logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/04/2006

21. LES YEUX DES ENFANTS

 

LES YEUX DES ENFANTS

Ils ont le bleu de l’innocence
Et la couleur de l’Espérance.
Limpides et purs comme l’eau claire,
Je m’y baigne et me désaltère.
Ils sont pétillants de colère
Et brûlants de mille lumières.

En amandes ou écarquillés,
Dans leurs yeux je reste éveillée.
Tantôt fripons ou ingénus,
Ils savent mettre mon âme à nu,
Me déposer sur leurs rivages,
A contempler leur doux visage.

Mon cœur est bouquet de violettes
Quand je m’attache à leurs mirettes.
Ce que dit la bouche, étincelle
Dans l’éclat des vertes prunelles.
Et je dévore avec ivresse
Z’yeux de biche et regards de braise.

Ce sont des lys ou des pervenches,
Qu’on offre au matin d’un dimanche.
Parfois ce sont deux diamants noirs
Dans un écrin de soie ivoire.
Regards de flamme ou z’yeux rieurs,
Ils comblent mon corps de bonheur.

Clairs ou foncés, pâles ou bruns,
Je sens la caresse des embruns
Quand sur mes paupières troublées,
Ridées par les ans écoulés,
Ils fixent pour l’éternité
leurs beaux yeux remplis de bonté.

miche.



2.04.2006

29/03/2006

14. LE LANGAGE DES S.E.M.

Abasourdie par tous les sigles utilisés au sein d'une Société d'Economie Mixte (S.E.M.), j'ai sorti ce petit texte à l'occasio du départ en retraite de sa Directrice.

Elle était synallagmatique
Qu'elle a bien tenu ses promesses.
Elle a rempli tous ses mandats
Fait face à tous les compromis
Réalisé tous ses Progest.

Elle en a donné des ALHO
Pour constituer une belle EQUIPE
Avec les gars de chez RENAULT
Et les gens du NOR ELECTRIC
Elle a même fait l'EURODISPATCH

A la SEMMY, il faut le DRIRE
On voit bien qu'elle en a aSCET
Que tout ça, ça la RAZ
Qu'elle est à PLA
Qu'elle n'en peut PLU
Qu'il faut qu'elle se PAZ d'ici.

Nous, quand on la voit ZAC ZADER
De la VILLETTE aux ACACIAS,
Prendre les chemins
Qui mènent au PARC ou au VALLON
A l'ORME ou bien à CUSINO
On craint le P.I.R.

Alors on lui dit de faire CAF
De faire un PACT avec ARIM
D'en finir avec DDE
De jouer au SDUL
Au CRAC boum HUE

Elle nous avoue la VRD
"Au fond vous n'êtes pas si BET"
"Eh oui, ça m'RAZ
"Ne vous en faites pas pour moi,
"Je rentre au dépôt du PC,
"Signer un nouvel agrément,
"Délibérer avec C.A.
"Ou bien encore C.M.
"Bavarder avec JP B"

"Si dans la SHON, y'a pas d'plaisir,
"Alors, ça ne fait pas un PLI
"A moi les 35 heures au lit,
"Et les voyages en Italie,
"En Grèce ou bien à LOUMBILA.

"C'est bon de savoir que l'on SEM,
"Alors adieu tous les SEMMY,
"dit-elle en essuyant un CIL".

24.06.2002

23/03/2006

20. ETRE OU NE PAS ETRE

ETRE OU NE PAS ETRE


JE SUIS LA TERRE DE MES ANCETRES,
LE FEU BRULANT DE MES PASSIONS,
L’EAU DU TORRENT DE MES CHAGRINS,
LE SOLEIL D’OR DE MES PLAISIRS

JE SUIS CALME APRES LA TEMPETE,
AIMANTE COMME UN OURS EN PELUCHE,
DROLE ET PIQUANTE, PARFOIS CHARMANTE,
DISEUSE DE BELLES AVENTURES.

JE SAIS DANSER LA CARMAGNOLE
AU SON DES CANONS ENDORMIS,
REMUER MON CORPS ENDOLORI
AVEC DES AIRS D’ACCORDEON.

J’AIME FRISSONNER AU VENT LEGER
SENTIR LA MER ET SES TOURMENTS,
LE TROUBLE INTENSE DES CLAIRS DE LUNE
ET DES SOMMETS VERTIGINEUX.

JE FUS AUSSI FILLE DE JOIE
QUAND IL MIT MON CŒUR EN EMOI,
SAVOURAIS LES FRUITS DEFENDUS
ET BRAVAIS LES JEUX INTERDITS.

DEMAIN SERA UN AUTRE JOUR,
UN JOUR DE PLUS, UN JOUR DE MOINS,
JE SOUFFLERAI SUR MES CHANDELLES,
SOIXANTE ET UN… ET DEUX… ET TROIS.

Miche 23.03.2006

19. BENJAMIN MOLOISE




A CHACUN LA SIENNE

Avant d'entamer mon couplet, je n'ai pas honte de le dire,
J'ai la vérité partisane, quand l'information se déchaîne,
De manigances en inventions, pour intoxiquer l'opinion,
Et devenir soudain muette quand ça heurte ses convictions.
On l'a lâchement abandonné à l'aigle chauve de Pretoria.


La colombe est ensanglantée par les imposteurs démasqués ;
De démarches en indignations, ils ont signé sa pendaison,
Guillotiné la liberté qui ressemblait à Angela, au pasteur Martin Luther King,
PAUVRE BENJAMIN MOLOISE


J'ai vu LE PEN à la télé, bonne à tout faire et chien méchant,
Déterger les peaux basanées, remuer la queue de contentement,
Face aux ouïes condescendantes des journalistes de salon,
Déballer ses poisons violents quand on préparait sa potence.
Qu'à la confesse elle sera longue, la liste des trophées de Botha.


Tu as rejoint Bobby affamé par Thatcher,
Les enfants de Burgos garrottés par Franco,
Mais c'est vous qui vivez. Les marchands de canon,
Les lâches et les menteurs sont déjà enterrés.


Dans les ghettos noirs et métis, on purifie, on exécute.
S'il faut s'adapter ou mourir, collaborer ou se démettre,
Moi j'ai choisi la liberté, la dignité, l'égalité.

20/03/2006

18. MAITE MON AMIE

Je suis venue te dire bonjour
Et tu ne m'as pas entendue.
J'ai crié ton nom dans CIBOURE
Et tu ne m'as pas répondu.

Dans quel port as-tu jeté l'ancre ?
Sur quels rivages inconnus ?
L'as-tu trouvé, par quels méandres ?
Le chemin qui conduit aux nues.


Les vagues déferlent sur mon corps
Inondé de tant de douleur
Et traînent mon chagrin jusqu'au fort,
Gardien de ta nouvelle demeure.

Je voudrais boire jusqu'à l'ivresse
tes rires fous, tes saines colères,
qui mettaient mon coeur en liesse,
jusqu'à ce grand coup de tonnerre.

Tu nous as tous abandonnés,
Sans nous demander notre avis,
Sans toi la vie n'est plus la vie.
Jolie palombe, repose en paix.

MICHE

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique