logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/05/2006

22. SA VIE DANS UNE MALLETTE





SA VIE DANS UNE MALLETTE

Cette mallette sous mon lit
C’était sa vie éparpillée,
Des documents dûment remplis,
Les règlements de ses loyers,
Les imprimés des ASSEDIC
Pour licencié économique.

Reconstitués au recollage
Gisaient son livret militaire,
Les traces amères d’un mariage
Et de pensions alimentaires.

Dans ce dossier de l’hôpital
Epais comme un coup au moral,
Son corps meurtri en découpages
Sa vie brisée sur des images.
Des attestations pas banales
De la Sécurité Sociale.

En vrac quelques photos éparses
Une fille, une autre, juste entrevues,
Un carton jaune dans la paperasse
Pour don d’un corps perdu de vue.

Miche 18.05.2006


16/05/2006

16. NAITRE

 

C'est un bourgeon éclos en douce floraison
C'est une perle rare au creux d'un coquillage
C'est le jus délicieux du fruit de la passion
C'est la tendre caresse du vent dans les feuillages.

C'est le duvet léger de l'oisillon fragile
Le délicat pétale accroché au calice
C'est la source limpide à nos bouches dociles
La lueur d'un matin au café des délices.

C'est un cadeau venu des quatre coins du monde
Un amour à donner aux pousses délaissées
C'est le désir ardent, un chant qui nous inonde,
Des bras entrelacés autour d'un corps froissé.

C'est le rouge baiser déposé sur ta joue
C'est un grain de beauté posé sur nos deux coeurs
C'est un foulard de soie noué autour du cou
C'est nos anneaux mêlés éblouis de bonheur.

miche
15.05.2006










26/04/2006

16. CHAMBRE SEULE

EST-CE UNE CHAMBRE OU UN RECOIN,
UN REDUIT OU UN DEBARRAS .
PIECE SANS VIE DES QUATRE COINS,
FERMEE POUR CAUSE DE TRACAS.

ON Y PENETRE A PAS FEUTRES,
A MOTS COUVERTS ET COEUR TENDU,
ON EN RESSORT LES TRAITS FIGES,
A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU.

UNE CHAISE SEULE A PROPOSER,
UN FAUTEUIL POUR BIEN S'Y CALER,
UNE FENETRE A POINGS FERMES,
DES MURS ENCORE A DECORER.

UNE INTIMITE PARTAGEE,
JUSTE UN RIDEAU A PEINE TIRE,
UN LAVABO TRISTE A PLEURER,
ET LA DES COUCHES A JETER.

TABLE DE CHEVET SANS REVEIL
POUR UNE DAME SANS COMPAGNIE.
DEBRANCHEES DU MONDE EN EVEIL,
TROIS PRISES A TERRE TRAINENT LEUR ENNUI.

QUELQUES CINTRES DANS UN PLACARD
POUR QUATRE ROBES ET DEUX CHANDAILS.
DEUX CHAUSSONS BLEUS TRES A L'ECART
GUETTENT LE JOUR DES RETROUVAILLES.

ON A SIEGE AU PIED DU LIT
A LA DEVISAGER SANS FIN,
J'AI CROISE MES DOIGTS DANS LES SIENS
POUR UN SOURIRE, UNE EMBELLIE.


ELOIGNEE DE LA MULTITUDE,

J'AI GRIFFONNE SA SOLITUDE

26.04.2006
 

21/04/2006

15. ON PEUT




On peut mourir de lassitude,
Ou bien crever d'ennui,
On peut s'éteindre à petit feu,
Cesser de vivre au petit jour.
Noyer ses chagrins dans l'alcool,
Brûler sa vie par les deux bouts,
Etre emporté par un cancer,
Tomber raide d'indifférence.
On peut partir sans dire un mot,
Claquer la porte au nez du Monde.
On peut aussi r'cevoir la foudre,
Ou bien se faire trouer la peau,
Glisser sur une peau de banane
Ou passer sous le T.G.V.
On peut se prendre une balle perdue,
Sauter sur une mine sans charbon,
Casser sa pipe un jour chômé,
Partir sans laisser son adresse.
On peut être criblé de dettes,
Etre rappelé par Dieu-sait-qui,
Mourir dans une collision,
Sous la torture, au champ d'horreur.
Dans une grand'bouffe s'étouffer,
Ou s'éclater par overdose.
Moi je vous l'dis, faut y penser,
De mort lente ou bien sur le coup,
On n'en réchappe pas vivant.miche

miche 1986

09/04/2006

TOUJOURS COMME FRERE ET SOEUR




J’AI LE CŒUR LOURD ET L’ÂME EN PEINE,
LE CORPS MEURTRI, DÉCHIQUETÉ DU DEUIL
QUI SERRE MES ENTRAILLES ET PEUPLE MA DÉTRESSE
DE TANT D’AMOURS PERDUES.

NOUS PORTIONS LE MÊME NOM DE FAMILLE NOMBREUSE
UNIE DANS LA DOULEUR, REGROUPÉE DANS LA JOIE.
AUJOURD’HUI UN MAILLON DE LA CHAÎNE A CRAQUÉ,
RENDANT LES AUTRES ATTACHES FRAGILES ET OXYDABLES.

LE CLAN EST DÉMEMBRÉ, DÉMANTELÉ, DÉPOUILLÉ.
IL EST SOUS LES VERROUS DE LA CRUELLE MORT
QUI A ENCORE FRAPPÉ.
LA MÈRE ET PUIS LE PÈRE,
ET ENCORE LE NEVEU OU LE FILS BIEN-AIMÉ.

AUJOURD’HUI C’EST LE FRERE,
CHERI DES FRERES ET SŒURS,
D’UNE EPOUSE ET D’ENFANTS
FOUDROYES DE DOULEUR.

UN RETOUR DE VACANCES
QUI SENTAIENT BON LES PINS,
ET C’EST LE CHOC BRUTAL SUR LA ROUTE DES RETOURS
… SANS RETOUR.

AVANT DE REFERMER SUR TOI LES PORTES
DE L’IMMENSE NUIT NOIRE, SI NOIRE D’INSOMNIES,
J’AI ACCROCHE MON CŒUR A UNE ETOILE FILANTE,
POUR ETRE A TES COTES TOUJOURS,
COMME FRERE ET SŒUR.

1985

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique