logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/11/2008

AUTOMNE

L’automne
medium_img2.jpg
 

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche, tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou.
C’est un petit arbre tout rouge,
Un, d’une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.
Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.
 
Lucie DELARUE-MARDRUS

 
medium_img21.jpg
 
 
 
Automne
 

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise
Oh ! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises
 
 
Guillaume APOLLINAIRE


10/11/2008

chansons d'automne

 


Chanson d’automne

 

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure.
Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.
Paul VERLAINE

 

medium_img12.2.jpg
 

Matin d’octobre

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.
Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.
Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encore.
Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.
François COPPÉE

 

medium_img16.1.jpg
 

09/11/2008

CELUI QUI ATTEND

 

 

CELUI QUI ATTEND
 
 
C'est bien l'automne qui revient
Va-t-on chanter
Mais plus personne
que moi
n'y tient
je serai le dernier
 
Mais elle n'est pas si triste
qu'on l'avait dit
cette pâle saison
Un peu plus de mélancolie
Pour vous donner raison
 
La fumée interroge
Sera-ce lui ou toi
qui en ferez l'éloge
avant les premiers froids
 
Et moi j'attends
La dernière lumière
qui monte dans la nuit
Mais la terre descend
Et tout n'est pas fini
Une aile la supporte
Pendant tout ce temps
Avec toi j'irai à la fin du compte
Refermer la porte
S'il fait trop de vent
 
Pierre Reverdy

medium_img17.1.jpg

                                        DEPART

 

L'horizon s'incline
   Les jours sont plus longs
   Voyage
Un coeur saute dans une cage
            Un oiseau chante
            Il va mourir
Une autre porte va s'ouvrir
            Au fond du couloir
            Où s'allume
            Une étoile
Une femme brune
La lanterne du train qui part
 
Pierre Reverdy

 

08/11/2008

PAYSAGE D'OCTOBRE

 
medium_img25.jpg
 
 
Paysage d’octobre
 
Les nuages sont revenus,
Et la treille qu’on a saignée
Tord ses longs bras maigres et nus
Sur la muraille renfrognée.
La brume a terni les blancheurs
Et cassé les fils de la vierge ;
Et le vol des martins-pêcheurs
Ne frissonne plus sur la berge.
 
Les arbres se sont rabougris,
La chaumière ferme sa porte,
Et le joli papillon gris
A fait place à la feuille morte.
Plus de nénuphars sur l’étang ;
L’herbe languit, l’insecte râle,
Et l’hirondelle, en sanglotant,
Disparaît à l’horizon pâle.
 
 
                   Maurice Rollinat


medium_img17.2.jpg

 
 
Sous la pluie
 
Il tombe de l’eau, plic ! ploc ! plac !
Il tombe de l’eau plein mon sac.
 
Il pleut, ça mouille,
Et pas du vin !
Quel temps divin
Pour la grenouille !
 
Il tombe de l’eau, plic ! ploc ! plac !
Il tombe de l’eau plein mon sac.
 
Après la pluie
Viendra le vent.
En arrivant
Il vous essuie.
 
Il tombe de l’eau, plic ! ploc ! plac !
Il tombe de l’eau plein mon sac.
 
                        Jean Richepin

07/11/2008

LES FEUILLES MORTES

 

Les feuilles mortes

Tombent, tombent les feuilles rousses,
J’entends la pluie sur la mousse.
Tombent, tombent les feuilles molles,
J’entends le vent qui s’envole.
Tombent, tombent les feuilles d’or,
J’entends l’été qui s’endort.
Tombent, tombent les feuilles mortes,
J’entends l’hiver à ma porte.
 
Pernette CHAPONNIÈRE
medium_img13.jpg
 
LES FEUILLES MORTES
paroles: Jacques Prévert
musique: Joseph Kosma


Oh! je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis
En ce temps-là la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Tu vois, je n'ai pas oublié...
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Et le vent du nord les emporte
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais.

 C'est une chanson qui nous ressemble
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensemble
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.


Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie
Je t'aimais tant, tu étais si jolie,
Comment veux-tu que je t'oublie?
En ce temps-là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui
Tu étais ma plus douce amie
Mais je n'ai que faire des regrets
Et la chanson que tu chantais
Toujours, toujours je l'entendrai!
 
 
 
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique