logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/05/2018

VIVE LA MAYADE AU QUARTIER DE BELOTE A HABAS LES 19 ET 20 MAI

19 mai

MAYADE

19 mai - 20 mai

Le quartier de belote plante le mai

les samedi 19 mai et dimanche 20 mai.

MAI

 

Au programme : 

 

Samedi 19 mai

- 19H00 : messe en musique sur le site de la Mayade - Route de Lahontan avec la Lyre Habassaise

 

Dimanche 20 mai

- 9H30 : Randonnée pédestre

- 9H45 : Marche sportive

- 12H00 : Apéritif en musique avec le Duo Sway

- 13H00 : Repas à 10 € - Enfants 3 € pour les - de 12 ans (salade niçoise - Brochettes de coeurs de canard - Haricots Blancs - Oeuf au lait - Vin - Café)

- 14H30 : Concours de Pétanque, ouvert à tous (inscriptions à partir de 14H, 8€ en doublette)

- 15H00 : Nouveau la 1ère "Mayade Warrior" pour ados

- 17H30 : Mise en place du May pour les enfants

- 18H00 : "Petits Jeux à l'Ancienne" Animation gratuite pour les enfants, structure gonflable, promenade en calèche

- 19H00 : Apéritif animé par la Banda "Los Bombaceros"

- 20H30 : Repas champêtre suivi d'un bal

(Menu 15 € adultes et 5 € pour les enfants de - de 12 ans : Assiette de Belote - Entrecôte - Frites - Salade - Fromage - Tiramisu maison, Café et sa suite... Vin rouge et rosé compris)

Un quartier agréable, des habitants qui vous accueillent en toute simplicité et en toute amitié pour partager un convivialité.

 

Los Bombanceros - Aquiu son Lous Bombas - CDLos Bombanceros - Que l'am pas mau - CD

Los Bombanceros - Aquiu son Lous Bombas - CD

La banda "Los Bombanceros" est l'émanation festive de l'association Clique & Harmonie d'Aspremont (fondée il y a déjà 30 ans pour former les musiciens et assurer la perennité du projet associatif).
En quelques mots, cette banda originaire de Peyrehorade (Landes, 40) se définit elle même comme une banda inclassable, incassable et infatigable. Faire de la musique d'animation et d'ambiance est son but premier. Jouant lors des ferias, des fêtes, des rencontres sportives et autres manifestations, les maîtres mots de ce groupe d'amis sont partage, convivialité et plaisir.
Leurs goûts musicaux sont relativement éclectiques: cela va du pasodoble au pasacalle, du fandango au chacha, de la rumba au rock. Bref, un condensé de musique qui bouge et qui fait bouger que l'on retrouve avec plaisir dans leur répertoire.

 

 

 http://www.agorila.com/musique-cd/fiesta/bandas/1256-los-bombanceros-que-l-am-pas-mau-cd.html

Après 30 années d'existence, c'est certainement plus de 1000 titres et références que cette banda a répété, joué et sublimé, selon la forme du moment et de l'heure, mais toujours avec un égal plaisir et dans la bonne humeur.
Pasodobles, fandangos, samba, rumba, marches, huapango, folklore, rock et tradition, voilà ce que vous retrouverez dans ce nouvel album, parce qu'il en faut pour tous, musiciens et mélomanes, festayres... De nouveaux morceaux, jamais enregistrés, ainsi que des titres à grand succès comme "L'encantada Banda" sont aussi présents.
Ecoutez l'album avec ce player:

 

08/05/2018

8 MAI à HABAS ... 8 MAI 1945 A PARIS - LE SAVIEZ-VOUS ?



8 mai

COMMEMORATION DU 8 MAI

8 mai

Toute la population est conviée à la cérémonie au Monument aux Morts tant il est de notre devoir à tous, de transmettre à nos enfants la célébration de la liberté retrouvée le jour de l’armistice du 8 mai 1945 mettant ainsi un terme à quatre années terribles.

Commémoration du Mardi 8 mai :

-     11H30 : Défilé de l’Eglise vers le Monuments aux Morts

-     11H45 : Cérémonie aux Monuments aux Morts - Dépôt de la gerbe par la municipalité et des bouquets apportés par les enfants en mémoire à nos chers disparus

-     12H30 : Vin d’honneur à la mairie pour toute la population.

***

*

7 MAI 1945

A REIMS la paix est enfin signée.

L'ALLEMAGNE capitule sur tous les fronts.

Jusqu'au dernier moment,

l'amiral DONITZ, successeur du Führer, a essayé de gagner du temps pour garantir à l'ALLEMAGNE démembrée une porte de sortie vers les pays ennemis les moins animés par le désir de vengeance.

La mise en garde d'EISENHOWER a précipité les évènements : toutes les lignes alliées du front Ouest seraient fermées pour empêcher  les Allemands de traverser.

Aussitôt DONITZ donnait les pleins pouvoirs au général JODL pour signer sur les bases fixées par les AMERICAINS.

Les délégations se sont rencontrées dans une salle de classe à REIMS, transformée en salle des opérations.

EISENHOWER était représenté par BEDELL-SMITH,

son chef d'état-major.

STRONG, un officier britannique et le général français François SEVEZ assistaient au nom de leurs pays à la soumission du IIIème REICH.

Le général JODL s'est levé devant l'assistance et a dit en allemand :

"Par cette signature, le peuple et les forces de l'ALLEMAGNE viennent de se remettre pour le meilleur ou pour le pire entre les mains du vainqueur...

En cette heure, je peux seulement exprimer l'espoir que ce vainqueur les traitera avec générosité."

Il n'y a pas eu de réponse

 

 

 

 8 MAI 1945 A PARIS

RETOUR DES PRISONNIERS ET DES DEPORTES

 

1 830 000 prisonniers français internés

723 000 ouvriers du Service du Travail Obligatoire

et

75 000 déportés raciaux

c'est à dire les Juifs et les Tziganes

Les troupes alliées ne cessent de libérer nos compatriotes détenus en Allemagne

et dans les territoires occupés par elle.

Le principe de la relève annoncé à grand fracas par LAVAL et les nazis en juin 1942 n'a guère été appliqué.

En  principe, pour trois ouvriers arrivant sur le sol du REICH (STO)

un prisonnier devait être libéré.

Or il n'y eut que 111 000 soldats relâchés par Berlin.

On est loin du compte !

 

 http://deportations.free.fr/deportes.htm

Les catégories de déportés

Les différentes catégories de déportés

Les deux catégories de déportés acheminés par les nazis vers les camps étaient:


- d'une part, les " déportés résistants et politiques " ,termes désignant, s'agissant de déportés politiques français, les gaullistes, les communistes et autres, accusés par le gouvernement de Vichy de se livrer à des activités qualifiées d'" antinationales "


-et d'autre part, les " déportés raciaux ", c'est à dire les Juifs et les Tziganes

 Pour distinguer ces différentes catégories de déportés, tous soumis au même régime, on leur cousait un triangle en tissu sur leurs vêtements rayés :


Triangle rouge pour les " Politiques ", porté par les opposants au nazisme, puis par tous les résistants d'Europe ;


- Triangle bleu pour les " apatrides "
- Triangle vert pour les " droits communs "

- Triangle violet pour les témoins de Jéhovah
- Triangle brun pour les Tziganes
- Triangle noir pour les " asociaux "
- Triangle rose pour les homosexuels
- Triangle jaune pour les Juifs

 

" Nacht und Nebel "

Les résistants étaient exécutés ou déportés et parfois condamnés à la peine de mort. Mais Hitler craignait que les exécutions donnent naissance à des héros nationaux et des martyrs. Il craignait aussi que les condamnations aient des effets déprimants sur la population. Il décida donc de déporter les résistants. L'expression "Nacht und Nebel" qui apparaît le 7 décembre 1941 signifie "nuit et brouillard ".

Cette expression est tirée de Siegfried de Wagner. Les détenus classés NN étaient isolés totalement du monde extérieur, dès leur arrestation. Selon les Nazis, les NN devaient disparaître sans laisser de traces. Il était interdit formellement à la croix rouge et aux personnes civiles de s'intéresser au sort des prisonniers NN . Ils ne pouvaient ni correspondre ni en recevoir des lettres, colis ou visites.

 

Les déportés privilégiés

L'organisation du camp est déléguée par les Nazis aux déportés ; sinon, il leur aurait fallu mobiliser des troupes très importantes pour assurer le quotidien des camps. Les Nazis se chargent de la surveillance des appels, de la répression et du contrôle général.

Les emplois "privilégiés" dans les camps sont chefs ou secrétaires de Block, Vorarbeiter (contremaîtres), médecins, infirmiers, interprètes, etc., puis des emplois d'usine ou de travail à l'intérieur et non à l'extérieur du camp. Les détenus qui occupent de tels emplois dans cet ensemble extrêmement subtil, sont au maximum 10%.

La différence physique entre un déporté occupant un emploi privilégié et les autres déportés est très sensible : ceux qui sont au service des nazis sont mieux nourris et ne ressemblent en rien aux détenus squelettiques des Kommandos.

 

 

 

 
 

.

LES FILLES des ARRIGANS NE FONT PAS SEMBLANT... elles n'ont pas gagné face à PAU, mais elles n'ont pas témérité

 

 

P2030903.JPG

P2040062.JPG

P2040267.JPG

P2040227.JPG

P2030893.JPG

AXELLE... se remet de ses blessures... Elle n'a pas joué

P2040075.JPG

LAURA TRES CONCENTREE

P2040097.JPG

P2040103.JPG

P2040104.JPG

CLARA EN PLEINE ACTION

P2040121.JPG

P2040140.JPG

 

P2040208.JPG

 

P2040202.JPG

 

P2040213.JPG

 

P2040225.JPG

P2040230.JPG

P2040240.JPG

P2040249.JPG

P2040254.JPG

P2040253.JPG

P2040277.JPG

P2040265.JPG

P2040287.JPG

P2040270.JPG

 

P2040242.JPG

UN FESTIVAL DE QUEUES DE CHEVAL

P2040280.JPG

P2040263.JPG

 

P2040255.JPG

P2040293.JPG

204_PANA41.jpg

204_PANA35.jpg

204_PANA37.jpg

204_PANA39.jpg

204_PANA42.jpg

204_PANA40.jpg

204_PANA43.jpg

204_PANA6.jpg

204_PANA8.jpg

204_PANA9.jpg

204_PANA11.jpg

204_PANA14.jpg

204_PANA33.jpg

204_PANA31.jpg

204_PANA29.jpg

204_PANA28.jpg

204_PANA24.jpg

204_PANA22.jpg

204_PANA20.jpg

204_PANA19.jpg

204_PANA16.jpg

204_PANA5.jpg

204_PANA15.jpg

204_PANA2.jpg

Desktop7.jpg

 

03/05/2018

A PROPOS DU FOOT.. ET DES COMMENTAIRES IDIOTS DES JOURNALISTES

extrait J.Luc MELENCHON :

A propos du foot et des commentaires idiots des journalistes

depuis qu'il a assisté au match de football à MARSEILLE.

J’ai lu toutes sortes de choses à mon sujet à propos du football.

Que je n’y ai pas d’intérêt. C’est vrai. Je ne suis pas à l’affut des classements dominicaux et je n’entends rien aux mystères du hors-jeu dont j’ai renoncé à comprendre la nature. Je me contente de raffoler de quelques personnages du foot qui ont su percer le mur de mon éloignement. Et je me contente de détester, par pur a priori, souvent trop politique et mal placé, telle ou telle équipe. J’adorais Papin par affection pour le Cacolac dont j’ai obtenu la livraison à la buvette de l’Assemblée nationale. Bien sûr, je raffolais de Guy Roux et de ses remarques de pingre qui me remplissaient d’allégresse ! Je respecte toujours ce que dit Thuram, et Basile Boli, quoique RPR en son temps, m’est incompréhensiblement sympathique. Comme tout Français de bonne tenue je révère Zinedine Zidane et je lui pardonne tout, même le coup de tête ! Bien sûr, comme tout le monde je hais le Bayern de Munich et je garde secrètement une image de Schumacher à qui je plante des aiguilles avant chaque match où une équipe française est obligée de jouer contre ce club. Le Real de Madrid s’appelle « real » ce qui me refroidit comme partisan de la République et ennemi des Bourbons. Mais tout cela est déjà bien daté quand on en est à la génération de Payet !

Bref, ma relation au foot n’a aucun rapport avec l’art du drible, de la passe arrière, du tir au but croisé, ni d’aucune des merveilles appréciées dans ce sport. On sait aussi que je n’aime pas la place du fric dans ce milieu. Je n’ai pas changé d’avis. Ma musette est encore pleine de vacheries à ce sujet, si besoin est. Je m’amuse de voir les pécores des médias en déduire que je n’aime pas le foot à cause de ça. On voit ce que ces gens-là ont dans la tête ! Pour eux, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Le fric ne pourrit pas que le sport. En tous cas pas autant que les médias. La paye d’un « journaliste » à 38 000 euros ou celle d’un autre à 30 000 me paraissent encore moins justifiée que celle des grands du football. Car ceux-ci continuent à jouer au ballon pour garder la paye tandis que les deux autres pour garder la paye ne font plus du journalisme depuis longtemps. Ah ! ah ! Le fait est que j’ai oublié de dire tout le mal que je pensais de ces commentateurs de foot qui enfilaient à longueur de soirée les remarques xénophobes et les plaisanteries de vestiaires.

Mais à Marseille, tout cela n’a pas de réalité. Le stade est juste la cornue d’une alchimie inconnue ailleurs.

À part peut-être le Red Star, où le foot enfante-t-il un peuple ?

 

Capture MATCH PAU RED STARD.JPG

th.jpg

Rien à redire. Tout à fait d'accord avec l'analyse de Jean-Luc. merci d'avoir cité le RED STAR que nous, landais depuis la retraite, irons soutenir le 11 mai à PAU. C'était notre équipe chouchoute quand nous vivions en région parisienne. Nous lui sommes restés fidèles.

02/05/2018

SAMEDI, RENCONTRE CITOYENNE A MONT DE MARSAN... LA FETE A MACRON

L’image contient peut-être : texte

L’image contient peut-être : texte

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique