logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/11/2010

krpu - krou - krou


Lire la suite

13/11/2010

VERTEMENT réprimandé


Le vrai visage de Daniel Cohn-Bendit
envoyé par mattlouf. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

Dans mes mails ce matin

*

*

DANY VERTEMENT REPRIMANDE*

 


11/11/2010

AU CHAMP D'HONNEUR .. le coquelicot ou le bleuet

9 millions de morts dans le monde

(en France et en Allemagne,un soldat sur six est mort)

et prés de 20 millions de bléssés,dont la moitié mutilés.

*

*


L’origine du bleuet comme fleur symbole du Souvenir trouve son origine directement dans la guerre de 14-18

 

Bleuet.jpg

 

Tout comme les coquelicots, les bleuets continuaient à pousser dans la terre ravagée

des tranchées de la grande guerre.

Pour les poilus, ces fleurs étaient le seul témoignage de la vie qui continuait, au milieu des bombardements et des gaz de combat, et elles étaient aussi la seule note de couleur dans la boue uniforme des tranchées.

Les Anglais ont choisi le coquelicot comme fleur du Souvenir,

les poilus français ont choisi le bleuet comme symbole de leur guerre.

Spontanément, les soldats vétérans de la mobilisation, en uniforme bleu et rouge, ont nommé «bleuets» les jeunes recrues qui arrivaient au front courant 1915, vêtues du nouvel uniforme bleu horizon de l’armée française.

 

 

Poème d'Alphonse Bourgoin, 1916

Bleuets de France


Les voici les p’tits « Bleuets »

Les Bleuets couleur des cieux

Ils vont jolis, gais et coquets,

Car ils n’ont pas froid aux yeux.

En avant partez joyeux ;

Partez, amis, au revoir !

Salut à vous, les petits « bleus »,

Petits « bleuets », vous notre espoir !

**

*

 

Comme le coquelicot britannique,

c’est après guerre que le bleuet fut utilisé comme fleur du souvenir en faveur des mutilés de la guerre.



**

Gentil coquelicot !



Lorsque l’on va en Grande-Bretagne dans la période du 15 octobre au 11 novembre, on est parfois surpris de voir des messieurs très élégants portant une petite fleur rouge en papier à la boutonnière.

img179.jpg


Les troupes britanniques ont participé aux combats de la première guerre mondiale (1914-1918). En 1915, certains de ces soldats combattaient dans les Flandres.

Dans ces régions désertées par les paysans, les champs, labourés par les combats,
n’étaient plus cultivés, aussi durant l’été, les coquelicots se sont-ils semés tout seuls,
transformant la campagne en un tapis rouge comme le sang.


Lors de la bataille d’Ypres (Belgique)
un médecin aux armées appelé John McCrea, pour vaincre l’angoisse qui l’avait étreint
lorsqu’il avait dû enterrer deux de ses amis en l’absence d’un aumônier,
a écrit un poème "In Flanders fields the poppies blow" sur les coquelicots qui poussaient sur les tombes des soldats.

En voici une traduction :

Dans les champs de Flandres les coquelicots fleurissent
Entre les croix, rang après rang
Qui marquent notre place : et dans le ciel
Les alouettes volent en continuant bravement à chanter,
À peine audibles au-dessus des canons.
Nous sommes les Morts. Il y a juste quelques jours
Nous vivions, sentions l’aurore, voyions la lueur du crépuscule,
Aimions et étions aimés, et maintenant nous gisons
Dans les champs de Flandres.
Oubliez notre querelle avec l’ennemi,
Vers vous de nos mains défaillantes nous tendons
Le flambeau, pour que vous le teniez haut,
Si vous perdez confiance en nous qui mourons
Nous ne dormirons pas, bien que les coquelicots poussent
Dans les champs de Flandres.

*
Les anciens combattants, ayant trouvé que ce texte rappelait la dramatique situation des soldats,
ont fait du coquelicot une fleur symbolique.
Aussi le 11 novembre, jour du Souvenir pour les Britanniques comme pour nous, est-il appelé Poppy Day (jour du coquelicot).
Ces petits coquelicots de papier sont vendus au profit des anciens combattants,
et cette vente a le double avantage d’apporter un financement considérable aux vétérans
et d’entretenir de façon vivace la mémoire.

Cette commémoration s’étend aux pays du Commonwealth,
et les Américains en ont également fait le symbole des anciens combattants.

Une émouvante tradition.


img178.jpg

 

 

Au Champ d'honneur*

(Adaptation du poème: In Flanders Fields,
de John McCrae)

            Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici
Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

*Adaptation française du major Jean Pariseau

 

***
*

 

24/10/2010

un 24 octobre BLEU BLANC ROUGE


DRAPEAU.jpg


24 octobre
1790

La France adopte le drapeau tricolore


L'assemblée constituante décrète officiellement le drapeau tricolore, drapeau français, en substitution au drapeau blanc. Le drapeautricolore apparaît dans la toute jeune république française. Il est largement inspiré par la cocarde que les révolutionnaires arborent depuis 1789. Il reprend le bleu et le rouge, couleurs de la ville de Paris, et le blanc, couleur royale.

http://www.linternaute.com

*

DRAPEAU TRICOLORE.jpg

*

Le blanc à été de 1638 à 1790 la couleur du drapeau royal et du pavillon de la marine.De 1814 à 1830 cette couleur représente l'armée royale.

C'est la révolution française qui va instituer le drapeau tricolore.

Dans les premiers temps de la révolution les trois couleurs sont initialement réunies sous la forme d'une cocarde.

En juillet 1789, peu de temps avant la prise de la Bastille une effervescence règne à Paris.Une milice est créée, elle porte un signe distinctif, une cocarde bicolore composée des traditionnelles couleurs de Paris, le bleu et le rouge.

Le 17 juillet, 3 jours après la prise de la bastille, Louis XVI se rend à Paris pour passer en revue la nouvelle Garde Nationale. Il porte la cocarde bleue et rouge pour calmer la foule qui l'entoure, Lafayette commandant de la garde, ajoute le blanc royal, c'est la première façon de porter les trois couleurs.

Un décret du 27 pluviôse An II (15 février 1794) indique que "le pavillon, et le drapeau National, sera formé des trois couleurs Nationales disposées en trois bandes égales de manière à ce que le bleu soit attaché à la garde du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant".

La Restauration de 1815 rétablira le drapeau blanc, le symbole de la monarchie.

Lors de la révolution de 1848, le drapeau tricolore est adopté par le gouvernement provisoire. Cependant le drapeau rouge flotte au dessus des barricades, il est le symbole de la révolution sociale.

Sous la IIIème République, un consensus s'établit progressivement autour des trois couleurs.A partir de 1880, la remise des drapeaux aux armées lors de la première fête Nationale, le 14 juillet, fixe la tradition du drapeau dans les moments des fêtes Républicaines.Peu à peu il fait l'unanimité dans la représentation officielle de la France, les royalistes acceptent cet emblème pendant la première guerre mondiale.


La constituons de 1946 et de 1958 dans son article 2 indique que l'emblème National est le drapeau tricolore bleu, blanc, rouge.

Le drapeau est visible sur les bâtiments publics, commune, préfecture, ect...

Il est bien sûr présent dans les enceintes militaires.Il représente dans les manifestations officielles le symbole de l'état et de la nation, c'est un des signes distinctif de la République.

 

***

*


le drapeau a bien failli passer au noir


a137461.jpg


24 octobre
1940

Poignée de main entre Pétain et Hitler


Le maréchal Philippe Pétain rencontre Adolf Hitler dans son train blindé près de la gare de Montoire-sur-le-Loir. Pétain accepte de devenir l'allié des forces de l'Axe et s'oppose désormais à l'Angleterre. Leur pacte est scellé devant le monde entier par une lourde poignée de main. Le gouvernement de Vichy sera reconnu comme étant le seul gouvernement légal de la France. Cette entrevue a été organisée par Pierre Laval qui avait déjà rencontré le Führer le 22 octobre. Dans une allocution à la radio le 30 octobre, Pétain appellera tous les Français à la "collaboration
".

http://www. linternaute.com

petain.jpg

 

****

*

 

 

02/04/2010

LES CHRETIENS DU VENDREDI SAINT

On les appelle les chrétiens du Vendredi Saint parce que ce sont les fidèles qui ne vont jamais au culte mais qui affluent dans les églises protestantes le vendredi saint.

750px-Grunewald_Isenheim.jpg

Ce jour-là est férié en Alsace par suite du concordat de 1801 qui n'y fut jamais aboli, dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, comme dans presque tous les pays de tradition chrétienne protestante.

Retable_de_l'Agneau_mystique.jpg

 L'Alsace a gardé certaines particularités de l'époque allemande tels que le Vendredi saint férié, la St Etienne férié, la rénumération des prêtres.  

wikipedia.org

Le régime concordataire est issu du droit local alsacien et mosellan. Il reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite. Il constitue donc une séparation incomplète des Églises et de l'État, même si à son entrée en vigueur il reconnaissait égales les trois confessions et la religion présentes.concordat de 1801 signé par Napoléon Bonaparte, n'ayant été abrogé ni par l'annexion allemande en 1870 ni par le retour des trois départements au sein de la République française en 1919. Contrairement aux idées reçues, cet élément du droit local est donc issu du passé français des trois départements (et non de son passé allemand contrairement au droit local des associations ou le régime local de la sécurité sociale). Un avis du Conseil d'État du 24 janvier 1925 déclare que la loi du 18 germinal an X appliquant le concordat de 1801 est toujours en vigueur.président de la République française est le dernier chef d'État au monde à nommer des évêques catholiques. Il faut souligner que cette nomination n'est ni une désignation, ni une investiture (l'une et l'autre relèvent de l'autorité de l'Église et donc du Saint-Siège). Elle a été voulue par Napoléon Bonaparte comme un contre-poids au pouvoir du Saint-Siège : un contrôle et non pas un pouvoir d’ordre spirituel. Aujourd'hui cette nomination est plutôt une survivance juridique et n'a pas de signification politique réelle.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique