logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/01/2015

Une caméra plutôt qu'une mitraillette pour combattre

 

 

René Vautier laisse une empreinte indéfectible parce qu'il a su marquer les esprits (Pierre Laurent)

Lundi, 5 Janvier, 2015

René Vautier, cinéaste militant du film indépendant et anticolonialiste, vient de disparaître.

Homme de légende, de convictions, cinéaste baroudeur- il nous manque déjà. René Vautier était membre du Parti communiste depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Individualiste généreux, enragé, charmeur, René Vautier était toujours un marginal, tant en politique que dans les milieux du cinéma. Homme de la fidélité dans ses convictions et amitiés, René Vautier avait épousé les causes de son époque : anticolonialiste, régionaliste frôlant l'indépendantisme, écologiste, anticapitaliste… Nous perdons un combattant de la liberté, qui a payé chèrement son engagement.

Son premier film, « Afrique 50 », est un violent et efficace réquisitoire contre le colonialisme français en Afrique noire, contre le travail forcé. Le film lui valu une interdiction totale, 13 inculpations. L'armée, se rappelant qu'il n'avait pas fait son service militaire (ses faits de Résistance auraient pu pourtant l'en exempter), l'envoya en Allemagne, où il passa quasiment un an en prison militaire.

Avec « Avoir 20 ans dans les Aurès » Il avait fait un choix, celui de montrer, dénoncer cette guerre d'Algérie qui n'en avait pas le nom. La distribution dans le circuit indépendant, les salles municipales d'art et d'essais, il y a quelques années, de ce film marquant. avait fait redécouvrir son œuvre, son génie cinématographique.

Il laisse une empreinte indéfectible parce qu'il a su marquer les esprits. Il a su montrer la vérité telle qu'elle est. C'est grâce aux témoignages qu'il avait récoltés, qu'avait été prouvé que Jean-Marie Le Pen avait pratiqué la torture en Algérie (produit lors du procès du Canard enchaîne en 1985). Pacifiste, antimilitariste, passionné de la Bretagne, il était un bel anarcho-communiste et la légende raconte que les CRS, dans les années 60, le confondaient avec Léo Ferré.

Fier de l'avoir compté parmi les siens, son Parti lui rend hommage.

 rene-vautier nb

Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade. Les soldats parviennent à faire un prisonnier mais l’un d’entre eux est blessé au cours de l’accrochage. Instituteur dans le civil, il se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas, prêts à tuer et y prenant goût. Tous sauf Nono... Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/#sthash.LNQj4krc.dpuf
Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade. Les soldats parviennent à faire un prisonnier mais l’un d’entre eux est blessé au cours de l’accrochage. Instituteur dans le civil, il se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas, prêts à tuer et y prenant goût. Tous sauf Nono... Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/#sthash.LNQj4krc.dpu

 © 2005 ilan ginzburg

 

Je l'ai aperçu à la Fête de l'Huma à laquelle il se rendait chaque année

pour débattre

René Vautier « Les attardés du colonialisme me poursuivent encore de leur vindicte »

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui
Lundi, 4 Mai, 2009
L'Humanité
Entretien réalisé en 2009 avec René Vautier par Rosa Moussaoui. À quatre-vingt-un ans, le cinéaste René Vautier reste plus que jamais fidèle à ses convictions et à son combat anticolonialiste.

Comment expliquer que des films comme Afrique 50 et Avoir vingt ans dans les Aurès soient encore aujourd'hui la cible de violentes attaques des tenants de l'idéologie colonialiste ?

René Vautier. J'ai fait Afrique 50 à l'âge de vingt et un ans. Mon seul but était de montrer la vérité sur le quotidien des paysans noirs en Afrique occidentale française. J'ai simplement filmé ce que je voyais. On a alors tenté de m'empêcher de filmer. Les choses se sont très mal passées avec les colons. Ce film, auquel la Cinémathèque française a rendu il y a quelques années un élogieux hommage, m'a valu, à l'époque, de sérieux ennuis. Avoir vingt ans dans les Aurès a reçu, en 1972, le prix de la critique internationale au Festival de Cannes. En dépit de cette récompense, le film a dû attendre douze ans avant d'être diffusé sur une chaîne de télévision française. Certains y voyaient une insupportable mise en cause des prétendus bienfaits de la présence française dans les colonies. Ces films continuent d'être diffusés, cités, ce qui nourrit le ressentiment des attardés du colonialisme.

Comment expliquer le regain d'activisme des nostalgiques de la colonisation, du vote d'une loi exaltant « les aspects positifs » de la colonisation à la construction de stèles et de monuments glorifiant les criminels de l'OAS ?

René Vautier. Le député UMP Christian Vanneste (l'un des plus fervents défenseurs de la loi du 23 février 2005 sur la colonisation « positive » - NDLR) a tenté, il y a quelque temps, de faire interdire Avoir vingt ans dans les Aurès dans une salle de la banlieue lilloise. Des jeunes ont protesté. Du coup, il n'y a pas eu une, mais dix projections, qui ont rencontré un franc succès auprès du public. Ces nostalgiques, liés à la droite ou au Front national, me poursuivent encore aujourd'hui de leur vindicte, perturbant les manifestations auxquelles je participe.

Ces gens vous accusent d'être un ennemi de la « blanchitude » et de la « France française ». Comment le résistant juge-t-il de tels propos ?

René Vautier. C'est à 200 mètres du palais de justice de Quimper (où s'est tenu le procès - NDLR) que j'ai été décoré de la Croix de guerre à l'âge de seize ans pour faits de résistance. J'appartenais à un groupe d'Éclaireurs de France qui se sont battus contre les occupants allemands. J'ai continué, après la guerre, à me battre pour les mêmes idées : l'égalité des peuples, la lutte contre le fascisme, quel qu'il soit.

L'idéologie coloniale reste-t-elle, selon vous, enracinée en France ?

René Vautier. Certains milieux refusent catégoriquement tout regard lucide sur le passé colonial. Or les jeunes générations doivent être instruites de ce qui fut fait au nom de la France dans les colonies. J'espère que mes films peuvent continuer à y contribuer.

 

 Sur son compte Facebook, un ami très proche de René lui a dédié cette poésie d’Eluard, qui lui ressemblait tant.

Un homme d’image qui avait pour seul arme sa caméra est mort
Il s’appelle René VAUTIER
FRATERNITE disait-il … paix à lui

eluard

Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli

Car tout ce qu’il voulait
Nous le voulions aussi
Nous le voulons aujourd’hui
Que le bonheur soit la lumière
Au fond des yeux au fond du cœur
Et la justice sur la terre

Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur le mot confiance
Amour justice et le mot liberté
Le mot enfant et le mot gentillesse
Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
Le mot courage et le mot découvrir
Et le mot frère et le mot camarade
Et certains noms de pays de villages
Et certains noms de femmes et d’amies
Ajoutons-y Péri
Péri est mort pour ce qui nous fait vivre
Tutoyons-le sa poitrine est trouée
Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Paul Éluard

 

Les médias sont plus prompts à blablater sur Nabila

que de rendre hommage à cet homme-là

Alors je fais ce que je crois juste, à mon niveau

 

LA CAMERA CITOYENNE de René VAUTIER

 

René Vautier : le cinéma perd un oeil et un esprit libres

Eugénie Barbezat
 
 
Dimanche, 4 Janvier, 2015
 
Le cinéaste engagé et anticolonialiste, réalisateur du film sur la guerre d'Algérie
"Avoir 20 ans dans les Aurès", est mort dimanche matin à 86 ans en Bretagne
a annoncé sa femme Soazig Chappedelaine Vautier.
 
PHOTO : AFP MARCEL MOCHET
 
René Vautier est né le 15 Janvier 1928 à Camaret-sur-Mer, dans le Finistère (France).
 
*
*

"Votre nom : Vautier !


Votre vie : la liberté !



Votre cinéma : engagé !



Votre parole : enragée !"

C'était un cinéaste engagé et anticolonialiste. René Vautier est décédé ce dimanche matin à l'âge de 86 ans. Le réalisateur du film sur la guerre d'Algérie «Avoir 20 ans dans les Aurès» est mort à l'hôpital en Bretagne, où il résidait, a fait savoir sa femme Soazig Chappedelaine Vautier.

 

Ce réalisateur à la vie mouvementée, qui a connu la fuite, la prison, la grève de la faim, les menaces et les condamnations, se revendiquait comme «le cinéaste français le plus censuré».

Il était notamment l'auteur de «Afrique 50», court-métrage réalisé à 20 ans, devenu le premier film anticolonialiste du cinéma français. L'oeuvre a été censurée pendant quarante ans et lui a valu une condamnation à un an de prison.

 

 

Premier film anticolonialiste français, il inaugure le combat de Vautier. Depuis, caméra au poing, il a définitivement choisi son camp : être de l’autre côté.

Au départ, il s’agit d’un film de commande de la Ligue de l'enseignement destinée à mettre en valeur la mission éducative de la France dans ses colonies. Mais les images tournées sur place témoignent d’une réalité tout autre et le film devient un véritable brûlot anticolonialiste. Ce sera même, le premier film anticolonialiste français de l’histoire du cinéma qui vaudra à René 13 inculpations et une condamnation à un an de prison. Le film reçoit la médaille d’or au festival de Varsovie. Vautier est mis en prison militaire à Saint-Maixent, puis à Niederlahnstein en zone française d’occupation en Allemagne. Il sort en juin 1952.


Son regard s'est beaucoup porté sur la guerre d'Algérie, avec notamment «Une Nation l'Algérie» (1954), pour lequel il a été poursuivi pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat», «Algérie en flammes» (1958). Il est surtout le réalisateur de «Avoir 20 ans dans les Aurès», son oeuvre la plus connue, prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1972.

 

Il est surtout le réalisateur de "Avoir 20 ans dans les Aurès", son oeuvre la plus connue,
prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1972.
« Fous pas ton pied dans cette merde,
C’est une vraie histoire de fou,
Pas ton pied dans cette merde,
Ou bien t’y passeras jusqu’au cou
»

(Refrain d’une chanson du film)
 
 Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade. Les soldats parviennent à faire un prisonnier mais l’un d’entre eux est blessé au cours de l’accrochage. Instituteur dans le civil, il se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas, prêts à tuer et y prenant goût. Tous sauf Nono... Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine.

 Avec : Philippe Léotard, Amid Djellouli, Alexandre Arcady, Jean-Michel Ribes...
Grand Prix de la Critique Internationale au Festival de Cannes 1972
1961, Sud algérien.
 
Des rappelés, hostiles à la guerre d'Algérie, sont pris en main par le lieutenant Perrin. Pris dans l'engrenage de la guerre, ils tuent, pillent, violent. Sauf Noël, un humaniste qui a toujours refusé de se servir d'une arme. Il libère un prisonnier algérien et fuit avec lui. Film historique exceptionnel, "cette chronique filmée est en quelque sorte le condensé de 800 heures de témoignages de 600 appelés ou rappelés de la guerre d'Algérie.
 
A l'heure où les généraux, les politiciens, et les agents secrets donnent chacun leur version de ce que fut la guerre d'Algérie, nous avons pensé qu'il était utile de refléter l'état d'esprit des appelés"(René Vautier)
 
***
*

René Vautier a eu de grandes difficultés pour le réaliser. Ce n’est qu’en 1971 qu’il a pu le mener à bien et il n’obtint le visa de diffusion qu’après une grève de la faim...

 L'idée géniale est de montrer les actions d'un groupe de militaires qui au fond sont antimilitaristes, qui au fond n'auraient jamais pensé pouvoir tirer sur l'ennemi de qui pourtant ils partagent la cause.

Du coup, le film dépasse l'anecdote pour toucher le général, l'universel : comment l'armée - et, derrière elle, la Société - peut transformer un simple homme, pacifiste en machine de guerre.

Kubrick sur le même thème a fait Full Metal Jacket. Le propos est encore plus fort car Vauthier nous montre que la resistance généreuse mais individuelle de Noël n'aboutit qu'à un échec, mis en lumière par le lieutenant qui en profite pour augmenter sa pression sur ses hommes.

 ****

*

"Votre nom : Vautier !

Votre vie : la liberté !


Votre cinéma : engagé !


Votre parole : enragée !" - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpuf

 

"Votre nom : Vautier !

Votre vie : la liberté !


Votre cinéma : engagé !


Votre parole : enragée !" - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpufLa vie de René VAUTIER pourrait se résumer à autant d’années de résistance cinématographique. Rebelle et militant, il s’est toujours efforcé de mettre « l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs établis les refusent »Et ce n’est pas sans risques qu’il a combattu avec sa caméra citoyenne pour témoigner des luttes de son époque et toujours tenter d’établir un dialogue en image.
En 1950, il réalise son premier film, Afrique 50. - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpuf
En 1950, il réalise son premier film, Afrique 50. Au départ, il s’agit d’un film de commande de la Ligue de l'enseignement destinée à mettre en valeur la mission éducative de la France dans ses colonies. Mais les images tournées sur place témoignent d’une réalité tout autre et le film devient un véritable brûlot anticolonialiste. Ce sera même, le premier film anticolonialiste français de l’histoire du cinéma qui vaudra à René 13 inculpations et une condamnation à un an de prison. Le film reçoit la médaille d’or au festival de Varsovie.
Vautier est mis en prison militaire à Saint-Maixent, puis à Niederlahnstein en zone française d’occupation en Allemagne. Il sort en juin 1952. - See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpufDe la dénonciation du colonialisme aux grèves des mineurs, de la guerre d’Algérie aux années Giscard, de la marée noire aux tortures en Algérie, des luttes sociales aux luttes tout court, René Vautier n’a jamais cessé de dénoncer en images tout ce qui le révolte.Témoin crucial de son époque, il a constamment devancé l’histoire, comme le reconnaissait Malraux, quelques années après les Accords d’Evian, : « René Vautier est un français qui a vu juste avant les autres ».

Ses films font souvent écho à l’actualité et deviennent des archives d’une extraordinaire diversité (documentaire, fiction, court ou long métrage) qui nous permettent d’éclairer l’histoire contemporaine et de mettre en perspective les crises d’aujourd’hui par l’étude des luttes du passé.

Cinéaste engagé, René Vautier a connu la censure sur pratiquement toute son oeuvre. Le critique Michel Boujut écrivait d’ailleurs à son propos : « C’est le réalisateur qui a eu le plus de problèmes avec la censure… et qui lui a posé le plus de problèmes. »

 
 

RENÉ VAUTIER
ses engagements

La vie de René Vautier pourrait se résumer à autant d’années de résistance cinématographique. Rebelle et militant, il s’est toujours efforcé de mettre « l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs établis les refusent ». Et ce n’est pas sans risques qu’il a combattu avec sa caméra citoyenne pour témoigner des luttes de son époque et toujours tenter d’établir un dialogue en image.
Afrique 50, premier film anticolonialiste français, inaugure le combat de Vautier.
Depuis, caméra au poing, il a définitivement choisi son camp : être de l’autre côté.
De la dénonciation du colonialisme aux grèves des mineurs, de la guerre d’Algérie aux années Giscard, de la marée noire aux tortures en Algérie, des luttes sociales aux luttes tout court, René Vautier n’a jamais cessé de dénoncer en images tout
ce qui le révolte.
Témoin crucial de son époque, il a constamment devancé l’histoire, comme le reconnaissait Malraux,
quelques années après les Accords d’Evian, : « René Vautier est un français qui a vu juste avant les autres ».
Aujourd’hui encore, ses films font souvent écho à l’actualité et deviennent des archives d’une extraordinaire diversité (documentaire, fiction, court ou long métrage) qui nous permettent d’éclairer l’histoire contemporaine et de mettre en perspective les crises d’aujourd’hui par l’étude des luttes du passé. Cinéaste engagé, René Vautier a connu la censure sur pratiquement toute son oeuvre. Le critique Michel Boujut écrivait d’ailleurs à son propos : « C’est le réalisateur qui a eu le plus de problèmes avec la censure… et qui lui a posé le plus de problèmes. »
Entretien avec cet empêcheur de filmer en rond…

- See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpuf
 

RENÉ VAUTIER
ses engagements

La vie de René Vautier pourrait se résumer à autant d’années de résistance cinématographique. Rebelle et militant, il s’est toujours efforcé de mettre « l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs établis les refusent ». Et ce n’est pas sans risques qu’il a combattu avec sa caméra citoyenne pour témoigner des luttes de son époque et toujours tenter d’établir un dialogue en image.
Afrique 50, premier film anticolonialiste français, inaugure le combat de Vautier.
Depuis, caméra au poing, il a définitivement choisi son camp : être de l’autre côté.
De la dénonciation du colonialisme aux grèves des mineurs, de la guerre d’Algérie aux années Giscard, de la marée noire aux tortures en Algérie, des luttes sociales aux luttes tout court, René Vautier n’a jamais cessé de dénoncer en images tout
ce qui le révolte.
Témoin crucial de son époque, il a constamment devancé l’histoire, comme le reconnaissait Malraux,
quelques années après les Accords d’Evian, : « René Vautier est un français qui a vu juste avant les autres ».
Aujourd’hui encore, ses films font souvent écho à l’actualité et deviennent des archives d’une extraordinaire diversité (documentaire, fiction, court ou long métrage) qui nous permettent d’éclairer l’histoire contemporaine et de mettre en perspective les crises d’aujourd’hui par l’étude des luttes du passé. Cinéaste engagé, René Vautier a connu la censure sur pratiquement toute son oeuvre. Le critique Michel Boujut écrivait d’ailleurs à son propos : « C’est le réalisateur qui a eu le plus de problèmes avec la censure… et qui lui a posé le plus de problèmes. »
Entretien avec cet empêcheur de filmer en rond…

- See more at: http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=7#sthash.4brEKXi0.dpuf

08/09/2014

AU VILLAGE DU LIVRE CE WEEK-END A LA FETE DE L'HUMA

img624.jpg

3 JOURS DE CONCERT pour 21 @euros

QUI DIT MIEUX ?

img619.jpg

Vendredi 12 Septembre 2014

  • Grande Scène :
    • Temple
    • Alpha Blondy
    • Massive Attack

  • Zebrock :
    • Vex
    • Tigers Can Swin
    • Florent marchet
    • Yves Jamait


Samedi 13 Septembre 2014

  • Grande Scène :
    • Puggy
    • Les Ogres de Barback
    • Concert pour la Palestine
    • IAM
    • Scorpions

  • Zebrock : 
    • Nevche
    • The Lone John Harps
    • Congopunq
    • The Psychotic Monks
    • Outernational
    • Tom Fire


Dimanche 14 Septembre 2014

  • Grande Scène :
    • Orchestre Symphonique Divertimento
    • Les Grandes Bouches et le bal républicain
    • Bernard Lavilliers
       
  • Zebrock :
    • Feloche
    • Leïla Ssina
    • Le bal des 10 ans

**

*

 

 Et mes camarades de Nîmes

Christine et Georges

cf 2.jpg

qui se produiront SAMEDI

cf.jpg

au stand de SEINE ET MARNE à MITRY-MORY/MELUN  de 12 H à 13 H

au stand du GARD de 17 H à 18 H

 

Affiche GARD.jpg

Ils interprèteront

ARAGON, FERRAT, LEPREST, IPANEZ, LES CHANTS DE LA COMMUNE ET CEUX DE 14/18

05/09/2014

FETE DE L'HUMA... LE BLOG DE LA FETE

Le Blog de la Fête

Suivez toutes les actualités de la fête !

Alpha Blondy sur la Grande scène de la Fête de l’Humanité

 
À la tête de son Solar System, le Marley ivoirien chantera sur la grande scène de la fête de l’Humanité, vendredi 12 septembre au soir, la paix, « universelle, une et indivisible ». Il revisitera ses hymnes mythiques et des titres de son CD, Mystic...

 (suite)

L’Ina partenaire de la Fête de l’Humanité 2014

 
Pour la deuxième année consécutive, l’Ina sera présent au cœur de la Fête de l’Humanité ! L’Institut invite les festivaliers à voyager dans l’univers de la télévision à travers une fresque chronologique grandeur nature, des extraits cultes et une exposition...

 (suite)

Fête de l’Humanité : le savez-vous ? Nous avons rendez-vous…

 
La Fête de l’Humanité revêt un caractère nouveau pour raviver l’espérance et redonner 
des couleurs à la gauche. Rendez-vous ce soir de ses acteurs. Ce ne sera pas une édition après une autre, une rencontre comme il en est tant, un forum de plus au fil du...

 (suite)

Une grande Fête de l’humanité pour un sursaut national et citoyen

 
Éditorial de l’Humanité Dimanche par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité : "La Fête sera en elle-même une manifestation populaire contre les choix actuels et pour régénérer la gauche et la politique.." Une formidable course de vitesse est engagée...

 (suite)

Scorpions sur la grande scène à la Fête de l’Humanité

 
Groupe culte au succès planétaire, les Allemands de Scorpions seront présents le 13 septembre sur la grande scène de la Fête de l’Humanité. Cette date, unique en France, sera un avant-goût d’une tournée prévue en 2015 pour fêter leurs 50 ans de carrière....

 (suite)

La transition énergétique en débat

 
Pour Virginie Gensel, secrétaire de la fédération CGT Mines-énergie, la Fête est l’occasion de faire connaître les propositions de la CGT. « Depuis des années, la fédération est présente sur le forum social de la Fête de l’Humanité. Nous avons toujours...

 (suite)

Patrick Le Hyaric : « Ensemble, relever le défi d’une nouvelle espérance »

 
La diffusion militante de la vignette s’accélère. À Nanterre, puis à Grigny, Patrick Le Hyaric, directeur 
de l’Humanité, a souligné le rôle de la Fête pour débattre et construire des ripostes citoyennes. « Dans les Hauts-de-Seine, nous avons pratiquement...

 (suite)

Mathieu Gallet : « La Fête de l’Humanité est vraiment un lieu ouvert »

 
Radio France participe chaque année à la Fête de l’Humanité. Du 12 au 14 septembre 2014, La Courneuve accueille un studio dédié à France Bleu 107.1. Nouveauté cette année, l’atelier pédagogique France Info propose au jeune public de découvrir les métiers de...

 (suite)

Réussir le Fête de l’Humanité pour revivifier les couleurs de la gauche

 
La diffusion militante du bon de soutien a repris des couleurs dans le département des hauts-de-Seine. Jeudi soir à Nanterre, Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, a souligné l’importance de la fête pour débattre et construire des ripostes...

 (suite)

Concert de solidarité avec le peuple palestinien

Médine, HK, Kery James et Gaza Team ont décidé d’unir la force de leurs mots et de leurs musiques pour un concert de solidarité sur la grande scène de la Fête de l’Humanité, samedi 13 septembre à 18 heures, pour demander le respect du droit...

 (suite)

Patrick Le Hyaric : « L’urgence de changer de cap »

 
L’éditorial de l’Humanité Dimanche. Il devient urgent et indispensable de rechercher les moyens d’un nouveau projet démocratique en dépassant le système de la monarchie présidentielle qui peu à peu a envahi toute l’action politique, pour l’avènement d’une...

 (suite)

Mermet lance « Là-bas de plus belle » à la Fête de l’Humanité !

 
L’émission Là-bas si j’y suis a disparu de l’antenne de France Inter, après vingt-cinq ans d’antenne. Daniel Mermet fait le pari de la relancer sur Internet. Les premiers abonnements seront réalisés à la Fête de l’Humanité. Qu’on se le dise : Là-bas si...

 (suite)

La Sécu, un pilier irremplaçable

 
La présidente de la Mutuelle familiale, Léonora Tréhel, sera à la Fête pour débattre de la protection sociale. « À la Fête de l’Humanité, la Mutuelle familiale participera à deux débats le samedi 13 septembre. Le premier, à 11 heures, portera sur le thème...

 (suite)

Outernational repousse les limites du rock

Les New-Yorkais d’Outernational vont illuminer la scène Zebrock de la Fête de l’Humanité, 
avec la promesse d’une musique nouvelle, entre rock, hip-hop et world. « La musique a un pouvoir. Elle permet d’exprimer l’émotion avec des mots, avec des...

 (suite)

Didier Minot : « Un tsunami anti-associations »

 
Pour le porte-parole 
du Collectif des associations citoyennes, un débat contradictoire alertera sur les 200 000 emplois associatifs menacés par l’austérité. « Si nous n’avons pas de stand à la Fête de l’Humanité, nous sommes très heureux de participer...

 (suite)

En ces temps menaçants

 
Editorial par Maurice Ulrich. La Fête de l’Humanité est en chaque rentrée la fête de toute la gauche, du moins celle qui n’a pas renoncé, la fête des forces solidaires et humanistes en actes. Allons droit au but. En ces temps menaçants, la Fête de...

 (suite)

Fête de l’Humanité : « La diffusion est un acte politique avant tout »

 
Le quatrième point national de la vignette s’est tenu à La Courneuve, 
mercredi 20 août. Un constat s’impose : l’heure est à l’accélération. « Il faut que l’on se parle franchement entre nous, entre diffuseurs. La vignette, c’est bien sûr un billet d’entrée...

 (suite)

La révolution numérique se fait aussi à la Fête de l‘Humanité

La Fête de l’Humanité va accueillir cette année un espace dédié au monde du Libre, aux Hackers et au Fablabs. Au programme, des débats, des démonstrations, et une conférence exceptionnelle de Richard Stallman, le père du logiciel libre. C’est le stand...

 (suite)

Rachid Aït-Ouakli : « Ne jamais se laisser abattre »

 
Les crèmes glacées 
de la Belle Aude seront présentes au village des luttes, explique Rachid Aït-Ouakli, de l’association la Fabrique du Sud. « Avec des salariés de la Scop la Belle Aude (ex-Pilpa) et de l’association des Amis de la Fabrique du Sud,...

 (suite)

Tom Fire marche et rêve

La scène Zebrock est toujours pleine de surprises. L’une d’entre elles porte un nom évocateur, Tom Fire. Il promet d’enflammer la Fête de l’Huma, le 13 septembre prochain, à 22h20. Marche ou rêve ? Tom Fire, de son vrai nom 
Camille Ballon, a choisi les...

 (suite)

Teaser de la Fête de l’Humanité 2014

 
Rendez-vous le 12, 13, 14 septembre 2014 au Parc départemental Georges Valbon à la Courneuve !

 (suite)

Puggy, la carte de l’éclectisme

Le groupe a pour principe de ne jamais s’arrêter. La preuve cet été : des festivals Couleur Café 
et Festi’vaux à la Fête de l’Humanité le 13 septembre. Composé du chanteur-guitariste anglais Matthew Irons, du bassiste français Romain Descampe et du...

 (suite)

Joëlle Bordet : « Les énergies, étouffées, sont à libérer »

Joëlle Bordet, chercheuse en psychosociologie, participera au débat « Jeunesse et engagement », 
le vendredi, au village de l’ESS. Psychosociologue, je travaille sur la question des jeunes des quartiers populaires avec beaucoup de recherche...

 (suite)

Carnet

 
Laurent Lourdez, militant PCF et militant CGT élu à la commission exécutive du Livre parisien et délégué 
du personnel au Journal officiel, est décédé 
le 8 août 2014 à son domicile de Mitry-Mory, dans le département 
de Seine-et-Marne. Né le 12 août 1965, à...

 (suite)

Féloche, l’ovni chantant à la Fête de l’Humanité

Armé de sa mandoline et de sa joie insolente, Féloche se produira le 14 septembre. Artiste inclassable, il va enflammer La Courneuve au rythme de ses ritournelles qui abolissent les frontières musicales. Du punk ukrainien au silbo en passant par...

 (suite)

Nordine Idir : « Les jeunes sont une force importante »

 
La jeunesse sera un élément clé des luttes de demain, 
selon Nordine Idir, secrétaire général 
du Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF). « Le camp d’été du Mouvement des jeunes communistes de France a permis, fin juillet, à plus de 150 jeunes...

 (suite)

La recette de la vignette du marché

 
Lors du 3e rendez-vous national, Isabelle de Almeida a invité à développer les initiatives de diffusion, 
à l’occasion de multiples rencontres. Mercredi soir au siège du Conseil national du PCF, pour le 3e rendez-vous national de la vignette de la...

 (suite)

Temples, un phénomène psychédélique

Nouvelle sensation du rock anglo-saxon avec le quatuor britannique, qui s’apprête à laisser déferler ses mélodies envoûtantes et rythmiques, le 12 septembre, à 19 heures, sur la grande scène. C’est dans le brouillard des Midlands que se forme Temples....

 (suite)

Raymond Girardi : « Cette année passe toutes les bornes »

 
Raymond Girardi, secrétaire général 
du Mouvement 
de défense 
des exploitants familiaux (Modef). Dumping social et environnemental : été meurtrier pour les fruits et légumes français. Le fait que la production française de fruits et légumes soit...

 (suite)

Un moment de formation et d’émancipation

 
Les travailleurs sans papiers de Paris seront présents, avec la CGT, pour faire connaître leurs luttes. Par Marilyne Poulain, responsable Immigration à l’UD CGT Paris. Responsable 
des questions d’immigration au sein de l’union départementale CGT...

 (suite)

IAM, les samouraïs de la rime

Vingt ans exactement après leur premier concert à la Fête de l’Humanité, les rappeurs marseillais reviennent offrir un rap martial affûté. Lors du gigantesque concert « Urban Peace » au Stade de France, le 28 septembre 2013, nous étions non pas dans le...

 (suite)

Gaza : « Faire face au matraquage médiatique »

 
L’AJPF sera à la Fête pour 
appeler à la paix et à la fin 
de l’apartheid en Palestine. « Notre Association pour le jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF) sera de nouveau naturellement présente à la Fête de...

 (suite)

Les Ogres de Barback ont 20 ans à la Fête de l’Humanité

Sept ans après leur première venue, les Ogres de Barback seront sur la grande scène le samedi 13 juillet, en compagnie de la fanfare béninoise Eyo’nlé. La chanson française ne peut plus faire comme si les quatre frères et sœurs des Ogres de Barback,...

 (suite)

Julien Attal : « Le choix de l’humain et du commun »

 
La Fête est l’occasion de redonner ses lettres de noblesse 
à la politique, selon Julien Attal, secrétaire 
de la section du PCF de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). « À l’occasion du premier anniversaire de notre journal local, la Citoyenne, nous avons...

 (suite)

Alpha Blondy, l’électron libre du reggae ivoirien

De son vrai nom Seydou Koné, l’artiste né en 1953 à Dimbokro (Côte d’Ivoire) sera à la Fête cette année pour la première fois. La promesse d’un voyage musical ensoleillé au cœur de la paix. Certains artistes ont plusieurs vies et un grand destin. C’est le...

 (suite)

« Relancer la contre-offensive à la rentrée »

 
Les militants du PCF prennent l’initiative tout au long de la période estivale pour préparer sur le terrain la riposte en septembre. La diffusion de la vignette de la Fête de l’Humanité permet d’élargir les contacts. Pas de relâche l’été pour préparer...

 (suite)

Nadia Bellaoui : « L’action citoyenne, un bien commun »

 
L’engagement associatif est grande cause nationale 2014. La présidente 
du Mouvement associatif rappelle les enjeux. « Je participerai dimanche 14 septembre, à 11 heures, au débat consacré aux associations face à l’austérité. Le thème de l’engagement...

 (suite)

Un rêve de musicien à réaliser

 
Loin des « autoroutes musicales » de l’été, la scène Zebrock, qui fête ses dix ans, 
reste fidèle à elle-même : curieuse, surprenante, éclectique. « J´irai un peu plus loin, pousser là-bas ma course folle. Ivre de vent qui me console, je gueulerai à pleins...

 (suite)

Massive Attack, leur trip-hop va électriser la Fête

Après avoir fait la tournée des festivals d’été, le collectif originaire de Bristol fait halte à la Courneuve. La promesse d’une vraie expérience sonore entre pop électro et engagement politique. Bristol, Angleterre, années 1990, c’est dans...

 (suite)

Rachel Silveira : « Un vrai débat sur l’égalité salariale »

 
Economiste, chercheuse, elle viendra échanger autour de son dernier livre, Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires. « Je serai cette année à la Fête de l’Humanité pour un débat au Village du livre,...

 (suite)

Pierre Laurent : « Passer 
de la colère à la construction »

 
Le secrétaire national du PCF invite les militants à « se relayer cet été » pour faire de la Fête de l’Humanité le « large rendez-vous des forces qui ne se retrouvent pas dans la politique gouvernementale ». Sans attendre l’intervention de François...

 (suite)

La Fondation Abbé-Pierre en tournée contre le mal-logement

 
Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre pour le logement des défavorisés a profité d’une journée d’action au Sénat pour dévoiler le programme de la Fondation à la Fête de l’Humanité 2014. Soixante ans après l’appel de l’Abbé Pierre,...

 (suite)

Les mythiques Scorpions à la Fête de l’Huma

Après avoir renoncé à des adieux en 2012, le groupe de hard rock allemand est de nouveau en tournée. 
Il se produira pour la première fois à la Fête de l’Humanité le 13 septembre, leur unique date en France. Il faut imaginer l’excitation d’une foule qui...

 (suite)

Les Fralib, victorieux partageurs

 
Unilever a cédé. Ils produiront bientôt thés et infusions en Scop. Gérard Cazorla, secrétaire CGT du CE de Fralib (Bouches-du-Rhône) revient sur cette victoire. « Nous sommes venus à la Fête de l’Humanité lorsque nous étions en lutte contre Unilever....

 (suite)

Merveilleuse Ayo en pleine lumière

Guitare en bandoulière et sourire aux lèvres, la chanteuse s’apprête à prendre d’assaut la grande scène de la Fête de l’Humanité. Un beau moment de joie et de musique en perspective. En yoruba, Ayo signifie «  joie  » et quand on la regarde on se dit...

 (suite)

Thierry Nier : « La Fête réunit les luttes »

 
Chaque année, syndicalistes 
et acteurs du mouvement social 
se retrouvent à La Courneuve. Rencontre avec Thierry Nier, secrétaire fédéral de la CGT cheminots. « La Fête de l’Humanité, c’est tout d’abord un moment que nous attendons tous. Car elle est un...

 (suite)

Bernard Lavilliers, de braise et de révolte poétique

Entre le Stéphanois et la Fête de l’Humanité, c’est une histoire d’amour et de fidélité. Pour la 8e fois, l’artiste viendra jouer les chanteurs de passage sur la grande scène. Un rendez-vous très attendu ! Il y a des êtres que le voyage a rendus...

 (suite)

Brigitte Gonthier-Maurin : « Ouvrir des espaces de dialogue »

 
Pour la sénatrice PCF des Hauts-de-Seine, 
il est urgent de mettre tous les progressistes autour de la table. « La Fête de l’Humanité va se tenir dans un contexte politique évidemment très inquiétant. La montée de la droite aux différentes élections...

 (suite)

Une Fête pour faire valser les lignes politiques

 
Pierre Laurent et Patrick Le Hyaric ont donné lundi soir le top départ de la diffusion de la vignette de la Fête, bon de soutien à l’Humanité. Devant la gravité de la situation politique, la vente militante doit être le moyen de se tourner tout l’été...

 (suite)

Joe Sacco : « La BD, on y entre aisément, on pense que c’est facile... C’est en cela que c’est subversif »

Le journaliste, l’inventeur du reportage en bande dessinée, revient avec une BD au format inédit sur la Première Guerre mondiale. Cette « tapisserie de Bayeux » retrace en une fresque muette de près de 7 mètres de long, présentée en un livre accordéon,...

 (suite)

Jean Meslier, curé, athée, matérialiste, communiste au XVIIIe siècle

 
Avant 1789, ce curé des Ardennes, hors normes, avance des théories révolutionnaires en totale rupture avec son temps. Précurseur du communisme, il prône la guerre des classes et dénonce la propriété privée comme source d’inégalité et de domination. Il...

 (suite)

Bernard Lavilliers : « Pour une fois, le gouvernement devrait reculer »

Entretien avec Bernard Lavilliers. Le chanteur a créé l’événement en interprétant « Les Mains d’or » aux côtés des intermittents qu’il a fait monter sur scène au festival des Nuits de Fourvière. Au festival des Nuits de Fourvière, vous avez fait monter les...

 (suite)

L’acte de naissance de l’Humanité rendu public

 
Moments forts et riches rencontres ce week-end sur les traces de Jaurès dans le Tarn, où fut présenté 
à Patrick Le Hyaric l’original des statuts du journal qui a fêté ses 110 ans le 18 avril dernier. Tarn, correspondance. Le directeur de l’Humanité,...

 (suite)

Sébastien Jumel : « Un projet qui se nourrit des luttes »

 
Pour le maire PCF de Dieppe (Seine-Maritime), le dépassement de la crise politique passera par la proximité. À la rentrée, la Fête de l’Humanité se tiendra alors que la crise que nous traversons et qui fait mal aux gens, aux territoires, qui abîme...

 (suite)

La Fête de l’Humanité commence maintenant !

 
Pour Patrick le Hyaric, directeur du journal, la Fête de l’Humanité doit permettre à la gauche, dans un contexte inquiétant, d’ouvrir une perspective progressiste. il y voit un levier pour relancer « un projet de révolution sociale et écologique », si...

 (suite)

L’Événement IAM à la Fête de l’Humanité !

Le légendaire groupe de rap de Marseille sera sur la grande scène de la Fête de l’Humanité en septembre où il ne s’était pas produit depuis 20 ans ! Un concert événement très attendu où le collectif emmené par Akhenaton, devrait notamment interpréter les...

 (suite)

Que la Fête de l’Humanité soit la vôtre !

 
Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité. Nous levons le voile sur la programmation de la grande scène de la Fête de l’Humanité. Mais face à l’urgence sociale et à la gravité de la crise politique, l’édition 2014 invite « le peuple de gauche », dans...

 (suite)

 
DIMANCHE MIDI JE SERAI ATTABLEE
AU STAND DES LANDES
A L'AUBERGE LANDAISE
 
JE VOUS ATTENDS
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique