logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/11/2008

LES ROIS POUR LESQUELS VOUS VOUS EGORGEZ

Si j'avais été présente le 11 novembre,
voilà la note que j'aurais publiée
 
POUR MEMOIRE 
 
"Les rois pour lesquels vous vous égorgez se serrent la main au plus profond du carnage,
et paisiblement, se partagent vos dépouilles et vos terres"
 
 Ugo FOSCOLO - écrivain italien -
 

medium_guerre-tranchees-cv.jpg

 

La guerre a commencé le 3 août 1914.
Quatre ans plus tard, vingt-sept nations y sont impliquées :
 
Quatre se battent aux côtés de l'Allemagne :
l'Autriche-Hongrie, la Bulgarie, la Turquie, le Liechtenstein : le camp des "Emmpires Centraux"
 
Vingt et une sont les alliés de la France.
Parmi elles, la Grande-Bretagne, la Russie, la Roumanie, l'Italie, la Belgique.
 
Le 7 avril 1917, les Etats-Unis viendront grossir leurs rangs
en réponse à une offensive allemande sous-marine particulièrement meurtrière.
 
la Russie et la Roumanie quitteront l'Alliance en mars 1918
après avoir signé avec l'Allemagne à Brestlivotsk, une paix séparée.
 
*****
 
11 novembre, 16 heures
A la tribune de la Chambre, CLEMENCEAU annonçant l'armistice, lance :
"Hommage à nos grands morts qui nous ont fait cette victoire"
medium_clemenceau-tribune.jpg
 
 NOS GRANDS MORTS, oui, parlons-en !

 1.300.000 morts  !

 
Des jours, des nuits dans la boue et le froid
l'angoisse au coeur 
avant de s'élancer sur les mitrailleuses allemandes
qui les fauchaient par centaines
au milieu des explosions et des cris
dans la fureur des corps à corps
 

 
 
3.600.000 BLESSES
medium_guerre_14_181896.jpg
 
yeux aveuglés par les gaz
manches vides
prothèses bricolées sur le champ de bataille, 
appuyés sur des béquilles ou allongés sur des civières
 
 
 VILLES FANTOMES 
 
medium_guerre_14_181892.jpg
 
VILLES MARTYRES
 
medium_guerre_14_181893.jpg
du NORD DE LA FRANCE
medium_guerre_14_181891.jpg
 
VIES VOLEES

 
la commémoration de cet Armistice instauré à la suite d’un Traité de Versailles porteur de poisons pour l’avenir, ce « jour férié » (mal respecté, banalisé, vidé de son sens) devrait être un jour de recueillement et de méditation.
 
L'occasion d'apprendre ou réapprendre
de réviser son savoir 
 
14-18 est une guerre lointaine, faites d'images en noir et blanc qui s'effacent peu à peu. Faites de lieux de mémoire, cimetières et monuments, qui souvent ne sont plus que formes banales dans notre quotidien.
Et pourtant !

 
***

 " Le ravin et les talus qui s’étendent sur plusieurs kilomètres ne sont plus qu’une vaste nécropole. Partout, des cadavres momifiés, squelettiques, réduits à l’état de petits tas mêlés de boue rougeâtre... parfois un pied ou bien un morceau d’étoffe émergent çà et là et indiquent un cadavre. Il y en a des quantités formidables... On voit une face à la Ramsès qui émerge d’un sac haché, recroquevillé dessous, des tibias, des fémurs, des os des mains ou des pieds serrés comme des osselets... Ce ne sont plus des cadavres mais des amas d’ordures désséchés... affreusement mutilés, la figure gonflée, noire comme une tête de nègre, la chair tuméfiée pleine d’insectes et de vers ramassés en tas..."

Henri BARBUSSE 1915 

 
Et toute cette boucherie
pour quoi, pour qui ?

 l'assassinat du Duc de SARAJEVO ?

Un prétexte

Le type d’"explications" ci-dessus domine aujourd’hui dans les manuels scolaires ; aussi, l’assassinat de l’archiduc héritier d’Autriche a bon dos. Comme si un évènement mineur pouvait déclencher une guerre mondiale sans raisons plus profondes.

D’ailleurs, plusieurs personnalités politiques autrichiennes avaient expliqué dès 1919 comment cet assassinat avait été un prétexte.


 Le choix de la guerre par des régimes autocratiques confrontés aux mouvements sociaux et démocratiques

Ce choix d’une "bonne guerre" pour rassembler la "nation" autour de son "sauveur"

ne fait pas de doute pour de nombreuses personnalités proches du pouvoir à Vienne et à Moscou en particulier.

La Russie par exemple est secouée en juin et juillet 1914 par des grèves générales massives,

y compris dans la capitale Saint Pétersbourg. 

 

ON NE NOUS DIT PAS TOUT 

 

" Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée l’orage" (Jean Jaurès).
 
 
Extraits de lectures sur le Net
 
Les castes nobles et féodalo-bourgeoises d’Autriche Hongrie, Russie, Turquie... Prusse, France... constatent chaque jour un peu plus que leur monde s’effondre ébranlé par le nouveau pouvoir de l’argent, par les revendications démocratiques, par les luttes sociales, par les minorités culturelles et nationales... La guerre leur paraît l’ultime solution pour éviter l’inéluctable disparition de leur pouvoir.
 
C’est sans doute le vieux Von Moltke qui a le mieux résumé cette exaspération " La guerre et qu’on en finisse".
 
 
Ainsi, le 20 mai 1914, le chef d’état-major général allemand Moltke demande à la Wilhemstrasse de faire des préparatifs politico-militaires en vue d’une guerre préventive contre la Russie et la France.
 
Ainsi, l’état-major autrichien voulait la guerre.
 
Ainsi, le président de la République française Raymond Poincaré a pesé en faveur de la guerre
au moment décisif fin juillet.
 
medium_018_poincare.jpg
 
ON NE NOUS DIT PAS TOUT
 
 
  Les classes sociales favorisées détournent le mécontentement des couches populaires par l’exaspération du nationalisme.
 
Dans ce processus apparaissent les courants militaristes préfascistes en Allemagne, Italie, France, Autriche...
dont l’audience est réelle dans les milieux militaires
 
par exemple.- expansion impérialiste des nations capitalistes
fondée sur la conquête coloniale de territoires,
sur un rapport de force militaire,
commercial et financier permanent
pour gagner marchés et matières premières. "
 
 
ON NE NOUS DIT PAS TOUT
 
En face, chez les Allemands, on mourait aussi. Des paysans aussi. Durs, prêts aux sacrifices.
Pour leur maison, eux aussi.
Ils ne savaient pas, ces paysans, que la victoire des uns et la défaite des autres seraient la défaite de tous,
du monde des paysans, précisément,
et le triomphe de la modernité, de l’individualisme, de l’argent-roi, de la bourse et de la société cosmopolite.
 
 
****
**
*  
 
 
Il s'agit, suite à plusieurs décennies de capitalisme, d'une accumulation de tensions et de rivalités à bases économiques et non de la méchanceté de tel ou tel homme d'État.
Qui en est victime au bout du compte ?
Le prolétariat ouvrier et paysan.
  
****
**
*
 
ET POUR CONCLURE

 

les chefs d'Etats,
dictateurs et barons de l'industrie qui profitent des guerres,

les dirigeants d'états-majors et les médias qui nous abreuvent de chants guerriers

(au nom de « la patrie », du « nouvel ordre mondial », de « la croisade anti-terroriste », de « la guerre humanitaire » ou du « djihad »)


ne meurent jamais des guerres.

Ce sont toujours les classes populaires,

de tous les pays, qui paient le prix de la barbarie des dirigeants. 

Ces mêmes bellicistes peuvent d'ailleurs oublier leurs conflits en cas de soulèvement

 ****

voilà c'est dit ... parce que .. l'ON NE NOUS DIT PAS TOUT 

 

25/10/2008

TOUCHE PAS A LA POSTE


C'est moi qui ai collé ces petits papiers sur vos pare-brise

 

medium_huma_dimanche1886.jpg
medium_petition_la_poste1887.jpg
 
****
 
En parlant avec les uns, les autres ce matin
 
-Vous êtes de la Poste ?
"Non!"
- La postière me prend la tête à chaque fois que j'envoie un objet dans une enveloppe
pourtant bien fermée
"Oui, je sais, c'est pour obliger à acheter leurs cartons"
-c'est de la lingerie que j'envoie, une enveloppe me suffit
"Je sais bien Monsieur, ne vous laissez pas faire !"
-Oh mais ne craignez rien, je ne me laisse pas faire 
 
 La Poste, c'est du commerce maintenant !
 
**
Devinez, Madame
Moi dans mon bureau de poste, au guichet, il y a des montres made in Chine à vendre
"Comment ?"
-Allez-y voir ! même la postière a honte
**
 
J'irai voir 

 

14/10/2008

LA LETTRE OUBLIEE

 

Je ne l'avais pas oubliée .. non plus, cette lettre-là avec GUILLAUME et JULIETTE

Deux grands talents 

 

  La voix de Marie LAFORET sur cette vidéo... troublante !

11/10/2008

150 000 signatures ... vers un nouveau plan ?

150 000 signatures !

Vers un nouveau « Plan Maladies Rares » ?

 

Paris, le 10 octobre 2008


La Fédération des Maladies orphelines a pris connaissance d'informations circulant dans le milieu associatif selon lesquelles le Président de la République aurait promis l'élaboration à partir de 2009 d'un nouveau « Plan maladies rares » qui entrerait en vigueur au plus tard en 2010.

Cette information encore non confirmée par l'Elysée, si elle s'avérait exacte, constituerait un formidable succès pour les malades et pour les près de 150 000 personnes qui se sont mobilisées en signant la pétition mise en place par la Fédération des Maladies Orphelines dès le mois de janvier dernier (www.fmo.fr/petition).

Première politique de santé transversale consacrée aux personnes atteintes de maladies orphelines, le Plan Maladies Rares (2005-2008) a suscité de nombreux espoirs auprès des malades. A l'heure du bilan, cette politique ambitieuse a de belles réalisations à son acquis mais suscite encore de nombreuses attentes et des questionnements.

Premier constat partagé par l'ensemble des acteurs : les objectifs n'ont pu être tous atteints et les avancées, bien que réelles, n'ont pas permis de combler tous les retards. Prévisible et normale, cette situation appelait naturellement une poursuite des travaux, de la mobilisation des différents acteurs, comme de l'effort financier. Pour autant, pendant longtemps, la pérennisation du Plan n'a pas été à l'ordre du jour.

Il a fallu des mois de combat et d'interpellations de la ministre comme des parlementaires pour que l'on observe un récent changement de discours.

Après plus de 30.000 signatures de la pétition, près de 250 questions écrites de parlementaires et deux questions orales, Madame Bachelot a commencé, en juillet dernier, à évoquer la poursuite du Plan. Néanmoins, si ses propos et déclarations se voulaient rassurants, aucun délai de travail et de mise en œuvre pour ce second Plan n'était fixé.

Le nouvel essor de la mobilisation dès le mois de septembre (près de 150.000 signatures à ce jour) semble avoir changé la donne et accéléré les décisions politiques : le message du Président de la République offrirait une assurance nouvelle.

Toutefois cette annonce ne constituerait qu'une première étape,

c'est pourquoi la Fédération des Maladies Orphelines continue sa mobilisation jusqu'à la tenue d'une première réunion avec les services de l'Etat afin que le contenu du nouveau Plan soit discuté de manière rapide et efficace par l'ensemble des acteurs concernés.


 Continuons à faire circuler la pétition !

SIGNEZ LA PETITION !

 


150 000 signatures ... vers un nouveau plan ?

Briser l'isolement des 4 millions de personnes
atteintes en France de l'une des 8 000
maladies rares et méconnues.

 

150 000 signatures !

Vers un nouveau « Plan Maladies Rares » ?

 

Paris, le 10 octobre 2008


La Fédération des Maladies orphelines a pris connaissance d'informations circulant dans le milieu associatif selon lesquelles le Président de la République aurait promis l'élaboration à partir de 2009 d'un nouveau « Plan maladies rares » qui entrerait en vigueur au plus tard en 2010.

Cette information encore non confirmée par l'Elysée, si elle s'avérait exacte, constituerait un formidable succès pour les malades et pour les près de 150 000 personnes qui se sont mobilisées en signant la pétition mise en place par la Fédération des Maladies Orphelines dès le mois de janvier dernier (www.fmo.fr/petition).

Première politique de santé transversale consacrée aux personnes atteintes de maladies orphelines, le Plan Maladies Rares (2005-2008) a suscité de nombreux espoirs auprès des malades. A l'heure du bilan, cette politique ambitieuse a de belles réalisations à son acquis mais suscite encore de nombreuses attentes et des questionnements.

Premier constat partagé par l'ensemble des acteurs : les objectifs n'ont pu être tous atteints et les avancées, bien que réelles, n'ont pas permis de combler tous les retards. Prévisible et normale, cette situation appelait naturellement une poursuite des travaux, de la mobilisation des différents acteurs, comme de l'effort financier. Pour autant, pendant longtemps, la pérennisation du Plan n'a pas été à l'ordre du jour.

Il a fallu des mois de combat et d'interpellations de la ministre comme des parlementaires pour que l'on observe un récent changement de discours.

Après plus de 30.000 signatures de la pétition, près de 250 questions écrites de parlementaires et deux questions orales, Madame Bachelot a commencé, en juillet dernier, à évoquer la poursuite du Plan. Néanmoins, si ses propos et déclarations se voulaient rassurants, aucun délai de travail et de mise en œuvre pour ce second Plan n'était fixé.

Le nouvel essor de la mobilisation dès le mois de septembre (près de 150.000 signatures à ce jour) semble avoir changé la donne et accéléré les décisions politiques : le message du Président de la République offrirait une assurance nouvelle.

Toutefois cette annonce ne constituerait qu'une première étape,

c'est pourquoi la Fédération des Maladies Orphelines continue sa mobilisation jusqu'à la tenue d'une première réunion avec les services de l'Etat afin que le contenu du nouveau Plan soit discuté de manière rapide et efficace par l'ensemble des acteurs concernés.


 Continuons à faire circuler la pétition !

SIGNEZ LA PETITION !

 

Dans ma messagerie ... Alors je fais suivre bien volontiers ...
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique