logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/11/2007

BREL ET SA BELGITUDE

Carte des provinces de la Belgique
Source : site Europa

 medium_belgique.jpg

La Belgique comprend trois Régions : la Région wallonne, la Région flamande et la Région bruxelloise.

   
archives.arte-tv.com/hebdo/dessouscartes/1999

 Congrès de Vienne
La Belgique est un état récent, né en I830 après la séparation de la Belgique des Pays-Bas. Ce Royaume des Pays-Bas regroupait, depuis le Congrès de Vienne de 1815, les provinces belges et hollandaises, ce qui n'avait aucun sens si l'on prenait en compte l'existence de deux peuples différents, de deux langues différentes, et de la séparation religieuse entre catholiques au sud, et protestants au nord.

La monarchie de 1830
Ce nouvel Etat belge, apparu en I830, est une monarchie parlementaire dans un état unitaire. Le français en devient la langue principale, car il est perçu à cette époque comme un facteur d'unité nationale, face au néerlandais, qui était la langue du Royaume des Pays Bas

 Les clivages communautaires
Sauf que cet Etat ne parvient pas à absorber les clivages qui prévalent entre Flamands et Wallons. Ces deux communautés n'arrivent pas à se fondre dans UNE nation, et elles vont progressivement s'éloigner l'une de l'autre, surtout depuis la deuxième moitié du 20 ème siècle.

Clivage linguistique
D'origine celte et germanique, deux peuples vivent là :- les Wallons, qui sont 4 millions et parlent Français. - et les Flamands, qui sont aujourd'hui 6 millions et parlent néerlandais.On trouve aussi environ 70 000 Germanophones.

 medium_BELGIQUE_2.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Pendant ces jours de mise en congé forcée du blog, en ré-écoutant quelques chansons de BREL je suis "tombée" sur celles-ci qui résonnent à mes oreilles avec encore plus d'intérêt quand on sait ce qui se passe aujourd'hui en BELGIQUE.

Il avait la dent dure, caustique ou "comique" à la hauteur de sa déchirure pour sa "belgitude". 

 

LA BELGITUDE vue PAR JACQUES BREL

medium_BREL_0706.jpg

BELGE ? Il le fut jusqu'à l'outrance ! Comme tout ce qu'il faisait. Clamant haut et fort ce qu'il appelait lui-même sa "belgitude" alors que d'aucuns, après lui avoir longtemps rabâché à l'époque des débuts difficiles, qu'il existait "d'excellents trains pour Bruxelles", s'empressaient de l'annexer comme l'une des plus grandes figures de toute l'histoire de la chanson française.

 

 

 

 

 

 

 

BREL avait calqué son mot sur "négritude" afin que comme tel il puisse tout à tour être craché par les uns, comme une insulte ; brandi par les autres, comme un étendard ; et reconnu de tous comme un état de fait.

 

Toute l'histoire de la BELGIQUE est une déchirure ; et la blessure profonde qui écartelait le coeur de BREL trouve là une de ses toutes premières racines. "Nous étions département français, jusqu'à l'Ourthe, jusqu'à Liège ... Pour avoir la paix, on nous a vendus aux Hollandais (1) (Lors du Congrès de Vienne en 1815)

 

 

 

 "Et puis, après quinze ans, ça ne gazait pas du tout. On a viré les Hollandais (mais) on n'a pas pu redevenir Français quand même. On nous a dit : Il faut prendre un roi ... et on a acheté un Prussien qui était l'amant de Catherine de Russie..."

 Une question d'authenticité sur laquelle il reviendra souvent : "La Belgique n'existe pas, en fait. Je rigole toujours devant les efforts déployés depuis 150 ans pour que Wallons et Flamands s'entendent. Hé ! Pourqui s'entendraient-ils, alors que le pays n'est qu'une vue de l'esprit ?".

 Il  n'y a donc pas tout à fait un siècle que la Belgique est indépendante lorsque le 8 avril 1929, Jacques Romain Georges BREL naît dans les faubourgs nords de Bruxelles, à Schaerbeeck, d'un père Flamand francophone qui a passé près de vingt ans de sa vie au Congo....

  

 medium_BREL_0708.jpg

 Il enregistre deux 45 tours en flamand, histoire de river leur clou à ces Flamingants que les FLAMANDES avaient fait sortir de leurs gonds.

 

Les Flamandes dansent sans rien dire

Sans rien dire aux dimanches sonnants

Les Flamandes dansent sans rien dire

Les Flamandes ça n'est pas causant

Si elles dansent c'est parce qu'elles ont vingt ans

Et qu'à vingt ans il faut se fiancer

Se fiancer pour pouvoir se marier

Et se marier pour avoir des enfants

C'est ce que leur ont dit leurs parents

Le bedeau et même son Eminence

L'archiprêtre qui prêche au couvent

Et c'est pour ça et c'est pour ça qu'elles dansent 

 

 

Les Flamandes

Les Flamandes

Les Fla

Les Fla

Les Flamandes

 

Les Flamandes dansent sans frémir

Sans frémir aux dimanches sonnants

Les Flamandes dansent sans frémir

Les Flamandes ça n'est pas frémissant

Si elles dansent c'est parce qu'elles ont trente ans

Et qu'à trente ans il est bon de montrer

Que tout va bien que poussent les enfants

Et le houblon et le blé dans le pré

Elles font la fierté de leurs parents

Et du bedeau et de son Eminence

L'archiprêtre qui prêche au couvent

Et c'est pour ça et c'est pour ça qu'elles dansent

 

Les Flamandes

Les Flamandes

Les Fla

Les Fla

Les Flamandes

 

 Les Flamandes dansent sans sourire

Sans sourire aux dimanches sonnants

Les Flamandes dansent sans sourire

Les Flamandes ça n'est pas souriant

Si elles dansent c'est qu'elles ont trente ans

Et qu'à trente ans il est bon de montrer

Que tout va bien que poussent les enfants

Et le houblon et le blé dans le pré

Elles font la fierté de leurs parents

Et du bedeau et de Son Eminence

L'archiprêtre qui prêche au couvent

Et c'est pour ça et c'est pour ça qu'elles dansent

 

Les Flamandes

...

 

Les Flamandes dansent sans mollir

Sans mollir aux dimanches sonnants

Les Flamandes dansent sans mollir

Les Flamandes ça n'est pas mollissant

Si elles dansent c'est parce qu'elles ont cent ans

Et qu'à cent ans il est bon de montrer

Que tout va bien qu'on a toujours bon pied

Et bon houblon et bon blé dans le pré

Elles s'en vont retrouver leurs parents

Et le bedeau et même Son Eminence

L'archiprêtre qui radote au couvent

Et c'est pour ça qu'une dernière fois elles dansent

 

Les Flamandes

Les Flamandes

Les Fla

Les Fla

Les Flamandes

.... 

 

 

medium_BREL_0709.jpgLE PLAT PAYS

 

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague

Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues

Et de vagues rochers que les marées dépassent

Et qui ont à jamais le coeur à marée basse

Avec infiniment de brumes à venir

Avec le vent de l'Est écoutez-le tenir

Le plat pays qui est le mien

 

Avec des cathédrales pour uniques montagnes

Et de noirs clochers comme mâts de cocagne

Où des diables en pierre décrochent les nuages

Avec le fil des jours pour unique voyage

Et des chemins de pluie pour unique bonsoir

Avec le vent d'ouest écoutez-le vouloir

Le plat pays qui est le mien

 

Avec un ciel si bas qu'un canal s'est perdu

Avec un ciel si bas qu'il fait l'humilité

Avec un ciel si gris qu'un canal s'est pendu

Avec un ciel si gris qu'il faut lui pardonner

Avec le vent du nord qui vient s'écarteler

Avec le vent du nord écoutez-le craquer

Le plat pays qui est le mien

 

Avec de l'Italie qui descendrait l'Escaut

Avec Frida la blonde quand elle devient Margot

Quand les fils de novembre nous reviennent en mai

Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet

Quand le vent est au rire quand le vent est au blé

Quand le vent est au sud écoutez-le changter

La plat pays qui est le mien.

 (1964)

 

LE PLAT PAYS sera revendiqué par toute la BELGIQUE, comme une sorte d'hymne national officieux. A ce propos d'ailleurs, BREL, légèrement agacé, déclarera : "Je n'ai pas à me faire pardonner LES FLAMANDES et je n'ai pas écrit LE PLAT PAYS pour ça".

Et puis en 1977... AUX MARQUISES cette chanson "comique'"... Il ne fait pas semblant...

 

medium_BREL_0707.jpg

 

 

 

LES FLAMINGANTS chanson comique ...

 

Messieurs les Flamingants j'ai deux mots à vous rire

Il y a trop longtemps que vous me faites frire

A vous souffler dans le cul pour devenir autobus

Vous voilà acrobates mais vraiment rien de plus

Nazis durant les guerres et catholiques entre elles

Vous oscillez sans cesse du fusil au missel

Vos regards sont lointains votre humour est exsangue

Bien qu'il y ait des rues à Gand qui pissent dans les deux langues.

Tu vois quand je pense à vous j'aime que rien ne se perde

Messieurs les Flamingants je vous emmerde

 

Vous salissez la Flandre mais la Flandre vous juge

Voyez la Mer du Nord elle s'est enfuie de Bruges

Cessez de me gonfler mes vieilles roubignoles

Avec votre art flamand italo-espagnol

Vous êtes tellement tellement beaucoup trop lourds

Que quand les soirs d'orage des Chinois cultivés

Me demandent d'où je suis je réponds fatigué

Et les larmes aux dents "Ik ben van Luxembourg"

Et si aux jeunes femmes on ose un chant flamand

Elles s'envolent en rêvant aux oiseaux roses et blancs

 

Et je vous interdis d'epérer que jamais

A Londres sous la pluie on puisse vous croire anglais

Et je vous interdis à New York ou Milan

D'éructer mes seigneurs autrement qu'en flamand

Vous n'aurez pas l'air con vraiment pas con du tout

Et moi je m'interdis de dire que je m'en fous

Et je vous interdis d'obliger nos enfants

Qui ne vous ont rien fait à aboyer flamand

Et si mes frères se taisent eh bien tant pis pour elle

Je chante persiste et signe je m'appelle Jacques BREL. 

(1977) 

 

 Le plat pays 1962
envoyé par cvera

 

LES FLAMINGANTS

 

LES FLAMANDES

29/07/2007

ENCORE DOISNEAU ... et PREVERT

TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS .. ça donne ces têtes-là...

medium_DOISNEAU_-_Dans_le_train_de_JUVISY_0087.jpg


medium_DOISNEAU_-_cheminot_retraité_-_introspection_0088.jpg

LE TEMPS PERDU

Devant la porte de l'usine
le travailleur soudain s'arrête
le beau temps l'a tiré par la veste
et comme il se retourne
et regarde le soleil
tout rouge tout rond
souriant dans son ciel de plomb
il cligne de l'œil
familièrement
Dis donc camarade Soleil
tu ne trouves pas
que c'est plutôt con
de donner une journée pareille
à un patron ?

06/07/2007

UN AUTRE 6 JUILLET ... Guy de MAUPASSANT

medium_Maupassant.jpg
En novembre 1890, rongé par la syphilis, Guy de Maupassant (1850-1893) confiait à José Maria de Heredia :
« Je suis entré dans la littérature comme un météore, j'en sortirai par un coup de foudre ! »
"Entre la folie et la mort, mon choix est fait" aussi, face à ses crises suicidaires, les médecins décident de l'interner le 7 janvier 1892 et c'est à la clinique du docteur Blanche qu'il mourra le 6 juillet 1893 après de longs mois de délires et d'isolement..Il est enterré sans cercueil au cimetière de Montparnasse à Paris, (26e division)...
medium_sepulture_Maupassant.jpg
 
 
 
 

Disciple et fils spirituel de Gustave Flaubert, en l'espace des seize années d'une carrière littéraire tragiquement écourtée, ce Normand laissa de nombreuses chroniques, plus de trois cents contes et nouvelles, et six romans.
medium_MAUPASSANT_Contes_de_la_Bécasse.jpgSon oeuvre, d'une inspiration exceptionnelle, est aussi remarquable dans le fantastique que dans l'appréhension de la réalité.
 
 
medium_maupassant_bel_ami_.jpg
Tel un roman, cette biographie minutieuse invite à cheminer pas à pas avec un homme hors du commun et surtout à comprendre l'émergence de l'écrivain.

 
 medium_maupassant_boule_de_suif.2.JPG
medium_Maupassant_Sicile.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
medium_Maupassant-pierre.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sa mère était une femme très cultivée : elle était passionnée de littérature et de poésie ; elle parlait anglais et italien et surtout, elle rencontrait souvent Gustave FLAUBERT, qui était le meilleur ami de son frère Alfred, poète mort prématurément en 1848.

En 1863, sa mère, consciente des lacunes de son éducation intellectuelle, inscrit son fils aîné au séminaire d‘Yvetot.
Adieu la mer et les grands espaces, bonjour les limites des murs du séminaire et des dortoirs ; adieu les horaires fantaisistes, bonjour l'emploi du temps strict rythmé par les études et les heures de prière obligatoire.

L'abbé TOLBIAC, fanatique et intolérant, trouve sans doute son origine dans le souvenir de cette portion de vie.

Elève indiscipliné et insoumis il sera rendu à sa mère ( pour son plus grand plaisir) grâce à une épître qu'il dédiait à sa belle cousine :

"Vous m'avez dit : " Chantez des fêtes...
Chantez le bonheur des amants"
Mais dans le cloître solitaire
Où nous sommes ensevelis
Nous ne connaissons sur la terre
Que soutanes et que surplis."
 
...
Le retour à la vie libre s'accompagne de la découverte des charmes féminins. A 16 ans, Maupassant se lance dans l'aventure du plaisir. L'attitude du jeune adolescent avec les jeunes filles préfigure celle du futur adulte avec les femmes. L'amour n'est que de l'ordre du plaisir sensuel et éphémère ; la fidélité n'est qu'une idée dérisoire et le mariage ne peut être voué qu'à l'échec. 
 
 ... ..
Après l'obtention de son baccalauréat en juillet 1869, il s'inscrit à la faculté de droit de Paris. Mais en 1870 c'est la déclaration de guerre avec la Prusse et son cortège de mobilisations : Maupassant s'engage ;
 
De l'élan patriotique pour affronter les Prussiens lors du siège de Paris à l'horreur de la guerre et au mépris des chefs militaires, Maupassant fera tout pour "survivre en attendant de vivre" (Henri Troyat)
Le souvenir de cette guerre hantera l'écrivain et ses premières nouvelles auront pour décor et pour thème cette période de 1870.


 
"Entre la folie et la mort, mon choix est fait" aussi, face à ses crises suicidaires, les médecins décident de l'interner le 7 janvier 1892 et c'est à la clinique du docteur Blanche qu'il mourra le 6 juillet 1893 après de longs mois de délires et d'isolement..Il est enterré sans cercueil au cimetière de Montparnasse à Paris, (26e division)...
 
 
 
 http://atheisme.free.fr/
Originaire d'une ancienne famille Loraine, Guy de Maupassant passe son enfance en Normandie avec sa mère, période pendant laquelle il apprend à connaître ce pays que l'on retrouve dans beaucoup de ses nouvelles. L'internat, au séminaire d'Yvetot, lui paraît insupportable et il y acquiert un profond dégoût de la religion qu'il conservera toute sa vie durant.

Après la guerre de 1870, Guy de Maupassant travaille comme fonctionnaire à Paris et goûte aux plaisirs de la capitale. Il fait son apprentissage d'écrivain auprès de Gustave Flaubert qui le prend sous sa protection. Guy de Maupassant commençe par écrire des poèmes, puis se tourne vers la nouvelle vers 1875. Il collabore avec les écrivains naturalistes aux "soirées de Médan" (1880) en publiant Boule de Suif. Sa vie est guidée par son seul idéal littéraire et son fort attachement au réalisme mettant en scène la méchanceté humaine et l'horreur ordinaire. Il publie au total six romans et seize volumes de nouvelles, entre réalisme et fantastique, qui lui apportent, grâce à son talent de conteur, célébrité et fortune.

A partir de 1890, il est atteint de troubles nerveux. Son état mental décline et Guy de Maupassant s'enfonçe peu à peu dans la folie.
 

Bibliographie : Boule de suif (1880), Mademoiselle Fifi (1881), La maison Tellier (recueil, 1881), Une vie (roman, 1883), Contes de la Bécasse (recueil, 1883), Toine (1885), Contes du jour et de la nuit (recueil, 1885), Bel-Ami (roman, 1885), La Petite Roque (1886), Le Horla (1887), Pierre et Jean (roman, 1888), Notre Cœur (roman, 1890).

20/06/2007

JEAN-LOUIS TRINTIGNANT

J'aime cet acteur... l'homme.. posé, réservé, généreux... le son de sa voix si grave. En tombant sur ces mots ce matin ... de nombreux points communs. Etonnant non ?

medium_trintignant_01.jpg

Le premier livre de ma liste "à lire"

La Bible, le Nouveau Testament

L'écrivain que j'admire le plus

BAUDELAIRE

L'écrivain que j'aurais aimé rencontrer

KAFKA

Le livre pour dire je t'aime

Le livre de ma mère d'Albert COHEN

Le livre pour dire adieu

Une saison en enfer, RIMBAUD

Le livre que je lirai et relirai encore

Tout RIMBAUD

Le livre que je lis en ce moment

Je ne lis plus je suis aveugle

Le livre qui a marqué mon enfance

Les Paroles de PREVERT

Le livre qui a changé ma vie

HAMLET et tout SHAKESPEARE

Le livre que j'emporte en vacances cet été

Aucun

La phrase que je n'oublierai jamais

"Quand on a, dans sa vie, ouvert les yeux, on ne peut plus dormir tranquille".

14/06/2007

un autre 14 juin ! René CHAR aurait 100 ans !

medium_livre_rené_CHAR.jpg http://www.alsapresse.com/thematiques

medium_RENE_CHAR.jpgLIRE : René Char, le poète du cœur

René Char fut peut-être le plus grand poète français du XXe siècle. On fête cette année le centenaire de sa naissance. L’occasion de le (re) découvrir.

René Char est né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse. Dès 1929, alors qu’il n’a que 22 ans, il adhère au mouvement surréaliste. Aragon, Eluard, Breton sont ses aînés, tous alors trentenaires. Il signera quelques tracts avec ses camarades surréalistes et, en 1930, un recueil en commun avec Eluard et Breton. Le titre est cocasse : Ralentir travaux.

medium_Le_Nu_Perdu_Rene_Char_614813.jpg
En 1934, il reprend son indépendance pour se transformer en solitaire ne souffrant aucune compromission. Sa poésie est à la fois celle d’un homme d’action, engagé et concerné par les agressions du monde… mais sans lourdeur, sans tentative d’explication. Son œuvre ne fait pas appel à notre cerveau, à notre « intelligence », mais à nos cinq sens, à l’écoute de notre âme, cœur et tripes réunis. Il faut accepter de se laisser porter, sans forcément chercher à « comprendre ».

medium_france1991-Char-medium.jpg
En 1939, on le retrouve en… Alsace. Soldat, il séjourne pendant près d’un an au Moulin du Donnenbach à Frohmuhl près de La Petite Pierre (voir le poème ci-dessous). Démobilisé en 1940, il entre presque aussitôt en Résistance sous le nom de guerre d’Alexandre. Après-guerre, ce précurseur mènera campagne contre les coups portés à notre environnement : le danger de la pollution de la nature lui inspire en 1948 une pièce, Le Soleil des eaux ; en 1965, il se bat contre l’implantation de fusées nucléaires sur le plateau d’Albion.


La poésie de Char puise sans cesse dans le réel et dans la terre. Il est enraciné dans son Vaucluse natal et s’inspire abondamment de la Provence, de ses pierres, sa flore et sa faune. Une nature qui n’est que le prétexte à pénétrer au plus profond de l’humanité de l’homme : « Cet élan absurde du corps et de l’âme, ce boulet de canon qui atteint sa cible en la faisant éclater, oui, c’est bien là la vie d’un homme ! On ne peut pas, au sortir de l’enfance, indéfiniment étrangler son prochain. » Il sera l’ami des plus grands artistes du siècle dernier : Braque, Picasso, Hans Arp, Giacometti, Miro,… Reconnu dans le monde entier, il publiera une trentaine de recueils, avant de s’éteindre d’une crise cardiaque le 19 février 1988.

CAMUS ET CHAR .. FRERES D'AMITIE

medium_correspondance_CAMUS_RENE_CHAR.gifAlbert Camus voit en Char un terrien, l'enraciné du Vaucluse, ce en quoi il ne se trompe guère, mais il va plus loin encore : Char sera chargé par Camus, toujours et encore, de lui trouver des logis... jusqu'à ce que mort s'ensuive. Autant dans les alentours de L'Isle-sur-la-Sorgue où vit Char, "qu'au pied du Lubéron, la montagne de Lure, Lauris, Lourmarin, etc. (...) Vous imaginez sans doute ce qui peut me convenir. Une maison très simple, quoique grande (j'ai deux enfants et je voudrais y loger ma mère, de temps en temps), le plus écartée possible, meublée si possible, plus commode que confortable, et devant un paysage qu'on puisse regarder longtemps."

 

 

... Il cherchera jusqu'à la fin, jusqu'à l'accident de voiture qui tuera Camus, de retour de Lourmarin où justement séjournait Char, lequel traquait sans doute encore quatre murs parfaits qui n'emprisonneraient pas Camus. "Epouse et n'épouse pas ta maison", écrit Char dans les Feuillets d'Hypnos (34).

medium_les_oiseaux.jpg

Parfois, au détour d'une lettre, on est plié malgré soi dans un éclat de rire comme ce lundi-là que Franck Planeille, auteur de la stimulante édition des correspondances Char/Camus, situe en 1948. Char écrit à Camus : "Cher ami, connaissez-vous l'histoire de ce pigeon voyageur tellement en retard sur l'horaire de son retour et qui répondit à qui l'interrogeait aussi sur la cause de ses plumes crottées : 'je suis revenu à pied...' ?"

Souhaitant faire jouer à AVIGNON une pièce de théâtre qu'il venait d'écrire, René Char et JEAN VILAR créent le premier FESTIVAL D'AVIGNON, en 1947.


Impérieux et tendre, nuage et diamant, aussi attentif aux espaces cosmiques qu'au chant du grillon.

 

 

 A cet "artisanat furieux" de celui qui oeuvre dans son atelier se joignent les peintres, auxquels Char confie le soin d'enluminer ses textes. Des échanges de correspondance avec les philosophes, les poètes, les écrivains : Blanchot, Camus, Eluard, Gracq, Lely, Saint-John Perse ; avec les peintres, dont on trouvera les oeuvres reproduites : Braque, Brauner, Giacometti, Valentine Hugo, Wifredo Lam, Matisse, Miro, Picasso, Nicolas de Staël, Vieira da Silva... scandent ce cheminement

  QUELQUES CITATIONS DE RENE CHAR empruntées à WIKEPEDIA

« Ils refusaient les yeux ouverts ce que d'autres acceptent les yeux fermés. »

« Impose ta chance, sers ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. » (Rougeur des matinaux)

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. » (Fureur et mystère)

« Agir en primitif et prévoir en stratège. » (Feuillets d'Hypnos)

« Les yeux seuls sont encore capables de pousser un cri. » (Feuillets d'Hypnos)

« Notre Eternité est de givre. » (Les Matinaux)

« Les mots disent de nous ce que nous ignorons d'eux. »

« Signe ce que tu éclaires, pas ce que tu assombris. »

« Ne t'attarde pas à l'ornière des résultats. » (Fragments du grand sommeil, dans Feuillets d'Hypnos)

« Un homme sans défaut est une montagne sans crevasses. Il ne m'intéresse pas. » (id)

« Vous serez une part de la saveur du fruit. » (id)

« On ne taille pas sa vie sans se couper. » (id)

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil. » (id)

« Sommes-nous voués à n'être qu'un début de vérité ? »

« L'homme qui ne connaît qu'une source ne connaît qu'un orage. » (id)

.« A tous les repas pris en commun nous invitons la liberté à s'asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis. »

Le poète se reconnaît à la quantité de pages insignifiantes qu’il n’écrit pas. » (Sur la poésie)

« Comment vivre sans inconnu devant soi ? »

« Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir. » (Feuillets d'Hypnos)

« Fureur et mystère tour à tour le séduisirent et le consumèrent, puis vint l'année qui acheva son agonie de saxifrage. » (Fureur et Mystère)

  A cet "artisanat furieux" de celui qui oeuvre dans son atelier se joignent les peintres, auxquels Char confie le soin d'enluminer ses textes. Des échanges de correspondance avec les philosophes, les poètes, les écrivains : Blanchot, Camus, Eluard, Gracq, Lely, Saint-John Perse ; avec les peintres, dont on trouvera les oeuvres reproduites : Braque, Brauner, Giacometti, Valentine Hugo, Wifredo Lam, Matisse, Miro, Picasso, Nicolas de Staël, Vieira da Silva... scandent ce cheminement.

PICASSO pour son livre LES TRANSPARENTS

medium_Char_Serpent432.jpg

medium_Char_8Poemes432.jpgmedium_PICASSO_LES_TRANSPARENTS_RENE_CHAR.jpgmedium_MIRO_et_René_CHAR.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique