logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/12/2010

Bonhomme de neige

Les premières occurrences écrites attestant l'existence de bonshommes de neiges datent du XVIe sièclle (par exemple chez Shakespeare).

 

"Oh ! que ne suis-je un roi de neige dérisoire

Exposé au soleil de Bolingbroke

Pour fondre et m'évanouir en gouttes d'eau".

 

Le personnage populaire apparaît ensuite dans un recueil de comptines en 1770, à LEIPZIG.

Ce n'est qu'au début du XXe siècle que le bonhomme de neige est associé aux fêtes de fin d'année, et devient une figurine du sapin de NOEL.

img229.jpg

 

Dans la nuit de l'hiver

galope un grand homme blanc

c'est un bonhomme de neige

avec une pipe en bois

un grand bonhomme de neige

poursuivi par le froid

il arrive au village

voyant de la lumière

le voilà rassuré.

Dans une petite maison

il entre sans frapper

et pour se réchauffer

s'assoit sur le poêle rouge,

et d'un coup disparait

ne laissant que sa pipe

au milieu d'une flaque d'eau

ne laissant que sa pipe

et puis son vieux chapeau.

 



Jacques Prévert

 

 

img228.jpg



Un bonhomme de neige est généralement composé de deux ou trois grosses boules de neige empilées les unes sur les autres, les détails du visage et du corps sont ajoutés par la suite : un fruit ou un légume (traditionnellement une carotte) en guise de nez, des brindilles, des cailloux ou des pièces de monnaie pour représenter la bouche, les bras et les yeux.
Un balai peut éventuellement lui être mis dans les bras, une pipe à la bouche, des lunettes de soleil sur les yeux, etc.

On peut remplir une poubelle et la retourneR

*

*

Allez Stella, Kim, Morgane, Ryan

Vite ... un bonhomme de neige

avec la couche que vous avez récoltée sur la table à MITRY

BISOUS

*

VOUS CONNAISSEZ BOULI .....  ANNEES 80 ?

 

N_prod_photo1_3330_1259921346.jpg

C'est par une nuit de pleine lune que l'histoire de Bouli commence. Afin que tous les enfants du monde ne soient plus tristes quand leurs bonhommes de neige ont fondu, la lune intervient secrètement et fait renaître Bouli, sa famille et ses amis, leur donnant alors une deuxième vie ! Dans leur pays magique se cache la Forêt Bleue, dans laquelle les Boulis aiment rire, jouer et inventer de nouveaux jeux.

Comme Bouli ne fond pas, il peut aller à la mer, au soleil, ou encore nager.

Ainsi, Bouli vit de drôles d'aventures avec ses amis Ciboulette, dont il est amoureux.




le générique de l'émission

 


BOULI
envoyé par GREG1205. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.

 

je regardais le ciel


Un Soir que je Regardais le Ciel - Les Contemplations - Victor Hugo

P1240136.JPG

 

Elle me dit, un soir, en souriant :
- Ami, pourquoi contemplez-vous sans cesse
Le jour qui fuit, ou l'ombre qui s'abaisse,
Ou l'astre d'or qui monte à l'orient ?
Que font vos yeux là-haut ? je les réclame.
Quittez le ciel; regardez dans mon âme !

P1230492.JPG


Dans ce ciel vaste, ombre où vous vous plaisez,
Où vos regards démesurés vont lire,
Qu'apprendrez-vous qui vaille mon sourire ?
Qu'apprendras-tu qui vaille nos baisers ?
Oh! de mon coeur lève les chastes voiles.
Si tu savais comme il est plein d'étoiles !

P1230495.JPG



Que de soleils ! vois-tu, quand nous aimons,
Tout est en nous un radieux spectacle.
Le dévouement, rayonnant sur l'obstacle,
Vaut bien Vénus qui brille sur les monts.
Le vaste azur n'est rien, je te l'atteste ;
Le ciel que j'ai dans l'âme est plus céleste !

P1230500.JPG


C'est beau de voir un astre s'allumer.
Le monde est plein de merveilleuses choses.
Douce est l'aurore et douces sont les roses.
Rien n'est si doux que le charme d'aimer !
La clarté vraie et la meilleure flamme,
C'est le rayon qui va de l'âme à l'âme !

P1230503.JPG


L'amour vaut mieux, au fond des antres frais,
Que ces soleils qu'on ignore et qu'on nomme.
Dieu mit, sachant ce qui convient à l'homme,
Le ciel bien loin et la femme tout près.
Il dit à ceux qui scrutent l'azur sombre :
"Vivez ! aimez ! le reste, c'est mon ombre !"

P1230504.JPG



Aimons ! c'est tout. Et Dieu le veut ainsi.
Laisse ton ciel que de froids rayons dorent !
Tu trouveras, dans deux yeux qui t'adorent,
Plus de beauté, plus de lumière aussi !
Aimer, c'est voir, sentir, rêver, comprendre.
L'esprit plus grand s'ajoute au coeur plus tendre.

P1230484.JPG


Viens, bien-aimé ! n'entends-tu pas toujours
Dans nos transports une harmonie étrange ?
Autour de nous la nature se change
En une lyre et chante nos amours.
Viens ! aimons-nous ! errons sur la pelouse
Ne songe plus au ciel ! j'en suis jalouse !

P1240004.JPG


Ma bien-aimée ainsi tout bas parlait,
Avec son front posé sur sa main blanche,
Et l'oeil rêveur d'un ange qui se penche,
Et sa voix grave, et cet air qui me plaît ;
Belle et tranquille, et de me voir charmée,
Ainsi tout bas parlait ma bien-aimée.

P1240007.JPG


Nos coeurs battaient ; l'extase m'étouffait ;
Les fleurs du soir entr'ouvraient leurs corolles ...
Qu'avez-vous fait, arbres, de nos paroles ?
De nos soupirs, rochers, qu'avez-vous fait ?
C'est un destin bien triste que le nôtre,
Puisqu'un tel jour s'envole comme un autre !

P1240009.JPG


O souvenirs ! trésor dans l'ombre accru !
Sombre horizon des anciennes pensées !
Chère lueur des choses éclipsées !
Rayonnement du passé disparu !
Comme du seuil et du dehors d'un temple,
L'oeil de l'esprit en rêvant vous contemple !

P1240039.JPG


Quand les beaux jours font place aux jours amers,
De tout bonheur il faut quitter l'idée ;
Quand l'espérance est tout à fait vidée,
Laissons tomber la coupe au fond des mers.
L'oubli ! l'oubli ! c'est l'onde où tout se noie ;
C'est la mer sombre où l'on jette sa joie.

Victor Hugo

Les Contemplations

 

***

*


P1240040.JPG

P1240137.JPG



31/08/2010

UN 31 AOUT ... BAUDELAIRE

     mort le 31 août 1867 à Paris

***

Je reprends mes lectures du soir

*

*

LES PHARES

 Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
    Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer,
    Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
    Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer ;

rubens_1.jpg
   
    Léonard de Vinci, — miroir profond et sombre,
    Où des anges charmants, avec un doux souris
    Tout chargé de mystère, apparaissent à l'ombre
    Des glaciers et des pins qui ferment leur pays ;
   
  
LEONARD DE VINCI.jpg
 
   
    Rembrandt, — triste hôpital tout rempli de murmures,
    Et d'un grand crucifix décoré seulement,
    Où la prière en pleurs s'exhale des ordures,
    Et d'un rayon d'hiver traversé brusquement ;
   
Rembrandt.jpg

   
    Michel-Ange, — lieu vague où l'on voit des Hercules
    Se mêler à des Christs, et se lever tout droits
    Des fantômes puissants, qui dans les crépuscules
    Déchirent leur suaire en étirant leurs doigts ;
  
MichelAngeAdamSixtine.jpg
 
   
    Colères de boxeur, impudences de faune,
    Toi qui sus ramasser la beauté des goujats,
    Grand cœur gonflé d'orgueil, homme débile et jaune,
    Puget, mélancolique empereur des forçats ;

   
   
    Watteau, — ce carnaval, où bien des cœurs illustres,
    Comme des papillons, errent en flamboyant,
    Décors frais et légers éclairés par des lustres
    Qui versent la folie à ce bal tournoyant ;
   
  
WATTEAU.jpg
 
    Goya, — cauchemar plein de choses inconnues,
    De fœtus qu'on fait cuire au milieu des sabbats,
    De vieilles au miroir et d'enfants toutes nues
    Pour tenter les Démons ajustant bien leurs bas ;
   
GOYA.jpg

   
    Delacroix, — lac de sang hanté des mauvais anges,
    Ombragé par un bois de sapins toujours vert,
    Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges
    Passent, comme un soupir étouffé de Weber ;
   
delacroix24.jpg
   
   
    Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes,
    Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces .
    Sont un écho redit par mille labyrinthes ;
    C'est pour les cœurs mortels un divin opium.
   
   
    C'est un cri répété par mille sentinelles,
    Un ordre renvoyé par mille porte-voix ;
    C'est un phare allumé sur mille citadelles,
    Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois !
   
   
    Car c'est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage
    Que nous puissions donner de notre dignité
    Que ce long hurlement qui roule d'âge en âge,
    Et vient mourir au bord de votre éternité !
   

******** 

**

*

  Bohémiens en voyage

 La tribu prophétique aux prunelles ardentes
    Hier s'est mise en route, emportant ses petits
    Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits
    Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes.
   
   
    Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes
    Le long des chariots où les leurs sont blottis,
    Promenant sur le ciel des yeux appesantis
    Par le morne regret des chimères absentes.
   

van gogh les bohémiens.jpg
Van Gogh
   
    Du fond de son réduit sablonneux, le grillon,
    Les regardant passer, redouble sa chanson ;
    Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures,
   
   
    Fait couler le rocher et fleurir le désert
    Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert
    L'empire familier des ténèbres futures.
callot.png
Jacques CALLOT

 

01/04/2010

POISSON D'AVRIL

Que peut-il ? Tout.

Qu’a-t-il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance,

en huit mois un homme de génie

eût changé la face de la France,

de l’Europe peut-être.


Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le Président se démène :
il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ;

ne pouvant créer, il décrète ;

il cherche à donner le change sur sa nullité ;

c’est le mouvement perpétuel ;

mais, hélas ! Cette roue tourne à vide.


L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère

est un carriériste avantageux.


Il aime la gloriole, les paillettes,

les grands mots, ce qui sonne,

ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir.

Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.

Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.

Quand on mesure l’homme

et qu’on le trouve si petit

et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme,

il est impossible que l’esprit

n’éprouve pas quelque surprise.

On y ajoutera le cynisme

car, la France, il la foule aux pieds,

lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue !

Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde,

d’un homme médiocre échappé.

Victor HUGO,
« Napoléon, le petit »

Je vous ai bien eus ... Vous pensiez qu'il s'agissait de l'autre ! 

C'était mon poisson d'avril ! pfffft

Mais en réfléchissant, il était très fort ce VICTOR HUGO

76635_867316841_6gs2q9ql_H140332_L.jpg
*
*
6a00d83454f8b369e201156e903f96970c-500wi.jpg

18/12/2009

NUIT DE NEIGE

P1010361.JPG
Nuit de neige
La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d'un bois.

Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.
L'hiver s'est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s'empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu'elle darde,
Fantastiques lueurs qu'elle s'en va semant ;
Et la neige s'éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n'ayant plus l'asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu'au jour la nuit qui ne vient pas
Maupassant
*
*
*
*
Pascal, sois prudent
Tu as le temps d'arriver
N'oublie pas la thermo de boisson chaude
A demain ma Cécé
*
*
Soso, Alan, j'espère que le T.G.V. qui amène Pépé vers vous
n'aura pas de retard
Vous aussi soyez prudents pour arriver gare Montparnasse
A demain mes titis
**
BONNE NUIT

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique