite-francaise/politique-francaise/2421-le-mouvement-ouvrier-doit-defendre-la-france-insoumise?

 

ILS REMETTENT LES PENDULES A L'HEURE...CONFERENCE DE PRESSE DES AVOCATS DE J.L MELENCHON que vous ne verrez pas à la T.V.

 

Le 25 octobre 2018, les avocats de la France insoumise tenaient une conférence de presse au siège du mouvement. Ils sont revenus sur les dossiers de leurs clients et ont demandé qu'un juge indépendant du pouvoir macroniste soit nommé dans le cadre d'une instruction judiciaire.

 

Cette conférence de presse était nécessaire. Merci.
 
172
 
 
 
bivouac randonnée
Grand soutien à la France insoumise, on lâche rien résistance!!!
 
134
 
 
 
Frédéric L
Ahahah, ça calme les journalistes qui auraient envie d'être imprécis, biaiseux, et autres distortions du réel par des idéologues masqués sous couvert de neutralité journalistique.
 
166
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
Henri Rousselle
Comme c'est bizarre (vous avez dit bizarre ...) les journalistes sont moins virulents en face des avocats qu'en face des députés insoumis invités sur les plateaux radios et télés. Auraient-ils peur d'être poursuivis pour diffamation ?
 
185
 
 
 
 
Afficher les 9 réponses
 
Fanno VonCamion
On notera de quelle manière les journalistes font beaucoup moins les malins !
 
144
 
 
 
 
Afficher les 5 réponses
 
SEB
PARFAIT !!!!!! on voit quand même très clairement la non connaissance du dossier par les journalistes qui posent des questions
 
88
 
 
 
Gilles laprepi
Vive la France Insoumise total soutien à Monsieur Mélenchon et nos 17 députés. Soutien également à Madame Chikirou qui a fait un travail extraordinaire pour la France Insoumise.
 
131
 
 

 

Ils comprennent vite les journalistes , mais faut leur expliquer longtemps :-)
 
91
 
 
 
 
Afficher les 12 réponses
 
Zénithale Mitale
Plus le temps passe et plus on se rend compte du vide absolu du "dossier"...
 
60
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
Hum de BUT
Une chose est certaine, les "journalistes" écrivent plus qu'ils ne parlent à ceux qui sont en mesure de répondre à leurs éventuelles questions !
 
71
 
 
 
parker1213
Quand je vois ces avocats en mode "commandos", je comprends que ce que disait Adrien Quatennens "Nous allons rendre les coups au centuple", c'était pas des paroles en l'air.
 
118
 
 
 
 
Afficher les 3 réponses
 
gens/source A la Fontaine
Voilà qui est clair
 
57
 
 
 
Danièle PECLY
Cette conférence de presse était nécessaire face à l'image négative que donne la presse. Merci pour cette initiative qui défini clairement les problèmes posés. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter de ce dont on accuse à outrance rien que pour faire tomber ce Mouvement France Insoumise qui se développe dans la vérité d'un Programme en Commun. Confiance totale dans la réussite de ces faits qui demeurent juste puisque tout ces derniers ont été validé à temps et dans les circonstances les plus sûres puisque le Mouvement a permis cela en toute clarté. Par conséquent je soutiens ce jour ce Mouvement car il conduit vers la voie la plus juste pour TOUT LE MONDE. Merci à la défense, merci à toutes les personnes victimes de cet affront politique.Bien cordialement Vôtre
 
74
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
gigi PELAINGRE
Les Insoumis ne se laisseront pas intimider ! Courage à vous tous.
 
113
 
 
 
 
Afficher les 10 réponses
 
Evelyne Wam
Bon les "En Marche".. Il faut courir maintenant.. vers la sortie (^:^)
 
46
 
 
 
Roger vivier
Woah...La on passé aux choses sérieuses, certains vont moins rigoler
 
36
 
 
 
 
 
Commentaires
Superbe réponse de la FI aux journalistes. Solide, forte et claire.
 
49
 
 
 
Romar Richou
Coup de pied dans la fourmilière Média / Macron / pouvoir. Bravo
 
54
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
Rogers Siderourgos
Merci pour cette vidéo instructive. Souhaitons que ce "coup de filet" honteux du 16 revienne en un grand coup de balai vers la macronie, très pompeuse des petites retraites et autres apl, salaires bas, allocations etc... Tout ça pour refiler plus aux hyperriches... Citoyens debout et votons LFI !!!
 
34
 
 
 
Patrick Ravennes
Merci à tous les avocats qui nous défendent ;On tient bon !!!
 
60
 
 
 
 
Afficher les 3 réponses
 
Thierry Dournel
Je me régale ça sent le gros pshit sur cette magouille du gouvernement j'espère que des têtes vont tomber vraiment vive la France insoumise elle porte bien son nom
 
45
 
 
 
Aigle Quatre
Bizarre, aucun "journaliste" n'a relevé que des violences de certains enquêteurs sur des auditionnés ont été perpétrés et posé au moins une question sur ces fait révélés par un membre du barreau.
 
62
 
 
 
 
Afficher les 33 réponses
 
Romar Richou
Alors est-ce que les médias vont déformer les propos des avocats...
 
47
 
 
 
 
Afficher les 13 réponses
 
Yaya
Tiens, les chiens de garde qui se répandent à charge sur tous les médias n'aboient pas beaucoup ici ! Ha ! Ha !
 
42
 
 
 
Planning Urne
Je salue le courage de tous ces avocats qui ont décidé de clairement s'afficher comme des militants politiques.
 
47
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
KARAOUI Hatika
Ça !!!!! c'est une très très bonne démarche de LFI..
Bravo !!!! On ne lâche rien !!!! RESISTANCE !
 
76
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
didier peauger
Putain ils ont mis le paquet bravo il faut les destroyes ses politiques
 
25
 
 
 
muriel serrano
Les journalistes sont moins virulents...
 
41
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
soniaustralie
Tout d’un coup quand ce n’est pas aussi facile de mentir en direct sur les chaînes d’information, de radio, de télé, de magazines ou studios ... devant des millions de français pour se faire le porte parole du capital et du macronisme on a des journalistes bien mous, bien frêles , bien ridicules en face de juristes !!!! Ils font moins les malins ces hypocrites ! En tout cas on voit leurs vrais visages. La presse en France n’est ni libre , ni neutre.
 
33
 
 
 
 
Afficher la réponse
 
Becuwe Aurélie
voila qui est clair tout est dit.. bravo a tous ces avocats et pied de nez a tous ces journalistes verrus qui ont alimenté autant de haine depûis une semaine.un grand bravo a tous..
 
38
 
 
 

23/10/2018

BASHING ININTERROMPU A L'ENCONTRE DE MELENCHON

Le bashing (mot qui désigne en anglais le fait de frapper violemment, d'infliger une raclée) est un anglicisme utilisé pour décrire le « jeu » ou la forme de défoulement qui consiste à dénigrer collectivement une personne ou un sujet. Lorsque le bashing se déroule sur la place publique, il s'apparente parfois à un « lynchage médiatique ». Le développement d'Internet et des réseaux sociaux a offert au bashing un nouveau champ d'action, en permettant à beaucoup plus de monde de participer dans l'anonymat à cette activité collective.

 

 

Au cours d'une conférence de presse vendredi, le député de La France insoumise a dénoncé un "bashing ininterrompu" depuis quatre jours contre sa personne et son parti. Il a demandé une "désescalade" aux journalistes. 

"LA JUSTICE SE LAISSE INSTRUMENTALISER" Régis de Castelnau - Avocat -

 

L’avocat Régis de Castelnau est revenu pour RT France sur la perquisition menée dans la matinée du 16 octobre au domicile de Jean-Luc Mélenchon. Il dénonce une instrumentalisation judiciaire menée à des fins politiques.

Régis de Castelnau, avocat et animateur du blog Vu du Droit, était l’invité ce 16 octobre de RT France pour commenter la perquisition menée plus tôt au domicile de Jean-Luc Mélenchon par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris. La première enquête concernerait des soupçons d'emplois fictifs d'attachés parlementaires au Parlement européen. La seconde, ouverte en mai 2018, porterait sur les comptes de campagne du leader de la France insoumise pour la présidentielle de 2017 et des soupçons d'irrégularités.

La justice se laisse instrumentaliser

Pour Régis de Castelnau, cette perquisition qu’il qualifie «d’agression politico-judiciaire» était prévisible : «Je souris un peu car les militants de la France insoumise sont tous surpris de ce qui arrive. Or, cela fait un petit moment quand même qu’on voit ces dérives judiciaires ; cette instrumentalisation de la justice à des fins politiques avec, par exemple, le Rassemblement national (RN) […]. Il y a un paradoxe : du côté de la France insoumise, on n’était pas très mobilisés contre ces dérives et tout d’un coup, on s’aperçoit que c’est dangereux. Je pense qu’il y a une agression, une manipulation […]. Je trouve cela très inquiétant pour le fonctionnement de la démocratie française […]. La justice se laisse instrumentaliser.»

Cela a été préparé au plus haut niveau

 

 

Poursuivant son propos, Régis Castelnau a estimé que cette perquisition avait été décidée au sommet de l’Etat : «Vous n’imaginez pas que le procureur qui a pris cette décision et qui a organisé [cette perquisition] n’a pas pris attache avec la Place Vendôme […] Cela a été préparé au plus haut niveau. Ce n’est pas sérieux.»

Enfin, il s’est étonné du traitement différencié que réserve la justice aux proches et ex-proches d'Emmanuel Macron : «Tout un tas d’affaires qui concernent [Muriel] Pénicaud, [Alexandre] Benalla, [Ismaël] Emelien, [Alexis] Kohler et [Richard] Ferrand dorment paisiblement […] Il y a une volonté d’étouffement…»

 

 

 

Excellent ! je me suis bien marré ! Bravo !
J'ai tellement ri, vidéo géniale !
Le filc barbu qui empêche de laisser passer Mélenchon pendant la perquisition de la France insoumis est sur une autre video ou il accompagne macron en déplacement ses la vidéo ou macron se prend un oeuf !
 

LA JUSTICE INDEPENDANTE ... LA VOILA !

LE PROCUREUR à qui Jean-Luc MELENCHON tenait la dragée haute

qui a scandalisé, "bouleversé" la presse aux ordres, les partis politiques ratatinés,

tous les trouillards, les haineux du mouvement de la France Insoumise

IL EST LA

AU SALON DE L'AGRICULTURE, près de BENALLA... de FERRAND... de MACRON bien sûr !

A part ça, Madame la Marquise, vous avez dit JUSTICE INDEPENDANTE ???

Ce ne serait pas un "barbouze" par hasard ?

une commission d'enquête parlementaire ?

Alors braves gens, si vous n'avez pas compris la manoeuvre, je suis triste pour vous,

même désespérée.

Capture PROCUREUR 7.JPGCapture PROCUREUR 2.JPGCapture PROCUREUR 5.JPGCapture PROCUREUR.JPG 

 

 

 

 

 

22/10/2018

IL FAUT LEUR CRACHER A LA GUEULE, LEUR MARCHER DESSUS, LES ECRASER

 

Jean-Luc, tu exagères là !

Mais non, ce n'est pas lui qui l'a dit, il les a juste traités d'abrutis (pour certains). CE QU'ILS SONT puisque

le synonyme c'est CRETIN, STUPIDE... C'est gentil !

Les abrutis, offensés, passent en boucle l'indignation justifiée de Jean-Luc MELENCHON.

Radio France annonce ce samedi déposer plainte après les propos du député de La France insoumise qui a qualifié de «menteurs» les journalistes qui enquêtent sur ses comptes.

 

Qu'en a-t-il été pour SARKO ??? RIEN..

C'EST AUTREMENT PLUS VIOLENT

non ?

 

Sarkozy fidèle à lui-même : « Il faut leur cracher à la gueule » !

Avec cette phrase, Nicolas Sarkozy visait les journalistes. Le président français est visiblement de plus en plus énervé contre cette profession.

C’est le Canard Enchaîné qui parle de cette info. Le quotidien satirique français reprend en fait les paroles du président lors d’un discours devant les dirigeants de la majorité en mars dernier.
Nicolas Sarkozy a toujours eu des rapports compliqués avec la presse (du moins une certaine presse), mais ceux-ci se sont encore dégradés depuis le voyage du couple présidentiel au Mexique.
Les journalistes reprochant à Nicolas Sarkozy d’avoir logé chez un banquier soupçonné de blanchir de l’argent de la drogue. Le Canard Enchaîné est parmi les quotidiens français l’un de ceux qui soulignent le plus les écarts ou les paroles acerbes du président.
Il reprend donc la totalité de la citation de Nicolas Sarkozy dans son édition de mercredi : « Les journalistes, ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore, les bandits eux, ont une morale. »


Si la profession ne se sent pas vraiment vexée par l’affront, les termes utilisés par le président français sont, une fois de plus, assez déplacés.
http://torapamavoa.blogspot.com/2009/04/sarkozy-il-faut-l...

 

Les journaleux valets insultés grossièrement par Macron et son équipe prêts à manger sa merde malgré tout ?

 

GROS CONNARD

DEBILE PROFOND

SAGOUIN

Les journaleux valets insultés grossièrement par Macron et son équipe

Le torchon brûle-t-il entre Macro-con et les journalistes qui se sont échinés à le vanter, le mettre en valeur… pendant des mois ?

L’atterrissage est rude. Non seulement c’est l’Elysée qui dorénavant choisira les journalistes chargés de couvrir communications, déplacements etc.

Mais en sus, les valets du pouvoir sont traités en valets.

Rien ne va plus entre Emmanuel Macron et les médias. Pas moins de 25 sociétés de journalistes – dont celle de franceinfo –, des directeurs de rédaction et l’organisation Reporters sans frontières ont écrit jeudi 18 mai au président de la République pour protester contre l’organisation de sa communication. L’Elysée est notamment accusé de vouloir choisir les journalistes couvrant les déplacements du président de la République.

Face à l’émotion suscitée par cette décision, la présidence a assuré vendredi ne pas vouloir« imposer un journaliste plutôt qu’un autre », mais « ouvrir l’Elysée aux journalistes sectoriels » – comprendre spécialisés dans une thématique – plutôt que de les réserver aux journalistes politiques. Pour sa part, le nouveau porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a jugé que le différend devait être « réglé » car « c’est la liberté de la démocratie française qui est en cause ». D’autant que ce n’est pas la première fois que les relations entre l’équipe d’Emmanuel Macron et les journalistes sont pour le moins tendues.

Les images de la Rotonde : « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? »

Les relations entre l’équipe de campagne du candidat et les médias se sont brusquement tendues au soir du premier tour de l’élection présidentielle, lors de l’épisode de la Rotonde, relate M, le magazine du Monde. Emmanuel Macron invite ses troupes dans la célèbre brasserie parisienne. Les images tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Elles rappellent celles de Nicolas Sarkozy invitant ses proches au très sélect Fouquet’s au soir de sa victoire en 2007.

Les conseillers du candidat appellent immédiatement les journalistes pour leur reprocher leur traitement de l’information. « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? », lancent-ils, selon des propos rapportés par Le Monde.

Interrogés quelques jours plus tard, Emmanuel Macron lui-même ne cache pas son agacement. Interrogé en conférence de presse, il lance : « C’est vous qui n’êtes pas réveillés là ! Vous n’êtes plus en lien avec le terrain ! (…) Tournez la page, redescendez, vous ! Passez à autre chose, passez à la vraie vie du pays ! »

Voir video sur l’article

Yann Barthès : le « gros connard » menacé de boycott

Au lendemain du premier tour et de cette soirée à la Rotonde, un journaliste de « Quotidien », l’émission de Yann Barthès diffusée sur TMC, pose la question qui fâche : « La Rotonde, c’est votre Fouquet’s ? » La réponse d’Emmanuel Macron est cinglante. Il réplique au reporter qu’il n’a« rien compris à la vie », et que lui n’a « pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien ».

En représailles, relate Le Monde, l’émission reçoit « des menaces de boycott et des pressions directes ». Sylvain Fort, l’attaché de presse du candidat, devenu depuis le directeur de la communication de l’Elysée, qualifie Yann Barthès de « gros connard » et de « débile profond ». Dans le magazine du quotidien du soir, l’intéressé récuse la seconde formule… mais pas la première.

Michel Field : victime de « l’exaltation de la soirée » électorale

Au soir du second tour, un autre épisode déplaît aux équipes du désormais président élu. Pendant sa couverture de la soirée électorale, France 2 diffuse le discours de Jean-Luc Mélenchon.

Le directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, reçoit alors un coup de téléphone. Au bout du fil, un conseiller du président fraîchement élu est furieux et critique ce choix éditorial. « J’ai mis ça sur le compte de l’exaltation de la soirée, excuse Michel Field. Ils ont dû se chauffer la tête. Je leur ai expliqué le b.a.-ba de l’information et de la priorité au direct. »

« Les Inrocks » : un « travail de sagouin »

Le documentaire « Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire », diffusé sur TF1 au lendemain de l’élection du champion d’En marche !, comporte une autre séquence révélatrice. On y voit Sibeth Ndiaye, l’incontournable chargée des relations presse du candidat, passer un savon à un journaliste des Inrocks. Elle lui reproche un article intitulé : « Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers ». Les Inrocks reprennent une interview d’Emmanuel Macron dans L’Obs. Le candidat y déplore « l’humiliation » qu’auraient subie, selon lui, les opposants au mariage pour tous, après l’adoption de la loi Taubira.

« Je me permettais de vous appeler parce que j’étais un peu étonnée par un titre dans un papier sur votre site internet. Vous indiquez que Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers. Son propos est légèrement plus nuancé, en particulier concernant Zemmour », commence-t-elle.

Et elle poursuit, furieuse : « Non, il n’a pas dit : ‘On a humilié La Manif pour tous, putain !’ Faites votre boulot les gars aussi. Non mais là, ça me saoule. Franchement, là, je suis saoulée(…) Ça, c’est pas du travail de journaliste. C’est du travail de sagouin. »

 http://mobile.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/t...

 

L’arrogance de Macron et de ses équipes sont connues, il y a beau temps, nous l’avons maintes fois dénoncée, nous avons maintes fois montré à quel point Macron se voyait en Bonaparte, en roi au-dessus de la mêlée, distribuant à la volée bons et mauvais points, prétendant détenir la vérité absolue. Attitude dans laquelle il a persévéré pendant le débat du second tour mais comme tout le monde avait les yeux fixés sur Marine, il est passé à travers les gouttes.

Bien fait pour les journaleux, sera-t-on tentés de dire. Avec raison.

Mais n’en espérons pas pour autant des articles lucides et à charge contre Macron.

Ils sont majoritairement mondialistes, européistes, anti-Marine.

Si Macron leur demande de manger leur merde, ils le feront. Par idéologie. Et par intérêt. Il faut bien manger, mâme Michu.

Et la liberté d’expression ? Et l’information objective ? Il y a beau temps qu’elles ont disparu en notre beau pays, Mâme Michu.

 

Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/20/les-journaleux-valets-insultes-grossierement-par-macron-et-son-equipe-prets-a-manger-sa-merde-malgre-tout/

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique