logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/08/2014

NUIT

Il est pas mignon le petit chien blanc aux yeux bleus ?

2014 AOUT LE CIEL 002.JPG

Nuit  - Victor HUGO   (1802-1885)

Le ciel d'étain au ciel de cuivre
Succède. La nuit fait un pas.
Les choses de l'ombre vont vivre.
Les arbres se parlent tout bas.

2014 AOUT LE CIEL 003.JPG

Le vent, soufflant des empyrées,
Fait frissonner dans l'onde, où luit
Le drap d'or des claires soirées,
Les sombres moires de la nuit.

2014 AOUT LE CIEL 004.JPG

2014 AOUT LE CIEL 006.JPG

Puis la nuit fait un pas encore.
Tout à l'heure, tout écoutait.
Maintenant nul bruit n'ose éclore ;
Tout s'enfuit, se cache et se tait.

2014 AOUT LE CIEL 014.JPG


Tout ce qui vit, existe ou pense,
Regarde avec anxiété
S'avancer ce sombre silence
Dans cette sombre immensité.

2014 AOUT LE CIEL 016.JPG

 

C'est l'heure où toute créature
Sent distinctement dans les cieux,
Dans la grande étendue obscure,
Le grand Être mystérieux

 

****

oh lala ! mauvaise rencontre

Je vais me coucher sans me retourner

106_PANA.jpg

106_PANA1.jpg

06/04/2014

LAISSEZ LES ROSES AUX ROSIERS

Pictures17.jpg

282 pages de poésies, chansons sur mes étagères

dans mes vieux livres récupérés chez Mamie Rika

et je n'en connais ni l'auteur, ni la date

18.4

***

Il faut que j'ajuste mes lunettes

parce qu'une écriture si fine au porte-plume

pas facile à lire !

 

img375.jpg

img376.jpg

 Enfants la rive est embellie

De liserons de boutons d'or

N'effeuillez pas la fleur jolie

Qui de l'abeille est le trésor.

 Ne touchez pas au riche voile

Que Dieu donne aux mois printanniers

Laissez au lys sa blanche étoile

Laissez les roses aux rosiers

Laissez les roses aux rosiers

 

rosier-laure-charton.jpg

 

Beaux séducteurs au doux langage

Qui semez l'or à volonté

Des jeunes filles du village

Respectez l'humble pauvreté

 N'allez pas en larmes amères

Changer la paix de leur foyer

Laissez les enfants à leur mère

Laissez les roses aux rosiers

Laissez les roses aux rosiers

 

rosier-sonia-rykiel.jpg

 

Roi qui des palmes de la guerre

Voulez armer vos pavillons

Laissez pour le bien de la terre

Le laboureur à ses sillons

 N'enlevez pas à leurs amies

Ces gais pasteurs, ces bateliers

Laissez vos foudres endormies

Laissez les roses aux rosiers

Laissez les roses aux rosiers

 

rosier-mareva-1.jpg

 

Et vous dont les tristes sentances

 Ne vous présage que malheurs

N'effeuillez pas nos espérances

Ne formez plus nos jours en pleurs

Laissez les brises tutélaires

Parfumer nos rudes sentiers

Passez passez rêveurs austères

Laissez les roses aux rosiers

Laissez les roses aux rosiers.

 

Calizia.JPG

03/04/2014

PRINTEMPS CAPRICIEUX

"AVRIL

UN DE BON SUR MILLE"

 

"MARS GRIS

AVRIL PLUVIEUX"

 

"AVRIL PLEUT AUX HOMMES

MAI PLEUT AUX BETES"

c'est-à-dire que la pluie d'avril est favorable pour les blés,

celle de mai pour les fourrages

P1440055.JPG

P1440056.JPG

P1440058.JPG

P1440060.JPG

"AVRIL FAIT LA FLEUR

MAI EN A L'HONNEUR"

P1440062.JPG

"BOURGEON QUI POUSSE EN AVRIL

MET PEU DE VIN AU BARIL"

 

P1440064.JPG

 

mais

"S'IL TONNE EN AVRIL

PREPARE TON BARIL"

baril

"D'AVRIL LES ONDEES

FONT LES FLEURS DE MAI"

 

P1440068.JPG

 

"AVRIL PLUVIEUX MAIS SOLEILLEUX

RENDENT LE PAYSAN ORGUEILLEUX"

 

P1440063.JPG

"QUAND AVRIL EST FROID ET PLUVIEUX

LES MOISSONS N'EN VONT QUE MIEUX"

*

"AU MOIS D'AVRIL

LA CHEVRE RIT"

Parce que les buissons qu'elle aime brouter commencent à bourgeonner

chevre-presentation-site-internet1

La chèvre du Charmat - bullesdechevre.com/

**

"IL N'EST SI GENTIL MOIS D'AVRIL

QUI N'AIT SON MANTEAU DE GRESIL"

 

 

 

 

"AU MOIS D'AVRIL

TOUTE BETE CHANGE DE POIL"

 

P1440074.JPG

 

 

Tristesse

 

Théophile GAUTIER

 

Recueil : "La Comédie de la Mort"

 

Avril est de retour.
La première des roses,
De ses lèvres mi-closes,
Rit au premier beau jour ;
La terre bienheureuse
S’ouvre et s’épanouit ;
Tout aime, tout jouit.
Hélas ! j’ai dans le cœur une tristesse affreuse.

Les buveurs en gaîté,
Dans leurs chansons vermeilles,
Célèbrent sous les treilles
Le vin et la beauté ;
La musique joyeuse,
Avec leur rire clair
S’éparpille dans l’air.
Hélas ! j’ai dans le cœur une tristesse affreuse.

En deshabillés blancs,
Les jeunes demoiselles
S’en vont sous les tonnelles
Au bras de leurs galants ;
La lune langoureuse
Argente leurs baisers
Longuement appuyés.
Hélas ! j’ai dans le cœur une tristesse affreuse.

Moi, je n’aime plus rien,
Ni l’homme, ni la femme,
Ni mon corps, ni mon âme,
Pas même mon vieux chien.
Allez dire qu’on creuse,
Sous le pâle gazon,
Une fosse sans nom.
Hélas ! j’ai dans le cœur une tristesse affreuse.

25/03/2014

LIBERTE

 

Œuvrer pour résister : De l’écriture à l’œuvre

Liberté

 

De Paul Eluard  (1895-1952) à  Jean Lurçat (1892 à 1966)

 http://lyc-jean-lurcat-fleury-les-aubrais.tice.ac-orleans-tours.fr/eva/sites/lyc-jean-lurcat-fleury-les-aubrais/IMG/jpg/LurcatTapisserie.jpg

 

 

Liberté (extrait)

 

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

 

 

 

Paul Eluard, Poésies et vérités, 1942

Lurçat

 

La guerre de 1940 oriente Lurçat vers des sujets engagés : Es la verdad (1942) et Liberté (1943, d'après le poème d'Eluard) sont tissées clandestinement à Aubusson.

 Les symboles, souvent répétés (le coq, annonciateur de l'aurore, le soleil, symbole de vie), parfois originaux et sophistiqués, sont servis par un dessin stylisé, clair et dense où l'utilisation de l'élément végétal comme remplissage des motifs est déjà très fréquente.

 

 

Sur un fond ocre jaune se détachent, au centre, deux astres passant l'un devant l'autre telle une éclipse. Dans les quatre coins de la tapisserie, on peut lire des extraits du poème de Paul Eluard, Liberté. Les derniers mots du poème viennent s'inscrire dans le soleil : … Pour te connaître / … Pour te nommer / Liberté

Dans le soleil découpé en quatre parties : on distingue en bas à gauche, sur fond noir, un serpent et la tige d'une plante fleurie qui s'épanouit en haut à gauche sur un fond clair ; en haut à droite, sur un fond noir, se détachent des visages alignés et, en bas, sur un fond blanc, s'inscrit le mot "Liberté".

Un coq est au-dessus du soleil, installé sur un trophée de cornes de taureau ; il porte les trois couleurs - bleu, blanc et rouge - du drapeau français.

Sur le fond de la tapisserie, il y a des nuages clairs et sombres, des étoiles et des extraits du poème.

22/02/2014

DES FLEURS POUR MES AMIS BLOGUEURS ET NOS VISITEURS

Les grues sont de retour ... et ça bourgeonne !

Le printemps arrive !

2014-02-22 2014 HABAS Environnement.jpg

Le printemps

Les bourgeons verts, les bourgeons blancs
Percent déjà le bout des branches,
Et, près des ruisseaux, des étangs
Aux bords parsemés de pervenches,
Teintent les arbustes tremblants ;

2014-02-22 2014 HABAS Environnement2.jpg

Les bourgeons blancs, les bourgeons roses,
Sur les buissons, les espaliers,
Vont se changer en fleurs écloses ;
Et les oiseaux, dans les halliers,
2014-02-22 2014 HABAS Environnement1.jpg

Les bourgeons verts, les bourgeons gris,

Entre eux déjà parlent de roses ;

Reluisant de gomme et de sève

Recouvrent l’écorce qui crève
Le long des rameaux amoindris ;
Les bourgeons blancs, les bourgeons rouges,
Sèment l’éveil universel,
Depuis les cours noires des bouges

2014-02-22 2014 HABAS Environnement3.jpg

2014-02-22 2014 HABAS Environnement4.jpg


Jusqu’au pur sommet sur lequel,
O neige éclatante, tu bouges ;
Bourgeons laiteux des marronniers,
Bourgeons de bronze des vieux chênes,
Bourgeons mauves des amandiers,
Bourgeons glauques des jeunes frênes,
Bourgeons cramoisis des pommiers,
2014-02-22 2014 HABAS Environnement5.jpg

Bourgeons d’ambre pâle du saule,
Leur frisson se propage et court,
A travers tout, vers le froid pôle,
Et grandissant avec le jour
Qui lentement sort de sa geôle,
Jette sur le bois, le pré,
Le mont, le val, les champs , les sables,
Son immense réseau tout prêt
A s’ouvrir en fleurs innombrables
Sur le monde transfiguré.
2014-02-22 2014 HABAS Environnement6.jpg

2014-02-22 2014 HABAS Environnement7.jpg

Auguste ANGELLIER
« le chemin des Saisons »

   




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique