logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/11/2015

ELLES ET ILS SE RECONNAITRONT

880f0047.gif

blogueuses et blogueur chers à mon coeur

trop tôt disparus

ou bien vivants mais que j'ai un peu laissé de côté...

pas côté coeur, jamais !

 

20/10/2015

Gérald BLONCOURT, un homme engagé

Le plasticien et photographe haïtien Gérald Bloncourt à Paris, le 21 juillet 2015. © Philippe Triay/La1ere.fr

Il a connu André Breton, Aimé Césaire, Georges Brassens, Pablo Picasso, le peintre cubain Wifredo Lam, le révolutionnaire vietnamien Ho Chi Minh, les écrivains haïtiens Jacques Roumain, Jacques Stephen Alexis et René Depestre, et bien d’autres personnes encore, des anonymes dont il garde des souvenirs encore vifs. 
 
A 89 ans, Gérald Bloncourt a encore une poigne de fer quand il vous serre chaleureusement la main, l’œil aiguisé, le sourire aux lèvres, et une excellente mémoire. Devant un café dans son appartement parisien proche du Faubourg Saint-Antoine, il rappelle ses années de jeunesse.
 
Le peintre haïtien est né en 1926 à Bainet (Haïti), d’une mère française et d’un père guadeloupéen, venus tenter l’aventure dans la seule île indépendante des Caraïbes à cette époque. Il passe toute son enfance à Jacmel dans le sud d’Haïti et son adolescence dans la capitale Port-au-Prince.
 

"Autodidacte"

« J’ai été engagé très jeune politiquement », confie-t-il. « Pour cela j’ai d’ailleurs été viré du séminaire collège où j’étudiais. Puis j’ai rejoint la classe ouvrière, tout en continuant à peindre. Je suis autodidacte. » En 1944, Gérald Bloncourt participe à la fondation du Centre d’art haïtien à Port-au-Prince, qui marque l’entrée et la reconnaissance de la peinture haïtienne sur la scène internationale. Deux ans plus tard, il devient l’un des principaux dirigeants des journées dites des « Cinq Glorieuses », avec les écrivains Jacques Stephen Alexis et René Depestre.

REGARDEZ. Gérald Bloncourt évoque son engagement politique, le communisme et son adhésion au marxisme  

 

 


Ces journées de contestation révolutionnaire entraînent le renversement du gouvernement Lescot en janvier 1946. Mais une junte militaire lui succède. « J’ai alors été arrêté à plusieurs reprises puis finalement expulsé d’Haïti », précise Gérald Bloncourt. « Interdit de transit sur le territoire des Etats-Unis où j’étais considéré comme terroriste, je me suis retrouvé dans la République dominicaine du dictateur Trujillo, où j’ai été aussi arrêté.
Puis grâce à André Breton et l’écrivain français Pierre Mabille (alors conseiller culturel de l'ambassade de France à Port-au-Prince, ndlr) j’ai pu prendre un bateau pour Fort-de-France. »

Après quelques mois passés en Martinique, Gérald Bloncourt s’installe à Paris où il poursuit ses activités artistiques. Egalement passionné de photographie, il se lance dans le photojournalisme en 1948, d’abord comme responsable du service photo du quotidien communiste l’Humanité, puis comme reporter indépendant avec d’autres grands journaux de la place comme Le Nouvel Observateur, L’Express, Le Nouvel Économiste et Témoignage Chrétien, entre autres. Il couvrira de nombreux conflits sociaux et internationaux, comme la Révolution des Œillets au Portugal et la guerre du Front Polisario contre le Maroc au Sahara occidental.

 

Ma culture est haïtienne, ma vie, mes racines sont haïtiennes. C’est Haïti qui m’a tout donné et où j’ai tout appris. Haïti c’est quand même la première révolution victorieuse d’esclaves et d’affranchis. C’est un peuple magnifique. Un peuple de créateurs dans un creuset culturel."


 Parallèlement, Gérald Bloncourt continue de s’adonner à la peinture, sa passion. « C’est un besoin. Je peins depuis que je suis gamin. C’est ma façon de m’exprimer et de communiquer ». Ses œuvres (tableaux, dessins, gravures) sont principalement exposées en France, en Haïti et aux Etats-Unis. Il publiera également de nombreux ouvrages, des récits, essais, poésies et des albums de ses photographies (plus de détails sur le blog de Gérald Bloncourt ici), tout en militant activement sur le plan politique, notamment contre la dictature des Duvalier. Après la chute de « Baby Doc » en 1986, Gérald Bloncourt se rendra en Haïti, après quarante ans d’absence.    

 
Un pays auquel il reste viscéralement attaché. « Ma culture est haïtienne, ma vie, mes racines sont haïtiennes. C’est Haïti qui m’a tout donné et où j’ai tout appris. C’est un pays très abîmé à cause des dictatures qui se sont succédé mais c’est un pays fabuleux. Haïti c’est quand même la première révolution victorieuse d’esclaves et d’affranchis, ce n’est pas rien. C’est un peuple magnifique. Un peuple de créateurs dans un creuset culturel. »
 
Cependant Gérald Bloncourt avoue ne pas souhaiter visiter son pays natal actuellement. « Tout ce que j’ai connu a été détruit durant le séisme. Tout est encore par terre. Je n’ai plus le courage de voir ça. Et puis je ne peux pas supporter d’être invité à des réceptions pour boire du champagne alors que le peuple crève », déplore-t-il. 

 

 

21/09/2012

A méditer

Aide-toi, le ciel t'aidera

Mieux vaut tuer diable que diable vous tue

Si l'habit du pauvre a des trous, celui du riche a des tâches

Si en septembre hirondelles et chauves-souris crient, l'automne sera beau et le temps doux jusqu'en décembre

Si tu es pressé, fais un détour

Fièvre de renard se guérit en mangeant une poule

En septembre se coupe ce qui pend

alors, attention !!

L'abondance cause le dégoût, la rareté le goût

En septembre, s'il tonne, la vendange est bonne

Lorsque la faim est à la porte, l'amour s'en va par la fenêtre

Plus le singe s'élève plus il montre son cul pelé

mdr

Sans foin au râtelier, chevaux se battent

Charité bien ordonnée commence par soi-même

A Notre Dame de septembre, tout le raisin est bon à prendre

A table ronde n'y a débat pour être plus près du meilleur plat

Ami au prêter, ennemi au rendre

Sottise et vanité sont soeurs

Le plus sûr moyen de vaincre la tentation, c'est d'y succomber

Beaucoup de noisettes en septembre, beaucoup de pluie en décembre

Le temps perdu ne se rattrape jamais

L'habit ne fait pas le moine

En septembre pluie fine est bonne pour la vigne

Les gens qui n'ont jamais tort n'ont jamais raison

Chacun sait où son soulier le blesse

Même la pensée d'une fourmi peut toucher le ciel

A bon entendeur ne faut qu'une parole

Fais ce que tu dois, advienne que pourra

*******

Ce qui abonde ne nuit pas

Pictures10.jpg

Il ne me reste plus qu'à faire de bonnes compotes ou pommes au four

ou ... à croquer pour avoir de belles dents

dictons,proverbes de la langue française

31/01/2011

CHIEN ET CHAT

 

Voucki a passé une très mauvaise soirée face à Chupa qui le narguait

et nous qui nous amusions de la scène.

Promis, Voucki, on ne recommencera plus

On fermera les volets la prochaine fois

Capture chien et chat 2.JPG
Chupa, c'est le chat du voisin, c'est l'étranger
Voucki est chez lui à HABAS
Mais de là à écharper CHUPA... pas d'accord ...


*
*
Cette scènette m'a donné l'occasion d'ouvrir un livre sur les Proverbes et Dictons

Quelques-uns d'entre eux pour notre plaisir ?

*
*

Le chat est avec le chien l'animal familier de l'environnement domestique.
Plus autonome par rapport à l'homme, il offre à l'invention proverbiale moins de signes aisément exploitables :


LE CHAT ET LA SOURIS

Image avec tant d'autres, des rapports de force qui régissent les sociétés humaines

L'image de l'animal mystérieux, objet de toute une mythologie superstitieuse, n'apparaît guère dans les proverbes qui suivent. En revanche, quelques emplois ont des connotations sexuelles, peut-être favorisées par une certaine rencontre homonymique avec le vocabulaire érotique (chas) ***


A BON CHAT BON RAT  (La défense vaut l'attaque)

A VIEUX CHAT, JEUNE SOURIS

QUAND LE CHAT N'EST PAS LA, LES SOURIS DANSENT

        ABSENT LE CHAT, LES SOURIS DANSENT

        LA OU LE CHAT N'EST, SOURIS Y REVELE

        Euphorie insouciante, quand on ne se sent plus surveillé ou menacé. On trouve ce proverbe en créole, baoulé, oubykh et chez les juifs du Yémen.

        P1200045.JPG

        QUI NAQUIT CHAT COURT APRES LES SOURIS

        (le naturel l'emporte toujours)

        QUI NE NOURRIT PAS LE CHAT NOURRIT LE RAT

        (En voulant épargner un dommage, on risque de s'en préparer un plus grand - Ce proverbe existe en langue d'oc)

        BON CHATON TOURNE EN PETIT LIEU (Un bon chat chasse sur une petite surface)

        • Capture chien et chat 5.JPG

         

        Autres thèmes

         

        A laide chatte, beaux minous

        Aux vilains matous, les belles chattes

        Bien sait li chas quel barbe il lèche - Ancien proverbe XIIIe s.-

        signifie que le rusé est toujours prudent : "Bien sait chat cul barbe il laiche, bien s'aperçoit il veziiez (le rusé) les quiex il puet avir sous piez" Marie de France XIIIe s.

        Il n'est si petit chat qui n'égratigne (Il n'y a pas de petit ennemi)

          P1200043.JPG

          Chat échaudé craint l'eau froid .
          (On est doublement prudent après une première expérience malheureuse)

          La nuit, tous les chats sont gris (La nuit efface toutes les différences :
          "dans l'obscurité on ne discingue pas une belle femme d'une laide".

          Il ne faut pas acheter chat en poche (il faut examiner l'affaire avant de conclure)


          Quand les chats siffleront, a beaucoup de choses nous croirons
            Capture chien et chat 6.JPG

            *

            *

            *

            LE CHIEN

            Animal le plus populaire des proverbes, il possède des traits distinctifs nombreux susceptibles de significations multiples et variées.

            a) sa dépendance vis-à-vis de l'homme (le chien et son maître) valent pour certaines relations humaines ;

            b) l'aboiement, signe à déchiffrer, thème de "l'apparence et la réalité" dans la connaissance d'autrui : la menace et l'acte (la morsure) ;

            c) un naturel parfois querelleur : rivalité entre gens de condition inférieure ;

            d) l'égoïsme glouton : le chien et l'os correspond à l'âpreté de la lutte pour le profit

            D'autres valeurs s'expliquent par la présence familière du chien dans l'environnement de l'homme

            Capture VOUCKI.JPG

            Naturel et comportement du chien

            • On ne peut pas empêcher les chiens d'aboyer et les menteurs de mentir
            • Chien qui aboie ne mord pas. (Ceux qui menacent beaucoup ne sont pas les plus dangereux-. Ce proverbe est cambodgien)
            • Jamais bon chien n'aboye -aboie- à faute
            • Jamais bon chien n'aboie à faux
            • Gardez-vous de l'homme secret et du chien muet
            Capture VOUCKI VOUCKI.JPG
            • A chien qui mord, il faut jeter des pierres
            • Haïssez un chien, dites que ses dents sont blanches (reconnaissez les qualités de celui que vous haïssez)
            • Le petit chien conduit le gros chien à le mordre -Martinique-
            • Il ne faut pas se moquer des chiens qu'on ne soit hors du village.
            • Le chien attaque toujours celui qui a les pantalons déchirés (thème de la malchance des malheureux - ce proverbe existe en vietnamien)
            • Chien hargneux a toujours l'oreille déchirée
            • Le chien a quatre pattes, mais il n'est pas capable de prendre quatre chemins - créole antillais- Congo -
            • (On ne peut pas tout faire à la fois.
            • Qui hante chien, puces remporte (Avec les chiens on ne gagne que des puces : "il n'y a rien à profiter avec les imbéciles et les ignorants"
            • Chaque chien lèche sa queue selon son goût - Martinique-
            • Les chiens ne font pas des chats



            Capture chient et chat 9.JPG
            Il n'est pas permis de tuer le chien pour sauver la queue de la chatte
            Capture chien et chat 3.JPG

            La lune est belle lorsque le chien l'espère

             

            Capture voucki et la lune.JPG

            *

            *

            Proverbe basque


            Notre chien sait flatter avec la queue et mordre avec la bouche


            *

            Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

            *

            Les chiens qui ont la queue coupée n'ont pas peur de faire voir leur cul

            (Quand on a pris l'habitude de vivre mal, on finit par ne plus se cacher)

             

            ******

            *

            *

            Alors, ça veut dire quoi : une rencontre homonymique avec le vocabulaire érotique (chas) -

            Vous ne savez pas ? Mon "oeil" !

            C'est "chat" qu'il faut savoir

            *

            chas - chat - oeil - trou d'aiguille - chatière

            CHAT DONNE QUOI TOUT CHAT ?


            Exemples de l'équivalence ainsi étudiée entre « chat » et sexe féminin, on a en français « minou » (Guiraud 1978 : 116), en français régional « moune » du provençal mouno – « minou » ou « minet » (Bouvier), en anglais pussy (Collin et al.).

            La disparition de « connin » (lapin) au profit de « chat » au XVIIe siècle pourrait avoir reflété un changement de perception du « sexe de la femme, vu comme générateur d'enfants » puis comme « objet érotique sans référence à la procréation » (Dinguirard 1973 : 249).

            Pour l'époque qui nous occupe, un proverbe, en cas d'union dépareillée (Trinquier 1993 : 34), tire parti de l'équivoque en vigueur : « A viëlio câto, jhouino rato » (« A vieille chatte, jeune rat ») ; les charivaris à une veuve qui se remarie intègrent avec régularité l'utilisation de chats « pour stigmatiser [sa] sensualité goulue » (Delort 1984 : 337).

            Il existe de nombreuses versions populaires du conte de la chatte métamorphosée en femme et les connotations fondant la métaphore érotique sont multiples (Dinguirard 1973 : 248-249).

            C'est au reste par contamination de « cate », chatte, que « catin » a pris son sens de fille de mauvaises mœurs puis de prostituée (Guiraud 1967 : 109). En français régional, dans l'aire du sous-dialecte rhodanien (où s'inscrit à peu près l'aire vestimentaire d'Arles), l'image de la chatte renverrait d'autant mieux à la femme qu'une relative homophonie associe « chatte » et chato, jeune fille (Bouvier et Martel 1982 : 45).


            **

             

            L'image du chat rencontre de toute façon celle du chas en raison de leur registre de connotations partagées ; en Provence, au demeurant, l'opposition phonétique entre les deux mots est neutralisée tandis que le dialecte connaît une forme commune (

            La symbolique du chas d'aiguille oriente vers la recherche d'Yvonne Verdier, qui brosse le personnage de la couturière et situe la couture dans la formation des filles. Le propos prend sa pleine valeur dans la comparaison, car tous « les outils de la couturière parlent d'amour » (Verdier 1991 : 237).

            Le chas et le fil évoquent une féminité accomplie voire débridée, l'épingle est « l'instrument par excellence de la jeune fille, son attribut » (ibid. : 241).

            Au Museon Arlaten un dé à coudre évoque ce langage. Cadeau d'un jeune homme, il porte aussi bien un cupidon qu'une inscription volontaire : « A la fin je t'aurai. »

            La valeur symbolique du chas se précise au reste par le contexte d'apparition de l'image qui n'est pas toujours opportune. En Provence par exemple la naissance d'une fille se pronostique ainsi à l'examen de la silhouette maternelle : « Ventre pounchu, enfant fendu », « Ventre pointu, enfant fendu » (Benoît 1975 : 132)...


            Le vocabulaire provençal s'inscrit dans la même veine que les autres et l'éventail des synonymies confirme les métaphores du chas : caus peut signifier chas et douille d'outil (Mistral, Fourvières, Alibert), catau, chas et catin (Mistral). Tout cela instruit de façon décisive, par ricochet, sur la métaphore ici en question du chat.

            Celle-ci, dans l'image de la chatière, rejoint celle du passage, de la porte, de la trappe par exemple, que l'argot met à l'œuvre dans le vocabulaire érotique (cf. Guiraud 1978 : 116), de sorte qu'il existe une série d'équivalences entre féminité d'un côté et, indifféremment de l'autre, chas, chat, ouverture, chatière....

             

            ***

            Où me suis-je embarquée avec ces deux-là ?

            Je vais arrêter là mes explications

            mais je vais en parler à mon "Minou" dès ce soir

            MIAOUUUUU !






             

             

             

             

             

             

             

             

            22/10/2010

            ET ENTRE LES DEUX ?

            Il y a deux sortes d'amour :

            l'amour insatisfait, qui vous rend odieux

            et l'amour satisfait, qui vous rend idiot.

            COLETTE

            homme-femme-amour.jpg

            Une petite détente entre deux manifs

            et un gros mouchou

            à toutes et tous

             

             

             

             
            Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique