logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/09/2007

NOTRE DAME DU RUGBY

J'aurais été impardonnable d'évoquer le rugby à la nantaise et de ne pas signaler NOTRE DAME DU RUGBY dans les LANDES. medium_250px-Notre_Dame_Rugby_1.JPG

wikipédia.org

Notre-Dame-du-Rugby est une chapelle située dans la commune de Larrivière-Saint-Savin dans les Landes. Construite en 1861 sur l’emplacement d’un ancien oratoire romain, cette chapelle partiellement détruite doit à l’abbé Devert son nouveau destin.

En 1963, trois joueurs de rugby à XV de Dax décèdent dans un tragique accident de voiture.

Ils avaient pour nom Jean Othats, Émile Carrère et Raymond Albaladéjo (le frère de Pierre Albaladejo).

L’abbé Michel Devert s'était beaucoup occupé de jeunes et donc de rugby. Il a l'idée d'utiliser une vieille chapelle en bien mauvais état pour être dédiée à la prière dans le cadre du rugby. Elle devient Notre-Dame-du-Rugby .

 

 Une dizaine de milliers de visiteurs viennent se recueillir chaque année dans cette église minuscule et viennent admirer les vitraux qui donnent à la mêlée ou à la touche un éclairage différent
 

medium_v2_web.jpgmedium_v3_web.jpgmedium_v4_web.jpg medium_v1_web.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Les visiteurs peuvent à présent découvrir les talents cachés de quelques grands du ballon ovale : Pierre Lisse a taillé la statue de la Vierge à l'extérieur et il a même dessiné, en 1973, le vitrail de "la touche de la Vierge"!



Un autre roi du ballon ovale Alfred Henquinbrant, de Monclar-d'Agenais, a tracé deux autres vitraux : "La Vierge aux pélerins" et "la Vierge au-dessus de la mêlée". De nombreux maillots ayant appartenus aux grands noms du rugby hexagonal et international tapissent les murs. Ceux de Pierre Villepreux, de Benoît Dauga ou d'Emile Belloqui, tandis que d'impressionnants crampons décorent l'arrière de l'autel après avoir chaussé Albaladejo, Carrière, Noguès et Othats. Enfin, sur l'autel, un petit livre d'or et d'intentions. On peut lire des trésors d'imagination, comme cette réflexion relevée en 1991 : "Si le rugby avait existé avant, Dieu y aurait joué"!

 

medium_NOTRE_DAME_DU_RUGBY_maillots.2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans l'abbé DEVERT, il n'y eût  point d'histoire.medium_L_abbe_Michel_Devert.jpg

SUD-OUEST : ..."Lui, en a par milliers. A 80 ans, sonnés par la comtoise du presbytère de Mézos, village où il est né, il a gardé l'oeil malicieux de l'enfant. Il dit être venu au monde un ballon de rugby dans les mains, et la première pique qui lui vient est pour Dax : « Dans les années 30, le Sporting Club Mézossais a battu l'USD, et si ça ne leur fait pas plaisir, c'est le même prix. » Interdit à l'école, ce jeu était considéré au séminaire comme un péché. Autant de raisons pour que le petit Michel le pratiquât avec son gabarit d'ailier qui joue au talonnage. Les ordres ne l'ont pas assagi, bien au contraire. Ce curé chahuteur, passionné par l'histoire du maquis, faisait tourner en bourrique l'évêché d'Aire et de Dax. Accusé de syndicalisme, il dut se résoudre à quitter Capbreton, où il était directeur d'école pour Larrivière, pays déshérité s'il en était en 1956.


Bénédiction du pape. La motivation de l'abbé était décuplée. Il inventa le transport scolaire dans son vieux bahut qui roulait au gaz et fit obtenir 12 certificats d'études aux 12 élèves de la commune qu'il avait sous sa coupe. La réussite dans les études, y compris la sienne, sont sa fierté après... Notre-Dame du rugby. Une chapelle qu'il a reconstruite pierre par pierre sur des deniers qui ne doivent rien au culte.
« Chaque caillou de l'église a son histoire : il y a même deux pierres récupérées à la basilique Saint-Luper de Gabarret. Elle a été inaugurée en juin 1967 et bénie par Mgr Bézac avec qui j'étais en bons termes. J'ai même obtenu la bénédiction du pape Jean-Paul II par courrier du Vatican, ce qui n'a pas empêché qu'on m'interdise d'y célébrer des baptêmes et des mariages. Aujourd'hui, elle a fière allure. Il ne manque qu'un quatrième clocheton qui permettrait d'obtenir l'accord parfait. Avis aux bienfaiteurs », dit-il.
Un don qui lui ferait bien plus plaisir que la médaille de l'ordre national du Mérite qu'il a reçu le 28 mai 2007, juste avant un problème de santé qui l'a plongé trois mois dans l'amnésie. Aujourd'hui, il a retrouvé la mémoire. On veut croire que Notre-Dame du rugby y est pour quelque chose car, comme il le dit, « je suis mort le matin et ressuscité le soir ». "
 

 

01/09/2007

pignolots et pignolottes

Il s'en passe des choses dans les Landes pendant l'été...

UN LANCER DE PIGNES A eu lieu comme chaque année à BISCAROSSE pour le CHAMPIONNAT DU MONDE (mais oui, vous avez bien lu) sur le fronton de la plage qui se déroule depuis dix ans avec le  plus grand sérieux. Quand on connaît l'importance du pin et de sa pigne dans la culture landaise ce n'est pas surprenant que cette idée ait germé dans la tête d'un membre de l'Association Stars Humanité club des Landes. Les vainqueurs se voient décerner la pigne d'or, la mégapigne d'or ou la pigne de cristal.

 

Mais attention ! il paraît que le maniement de la pigne demande des années d'entraînement et un savoir-faire particulier. Le championnat est homologué dans le Livre des Records. (Guiness Records).

 medium_pomme_de_pin.jpg

 Il faut noter que cet évènement a un but humanitaire ; les fonds récoltés (2 ou 3 euros pour deux tirs), iront à une association (La Clé des Mots) qui lutte contre l'analphabétisme et promeut l'apprentissage de la langue française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a quelques années de cela, les pommes de pin avaient une autre utilisation. Ainsi à ONDRES, dans cette jolie petite cité balnéaire, la polyculture et l’exploitation de l’espace forestier conséquent occupaient l’essentiel de la population. En effet, l’exploitation des pommes de pins (fruit du pin) a longtemps caractérisé les Ondrais, à tel point qu’on les surnommait « les Pinhèrs » se qui signifie pigners en Gascon.

Une trentaine de familles vivait de cette activité qui consistait, une fois la récolte effectuée dans les forêts communales ou privées environnantes, à les faire ouvrir dans des fours préalablement chauffés. Cette opération réalisée, les pignes étaient acheminées par la route sur des charrettes tirées par des bêtes vers les marchés proches de Bayonne et Biarritz où les familles aisées venaient s’approvisionner en pignes afin de s’en servir comme allume-feu.

Elles étaient aux 19ème et 20ème siècle très demandées pour l’allumage des poêles.
La présence de l’océan, d’une majestueuse forêt, d’étangs où l’on pratique la pêche et d’une belle plage de sable fin a définitivement convaincu les Ondrais de se tourner vers le tourisme.

 On peut toujours faire une bataille de pommes de pin si l'on s'ennuie un peu...

 

31/08/2007

CONCOURS DE MARMITAKO

Je n'avais encore jamais entendu parler de ce concours... Il a eu lieu le 28 août à Urrugne au Pays Basque... Il s'agissait du concours de marmitako.

Cékoi le marmitako ?  medium_marmitako.jpg

Une semaine avant les fêtes patronales, voici encore une animation de choix sur la place du village.  Un rendez-vous gourmet pour les urruñar.
 
Ce sont en effet près de 27 associations qui ont répondu à l'invitation pour cette 15ème édition.  Les équipes disposaient de deux heures (de 10 heures à midi) pour concocter le meilleur marmitako, nom local donné au ragoût de thon, où plutôt celui qui sera le plus apprécié par le jury.
 
À la disposition des participants : 3 kg de pommes de terre, 3 kg de thon et les ingrédients nécessaires, chacun pouvant bien évidemment amener sa touche personnelle.
 
Chaque équipe devait préparer  environ douze repas.
 

  

PREPAREZ-VOUS POUR L'AN PROCHAIN... Framboisine sera dans le jury avec Jean-Claude. Je vais m'entraîner cet automne ; sait-on jamais ! Les amis d'Urrugne me prêteront bien leurs fourneaux.

Préparation : 15 mn
Cuisson : 35 mn

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 800 g de thon rouge frais
- 2 gros oignons
- 10 piments rouges doux
- 10 piments verts doux
- 4 belles tomates
- 2 gousses d'ail
- 6 pommes de terre
- huile d’olive
- sel poivre
- 1 bouteille de bon vin blanc sec
- laurier


Préparation :

Couper le thon en petits morceaux, ainsi que les piments et les tomates. Emincer ail et oignons.

Faire revenir le tout dans 5 cuillères à soupe d’huile d’olive. Le récipient idéal, est une grande cassolette en terre.

Lorsque l’oignon est blond, incorporer les pommes de terre taillées en dés. Bien mélanger et assaisonner. Mouiller avec le vin blanc et un verre d’eau.

Pour éviter que le goût ne soit trop corsé, il est conseillé de flamber le vin avant son addition à la préparation.

Recouvrir le plat et laisser cuire sur feu doux, une bonne demi-heure. Servir chaud.
 
 
Les 300 convives attendus ont apprécié le marmitako dans une ambiance festive avec gaiteros et mutxikos (danses traditionnelles basques) 
medium_danses_basques.jpg
 

 

 

 

 

 medium_danseurs.2.jpg

 

 

 

 

 

www.saintpierredirube.fr/.../danse/danseurs.jpg

 

LES MOUCHES HARD !

 Pas trop de mouches cet été... depuis deux jours elles rappliquent. J'ai trouvé où elles se cachaient .... HI HAN !medium_DSC07875.2.JPG

 medium_DSC07874.JPG

25/08/2007

CANYONS EN PAYS BASQUE ....DES GORGES DE KAKUETA A LA PASSERELLE d'HOLZARTE

Aujourd'hui, c'était encore une journée famille bien festive... Babeth m'a donné à voir quelques photos de ses balades aux gorges de KAKUETA  et d'HOLZARTE et veut bien les partager avec mes amis blogueurs.

Il y a quelques années j'avais eu plaisir à visiter les gorges de KAKOUETA, entièrement réaménagées en 1994. Un sentier permet la visite jusqu'à la cascade, de 20 mètres de haut et la grotte ornée de stalactites et de stalagmites.

De 3 à 10 mètres de large et jusqu'à 200 m de profondeur. A VOIR ABSOLUMENT.
medium_ELAIA_020.jpg

medium_ELAIA_014.jpg










































 
medium_ELAIA_017.jpg 

 

 

 

 

 





Des grottes de KAKOUETA à celles d'Holzarté, entre Sainte Engrâce et Larrau offrent une ballade inoubliable, d'une hauteur pouvant atteindre 300 m. Un sentier suit le torrent pour accéder à la passerelle suspendue à 150 mètres au dessus du vide Je préfère regarder de loin... d'autant qu'on  y rencontre quelques bébêtes... medium_ELAIA_036.jpg

 

 

 medium_ELAIA_049.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

  

medium_ELAIA_041.jpgmedium_ELAIA_040.jpgmedium_ELAIA_039.jpgmedium_ELAIA_047.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

  medium_ELAIA_069.jpgmedium_ELAIA_068.jpgmedium_ELAIA_066.jpgmedium_ELAIA_023.jpgmedium_ELAIA_063.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






























Sur cette terre de collines brisées, il faut suivre les anciens sentiers, loin du confort des pistes pastorales, ceux qui se faufilent parmi les herbes géantes des canyons, ceux qui flirtent avec le vide de ces entailles comme Kakuetta.

Les troupeaux descendent des pâturages immenses suspendus au dessus de cette faille profonde et étroite où l’air est frais et humide.
Ici on parle le souletin, dialecte basque le plus oriental, le plus étrange.

La Haute Saule, en basque Basabürüa, c’est l’extrémité sauvage. Sainte Engrâce est un bout-du-monde, débordant de végétation luxuriante, marqué de falaises vertigineuses et refuge de superbes rapaces.

Site des plus sauvages et prestigieux d’Europe, les Gorges de Kakuetta, aujourd’hui protégées, forcent l’admiration.
Nous sommes ici dans l'Amazonie des latitudes tempérées pourtant au cœur de la montagne basque.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique