logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/10/2006

21. STEREOSCOPE -TOI et MOI de P. GERALDY

je n'en publierai que la moitié pour ce soir, pour ne pas vous fatiguer les méninges. bonne lecture et bonne nuit !

Je ne veux pas les voir. Emporte ces clichés

où tient, dis-tu, notre voyage et son histoire.

Mes souvenirs sont bien plus beaux dans ma mémoire.

Tu les éloignerais, voulant les rapprocher.

Emporte ces clichés où tout meurt et s'étrique,

où le passé charmant apparaît dépouillé

de sa couleur, de son parfum, de sa musique,

tandis qu'un détail bête y revit tout entier

avec une importance irritante et cruelle.

Ma mémoire est plus fidèle

qui sait si bien oublier.

Elle a sans doute un peu brouillé

les lignes, défait les contours,

estompé les décors qui restent imprécis ...

Mais au souvenir réussi

elle a laissé son goût d'amour.

Elle conserve mes bonheurs

et me les tend au moindre appel,

avec leur douceur, leur saveur,

avec la hauteur de leur ciel.

Je n'ai qu'à les lui demander,

les heures que je veux revivre.

Elle a tout gardé, tout gardé :

l'âpre odeur qui nous laissait ivres

de ce bois de pins sur la mer,

le goût de vent et de grand air

qu'avaient nos baisers sur les dunes,

le village, le carrefour

des chemins où l'on s'est un jour

tant disputé, notre rancune,

notre interminable retour,

et les larmes et le pardon,

...

la suite demain soir

 

 

10/10/2006

18. EXPLICATIONS 19. MEDITATIONS TOI ET MOI de P. GERALDY (1913)

18. EXPLICATIONS

non, ne commençons pas ! Ecoute :

tu veux que nous nous expliquions ?

Tu le veux, coûte que coûte ?

Faisons bien attention.

Qu'allons-nous dire encor de triste et de sauvage ?

Qu'allons-nous nous dire, mon Dieu ! ...

Tais-toi, tiens ! Laisse-moi dégrafer ton corsage :

cela vaudra beaucoup mieux.

Les choses que tu veux me dire, ma petite,

je les sais d'avance. Allons, viens.

Déshabille-toi. Viens vite.

Prenons-nous. Le meilleur moyen

de s'expliquer sans être dupe,

c'est de s'étreindre, corps à corps.

Ne boude pas. Défais ta jupe.

Nos corps, eux, seront d'accord.

Viens, et ne fais pas la tête !

La querelle déjà prête,

tu sais bien qu'on l'oubliera

dès que tu seras venue.

Vite, allons ! viens dans mes bras,

toute nue ...

Et voilà, elle veut parler et lui, ramène-toi, déshabille-toi, nos corps eux seront d'accord ! Tu te mets le doigt dans l'oeil mon grand. Si le désaccord persiste, pas de corps à corps.. Parce que le corps ça marche aussi avec la tête chez les femmes... si tu ne le sais pas, renseigne-toi...

 

19. MEDITATION

On aime d'abord par hasard,

par jeu, par curiosité,

pour avoir dans un regard

lu des possibilités.

Et puis, comme au fond soi-même

on s'aime beaucoup,

si quelqu'un vous aime, on l'aime

par conformité de goût.

On se rend grâce, on s'invite

à partager ses moindres maux.

On prend l'habitude, vite,

d'échanger de petits mots.

Quand on a longtemps dit les mêmes

on les redit sans y penser.

Et alors, mon Dieu, l'on aime

parce qu'on a commencé.

09/10/2006

XVI - DUALISME - XVII INQUIETUDE - TOI ET MOI de P. GERALDY

XVI - DUALISME

Chérie, explique-moi pourquoi

tu dis : "mon piano, mes roses",

et : "tes livres, ton chien"... pourquoi

je t'entends déclarer parfois :

"C'est avec mon argent à MOI

que je veux acheter ces choses"

Ce qui m'appartient t'appartient.

Pourquoi ces mots qui nous opposent :

le tien, le mien, le mien, le tien ?

Si tu m'aimais tout à fait bien,

tu dirais : "les livres, le chien".

et : "nos roses".

XVII - INQUIETUDE

Enfantine, tu fais bruire

d'un rire clair, aérien,

l'ombre inquiète où je respire.

Je n'aime pas t'entendre rire.

Tu ris trop fort. Tu ris trop bien.

Dans la maison lorsque tu sèmes

tant de santé, tant de clarté,

tu dois te suffire à toi-même.

Il faut à ma sécurité

que tu sois plaintive, dolente

et câline, et que tu te sentes

toute petite. J'ai besoin

de te savoir faible et fragile.

Je t'aime aussitôt beaucoup moins.

Et je suis beaucoup plus tranquille.

j'ai envie de l'aimer ce garçon, pour sa franchise. Il dit tout haut ce que d'autres pensent tout bas. Mais quand même ! c'est invivable un amour comme ça. Oui, ça existe ces hommes-là ! Ils sont malheureux et rendent malheureux leur entourage. Pas possible d'être comme ça ! De la faute à qui ?

08/10/2006

XIII - ABSENCE XIV - EPREUVE - TOI ET MOI de P. GERALDY

ABSENCE

Ce n'est pas dans le moment

où tu pars que tu me quittes.

Laisse-moi. Va, ma petite,

il est tard. Sauve-toi vite !

Plus encor que tes visites,

j'aime leurs prolongements.

Tu m'es plus présente, absente.

Tu me parles. Je te vois.

Moins proche, plus attachante,

moins vivante, plus touchante,

tu me hantes, tu m'enchantes !

Je n'ai plus besoin de toi.

Mais déjà pâle, irréelle,

trouble, hésitante, infidèle,

tu te dissous dans le temps.

Insaisissable, rebelle,

tu m'échappes : je t'appelle.

Tu me manques : je t'attends.

Eh ! oui, c'est quand on est loin des yeux, qu'on est souvent près du coeur ..

 

XIV - EPREUVE

Tu me racontes qu'à ce bal

tu as ri, ri comme une folle.

Et tu te plains que tes paroles

aient l'air de me faire du mal.

Je voudrais ne pas sembler triste,

mais j'ai du chagrin, oui, c'est vrai.

Tu dis que je suis égoïste,

Cependant tu l'as fait exprès.

Cette peine que j'ai, méchante,

tes yeux la guettaient dans mes yeux,

et si j'avais eu l'air joyeux

tu n'aurais pas été contente.

Attention ! on joue avec le feu ... Il sait qu'il est égoïste, elle le sait aussi ... mais on excite un peu la jalousie ... Est-ce uniquement féminin ce genre de comportement ? Peut-être bien que oui...

07/10/2006

IX - Méditation et jalousie- TOI et MOI de P. GERALDY

Toujours, toute la vie ...Oui, ces mots, ces mots bêtes,

il faut me les redire et me les répéter !

Se quitter ! Nous deux !  Dis ?... On pourrait se quitter ?

Cela te semble fou, monstrueux ? ... Oh ! répète !

J'ai besoin d'être sûr de notre éternité.

 

... Pourtant, quand mon ami m'affirme : "Cest bien elle

la compagne définitive. Que crains-tu ? Tu n'auras qu'un amour. Vous vous serez fidèles..."

je suis un peu déçu.

X - JALOUSIE

Je suis jaloux. Tu es là-bas, à la campagne,

et moi je suis là, tout seul, à présent !

Des parents, je sais, t'accompagnent

qui ne sont pas très amusants.

Mais je suis jaloux tout de même,

jaloux de te savior là-bas par ce printemps...

Tout ce bleu doit te faire oublier que tu m'aimes ...

Moi je pense à toi tout le temps !

J'ai l'âme ivre et comme défaite.

Je pleure d'amour et d'ennui.

Ton image est là, dans ma tête :

tu es joliment bien, petite âme, aujourd'hui.

Je suis jaloux, quoi que je fasse ou que je veuille.

Il fait tiède et doux dans Paris !

C'est adorable ! Et moi je rage et je t'écris,

à toi, à toi, petit chéri,

qui es là-bas où sont les feuilles...

Tu dois avoir ton grand chapeau

de paille blonde et de glycines

qui met des petits ronds de soleil sur ta peau.

Tu dois bien m'oublier ! Et moi je te devine

jolie, heureuse ... Il fait si beau !

Ah ! je pleurerais de colère !

Il a plu pendant tout un mois :

il faut qu'on t'écarte de moi

quand tu m'es le plus nécessaire !

Je ne t'ai jamais tant aimée qu'en ce moment.

Cet air tiède et doux m'exaspère

qui pénètre l'appartement.

Je t'en veux, je souffre, et souhaite

que là-bas tu souffres autant.

Ce n'est pas très gentil, bien sûr ! C'est un peu bête,

Mais que veux-tu ? Je t'aime tant !

Je voudrais que tu me regrettes

au point de haïr ce printemps ...

Je serais même très content

s'il te faisait un peu mal à la tête.

Il se connaît bien, c'est déjà ça ! un jaloux de chez jaloux... mais ... il a des frères ceci dit. Lui il ose le dire ! Mais ça ne change rien au problème.

Quand on sait qu'AIMER c'est d'abord PENSER à l'AUTRE... là il a tout faux le pauvre !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique