logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/11/2008

DE BON CONSEIL ET MERCI... à F. VILLON

Allez on continue les ballades en vieil françois avec François le poète maudit ..


 

medium_villon.jpg

BALLADE DE BON CONSEIL

Hommes faillis, dépourvus de raison,

Dénaturés et hors de connoissance,

Démis du sens, comblés de déraison,

Fous abusés, pleins de déconnoissance,

Qui procurez* contre votre naissance,   * travaillez

Vous soumettants a detestable mort

Par lâcheté, las ! que ne vous remord

L'horribleté qui a honte vous mene ?

Voyez comment maint jeunes homs est mort

Par offenser et prendre autrui demaine.*   le bien d'autrui

 

Chacun en soi voie sa méprison *,  son erreur

Ne nous vengeons, prenons en patience ;

Nous connoissons que ce monde est prison :

Aux vertueux franchis * d'impatience          * affranchis

Battre, rouiller*, pour ce n'est pas science.  * battre

Tollir, ravir, piller, m"eurtrir * à tort.  * tuer

De Dieu ne chaut, trop de verté se tort *   * se détourne

Qui en tels faits sa jeunesse demene,

Dont a la fin ses poings doloreux tord

Par offenser et prendre autrui demaine.

 

 Que vaut piper, flatter, rire en traison,

Quêter, mentir, affermer sans fiance,

Farcer, tromper, artifier * poison,        * préparer

Vivre en peché, dormir en défiance

De son prouchain sans avoir confiance ?

Pour ce conclus : de biens faisons effort.

Reprenons coeur, ayons en Dieu confort,

Nous n'avons jour certain en la semaine ;

De nos maux ont nos parents le ressort*    * ressentent le contre-coup

Par offenser et prendre autrui demaine. 

 

Vivrons en paix, exterminons discord ;

Ieunes et vieux, soyons tous d'un accord :

La loi le veut, l'apôtre le ramene

Licitement en l'epître romaine ;

Ordre nous faut, état ou aucun port *    * appui

Notons ces pmionts ; ne laissons le vrai port

Par offenser et prendre autrui demaine.

 

medium_180px-Francois_Villon_1489.2.jpg

 

BALLADE DE MERCI

A Chartreux et a Celestins,

A Mendiants et a Devotes,

A musards et claquepatins,

A servants et filles mignottes

Portants surcots et justes cottes,

A cuidereaux * d'amour transis,   * petits vaniteux

Chaussants sans méhaing * fauves bottes,     * sans douleur

Je crie a toutes gens mercis.

 

A fillettes montrants tetins,

Pour avoir plus largement hôtes,

A ribleurs, mouveurs de hutins*,   * rodeurs, faiseurs de tapage

A bateleurs traînants marmottes,

A fous et folles, sots et sottes,

Qui s'en vont sifflant six a six,

A marmousets et mariottes *,   * garçonnets et fillettes

Je crie a toutes gens mercis.

 

Sinon aux traîtres chiens mâtins

Qui m'ont fait ronger dures crôtes

Et mâcher maints soirs et matins,

Qu'ore je ne crains pas trois crottes.

Je fisse pour eux pets et rottes ;

Je ne puis, car je suis assis.

Au fort, pour eviter riottes *,    * en somme, pour éviter querelles

Je crie a toutes gens mercis.

 

Qu'on leur froisse les quinze côtes

De gros maillets forts et massis,

De plombees * en tels pelotes.     * bâtons munis d'une boule de plomb.       

Je crie a toutes gens mercis. 


 

medium_ldi0710p-let-villon-testament.JPG

 

 

BALLADE FINALE 

Ici se clôt le testament

Et finit du pauvre Villon.

Venez a son enterrement,

Quand vous orrez le carillon,

Vêtus rouge com vermillon,

Car en amour mourut martyr ;

Ce jura il sur son couillon

Quand de ce monde veut * partir.    *voulut

 

Et je crois bien que pas n'en ment,

Car chassé fut comme un souillon

De ses amours haineusement ;

Tant que, d'ici à Roussillon

Brosse * n'y a ne brossillon    * buisson 

Qui n'eût, ce dit il sans mentir,

Un lambeau de son cotillon,

Quand de ce monde vout partir.

 

Il est ainsi et tellement,

Quand mourut n'avoit qu'un haillon ;

Qui plus, en mourant, malement

L'époignait d'Amour l'aiguillon ;

Plus agu que le ranguillon*        * l'ardillon

D'un baudrier lui faisoit sentir

(C'est de quoi nous émerveillon)

Quand de ce monde vout partir.

 

 

Prince, gent comme émerillon,

Sachez qu'il fit au departir ;

Un trait but de vin morillon *     * gros rouge

Quand de ce monde vout partir.

 

 

 

Il a bien raison... Un coup de Beaujolais bien fruité avant de ce monde partir. Y'a pas d'mal à s'faire du bien.

bises pluvieuses aux mignottes et aux servants  


 

18/11/2008

2. LES BALLADES de François VILLON

 on se fait encore du vieil françois avec François

 Celle-là vous la connaissez

medium_FRANCOIS_VILLON1898.3.jpg
La ballade des pendus a été écrite alors que le poète condamné à mort s'attendait à être pendu, à moins que son appel ne fût accepté. Il le fut, finalement, mais Villon se vit condamner à dix ans d'exil hors de Paris. Et en 1463, en exécution de la sentence, il disparaît, sans qu'aucun document ultérieur fasse mention de lui.

 

LA BALLADE DES  PENDUS OU L'EPITAPHE DE F. VILLON

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

medium_Pendus.jpg

 

 

 

 

 

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

 

 


 

 

 

medium_FRANCOIS_VILLON1898.5.jpg

Motif de la vignette de couverture

DANSE MACABRE  

publiée en 1485 par Guy Marchand à Paris 

 Je congnois que pauvres et riches,

Sages et fous, prêtres et lais,

Nobles, vilains, larges et chiches,

Petits et grands, et beaux et laids,

Dames à rebrassé collets,

De quelconque condition,

Portant atours et bourrelets,

Mort saisit sans exception.

Le Testament, XXXIX 

 

 

 

 

 

 

 


1. LES BALLADES de François VILLON

Ce soir ce sera poésie avant d'aller au lit

Trois ballades de François VILLON, tirées de ses Oeuvres

un vieux bouquin déjà lu en son temps.

medium_F._VILLON.2.jpg


 

 BALLADE DES MENUS PROPOS

Je connois bien mouches en lait,

Je connois a la robe l'homme,

Je connois le beau temps du laid,

Je connois au pommier la pomme,

Je connois l'arbre a voir la gomme,

Je connois quand tout est de mêmes, 

Je connois qui besogne ou chomme,

Je connois tout, fors que moi mêmes.

 

Je connois pourpoint au collet,

Je connois le moine a la gonne,

Je connois le maître au valet,

Je connois au voile la nonne,

Je connois quand pipeur jargonne,

Je connois fous nourris de cremes,

Je connois le vin a la tonne, 

Je connois tout, fors que moi mêmes.

 

Je connois cheval et mulet,

Je connois leur charge et leur somme,

Je connois Biatris et Belet *,                    *Isabel

Je connois jet * qui nombre et somme,   * jeton

Je connois vision et somme,

Je connois la faute des Boemes,

Je connois le povoir de Rome,

Je connois tout, fors que moi mêmes.

 

Prince, je connois tout en somme,

Je connois coulourés et blêmes,

Je connois mort qui tout consomme,

Je connois tout, fors que moi mêmes. 

 

 medium_FRANCOIS_VILLON1899.jpg

 

 

BALLADE DES PROVERBES                                                                          

Tant gratte chèvre que mal gît,                                                                    

Tant va le pot à l'eau qu'il brise,

Tant chauffe on le fer qu'il rougit,

Tant le maille on qu'il se débrise,

Tant vaut l'homme comme on le prise,

Tant s'éloigne il qu'il n'en souvient,

Tant mauvais est qu'on le déprise,

Tant crie l'on Noël qu'il vient.

 

Tant garde on qu'on se contredit,

Tant vaut bon bruit que grace acquise,

Tant promet on qu'on s'en dédit,

Tant prie on que chose est acquise,

Tant plus est chere et lus est quise*,  * cherchée

Tant la quiert on qu'on y parvient, 

Tant plus commune et mions requise,

Tant crie l'on Noël qu'il vient.

 

Tant aime on chien qu'on le nourrit,

Tant court chanson qu'elle est apprise,

Tant garde on fruit qu'il se pourrit,

Tant bat on place qu'elle est prise,

Tant tarde on que faut l'entreprise,

Tant se hâte on que mal advient,

Tant embrasse on que cher la prise,

Tant crie l'on Noël qu'il vient.

 

Tant raille on que plus on en rit,

Tant dépent on qu'on n'a chemise,

Tant est on franc * que tout y frit,   *exempt de payer

 Tant vaut "Tiens !"que chose promise,

Tant aime on Dieu qu'on suit l'Eglise,

Tant donne on qu'emprunter convient,

Tant crie l'on Noel qu'il vient.

 

Prince, tant vit fol qu'il s'avise,

Tant va il qu'après il revient,

Tant le mate on qu'il se ravise,

Tant crie l'on Noël qu'il vient.

medium_FRANCOIS_VILLON1900.jpg

 

BALLADE DES CONTRE-VERITES

 

Il n'est soin que quand on a faim

Ne service que d'ennemi,

Ne mâcher qu'un botel de fain*,   * foin

Ne fort guet que d'homme endormi,

Ne clemence que felonie,

N'assurance que de peureux,

Ne foi que d'homme qui renie,

Ne bien conseillé qu'amoureux.

 

Il n'est engendrement qu'en boin *    * bain

Ne bon bruit * que d'homme banni,    * bon renom

Ne ris qu'après un coup de poing,

Ne lots que dettes mettre en ni*,       * nier ses dettes

Ne vraie amour qu'en flatterie,

N'encontre * que de malheureux,      * rencontre

Ne vrai rapport que menterie,

Ne bien conseillé qu'amoureux.

 

Ne tel repos que vivre en soin,

N'honneur porter que dire : "Fi !"

Ne soi vanter que de faux coin,

Ne santé que d'homme bouffi,

Ne haut vouloir que couardie,

Ne conseil que de furieux,

Ne douceur qu'en femme étourdie,

Ne bien conseillé qu'amoureux.

 

Voulez vous que verté vous die ?

Il n'est jouer qu'en maladie,

Lettre vraie qu'en tragedie*,       * sincérité qu'en mensonge

Lâche homme que chevalereux,

Orrible son que melodie,

Ne bien conseillé qu'amoureux.

 

 LA BALLADE DES PENDUS CE SERA POUR DEMAIN ... POINT TROP N'EN FAUT

 

medium_FRANCOIS_VILLON1898.2.jpg

 

 Extraits de wikipedia.org

François de Montcorbier dit Villon (né en 1431 à Paris, disparu en 1463) est un poète français de la fin du Moyen Âge. Il est probablement l'auteur français le plus connu de cette période. Les romantiques en firent le précurseur des poètes maudits.

 ...

Villon a écrit au moins onze ballades dites "en jargon", où il parle aux coquillards dans leur argot et dans le rôle d'un affilié. 

Le sens des ballades "en jargon"  a été l'objet de nombreuses conjectures. L'interprétation la plus récente est celle de Thierry Martin, qui fait du jargon des Coquillards un argot homosexuel.

 ...

Villon n'a pas tant renouvelé la forme de la poésie de son époque que la façon de traiter les thèmes poétiques hérités de la culture médiévale, qu'il connaît parfaitement, et qu'il anime de sa propre personnalité[30]. Ainsi, il prend à contre-pied l'idéal courtois, renverse les valeurs admises en célébrant les gueux promis au gibet, cède volontiers à la description burlesque ou à la paillardise, et multiplie les innovations de langage.


medium_francois_Villon.2.JPG

Dans l'argot du XVe siècle, ce terme désigna d'abord les escrocs et les faussaires avant d'être adopté par une bande de brigands organisés qui sévit en Bourgogne du milieu des années 1440 à 1455, date du procès de quinze des leurs à Dijon. C'est par ce procès et notamment par l'instruction qui compile le jargon coquillard que l'on connaît cette bande et son mode opératoire.

Il semble avéré, notamment par les écrits postérieurs à cette date de François Villon qui semble les avoir fréquentés, que la bande a subsisté et essaimé après ce procès pour former des pègres locales. Le terme « coquillard » se généralise à toutes ces bandes locales.

 ***

**

 

 Ce qui excita, et excite encore, le plus les imaginations dans l'existence de Villon, c'est sa brusque et totale disparition après son départ de Paris en 1463. A-t-il rejoint la Coquille ? S'est-il « rangé », trouvant un emploi honnête, continuant peut-être d'écrire ? A-t-il sombré dans la misère, se diluant dans la masse des gueux ? Combien de temps a-t-il survécu ? Quelques mois ? De longues années ? Toutes ces questions restent jusqu'à présent en suspens, puisque après 1463 on perd toute trace, tant documentaire que littéraire, de François Villon. Ce mystère a fortement contribué à créer la légende de Villon.

Je suis François, dont il me poise
Né de Paris emprès Pontoise
Et de la corde d'une toise
Saura mon col que mon cul poise

« Je suis Français et cela me pèse
Né à Paris près de Pontoise
Et de la corde d'une toise
Mon cou saura ce que pèse mon cul »

 

medium_180px-Francois_Villon_1489.jpg

 

12/11/2008

LE PETIT CHEVAL

LE PETIT CHEVAL

Le petit cheval dans le mauvais temps
Qu'il avait donc du courage
C'était un petit cheval blanc
Tous derrière et lui devant
 

Dans ce pauvre paysage
Il n'y avait jamais de beau temps
Ni derrière ni devant


Mais toujours il était content
Menant les gars du village
A travers la nuit noire des champs
Tous derrière et lui devant

Sa voiture allait poursuivant
Sa  belle petite queue sauvage
C'est alors qu'il était content
Tous derrière et lui devant

Mais un jour dans le  mauvais temps
Un jour qu'il était si sage
Il est mort dans un éclair blanc
Tous derrière et lui devant

Il est mort sans voir le beau temps
Qu'il avait donc du courage
Il est mort sans voir le printemps
Ni derrière ni devant
Paul FORT






medium_img14.2.jpg

C'est un petit pays

 
LE PAYS
 
 
C'est un petit pays qui se cache parmi
ses bois et ses collines ;
il est paisible, il va sa vie
sans se presser sous ses noyers
il a de beaux vergers et de beaux champs de blé,
des champs de trèfle et de luzerne,
roses et jaunes dans les prés,
par grands carrés mal arrangés ;
il monte vers les bois, il s'abandonne aux pentes
vers les vallons étroits où coulent des ruisseaux
et, la nuit, leurs musiques d'eau
sont là comme un autre silence.
 

Charles-Ferdinand Ramuz
medium_img6.2.jpg
 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique