logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/02/2017

Extraits CM - Bulletin municipal - wifi public - comité des fêtes

http://www.habas.fr/Vie-municipale/Les-comptes-rendus-du-Conseil-Municipal/Annee-20172/COMPTE-RENDU-DU-CONSEIL-MUNICIPAL-DU-2-FEVRIER-2017

 

BULLETIN MUNICIPAL


Damien Delavoie informe le conseil que le bulletin municipal est pratiquement prêt, la nouvelle mise en page est en cours.

Il détaille les articles :

Edito du Maire,

Place des écoles avec règles d’utilisation,

chiffres clés 2016,

intercommunalité et nouvelles compétences,

PLUI,

Office du Tourisme,

Projets 2017,

Maison de Santé,

Lavoir, Fontaine, Tri,

Marché des Saveurs et de l’Artisanat,

Tournoi de tennis,

Noël de l’UDA,

Saison USH

et état civil.


Dans la semaine, Damien Delavoie transmettra un exemplaire à tous les conseillers municipaux par mail pour relecture rapide et petites corrections. Envoi à l’imprimeur au plus tard le 17 février pour une livraison le 24 février. Les bulletins seront à distribuer dans la foulée.


Damien Delavoie souhaiterait prévoir un bulletin pour la fin de l’été avec une partie pour les associations. Celles intéressées pourraient rédiger leur article notamment pour les inscriptions de rentrée.

 


WIFI PUBLIC


Monsieur le Maire informe le conseil municipal que l’informaticien propose l’installation de deux antennes : une sur le foyer

et l’autre sur l’Eglise pour couvrir environ 100 mètres avec le Wifi Public.

Le coût du matériel s’élève à 100 € et l’abonnement à 25 € par mois.


Damien Delavoie propose de mener une enquête publique avant d’installer ce matériel car des personnes peuvent ne pas supporter le wifi. Il est donc primordial d’appliquer le principe de précaution. Des garanties sanitaires seront donc demandées à la société avant toute installation.

 

 Comité des Fêtes :
La réunion publique organisée par le comité a permis de recruter une vingtaine de nouveaux bénévoles dont deux candidatures pour la présidence.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

HABAS : PRESENTATION DE LA MAISON DE SANTE

PRÉSENTATION MAISON DE SANTÉ


Objet : Présentation du projet de la future Maison de Santé par les deux associés de la
SCI : Vincent Dagès et Bastiann Snijders et par le maître d’oeuvre pour la partie
technique.


Vincent Dagès remercie en premier temps le conseil municipal de leur permettre de présenter
ce projet et de l’inscrire dans le prochain bulletin municipal.


Il explique que le projet a débuté en décembre 2015, une vingtaine de réunions avec les
différents praticiens ont permis de définir les besoins et les conditions financières. Dépôt du
permis de construire le 30 juin 2016, obtention le 30 novembre 2016, début des travaux 3e
semaine de janvier 2017.

La première pierre sera posée fin février. Fin de travaux prévue
pour septembre 2017.


Il présente également les 17 associés et leurs spécialités.

6 praticiens ont moins de 30 ans ce qui laisse présager une activité sur du long terme.

3 médecins,

1 psychologue,

2 kinésithérapeutes,

1 pédicure podologue,

1 ostéopathe,

1 sage-femme,

1 orthophoniste

4 infirmiers

1 dentiste

1 opticienne

et bien évidemment 1 pharmacien

+ Possibilité envisagée de recevoir 1 jour par semaine 1 psychomotricienne.

 


Bastiann Snijders présente la partie financière : Budget total 1 995 674.49 €. Emprunt sur
20 ans au crédit agricole : les loyers des praticiens sont donc fixés pour 20 ans.


Yves Camiade présente l’ensemble des artisans par corps de métiers. Les mieux disants ont
été retenus.

Il expose ensuite le plan (bâtiment de 1000² de plein pied), terrain avec un fort dénivelé de 5 mètres.

Un parking est prévu près de la route pour la clientèle et les patients, un parking situé à l’arrière sera privé pour les praticiens.


La structure étant importante, la toiture sera métallique, un bardage métallique grisé changeant de couleur suivant l’orientation et le temps sera placé sur les façades.


Le Plan de la future Maison de Santé restera affiché en mairie.


Bastiann Snijders demande si le conseil municipal peut prévoir les trottoirs sur la partie
publique.

Monsieur Le Maire précise que des devis seront demandés pour décider de la faisabilité sur 2017

 

HABAS : TROTTOIRS ROUTE DE LABATUT AU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 2 FEVRIER 2017

 

TROTTOIRS ROUTE DE LABATUT


Monsieur Le Maire propose au Conseil Municipal de terminer la seconde phase de travaux sur 2017.

En effet, l’UTD de Tartas en charge du dossier n’avait pas prévu les bordures sur la deuxième partie des trottoirs.

Sébastien Vidaucoste précise que les services de l’UTD avaient envisagé des bordures uniquement sur la moitié des trottoirs car en arrivant du crédit agricole, le virage est sortant. Pour eux, l’autre partie ne présentait pas de problème de sécurité donc ils n’ont pas estimé nécessaire la pose de bordure.


Guy Loustaunau insiste car sans les bordures, il semble que les travaux ne sont pas terminés et pour la sécurité des usagers, il est préférable de prévoir la mise en place de bordure sur la partie restante.

Un premier devis de 13 138 €TTC a été adressé par l’entreprise Bautiaa, cependant Guy Loustaunau a demandé à rectifier ce devis car des moins-values pour le caillou les buses modifiées n’avaient pas été prises en compte. Le devis devrait s’élever à 10 000 €.


Le Conseil Municipal accepte que Monsieur Le Maire valide le devis modifié pour l’exécution de la fin des travaux.
Jean-Claude Cazaux demande pour quelles raisons les petites bordures n’ont pas été apposées tout le long pour maintenir les talus. Guy Loustaunau spécifie que ces bordures ne sont pas

LE GRAND PRINTEMPS DES LANDES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, océan et texte

21/02/2017

LE SAVIEZ-VOUS ? LA FRANCE DE 1790 DIVISEE EN 83 DEPARTEMENTS

france 1790 .jpg

 Leur création remonte au décret du 22 décembre 1789 pris par l'Assemblée constituante de 1789, effectif à partir du

 

En trois mois de travail, le comité de constitution des départements à l'Assemblée, a bouleversé le paysage administratif français. L'ancienne mosaïque qui morcelait la France a été remplacée par quatre-vingt-trois unités de superficie à peu près égale.

Chaque département ainsi constitué a été doté d'un chef-lieu pouvant être atteint par tout administré en une journée de cheval, soit quarante kilomètres.

Le département est divisé en plusieurs districts portant le nom des principales villes.

Députés et autorités locales ont été consultés, ce qui a donné lieu à de multiples controverses, comme dans les LANDES.

DAX, MONT-de-MARSAN et SAINT-SEVER voulaient chacune devenir chef-lieu. DAX pensait s'unir à BAYONNE pour former un département excluant MONT-de-MARSAN. Cette dernière ville tentait, de son côté, d'éliminer DAX par une fusion avec BAZAS.

Après diverses manoeuvres, il a été décidé que le chef-lieu des LANDES serait MONT-de-MARSAN, bien que la ville ne compte que trois mille âmes. Pour contrebalancer cette décision, le tribunal siègera à DAX;

SAINT-SEVER, ville épiscopale, n'avait aucune chance.

 

Actuellement : 101 départements français depuis la départementalisation de Mayotte le

 

 

France_départementale.svg.png

La Restauration conservera les départements et en 1860, la France en comptait 89.

En 1902, les trois territoires civils d'Algérie deviennent 3 départements : Alger, Oran et Constantine. Entre 1955 et 1959, ces trois départements sont subdivisés, voyant la création de 12 autres départements. En 1957, le Sud-Est départementalisé avec la création de deux départements du Sahara. Tous ces départements disparaîtront avec l'indépendance de l'Algérie en 1962.

 

La perte de l'Alsace-Lorraine entraînera la création d'un nouveau département, la Meurthe-et-Moselle (constituée des parties des départements de Meurthe et de Moselle restées françaises) ; ce département subsistera après le retour de l'Alsace-Lorraine en 1918. Le Territoire de Belfort, (partie du département du Haut-Rhin restée française), garda un statut spécial de 1871 à 1922, année où il devint un département.

En 1946 sont créés départements d'outre-mer (DOM) : la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique et La Réunion.

La réorganisation de la région parisienne en 1964, effective en 1968, transforme les deux départements de la Seine et de la Seine-et-Oise en sept départements : Paris, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Val d'Oise

En 1976, le département de la Corse est scindé en deux départements : Corse-du-Sud et Haute-Corse, et Saint-Pierre-et-Miquelon devient le cinquième département d'Outre-mer, statut qu'il abandonne en 1985 pour devenir une collectivité d'outre-mer.

 ****

*

*

 

En janvier 2008, la Commission pour la libération de la croissance française, dite Commission Attali, recommandait de « faire disparaître en dix ans l’échelon départemental 

  En 2014, le Premier ministre Manuel Valls au mois d'avril, puis le président de la République François Hollande le 3 juin, annoncent vouloir supprimer les conseils généraux pour 2020.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique