logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/11/2015

vous avez dit SECURITE SOCIALE ... ECOUTEZ BIEN

DANS LES VIEUX POTS pas seulement de la bonne soupe !

 

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/ces-pots-bris-s-se-transforment-en-de-v-ritables-jardins-miniatures-de-quoi-donner-de-bonnes-id-es-c-est-vraiment-superbe--898

Ces pots brisés se transforment en de véritables jardins miniatures... De quoi donner de bonnes idées, c'est vraiment superbe !

 

Par Nathan Weber il y a 1 an

 

91 510
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Voici tout une foule de mini-jardins féériques faits avec des pots cassés qui prouvent que même une poterie brisée peut être récupérée et transformée en quelque chose de magnifique. 
Il y a de quoi donner des idées à tous les jardiniers maladroits qui souhaitent donner une seconde vie à leurs pots ! Certains sont vraiment superbes, et ça a l'air assez facile à faire soi-même...

 

Avis à tout ceux qui ont la main verte !
Avec une petite dose d'invention et de créativité... plus besoin de payer les pots cassés ! Si cela vous a donné des idées, ou que vous trouvez juste le resultat splendide, n'oubliez pas de partager cet article.

 

Source : thebolditalic
partager sur facebook

Partager sur Facebook

 

26/10/2015

ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL (A.V.C.) AGISSEZ !

AVC_bandeau_2015_500x267_1
 
 
Du 26 octobre au 1er novembre 2015, pensez-y !
 
AVC, AGISSEZ !
 
Troisième cause de mortalité et première cause de handicap en France, les accidents vasculaires cérébraux entraînent une surmortalité des moins de 65 ans en Aquitaine : 1 personne est touchée par un AVC toutes les heures et plus d’1 sur 3 gardera des séquelles invalidantes.
 
Après avoir réalisé une vaste campagne de communication pour faire connaître les signes d’alerte des AVC et le réflexe d’appel au 15, l’Agence régionale de santé d’Aquitaine (ARS) et de nombreux acteurs de santé* souhaitent agir en amont en organisant une semaine de prévention de l’hypertension artérielle et de l’arythmie cardiaque, deux causes principales de survenue des AVC.
 
Hypertension et arythmie : 2 causes principales de survenue des AVC
 
 
L’excès de pression artérielle est impliqué dans 80% des AVC et des battements de cœur irréguliers (arythmie) sont responsables d’1 AVC sur 5.
 
Par ailleurs, des artères abîmées peuvent également être responsables d’un AVC.
 
N’attendez pas de faire un AVC, consultez votre médecin !
 
Vous pouvez faire de l’hypertension et/ou de l’arythmie sans le savoir. Afin d’éviter des risques inutiles, pensez à faire vérifier votre tension et votre pouls lors d’une prochaine consultation chez votre médecin. Un geste simple qui permettra à votre médecin de vous conseiller sur le comportement ou le traitement à adopter.
 
Du 26 octobre au 1er novembre 2015, pensez-y !
AVC, AGISSEZ !
 
Saisissez-vous de votre santé pour éviter les AVC
Pour les AVC, la bonne nouvelle est que la prévention est efficace.
Elle peut corriger les principaux facteurs de risque, qui sont d’ailleurs communs à l’ensemble des maladies cardiovasculaires : l’hypertension artérielle, l’arythmie cardiaque, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, l’obésité et l’alcoolisme chronique.
 
Trois comportements simples à adopter pour éviter les AVC :
Pratiquer une activité physique régulière,
Adopter une alimentation équilibrée et pauvre en sel,
En cas de traitement contre l’hypertension ou pour stabiliser le rythme cardiaque, bien respecter les prescriptions.
 
 
Une vaste campagne de communication pour sauver des vies

Dans le cadre du Plan national AVC, l'ARS Aquitaine et ses partenaires* ont fait des AVC, depuis 2011, une priorité régionale de santé publique.

Cette année, la semaine de prévention des AVC, qui se déroulera du 26 octobre au 1er novembre 2015 (journée mondiale des AVC le 29 octobre 2015), s’organisera autour d’une action phare, le « Train aquitain : AVC, Agissez ! », qui reliera les principales villes de la région (Bordeaux, Agen, Périgueux, Mont-de-Marsan, Pau, Bayonne) et permettra de toucher un large public.

Des affiches et des flyers de promotion de cette semaine de prévention seront également largement diffusés sur tout le territoire : chez les médecins, dans les pharmacies, dans les établissements de santé, par les caisses d'assurance maladies, les mutuelles ... En parallèle, les supports de sensibilisation aux signes d'alerte des AVC et au réflexe d'appel au 15 pourront encore cette année être commandés auprès de l'ARS.

Retrouvez l'ensemble des supports dans le pavé " Documents à télécharger " ci-contre.

* CHU de Bordeaux, Union régionale des professionnels de santé médecins libéraux d'Aquitaine, Mutualité Française Aquitaine, caisses d'assurance maladie d'Aquitaine (CPAM, Direction régionale du service médical, MSA, RSI), Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT), associations de malades (France AVC 33, Amoc 33, Cocerles 47), Comité régional de coordination Aquitain

Les AVC en chiffres
  • En France
  • 1ère cause de handicap acquis de l'adulte,
  • 3ème cause de mortalité,
  • 130 000 personnes atteintes chaque année d'un AVC, dont 1/3 garde des séquelles,
  • 75 % des personnes qui en sont atteintes ont plus de 65 ans, mais 15 000 hommes ou femmes de moins de 45 ans sont frappés chaque année,
  • L'hypertension artérielle est impliquée dans 80% des AVC,
  • L'arythmie cardiaque est responsable d'1 AVC sur 5.
  • En Aquitaine
  • Les AVC touche 1 personne par heure en Aquitaine,
  • 8 000 personnes atteintes d'un AVC hospitalisées en 2010, dont près de 3 000 garderont des séquelles,
  • 25% des AVC touchent des personnes de moins de 65 ans, c'est-à-dire des personnes en âge de travailler,
  • 57% des victimes d'AVC sont des femmes,
  • Le risque de récidive à 5 ans est de 30 à 43%
  • Des résultats encourageants en Aquitaine suite à la campagne de sensibilisation aux signes d'alerte des AVC et au réflexe d'appel au 15
  • Le nombre de thrombolyses en augmentation

Améliorant considérablement les chances de rémission sans séquelle, le traitement par thrombolyse n'est possible que s'il est administré dans les 4h30 qui suivent le début de l'AVC. Or, le nombre de thrombolyses augmente fortement en Aquitaine (pour un nombre de patients constant) ce qui s'explique par une détection plus précoce de l'AVC et un plus grand nombre de patients pris en charge dans des services spécialisés. Entre 2011 et 2013, pour les centres hospitaliers dotés d'une unité neuro-vasculaire, le nombre de thrombolyses est passé de 193 à 446, soit une augmentation de 131%.

  • Les chances de survie après un AVC s'améliorent en Aquitaine

Entre 2009 et 2012, une augmentation significative des chances de survie est constatée chez les patients hospitalisés pour un AVC. Ce taux de survie passe de 87% à 88,4%, ce qui correspond concrètement en 2012 à 100 décès évités après une hospitalisation pour un AVC.

 

«Pour tous les patients qui font un AVC, un diagnostic rapide pour permettre une éventuelle thrombolyse (destruction du caillot par un médicament, NDLR) peut éviter des dégâts supplémentaires au cerveau et donc réduire l'impact de l'AVC sur la mobilité, la parole et la déglutition. Bref leur permettre de continuer leurs activités habituelles»

 

 *****

*

 

 http://www.stopavc.fr/AVC/Resources/CM2-1586/fr-FR/Document/AVC_l7_vie-quotidienne-apres-avc.pdf

20/10/2015

Gérald BLONCOURT, un homme engagé

Le plasticien et photographe haïtien Gérald Bloncourt à Paris, le 21 juillet 2015. © Philippe Triay/La1ere.fr

Il a connu André Breton, Aimé Césaire, Georges Brassens, Pablo Picasso, le peintre cubain Wifredo Lam, le révolutionnaire vietnamien Ho Chi Minh, les écrivains haïtiens Jacques Roumain, Jacques Stephen Alexis et René Depestre, et bien d’autres personnes encore, des anonymes dont il garde des souvenirs encore vifs. 
 
A 89 ans, Gérald Bloncourt a encore une poigne de fer quand il vous serre chaleureusement la main, l’œil aiguisé, le sourire aux lèvres, et une excellente mémoire. Devant un café dans son appartement parisien proche du Faubourg Saint-Antoine, il rappelle ses années de jeunesse.
 
Le peintre haïtien est né en 1926 à Bainet (Haïti), d’une mère française et d’un père guadeloupéen, venus tenter l’aventure dans la seule île indépendante des Caraïbes à cette époque. Il passe toute son enfance à Jacmel dans le sud d’Haïti et son adolescence dans la capitale Port-au-Prince.
 

"Autodidacte"

« J’ai été engagé très jeune politiquement », confie-t-il. « Pour cela j’ai d’ailleurs été viré du séminaire collège où j’étudiais. Puis j’ai rejoint la classe ouvrière, tout en continuant à peindre. Je suis autodidacte. » En 1944, Gérald Bloncourt participe à la fondation du Centre d’art haïtien à Port-au-Prince, qui marque l’entrée et la reconnaissance de la peinture haïtienne sur la scène internationale. Deux ans plus tard, il devient l’un des principaux dirigeants des journées dites des « Cinq Glorieuses », avec les écrivains Jacques Stephen Alexis et René Depestre.

REGARDEZ. Gérald Bloncourt évoque son engagement politique, le communisme et son adhésion au marxisme  

 

 


Ces journées de contestation révolutionnaire entraînent le renversement du gouvernement Lescot en janvier 1946. Mais une junte militaire lui succède. « J’ai alors été arrêté à plusieurs reprises puis finalement expulsé d’Haïti », précise Gérald Bloncourt. « Interdit de transit sur le territoire des Etats-Unis où j’étais considéré comme terroriste, je me suis retrouvé dans la République dominicaine du dictateur Trujillo, où j’ai été aussi arrêté.
Puis grâce à André Breton et l’écrivain français Pierre Mabille (alors conseiller culturel de l'ambassade de France à Port-au-Prince, ndlr) j’ai pu prendre un bateau pour Fort-de-France. »

Après quelques mois passés en Martinique, Gérald Bloncourt s’installe à Paris où il poursuit ses activités artistiques. Egalement passionné de photographie, il se lance dans le photojournalisme en 1948, d’abord comme responsable du service photo du quotidien communiste l’Humanité, puis comme reporter indépendant avec d’autres grands journaux de la place comme Le Nouvel Observateur, L’Express, Le Nouvel Économiste et Témoignage Chrétien, entre autres. Il couvrira de nombreux conflits sociaux et internationaux, comme la Révolution des Œillets au Portugal et la guerre du Front Polisario contre le Maroc au Sahara occidental.

 

Ma culture est haïtienne, ma vie, mes racines sont haïtiennes. C’est Haïti qui m’a tout donné et où j’ai tout appris. Haïti c’est quand même la première révolution victorieuse d’esclaves et d’affranchis. C’est un peuple magnifique. Un peuple de créateurs dans un creuset culturel."


 Parallèlement, Gérald Bloncourt continue de s’adonner à la peinture, sa passion. « C’est un besoin. Je peins depuis que je suis gamin. C’est ma façon de m’exprimer et de communiquer ». Ses œuvres (tableaux, dessins, gravures) sont principalement exposées en France, en Haïti et aux Etats-Unis. Il publiera également de nombreux ouvrages, des récits, essais, poésies et des albums de ses photographies (plus de détails sur le blog de Gérald Bloncourt ici), tout en militant activement sur le plan politique, notamment contre la dictature des Duvalier. Après la chute de « Baby Doc » en 1986, Gérald Bloncourt se rendra en Haïti, après quarante ans d’absence.    

 
Un pays auquel il reste viscéralement attaché. « Ma culture est haïtienne, ma vie, mes racines sont haïtiennes. C’est Haïti qui m’a tout donné et où j’ai tout appris. C’est un pays très abîmé à cause des dictatures qui se sont succédé mais c’est un pays fabuleux. Haïti c’est quand même la première révolution victorieuse d’esclaves et d’affranchis, ce n’est pas rien. C’est un peuple magnifique. Un peuple de créateurs dans un creuset culturel. »
 
Cependant Gérald Bloncourt avoue ne pas souhaiter visiter son pays natal actuellement. « Tout ce que j’ai connu a été détruit durant le séisme. Tout est encore par terre. Je n’ai plus le courage de voir ça. Et puis je ne peux pas supporter d’être invité à des réceptions pour boire du champagne alors que le peuple crève », déplore-t-il. 

 

 

PLUS D'ESCLAVES... PLUS DE VOILE ... t'as compris ?

 

 

C'est mieux quand ce sont les gens concernés qui nous éclairent.

Mieux que les discutailleries de certains intellos, journaleux, politicards qui nous enfument, nous embrouillent

La réalité elle est juste là...

Pas besoin de se tortiller le popotin pour marcher droit..

 

Posté par Wiam Benjelloun sur lundi 6 juillet 2015
 

 
 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique