logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/10/2006

ne pleure pas mon p'tit loup

Un peu de douceur dans ce monde de brutes ... 19 H 30 : un coup de téléphone du Minou en gare de Dax "allo, michèle, je n'ai plus de voiture" -comment ? "non, elle est à la fourrière" -Comment tu le sais ? "Ce sont les gars du tri postal qui viennent de me le dire ; tu appelles le commissariat de Dax et tu me renseignes" -oh la la ! ça valait le coup de partir 1 heure avant ce matin pour trouver à te garer. "le parking de la gare était plein, alors je me suis garé où j'ai pu !"

J'appelle le commissariat qui me dit : Oui Madame on nous a appelés ce matin pour enlever cinq véhicules.

"Plus de place au parking de la gare ! il prenait le train à 9 h 15 et là il ramène les petits. Plus de voiture"

-Nous on nous a appelés. C'est le centre de tri postal...

"Oui, je comprends bien Monsieur. Merci. Il ira donc demain matin à la Fourrière après être passé chez vous. D'accord !"

Et l'ami Claude, le charmant voisin a quitté son atelier pour aller récupérer le grand-père, SOLENE et ALAN... Je vais lui servir un bon petit sky avec deux glaçons et tout ira bien.

Donc en attendant, une petite chanson de Pierre PERRET : Ne pleure pas mon p'tit loup..
podcast
ça va coûter combien cette petite affaire ?

12/10/2006

NO COMMENT !

medium_cigarette_francoise.jpgmedium_cigarette.jpg

01/10/2006

LES THERESE ! BONNE FETE !

 

Ce bouquet pour toutes les Thérèse et plus particulièrement pour la basquaise d'URRUGNE dont j'ai bien reçu la carte de Lourdes. Merci à Bernadette qui me passe le bonjour. Tu lui rendras la pareille...

Il y a d'autres Thérèse bien sûr ! Celle de Jésus, dite d'Avila, carmélite et mystique espagnole (Avila 1515 - Albe de Tormes 1582), puis la "nôtre", celle de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face, carmélite française (Alençon 1873 -Lisieux 1897) et j'en passe ...

Et enfin, il y a eu d'autres célèbres Thérèse, Thérèse DAQUIN (voir ZOLA), Thérèse DESQUEYROUX, dans le roman de François Mauriac.

Mariée à un jeune homme d'une famille de la bourgeoisie bordelaise, l'héroïne, asphyxiée par le milieu et la personnalité mesquine de son mari, tente d'échapper à cet enserrement en empoisonnant ce dernier. Elle échoue (dommage ! dit miche) et on étouffe le scandale pour préserver l'honneur de la famille.

Thérèse, qui a bénéficié d'un non-lieu devant la justice, se trouve face à la vindicte familiale, mise en quarantaine et séparée de sa fille. Après une séquestration de trois mois, son mari la conduit à Paris vers la liberté et la solitude.

Mais pourquoi a-t-elle essayé d'empoisonner son mari ? C'est la question que se pose Thérèse en sortant du bureau du juge d'instruction qui vient de prononcer un non-lieu de complaisance. Haïssait-elle donc son époux au point de vouloir le tuer ? Serait-ce à cause de ces forêts appartenant à son mari, ces pins des Landes qui « ne la laissent pas indifférente » ? Le troublant Azévédo, esprit libre aimé par sa belle-sœur Anne de la Trave, aurait-il bouleversé sa morne existence ? Thérèse n'a-t-elle pas simplement suivi une pente naturelle qui l'a conduite de plus en plus loin jusqu'à la tentative d'assassinat ?

Tout a commencé le jour sinistre du grand feu sur la Lande. L'air était saturé de fumée et de résine brûlée (les pins des Desqueyroux n'avaient heureusement pas été touchés !), Thérèse observe son mari, visiblement très troublé, qui se trompe dans la posologie de ses médicaments à base de cyanure… elle ne dit rien ; le soir même son époux subit un grave malaise ; elle tient à être sûre de la cause de ce malaise et essaye à son tour (juste une fois pense-t-elle, pour être fixée simplement), elle donne une dose massive de médicaments à son époux qui subit à nouveau un grave malaise ; devant cette facilité du crime, elle commence à régulièrement empoisonner son mari, jusqu'à ce que l'apothicaire et le médecin de la famille se rendent compte de l'effroyable geste de Thérèse. La famille parvient à étouffer l'affaire. ....

 

27/09/2006

AU FEU LES POMPIERS

Les pompiers manifestaient pour la reconnaissance de leur métier à risques... le Commandant leur ayant INTERDIT le port de l'uniforme pour l'occasion, ils ont pris le risque de défiler en caleçon. Amusée et pas insensible à leurs charmes, j'ai flashé sur la T.V.

medium_pompiers_tv_014.jpg

medium_pompiers_tv_015.jpg

De face ou de dos ils sont beaux nos pompiers ! Moi je les aime et je suis solidaire de leurs revendications. Ah mais j'y pense ! les élus du peuple ont aussi des métiers à risques. D'ici qu'on en voit certains manifester en chaussettes avant d'aller se faire rhabiller...

PINPON PINPON PINPON !

ALLUMEZ LE FEU !


podcast

Jacques DUTRONC / L'opportuniste

ALLUMEZ LE FEU !
En évoquant les pompiers, ça me fait penser à JOHNNY : ALLUMEZ LE FEU ! Je profite de l'occasion pour faire un petit clin d'oeil à CRABILLOU et lui demander ce qu'il pense de la déclaration récente de Johnny sur la 2 avec Pujadas : "... Si SARKOZY avait été de gauche, j'aurais voté pour SARKOZY car je vote pour l'homme, je vote pour la France". strong>. Pathétique Johnny!

Il ajoutait : "Et ça fait bien de dire qu'on est de gauche". A que j'en connais à gauche qui en fait ne sont pas de gauche. J'ai des amis qui me disent ...".

Il m'en a bouché un coin JOHNNY. Ca c'est de la politique où je ne m'y connais pas. Bravo Johnny ! Pour quelqu'un qui voulait devenir belge !

Après tout, il vote pour l'homme, d'autres pour la femme, d'autres pour un programme, d'autres pour Lollobrigida (c'est ce qu'on disait dans les cours d'école : Pour qui votait-on ? Pour Lollobrigida. oh ! pour qui vos tétons ! ça y est oui)

Allumez le feu ! Ils la chantent en duo maintenant. ça va flamber ! On sera obligé d'appeler les pompiers de LYON. C'est risqué.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique