logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/06/2016

CGT POLICE : CASSEURS INSTRUMENTALISES PAR LE POUVOIR

Entretien

"Les casseurs sont instrumentalisés par le pouvoir", accuse la CGT Police

Propos recueillis par
 
Assassinat sauvage d'un couple de fonctionnaires de police par un individu se revendiquant de Daech. Violences de part et d'autre dans les manifestations. Alexandre Langlois, secrétaire général de la CGT Police, revient pour "Marianne" sur une semaine particulièrement éprouvante pour la police et pour le mouvement social contre la loi Travail.
SIPA

Marianne : Après l'assassinat d'un couple de fonctionnaires de police lundi, dans quel état d'esprit sont vos collègues ?

Alexandre Langlois : C'est l'émotion et le choc. Personne ne s'attendait évidemment à cela. Cela nous a frappé de plein fouet. Nous savons que le métier de policier est dangereux. Nous avons conscience des risques qui pèsent sur nous, nous les acceptons. Mais cet acte barbare, c'est un phénomène nouveau. Il y a déjà eu par le passé des tentatives de vengeance de voyous sur des collègues. Mais c'est la première fois que cela arrive au domicile. Et cela change tout pour nous. On est maintenant obligé de s'interroger sur la sécurité de nos conjoints, des risques que notre métier peut leur faire courir. Mais la marche blanche qui a été organisée en hommage à nos deux collègues assassinés et qui a rassemblé 2.500 personnes, fonctionnaires de police, gendarmes et citoyens, nous a donné un peu de baume au cœur. Cela a montré qu'on était au-delà de ça, que nous défendions l'égalité, la liberté et la fraternité. Et que cette fraternité justement, qui fait notre vivre-ensemble, était bien présente. Il faut maintenant panser les plaies et continuer notre travail de protection de la population.

 

Mardi 14 juin, vous faisiez partie des milliers de manifestants à Paris contre la loi Travail, avec des pancartes Quel était le sens de votre message ?

"Pourquoi les éléments violents n'ont-ils été interceptés que trois quarts d'heure après la manifestation ?" Le matin, nous sommes allés voir des collègues CRS qui étaient en faction pour leur expliquer notre démarche. Pourquoi nous parlions de la violence de l'Etat.

Dans 95% des cas, cela a été très bien accueilli. Nous avons été écouté et compris. Après, comme dans chaque corps de métier, il y a des cons partout. Mais dans la majorité des discussions, nos collègues nous disaient que c'était bien et même important d'être dans cette manifestation.

Ce message contre les violences de l'Etat avait un double objectif. Nous voulions bien sûr pointer du doigt les cas de violences policières : on ne peut pas le nier, des manifestants en ont subies. Ce n'est pas la police en tant que telle qui est en cause, mais les ordres qui lui sont donnés et qui créent ces situations. Nous l'avons encore constaté mardi : pourquoi les éléments violents n'ont-ils été interceptés que trois quarts d'heure après la manifestation ? Les ordres arrivent bien trop tard. Résultat, on se retrouve avec des collègues blessés et des manifestants également. Mais la violence de l'Etat n'est pas que physique. C'est aussi la violence sociale que nous voulions dénoncer, avec la loi Travail, le déni de démocratie du 49-3 ou les menaces d'interdiction de manifester.

 

Selon vous, pourquoi une telle tension et une telle intensité de la violence dans les manifestions ?

Le 14, si les projecteurs médiatiques se sont focalisés sur les vitres brisées de l'hôpital Necker, on a très peu entendu parler de ce manifestant qui aurait reçu, selon les témoins sur place, un projectile lancé par les force de l'ordre dans le dos*. Résultat, une plaie profonde de 5 cm de diamètre et une vertèbre cassée…

En tant que policier, j'ai l'impression qu'il y a une volonté politique pour que cela ne s'apaise pas. Si, pour reprendre ce terme de "casseurs", nous recevions l'ordre de les intercepter dès le début des manifestations ou au moins au moment où ils passent à l'acte, cela permettrait de pacifier ces manifestations, d'éviter des charges de police qui se font généralement sur des manifestants pacifistes puisque ces "casseurs" ne restent jamais bien longtemps. On ferait redescendre ce niveau de violence et de tension.

*Le parquet a annoncé ce vendredi l'ouverture d'une information judiciaire sur ce cas.

 

Qu'avez-vous pensé de la communication du gouvernement, justement, sur ces vitres brisées de l'hôpital Necker ?

C'est scandaleux à plusieurs titres. Choquant que le ministre de l'Intérieur se soit permis d'indiquer que l'enfant de nos collègues assassinés se trouvait dans cet hôpital. Il a suffisamment souffert pour qu'on le laisse, lui et sa famille, en dehors des récupérations politiques. Laissons ce petit garçon et les siens se reconstruire, ils ont suffisamment été éprouvés.

Quant à cette charge contre les services d'ordre des syndicats qui auraient laissé faire les casseurs, c'est n'importe quoi. Ce n'est pas à eux d'assumer le maintien de l'ordre public en dehors des cortèges syndicaux, mais aux autorités ! On voit bien que ces casseurs sont instrumentalisés par le pouvoir.

Et puis, comme s'en sont indignés des personnels de l'hôpital Necker, cette récupération politique de la casse alors que des médecins travaillent 70 heures d'affilée, que des postes ont été supprimés et qu'ils manquent de moyen pour assurer leur mission, c'est vraiment déplacé

 

Dix personnes condamnées après la manifestation du 14 juin

 

Dix personnes, interpellées ce mardi après des affrontements lors de la nouvelle manifestation contre la loi Travail à Paris, ont été condamnées ce vendredi 17 juin à des peines allant de six mois avec sursis à quatre mois de prison ferme. Dix-huit personnes avaient été présentées jeudi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris. Trois ont été condamnées à de la prison ferme, et une d'entre elles placée sous mandat de dépôt. Deux autres personnes seront présentées ce vendredi en comparution immédiate. Vingt-neuf policiers et onze manifestants avaient été blessés mardi lors de ce rassemblement au cours duquel plusieurs centaines de personnes cagoulées avaient pris à partie les forces de l'ordre.

02/06/2016

Bande de fripouilles !

 
 
Initialement publié sur

Le texte a été mis en ligne dans un petit coin du site de France Télévisions. On aurait pu le rater. D’ailleurs, beaucoup de téléspectateurs l’auront raté. François Lenglet, l’homme des graphiques de feue l’émission « Des paroles et des actes », y admet que le président bolivien Evo Morales n’était pas corrompu.

Quelques jours plus tôt, devant des millions de télespectateurs, Lenglet avait lancé à Mélenchon  : « Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! »

Mensonge en pleine lumière

Le rectificatif de François Lenglet
Le rectificatif de François Lenglet - capture d’écran sur Francetvinfo.fr

Mensonge proféré en pleine lumière, à la lueur des projecteurs. Rectificatif planqué dans un coin. Et même dans ce recoin, Lenglet aura mesuré chaque mot de son rectificatif. S’il admet que « les termes employés n’étaient pas appropriés », il ne présente pas d’excuses pour autant. Ni à Morales, ni à Mélenchon, ni aux télespectateurs. On ne va tout de même pas s’excuser devant la plèbe.

Il faut lire notre enquête sur l’affaire Gabriela Zapata, à l’origine de cette accusation. Tout n’y est certes pas clair. C’est une véritable télénovela qui doit bien amuser les Boliviens, avec textos torrides sur smartphone prétendûment volé (des textos torrides envoyés par un responsable politique, il n’y a bien qu’en Bolivie qu’on voit ce genre de choses). Des rebondissements sont peut-être encore à attendre. Sauf que voilà. A l’heure où parlait Lenglet, Morales a été blanchi par une commission d’enquête parlementaire. Point final. Mais l’objectif – salir Mélenchon – a été atteint.

Experts en choix de Français

C’est dans cette même émission, que Mélenchon a été interrogé par « un boulanger », favorable à la loi Travail. Très bien. Vive la société civile, d’où jaillit la Parole Vraie. Sauf que « le boulanger » a été, ès-qualité de « meilleur boulanger de France », le fournisseur de baguettes de l’Elysée, en 2010 et 2015, ce que Pujadas n’avait pas précisé en le présentant.

Décidément, à France 2, ils sont experts en choix de Français Porteurs de Parole Vraie pour interroger les politiques. On se souvient qu’une syndicaliste de Doux, Nadine Hourmant, avait été, in extremis, rayée par l’Elysée de la liste des Français chargés d’interroger Hollande. Notez bien que Field et Pujadas n’avaient pas été, pour interroger le président, jusqu’à sélectionner son boulanger.

« En Amérique latine, les médias sont des acteurs politiques », disait l’un des invités de notre dernière émission. Je ne me suis jamais senti autant latino-américain.

Initialement publié sur Arretsurimages.net
http://www.arretsurimages.net
 
 
Quelle bande de fripouilles  !
 
 
 
 
 
enquête du 31/05/2016 par Manuel Vicuña

François Lenglet admet discrètement que le président bolivien n'est pas "corrompu"

Retour sur un échange animé avec Mélenchon, et...sur les origines de l'affaire

 

"Mes termes n'étaient pas appropriés".

Après quatre jours de polémique, le journaliste économique François Lenglet a finalement admis qu'il avait eu tort, dans la dernière émission de Des Paroles et des Actes, face à Jean-Luc Mélenchon, d'affirmer que le président bolivien Evo Morales était "un corrompu".

 

Retour sur la polémique...et sur l'affaire.

Ce jeudi 26 mai, face à Jean-Luc Mélenchon, invité du dernier numéro de l’émission de France 2, le journaliste François Lenglet se lançait dans une présentation à charge des "modèles" de Mélenchon. Entre autres : Evo Morales, le président bolivien. Lenglet assène alors : "Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal!"

 

Réponse abrupte de Mélenchon : "Pesez vos mots, monsieur Lenglet. Vous êtes sûrement plus corrompu que ne le sera jamais monsieur Morales. Pesez vos mots". Et Mélenchon de lancer : "Vous avez une preuve? "

 

François Langlet (assis, à g.), face à Jean-Luc Mélenchon, dans «Des paroles et des actes», le 26 mai 2016.
François Langlet (assis, à g.), face à Jean-Luc Mélenchon, dans «Des paroles et des actes», le 26 mai 2016. - Capture d'écran - France 2

F.R.

« Pesez vos mots, vous êtes sans doute plus corrompu que ne le sera jamais Evo Morales. » Jeudi dernier, dans Des paroles et des actes, sur France 2, Jean-Luc Mélenchon avait mis en garde François Lenglet qui venait d’affirmer, au sujet du président bolivien, que « sa petite amie [Gabriela Zapata], qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. »

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus puisque l’ambassadeur de Bolivie en Frances’est fendu d’un communiqué dans la foulée criant à la « désinformation » et soulignant que « les calomnies sans fondement peuvent entraîner des conséquences juridiques auxquelles nous ne voulons faire appel ». La missive indique que la justice bolivienne a conclu qu’il n’y avait pas de trafic d’influence dans ladite affaire.

« Les termes que j’ai employés n’étaient pas appropriés »

Par ailleurs, comme l’a écrit Eric Stemmelen, qui tient un blog sur Mediapart, Gabriela Zapata, n’est plus la compagne d’Evo Morales depuis plusieurs années et elle n’est pas la mère de son fils.

François Langlet a répondu à l’officiel bolivien ce lundi : « Je considère que les termes que j’ai utilisés pour qualifier le président Morales, lors de ce débat télévisé pour le moins animé, n’étaient pas appropriés », lit-on sur Francetv. info. Le mea culpa n’est pas total puisque le journaliste économique note que « l’avis [de la commission d’enquête parlementaire bolivienne] a été jugé partial par l’opposition bolivienne ».

La « mise au point » n’a pas calmé tout le monde. Sur Facebook, Eric Coquerel, le coordinateur national du Parti de gauche, a réagi en demandant des « excuses claires » de François Lenglet.

Quoi qu’il en soit, France 2 a supprimé la vidéo de l’émission de ses plateformes et une nouvelle version, expurgée des propos controversés, devrait être disponible prochainement en replay.

 

Jean-Luc Mélenchon face à François Lenglet

 

Si la séquence électrique entre le leader du Front de Gauche et le journaliste a fait le bonheur des sites médias, elle a aussi soulevé une vague de protestations.

Dès le lendemain, l’ambassade de Bolivie adresse un courrier à France Télévisions, rendu public le jour même sur Twitter. Une lettre dans laquelle la représentation bolivienne en France exprime son "indignation" vis-à-vis des "propos démesurés", "sans fondement" et du "manque d’informations et de prudence du journaliste François Lenglet" évoquant "une calomnie". L’ambassade rappelle dans sa lettre que l’affaire évoquée par Lenglet a fait l’objet d’une enquête par une commission mixte parlementaire...

 https://pbs.twimg.com/media/CjoXzBIW0AAMOB6.jpg
 
OUI, à CORROMPRE UN DEBAT... ON EST UN CORROMPU
 
*
Le journaleux a présenté ses excuses sur le plateau de C à Vous
et a bien compris la réplique de Mélenchon
 
Il s'est fait doux comme un agneau le bougre !
**
 
http://www.alterinfo.net/Francois-Lenglet-ou-la-corruption-du-debat_a123137.html
 
"Ce qui n’est sans doute pas « normal », c’est qu’on puisse, devant 2 471 000 téléspectateurs (11,5% de part d’audience), « corrompre » à ce point le débat public et l’information, sans qu’aucun média, le lendemain, plutôt que de gloser sur l’« agressivité » de Mélenchon, ne dénonce l’imposteur Lenglet."
 
http://hendaye-jac2.skyrock.com/3276461784-Lenglet-Melenchon-et-Morales-et-Pujadas.html
" Relisons maintenant, si vous le voulez bien, la phrase de M. Lenglet supposée étayer son accusation de corruption, à l'aune de ces éclaircissements :

« La petite amie de M. Morales,

Là, d'entrée, premier gros mensonge, puisque Gabriela Zapata n'est plus la petite amie de Evo Morales depuis une dizaine d'années.

qui est la mère de son fils,

Deuxième énorme mensonge, puisque il est maintenant prouvé (test ADN) et jugé (par la Justice) que M. Morales n'est pas le père de l'enfant présenté (on se demande bien en outre ce que cette histoire de paternité vient foutre dans l'argument de corruption avancé par Lenglet, mais bon, tant qu'on peut salir, pourquoi se priver, hein ? Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose).

a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques !

Troisième mensonge ou déformation puisqu'il parait fort douteux qu'un deal d'un montant de 560 millions de dollars ait pu occasionner un détournement par Gabriela Zapata de 500 millions de dollars (90% du montant du deal aurait été détourné !). M. Lenglet semble totalement perdu au milieu de ses chiffres ce qui, pour un gourou en économie, n'est pas du meilleur effet, vous en conviendrez.

Alors, peut-être que cette histoire aura d'autres rebondissements, peut-être que la CIA aura le temps d'ici quelques mois de fabriquer de toute pièce des « preuves bétons » (comme elle sait si bien le faire) qui donneront alors raison a posteriori à M. Lenglet, mais une chose est sure à ce stade : avec les éléments dont on dispose aujourd'hui 27 mai 2016, M. Lenglet aurait effectivement mieux fait de peser ses mots avant de se laisser emporter par sa fougue anti-rouge viscérale car il a clairement diffamé le président bolivien en rapportant des mensonges vieux de plusieurs semaines et démentis depuis : Gabriela Zapata n'est plus, et depuis longtemps, la « petite amie » de Evo Morales ; ils n'ont pas eu d'enfant ensemble ; il n'existe pas de faits de corruption les liant.

L'émission a été regardé par plusieurs millions de personnes (11,5% de part d'audience) et nous sommes, faut-il le rappeler, sur le ... service public payé par nos impôts ! M. Lenglet devrait clairement, et au minimum, présenter ses excuses aux téléspectateurs de France 2 pour leur avoir consciemment menti. Dans toute démocratie digne de ce nom, il devrait en outre être purement et simplement viré ...

... mais bon, on sait bien que rien de tel ne se produira, jamais ! L'oligarchie se soutient."
***

NOTRE TEMPS CONSEILLE ... inondations - mauvais temps

INTEMPÉRIES
 
Quelles sont les règles de sécurité en cas d'inondations?
 
Chez vous, en voiture... Les règles de sécurité en cas d'inondations »
 
Pluies et vents forts: prudence au volant!
 
Bien conduire par mauvais temps »
 

ORAGES : CONSEILS SECURITE

Capture notre temps.JPG

En cas d'orage, nos conseils sécurité

Par Johanna Amselem modifié le
En cas d'orage, nos conseils sécurité
La saison est propice aux orages. Les bons réflexes pour se protéger de la foudre en extérieur comme à l'intérieur.

Que l’on soit dehors, à la maison ou dans sa voiture, des conseils adaptés à chaque situation permettent de limiter l’exposition à la foudre et le risque d’électrocution. Voilà ce qu'il faut faire et ne pas faire.

• À l’extérieur en général

 À faire:
-  Se coucher au sol, jambes repliées sous soi. 
- S’éloigner et ne pas toucher de structure métallique comme les pylônes, les poteaux ou les clôtures.
- Chercher un abri en pierre. Si ce lieu n'est pas équipé de paratonnerre, il faut se tenir éloigné des murs. Pour rappel, le paratonnerre sert à protéger un bâtiment d’un coup de foudre direct.
- Se couvrir avec une pièce isolante comme un ciré ou une bâche.
- À la montagne, se réfugier sous une corniche qui doit dominer d’au moins cinq fois la hauteur d'une personne.

À ne pas faire:
- S’abriter sous un parapluie.
- Se plaquer contre une paroi, d’autant plus si elle est humide.
- Rester collés les uns aux autres si vous êtes en groupe. Mieux vaut laisser trois mètres entre chaque personne pour éviter la formation d’un éclair latéral entre deux personnes.
- S’abriter sous un arbre ou des branches basses.
- Se tenir débout les jambes écartées ou marcher à grandes enjambées.
- Entrer dans une cabine téléphonique.
- Téléphoner de son téléphone portable.

• En bord de mer

 À faire: 
- Sortir immédiatement de la mer ou d'un lac car l’eau est conductrice d'électricité. La tête du nageur est aussi une cible idéale pour la foudre qui cherche un point en hauteur.
- Toujours consulter les prévisions météorologiques avant de sortir en bateau. Et ne pas rester à bord si c'est possible. 

• Dans la voiture

À faire: 
- S’abriter dans la voiture si elle n’est pas décapotable et que le toit n’est pas en plastique. La carrosserie en métal fait office d'enveloppe protectrice.
- Rabattre l’antenne radio.
- S'arrêter sur le bas côté de la route, surtout ne pas rouler.

• À la maison 

 À faire:
- Débrancher les cordons d’alimentation secteur, le câble d’antenne de la télévision et les ordinateurs car exposés à une forte surtension ces appareils peuvent "imploser".
- Fermer les fenêtres.

À ne pas faire:
- Toucher les pièces métalliques comme les robinets et les conduites d’eau et les appareils électroménagers.
- Prendre un bain ou une douche.
- Utiliser le téléphone fixe de la maison.  En revanche, se servir du portable est possible.

Conseil: Il est recommandé de faire installer un parafoudre à son domicile. Il sert à protéger les équipements de la maison contre les surtensions. Le dispositif doit être conforme à la norme NF/EN 61643-11. 

DEMARCHAGE TELEPHONIQUE : BLOCTEL

Capture notre temps.JPG

 http://www.notretemps.com/droit/

Démarchage téléphonique: l’adresse postale de la liste d’opposition enfin connue

Par Stéphanie Letellier le
Démarchage téléphonique: l’adresse postale de la liste d’opposition enfin connue
Lassé d’être importuné au téléphone par des démarcheurs? La nouvelle liste d’opposition, baptisée Bloctel, est effective à compter du 1er juin.
 
Pour vous inscrire, deux solutions: par internet ou par courrier.

Si le site internet bloctel.gouv.fr était déjà connu, vous avez été nombreux à contacter la rédaction de Notre Temps pour connaître également l'adresse postale à laquelle écrire pour vous inscrire sur Bloctel, la nouvelle liste d'opposition au démarchage téléphonique. C'est dire votre agacement face à ces appels intervenant le matin, le midi et parfois même le week-end. 

Nous nous sommes chargés de relayer votre impatience, légitime, auprès de Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire mais cette adresse sera restée confidentielle jusqu'au dernier moment afin d'éviter toute frustration avant le lancement officiel de ce nouveau service gratuit, mercredi 1er juin

Si vous avez un accès limité à internet (ou si vous connaissez un proche qui n'a pas d'abonnement internet), voici donc où adresser votre courrier, affranchi, pour ne plus être sollicité chez vous par les démarcheurs: 

Société Opposetel - Service Bloctel

6 rue Nicolas Siret

10 000 Troyes

Indiquez très lisiblement votre adresse complète, votre nom, prénom, un numéro de contact (qui peut être différent des numéros inscrits) et les numéros de téléphone (jusqu'à 8) que vous souhaitez inscrire sur Bloctel. La société Opposetel préconise d'être patients au début pour les inscriptions qui se feront par courrier. 

Pour plus de rapidité, il est également possible de vous inscrire gratuitement sur le site internet dédié: bloctel.gouv.fr. Après avoir confirmé votre inscription par mail, celle-ci sera effective dans un délai maximum de 30 jours et pour une durée de 3 ans renouvelable.  

Vous vous êtes inscrit et vous êtes encore importunés par des appels commerciaux ?  Vous pourrez faire une réclamation (par courrier si vous vous êtes inscrit par courrier) en précisant qui vous appelle et à quelle heure. 

Lire aussi: 
Démarchage téléphonique: les consommateurs à bout!
Numéros surtaxés: encore plus chers qu'avant!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique