logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/02/2009

LE CLIP QUI DECHIRE

 
dans mes mails, le lien ... j'ai préféré aller droit au but et passer le clip

FAUT BIEN RIRE ENTRE LES LARMES

A FAIRE CIRCULER DE TOUTE URGENCE
> A partir du 01/01/2009, sachez que vous avez le droit de refuser un contrôle d'alcoolémie pratiqué par la police ou la gendarmerie! (Décret paru au JO du 5-12-2008)


> >
En effet, il y a un risque de contamination de l'embout par la grippe aviaire, car ces contrôles sont effectués par des poulets en plein air dont les heures de sortie ne sont pas réglementées

 

***

**

*

 Voilà ce que je trouve dans mes mails

Merci Francesca

03/12/2008

TAGUEE ... SOUVENIRS D"ENFANCE

 Betty, j'obéis à tes ordres ...

Taguée par Urga dont je vous recommande une visite en bonne et due forme sur le blog http://allons.y.blog50.com

à mon tour de vous arroser de peinture...

En attendant, voici une extrait d'une note publiée  en 2006


28.11.2006

17. NOEL 55 !

 


En cette fin d’année 1955, je passai comme tous les membres de la famille, un Noël différent des autres.  Pas de sapin décoré avec amour la veille par maman, pas d’excitation au coucher à l’idée des cadeaux à venir. Pas de réveil joyeux et de pieds nus courant sur le parquet sitôt sautés des lits, pour découvrir près de la cheminée en marbre les  cubes,  puzzle,  toupie,  boite à outils,  beigneur ou  dînette. 

A l'approche des fêtes, il m'arrivait de fouiner dans l’armoire de la chambre et d’entrevoir des paquets joliment emballés, cachés derrière les piles de draps. Les jouets étaient souvent d’occasion, donnés par des familles. Mais les enfants ne s’en apercevaient pas. Etant l’aînée, j’étais seule dans la confidence.

Après bientôt quatre mois d'éloignement familial depuis la rentrée scolaire, Papa était venu me récupérer à Châteaumeillant et j’allais passer ce Noël seule avec lui. Nous avions pris un léger repas du soir à l’ Hôtel du Poitou et nous allions réveillonner à flâner dans Pigalle que je découvrais pour la première fois.

Je lui tenais la main et nous marchions tous les deux dans cette nuit magique. Bien entendu, malgré mes douze ans, la provinciale que j'étais avait déjà entendu parler de ce quartier fourmillant de lieux de divertissement célèbres pour adultes. J’étais fascinée par les enseignes étincelantes et multicolores des cinémas,  cabarets, dancings et music-halls tels le Moulin-Rouge et ses ailes scintillantes, le cirque Medrano, le Gaumont-Palace mais il m’arrivait d'être gênée devant les affiches exhibées à ma vue juvénile ou les prostituées sur le trottoir. J’avais le sentiment de franchir un interdit en déambulant ainsi dans Pigalle, dont la renommée signifiait  pour mon jeune âge, un endroit de "perdition". 

 Papa fêtait le réveillon dans les petits bistrots en déglutissant quelques mousses bien fraîches avec pour seule

compagnie l' aînée de ses six enfants accrochée à ses basques. Je m’asseyais avec peine sur les tabourets de bar et haut perchée je sirotais mon Orangina.

Emue de partager ces moments de complicité avec lui, je sentais tout de même que quelque chose clochait. J'aurais préféré être ailleurs, dans l'intimité d'une famille. "Elle n'est pas encore couchée cette petite ?" avait lancé une serveuse en posant un regard bienveillant sur ma personne.

J'avais conscience que nous n'étions pas à notre place ici. Mais il n'y avait plus de toit pour nous accueillir.

Après cette virée dans Pigalle, nous sommes rentrés au bercail chez le « Bougnat » et je me suis endormie près de Papa, serrée contre le mur.

Le jour de Noël, il passa une grande partie de la journée au lit, un rien  barbouillé  de la veille et moi derrière les persiennes mi-closes, une grosse boîte de chocolats à la main, je contemplais la circulation sur le Boulevard Diderot.

J’ai  le souvenir d'avoir englouti une grosse quantité de crottes de chocolat fourrées roses et blanc ; -papa les achetait au kilo-, comme les pots de miel qu'il nous ramenait d'Eure et Loire.

Ce fut vraiment un Noël inoubliable parce que dans ce grand moment de solitude partagée, je me suis sentie très proche de lui et j'en garde une chaleur indélébile.

 

 

 

  Chaque blogeur tagué doit en taguer 4 autres
qui doivent chacun ,raconter un souvenir d'enfance sur leur blog..... héhéhé

je vais donc taguer !

 
Gérard ou Chap 

http://baetlanguedoc.blog50.com/
 
 
Annie ou Maminie
http://maminie.blog50.com 
 
 Ninette
http://quelquesnotesde.blog50.com/
 
Jeannette ou Biche   
http://biche38.blog50.com/
 
 
 BISES A VOUS

 

 

02/12/2008

ON SE DETEND ... on en a bien besoin

medium_img16.2.jpg
 
medium_img1.5.jpg
medium_img6.3.jpg
medium_img17.3.jpg

medium_img18.2.jpg
medium_img19.2.jpg
medium_img24.jpg
medium_img25.2.jpg
medium_img3.2.jpg
medium_img15.3.jpg
 
 
C'est l'pied tout ça !
Merci Françoise !
J'ai découpé le diapo en petits morceaux
pour notre plaisir 
 

22/11/2008

pfffffffffffff!

 
 
 
medium_image_sarko_bruni.jpg
 
 
*****
**
*
 
medium_imgA.jpg
 
medium_img_B.jpg
medium_imgC.jpg
J'espère qu'elles ont été bien rémunérées pour la photo 
 
 
 
 
Sujet de philosophie au baccalauréat : " Abordez de la manière la plus concise possible les trois domaines suivants : religion, sexualité, mystère." 
La copie la plus courte a reçu 20/20 :
*
*
*
*
 
 
 
 
 " Mon dieu, je suis enceinte ! Mais de qui ? "
 
******
 
medium_img_D.jpg
 C'est le crâne de René ou Jean-Claude ?
(Heraime ou Jeremiemenerlache) 
 
medium_imgI.jpg
medium_imgJ.jpg
 
medium_imgk.jpg
medium_imgL.jpg
  ****
 

- Les enfants, cette année, nous avons décidé de partir en vacances en pension complète !
- C'est quoi la pension complète ?, demande le plus jeune.
- La pension complète c'est le top !
Nous allons dormir dans un hôtel où une dame viendra le matin refaire nos lits, faire le ménage, remettre des serviettes propres.
> Au restaurant de l'hôtel, on pourra aller prendre un copieux petit déjeuner, des cuisiniers nous prépareront notre déjeuner et notre dîner pendant que nous nous promènerons. C'est super, non ?...

- Oui !... Répond le petit sur un air dubitatif.
- Quelque chose ne va pas ? S'inquiète le père...
- Non, non, c'est très bien, seulement je me demande pourquoi on emmène Maman, alors !...
 
SALE MOME ! LE DIGNE FILS DE SON PERE
viens là, je vais te dresser, moi 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique