logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/10/2012

ROULE, TANGUE ET REMUE LA QUEUE

Récemment mis à jour69.jpg

Hier midi, encore un déjeûner au soleil et les lézards pour nous tenir compagnie.

112_PANA.jpg

Récemment mis à jour68.jpg

Récemment mis à jour70.jpg

Récemment mis à jour71.jpg

Le lézard a dit : "Oui,

Je voudrais être abeille."

Mais il a trop dormi

Dans les bras du soleil.

 

Il a pris peu à peu

La couleur de la pierre,

Lui qui était de feu,

De menthe et de lumière,

 

Lui qui glissait léger

Comme un fil de clarté,

Le voilà plus obscur

Que la fente du mur.

 

Le lézard a dit : "Oui,

Je voulais être abeille."

Mais il s'est endormi

Dans les bras du soleil.

 

Maurice Carême

Récemment mis à jour72.jpg

LE LEZARD


Lézard des rochers,

Lézard des murailles,

Lézard des semailles,

Lézard des clochers.

Tu tires la langue,

Tu clignes des yeux,

Tu remues la queue,

Tu roules, tu tangues.

Lézard bleu diamant

Violet reine-claude,

Et vert d'émeraude,

Lézard d'agrément!

Robert Desnos

12/06/2012

AU HASARD DES OISEAUX de PREVERT

oiseaux,habas,landes,nid
































AU HASARD DES OISEAUX

J'ai appris très tard à aimer les oiseaux
je le regrette un peu
mais maintenant tout est arrangé
on s'est compris
ils ne s'occupent pas de moi
je ne m'occupe pas d'eux
je les regarde
je les laisse faire
tous les oiseaux font de leur mieux
ils donnent l'exemple
pas l'exemple comme par exemple Monsieur Glacis
qui s'est remarquablement courageusement conduit pendant la guerre ou l'exemple du petit Paul qui était si pauvre et tellement honnête avec ça et qui est devenu plus tard le grand Paul si riche et si vieux si honorable et si affreux et si avare et si charitable et si pieux
ou par exemple cette vieille servante qui eut une vie et une mort exemplaires jamais de discussions pas ça l'ongle claquant sur la dent pas ça de discussion avec monsieur ou avec madame au sujet de cette affreuse question des salaires

P1040577.JPG
















non
les oiseaux donnent l'exemple
l'exemple comme il faut
exemple des oiseaux
exemple des oiseaux
exemple les plumes les ailes le vol des oiseaux
exemple le nid les voyages et les chants des oiseaux
exemple la beauté des oiseaux
exemple le cœur des oiseaux
la lumière des oiseaux.

 

P1040575.JPG

 















LES OISEAUX DU SOUCI

Pluie de plumes plumes de pluie
Celle qui vous aimait n'est plus
Que me voulez-vous oiseaux
Plumes de pluie pluie de plumes
Depuis que tu n'es plus je ne sais plus
Je ne sais plus où j'en suis
Pluie de plumes plumes de pluie
Je ne sais plus que faire
Suaire de pluie pluie de suie
Est-ce possible que jamais plus
Plumes de suie... Allez ouste dehors hirondelles
Quittez vos nids... Hein ? Quoi ? Ce n'est pas la saison des voyages ?...
Je m'en moque sortez de cette chambre hirondelles du matin
Hirondelles du soir partez... Où ? Hein ? Alors restez
c'est moi qui m'en irai...


oiseaux,habas,landes,nid
Plumes de suie suie de plumes je m'en irai nulle part
et puis un peu partout
Restez ici oiseaux du désespoir

Restez ici... Faites comme chez vous.

**

un petit oeuf tombé du nid ... Puis le nid un autre jour ...

Ce n'est pas croyable et pourtant ... les artistes ont même tapissé le nid  avec des restes de décorations de Noël accrochées aux branches

Il est remarquable ce petit nid d'amour... je n'en reviens pas !

oiseaux,habas,landes,nid


25/04/2012

POUR DERIDER MON BLOG

LE SLAM de mon Lolo, contre  LE VAGUE A L"AME

Détente, humour, rebellion en deux temps trois mouvements à la table familiale

 

**

sourire pour ne pas pleurer

*

"A SA BARBIE son KEN

A  KLAUS BARBIE sa LE PEN"

 

Voilà, c'est décidé, toi Marine, tu vas morfler

*

SI CE SOIR J'AI DE LA PEINE

C'EST QU'ILS ONT CHOISI LE PEN

ET SON CORTEGE DE DESESPOIRS

QUI CONDUISENT A "NUIT ET BROUILLARD" (Ferrat)

*

J'AURAIS CRU, C'EST VRAIMENT CON

QU'ON AURAIT VOTE MELENCHON

*

AUJOURD'HUI JE SUIS ATTERRE

DE COMPTER  20% de BENETS.

QU'ILS NE VIENNENT PAS AUJOURD'HUI

ME DIRE QU'ILS NE SONT PAS MES ENNEMIS

*

J'AI MAUVAISE HALEINE

UN GOUT FETIDE DE LE PEN

J'AURAIS SUREMENT FLEURE  BON

S'ILS AVAIENT VOTE MELENCHON

*

ALORS. OUVREZ GRANDES VOS ECOUTILLES

PARCE QU'AVEC NOUS C'EST PAS LA QUILLE

PAS CELLE DU TROUFION QUI S'EN VA

MAIS CELLE DU MILITANT QUI COMBAT

*

DE VOTER SARKOZY

DONNE UN  GOUT DE VOMI

MAIS DE VOTER HOLLANDE

C'EST VRAI, CA IRRITE LES GLANDES

*

MAIS VAUT MIEUX SOUFFRIR D'UNE ANGINE

QUE D'UNE SARKOINE ET SA MARINE

*

VOUS QUI VOUS CROYEZ BIEN BEAUX ET HAUTS

NOUS VOUS VOYONS COMME DES CHARLOTS

VOUS VOUS CROYEZ FORTS DANS VOS RANGS

MAIS BIENTOT SONNERA LE CHANGEMENT

*

CE N'EST QU'UNE QUESTION DE TEMPS

LE PEUPLE ARRIVE ET...TU L'ENTENDS !

*

Laurent C de MITRY-MORY.. Et même pas peur !

==============================================================================

LES FACHOS SE SENTENT POUSSER DES AILES DEPUIS DIMANCHE


Salut au Facho de PEYREHORADE, un commerçant du marché


qui a osé nous dire ce matin

"ça fait du bien de rencontrer une famille française de petits blancs, en contemplant mes 4 petits

Stella, Kim, Morgane, Ryan

"

Face à lui, un africain qui tenait également un espace de vente d'instruments de musique

Quelle honte ! mais quelle honte !

*

On ne lui a pas dit que les petites jeunes filles avaient pour amis des garçons de couleur au collège et dans leur quartier

qu'elles trouvaient gentils

*

Elles n'ont pas compris les propos du Monsieur

et sont reparties en disant : salut Facho et moi salut Gros C.. !

*

Je pense que je vais me défouler.. A mon âge, je n'ai rien à perdre, tout à gagner !

69 !

C'est mon année érotique, paraît-il !  Ce sera mon année "éro-trique ! "


 




 

 

 

 

 

25/03/2012

DECERVELAGE

 

Un petit poème qui m'a bien fait rire

*

*

LA CHANSON DU DECERVELAGE

 

Je fus pendant longtemps ouvrier ébéniste,

Dans la ru' du Champ d'Mars, d'la paroiss' de Toussaints.

Mon épouse exerçait la profession d' modiste,

Et nous n'avions jamais manqué de rien._

Quand le dimanch' s'annonçait sans nuage,

Nous exhibions nos beaux accoutrements

Et nous allions voir le décervelage

Ru d' l'Echaudé, passer un bon moment.

Voyez, voyez, la machin' tourner,

Voyez, voyez la cervell" sauter,

Voyez, voyez les Rentiers trembler ;

(Choeur) : Hourra, cornes-au-cul, vive le Père Ubu !


Nos deux marmots chéris, barbouillés d' confitures,

Brandissant avec joi' des poupions en papier,

Avec nous s'installaient sur le haut d' la voiture

Et nous roulions gaiment vers l'Echaudé._

On s'précipite en foule à la barrière,

On s' fich' des coups pour être au premier rang ;

Moi je m' mettais toujours sur un tas d' pierres

Pour pas salir mes godillots dans l' sang.

Voyez, voyez la machin' tourner,

Voyez.....


Bientôt ma femme et moi nous somm's tout blancs d'cervelle

Les marmots en boulott'nt et tous nous trépignons

En voyant l' Palotin qui brandit sa lumelle,

Et les blessur's et les numéros d'plomb._

Soudain j'perçois dans l' coin, près d' la machine,

La gueul' d'un bonz' qui n' m' revient qu'à moitié.

Mon vieux, que j' dis, je r'connais ta bobine.

Tu m'as volé, c'est pas moi qui t' plaindrai.

Voyez, voyez...


Soudain, j' me sens tirer la manch' par mon épouse

Espèc' d'andouill', quelle' m'dit, v'là  l'moment d'te montrer :

Flanque-lui par la gueule un bon gros paquet d'bouse.

V'là l' Palotin qu'a juste' le dos tourné._

En entendant ce raisonn'ment superbe,

J'attrap' sus l' coup mon courage à deux mains:

J' flanque au Rentier une gigantesque merdre

Qui s'aplatit sur l' nez du Palotin.

Voyez, voyez...


Aussitôt j' suis lancé par-dessus la barrière,

Par la foule en fureur je me vois bousculé

Et j'suis précipité la tête la première

Dans l'grand trou noir d'ous qu'on n' revient jamais._

Voilà c'que c'est qu'd'aller s'prome'ner l'dimanche

Ru' d' l'Echaudé pour voir décerveler,

Marcher l' Pinc'-Porc ou bien l' Démanch'-Comanche.

On part vivant et l'on revient tudé.


Voyez, voyez ....

*

J'ai fait des recherches et je vous en fais part  :

une lumelle : une lame

*

Rue de l'Echaudé

Très ancienne voie de Paris présent au XIVe siècle sous le nom de chemin sur les Fossés de l'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, elle prend le nom au XVIe siècle de cul-de-sac du Guichet car elle était un cul-de-sac reliant la porte principale de l'abbaye - guichet de l'abbaye - à la rue de Seine. Puis en 1669, elle change de nom pour rue de l'Échaudé en raison de la forme triangulaire du groupe de maison qui la bordait et avait la forme d'une pâtisserie appelée échaudé. La rue fut prolongée au-delà de la rue Jacob en 1608. En 1806, elle prend temporairement le nom de rue de Dürenstein (accessoirement rue de Metz) pour célébrer la victoire française à la bataille de Dürenstein contre les troupes autrichiennes, mais elle retrouvera son nom en 1814 avec la chute de Napoléon pour redevenir la rue de l'Échaudé-Saint-Germain pour la distinguer de la rue de l'Échaudé-au-Marais.

 

 

 


Alfred JARRY (1873-1907). Condisciple de Léon-Paul FARGUE au lycée Henri IV, influencé d'abord par le symbolisme, il est surtout, dès 1896, l'auteur d'Ubu Roi, pièce satirique et burlesque qui demeure objet de scandale. Le personnage d'Ubu deviendra le sien, jusqu'à faire oublier le poète des "Minutes de sable mémorial", écrit et publié à 21 ans. Humour et délire, il est le père spirituel des Pataphysiciens. Il meurt à 34 ans, misère physiologique, alcool, en réclamant ... "un cure-dents".

*

*


 

 

 

23/03/2012

LA QUINCAILLERIE DE BETTY et HELENE

 

Capture BETTY QUINCAILLERIE.JPG

 

QUINCAILLERIE

Dans une quincaillerie de détail  en province

des hommes vont choisir

des vis et des écrous

et leurs cheveux sont gris et leurs cheveux sont roux

ou roidis ou rebelles.

La large boutique s'emplit d'un air bleuté,

dans son odeur de fer

de jeunes femmes laissent fuir

leur parfum corporel.

Il suffit de toucher verrous et croix de grilles

qu'on vend là virginales

pour sentir le poids du monde inéluctable.

Ainsi la quincaillerie vogue vers l'éternel

et vend à satiété

les grands clous qui fulgurent

(Usage du temps) Jean FOLLAIN (1903-1971)

*

"Voir les choses telles qu'elles sont",

telle est l'ambition de ce poète dont les natures mortes

ont une chaleur que ne possède pas toujours la vie.

*

Aussi l'ambition de mes chères Hélène et Betty

Capture betty.JPG

qui nous l'ont maintes fois prouvé

"sentir le poids du monde inéluctable"

 

**

Betty s'est  "absentée" pour un temps

Je l'embrasse tendrement

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique