logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/12/2009

Premiers flocons

Surprise en ouvrant les volets ... Une très fine couche sur les toitures

c'est la froidure

Michka envoie-moi un peu de neige

Juste pour la déco

neige.jpg
mon Papa Noël est gelé !
**
*
Je retournerais bien sous ma couette
mais je dois faire mes emplettes
les vacances approchent
je dois nourrir mes proches
pfff
*
*
*

La neige

E. Verhaeren

La neige tombe, indiscontinûment,
Comme une lente et longue et pauvre laine,
Parmi la morne et longue et pauvre plaine,
Froide d'amour, chaude de haine.

La neige tombe, infiniment,
Comme un moment -
Monotone - dans un moment ;
La neige choit, la neige tombe,
Monotone, sur les maisons
Et les granges et leurs cloisons ;
La neige tombe et tombe
Myriadaire, au cimetière, au creux des tombes.

Le tablier des mauvaises saisons,
Violemment, là-haut, est dénoué ;
Le tablier des maux est secoué
A coups de vent, sur les hameaux des horizons.

Le gel descend, au fond des os,
Et la misère, au fond des clos,
La neige et la misère, au fond des âmes ;
La neige lourde et diaphane,
Au fond des âtres froids et des âmes sans flamme,
Qui se fanent, dans les cabanes.

Aux carrefours des chemins tors,
Les villages sont seuls, comme la mort ;
Les grands arbres, cristallisés de gel,
Au long de leur cortège par la neige,
Entrecroisent leurs branchages de sel.

Les vieux moulins, où la mousse blanche s'agrège,
Apparaissent, comme des pièges,
Tout à coup droits, sur une butte ;
En bas, les toits et les auvents
Dans la bourrasque, à contre vent,
Depuis Novembre, luttent ;
Tandis qu'infiniment la neige lourde et pleine
Choit, par la morne et longue et pauvre plaine.

Ainsi s'en va la neige au loin,
En chaque sente, en chaque coin,
Toujours la neige et son suaire,
La neige pâle et inféconde,
En folles loques vagabondes,
Par à travers l'hiver illimité monde.

Pictures4.jpg
ah ! ça remet ça ... ça floconne ..
thumbnail.jpg
thumbnail.jpg
P1010357.JPG

02/12/2009

PLAINTIVE TOURTERELLE

HABAS la tourterelle.jpg

Plaintive tourterelle

Plaintive tourterelle,
Qui roucoules toujours,
Veux-tu prêter ton aile
Pour servir mes amours !

Comme toi, pauvre amante,
Bien loin de mon ramier
Je pleure et me lamente
Sans pouvoir l'oublier.

Vole, et que ton pied rose
Sur l'arbre ou sur la tour
Jamais ne se repose,
Car je languis d'amour ;

Evite, ô ma colombe,
La halte des palmiers
Et tous les toits où tombe
La neige des ramiers.

Va droit sur sa fenêtre,
Près du palais du roi,
Donne-lui cette lettre
Et deux baisers pour moi.

Puis sur mon sein en flamme,
Qui ne peut s'apaiser,
Reviens, avec son âme,
Reviens te reposer.

P1000452.JPG

27/09/2009

l'AVENIR pour Lola

 

 Lola m'a demandé ce poème... Il est vraiment très chouette...

 

L'Avenir

Les platanes de l'école

se recouvrent d'encre bleue

et de réglisse.

Dans la rue, les enfants glissent.

On voit sauter les cartables

le long des trottoirs.

Des alphabets et des fables

se répandent dans le soir.

Des verbes de toute sorte

et des chiffres par milliers

s'échappent des fins cahiers

et courent de porte en porte.

En classe, les rois s'endorment,

même Vercingétorix

referme ses yeux d'onyx.

Jeanne d'Arc ne bouge plus,

Pasteur étouffe un bâillement.

Un chien gémit, des télés

bavardent dans les maisons.

Les enfants balancent

leurs cartables lourds.

Les vieux rois s'endorment,

les enfants sautillent.

L'avenir commence

d'une porte à l'autre.

Pierre Gamarra

avenir.jpg

18/09/2009

LE COSMONAUTE ET SON HOTE

cosmonaute3.jpg

 A la demande de Wagui qui m'a laissé un commentaire sur une poésie de Pierre GAMARRA, publiée le 27 mai

après le décès de grand poète

cette poésie

"Le cosmonaute et son hôte"

*

On voit que l'école a repris, les enfants cherchent sur le Net

et tombent par hasard sur Miche

ravie de répondre à leur demande

*

*

Le cosmonaute et son hôte

Sur une planète inconnue,
un cosmonaute rencontra
un étrange animal ;
il avait le poil ras,
une tête trois fois cornue,
trois yeux, trois pattes et trois bras !
"Est-il vilain ! pensa le cosmonaute
en s'approchant prudemment de son hôte.
Son teint a la couleur d'une vieille échalote,
son nez a l'air d'une carotte. 
Est-ce un ruminant ? Un rongeur ?"
Soudain une vive rougeur 
colora plus encor le visage tricorne.
Une surprise sans bornes
fit chavirer ses trois yeux.
"Quoi ! Rêvais-je ? dit-il. D'où nous vient, justes cieux,
ce personnage si bizarre sans crier gare !
Il n'a que deux mains et deux pieds,
il n'est pas tout à fait entier.
Regardez comme il a l'air bête, il n'a que deux yeux dans la tête !
Sans cornes, comme il a l'air sot !"
C'était du voyageur arrivé de la terre
que parlait k'être planétaire.
Se croyant seul parfait et digne du pinceau,
il trouvait au Terrien un bien vilain museau.
Nous croyons trop souvent que, seule, notre tête
est de toutes la plus parfaite !

Pierre Gamarra

 Wagui, j'ai fait comme toi, je suis allée moi aussi chercher sur Internet

et j'ai trouvé ceci

http://archives.condorcet.com.au/_projects/cm1/illustrati...

cosmonaute.jpg

 

cosmonaute2.jpg
*
Apprends bien la récitation
Bisous

22/06/2009

Tristesse d'été


Tristesse d'été


Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie,

En l'or de tes cheveux chauffe un bain langoureux

Et, consumant l'encens sur ta joue ennemie,

Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux.


De ce blanc flamboiement l'immuable accalmie

T'a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux

"Nous ne serons jamais une seule momie

Sous l'antique désert et les palmiers heureux !"


Mais la chevelure est une rivière tiède,

Où noyer sans frissons l'âme qui nous obsède

Et trouver ce néant que tu ne connais pas.


Je goûterai le fard pleuré par tes paupières,

Pour voir s'il sait donner au coeur que tu frappas

L'insensibilité de l'azur et des pierres.


Stéphane MALLARME

AB20992~Coucher-de-soleil-paradisiaque-Affiches.jpg

 

NUITS DE JUIN

L'été, lorsque le jour a fui, de fleurs couvertes

La plaine verse au loin un parfum enivrant :

Les yeux fermés, l'oreille aux rumeurs entrouverte,

On ne dort qu'à demi d'un sommeil transparent.


Les astres sont plus purs, l'ombre paraît meilleure ;

Un vague demi-jour teint le dôme éternel ;

Et l'aube douce et pâle, en attendant son heure,

Semble toute la nuit errer au bas du ciel.


Victor HUGO

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique