logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/02/2017

Les 600.000 canards encore vivants dans les Landes vont être abattus pour éradiquer la grippe aviaire

Capture CANARDS.JPG

Il faut passer à une autre étape : dépeupler l'ensemble des animaux sans dérogation pour démarrer enfin un vide sanitaire", François Lesparre président de la FDSEA des Landes.
Plusieurs voix s'élèvent désormais pour demander un abattage total des canards. Le président du conseil départemental des Landes Henri Emmanuelli, la FDSEA, le CIFOG réclament cette mesure.
**
*
Tous ne partagent pas l'avis selon lequel l'abattage massif est justifié.
Pour Jérôme Cordier, dont la famille entière travaille à l'attrapage, dans les Landes, d'autres solutions auraient pu être trouvées : "pourquoi abattre des bêtes saines ?
Pour les éleveurs, c'est un crève-coeur. Pour le reste de la filière, c'est-à-dire les attrapeurs, les gaveurs, les abattoirs, c'est une catastrophe aussi. Tout le monde va se retrouver au chômage."
Tous les professionnels se rejoignent au moins sur un point : cette nouvelle vague de grippe H5N8 est un constat d'échecs. L'échec du vide sanitaire de l'an dernier.
L'échec des politiques de biosécurité, qui ont demandé des investissements importants aux éleveurs.
L'échec des autorités, disent les agriculteurs, à circonscrire l'épizootie dès les premiers signes.
"C'est vrai qu'aujourd'hui, on n'a pas d'autres choix que d'abattre les canards, mais si les pouvoirs publics avaient réagi un mois plus tôt, nous en aurions perdu 100.000 au lieu d'un million", fulmine Christian Candelon.

Grippe aviaire : 80 "Canards en colère" à Auch

Par Lisa Melia, France Bleu Gascogne et France Bleu jeudi 5 janvier 2017 à 19:26


Les dettes s'accumulent

Jusqu'au 20 janvier, les volailles continueront donc à être éliminées. On abat et on jette. Sont concernées 53 communes des Landes, 6 des Hautes-Pyrénées, 3 des Pyrénées-Atlantique et 88 du Gers, y compris celle où travaille Michael Launet. Il possède trois bâtiments de poulets et un atelier de gavage de 800 places. Aujourd'hui, il cède au désespoir.

Je n'ai pas pu faire les mises aux normes, c'était trop cher. Financièrement, je n'en peux plus, je ne peux plus nourrir ma famille. L'an dernier, j'ai rentré 1.500 euros de bénéfices, alors que les frais fixes continuent de tomber tous les mois. J'ignore complètement de quoi demain et après-demain seront fait. On me demandait 15.000 euros d'investissement, alors que j'ai déjà des dettes de 150.000 euros. Pourquoi continuer ? - Michel Launet

La fin du canard fermier

La plupart des agriculteurs présents devant la préfecture du Gers ce jeudi viennent de petites exploitations indépendantes. Nombreux sont ceux qui blâment les grands groupes et la logique de concentration des volailles. Sébastien Héreau, éleveur à Bergerac, laisse sa colère exploser :

Pourquoi les animaux parcourent-ils des centaines de kilomètres pour être gavés ? Pourquoi l'âge des gavages est-il toujours plus bas ? Certaines volailles arrivent au gavage à onze semaines, elles ont encore du duvet derrière la tête !

On paye la facture de l'agro-industrie. Si ça continue comme ça, dans cinq ans, nous ne mangerons plus de canards fermiers - Sébastien Héreau, éleveur à Bergerac

 

Le comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras craint des pertes de l'ordre de 75 à 80 millions d'euros. Beaucoup d'éleveurs attendent encore les 30% restants de leurs indemnités de l'an dernier, alors ils ne sont pas très optimistes concernant les prochaines indemnisations promises par les pouvoirs publics.

Attention, préviennent les agriculteurs, "nous sommes au bord du gouffre, mais nous ne mourrons pas en silence. Nous ferons du bruit".

 

 

Par Frédéric Denis, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque et France Bleu lundi 20 février 2017 à 22:12 Mis à jour le mardi 21 février 2017 à 7:23

 Stéphane Le Foll annonce ce matin sur France Bleu Gascogne l'abattage des 600 000 canards encore vivants dans les Landes pour éradiquer la grippe aviaire
Stéphane Le Foll annonce ce matin sur France Bleu Gascogne l'abattage des 600 000 canards encore vivants dans les Landes pour éradiquer la grippe aviaire © Maxppp - Alexandre Marchi

Changement de braquet pour lutter contre la grippe aviaire : tous les canards encore vivants dans les Landes vont être abattus pour en finir avec le virus H5N8. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, l'annoncera ce mardi face aux professionnels de la filière avicole à Mont-de-Marsan.

Les 600.000 canards encore vivants dans les Landes vont être abattus pour en finir avec la grippe aviaire. Il faut assainir la Chalosse. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, l'annoncera ce mardi après-midi face aux professionnels de la filière avicole réunis à la Chambre de Commerce et d'Industrie à Mont-de-Marsan.

 "Il faut malheureusement traiter la partie ouest des Landes, la Chalosse" confie Stéphane le Foll, ministre de l'Agriculture sur France Bleu Gascogne.

Henri Emmanuelli, la FDSEA, le CIFOG : beaucoup de professionnels de la filière avicole réclamaient un dépeuplement total des élevages suivi d'un vide sanitaire. Le ministre de l'Agriculture les a entendus. Stéphane Le Foll promet de tout faire pour éviter que des exploitations agricoles ferment à cause de cette crise aviaire. Sur la question des indemnisations, les aides pour les éleveurs touchés arriveront fin mars, début avril. Des avances de trésorerie seront possibles pour les entreprises de l'aval, la partie transformation.

"On ne s'est pas trompé de stratégie" - Stéphane le Foll, ministre de l'Agriculture

Pour Stéphane le Foll, le gouvernement ne s'est pas trompé de stratégie pour éradiquer la grippe aviaire : seul l'abattage est validé scientifiquement, dit le Ministre de l'Agriculture. Il n'existe pas de vaccin.

 

"On ne s'est pas trompé de stratégie" dit le ministre de l'Agriculture

 

Mont-de-Marsan, France

 ****

*

Alexia Sierra a publié une vidéo sur Facebook mercredi, quand les canards de la ferme familiale de Clermont (Landes) ont été abattus à cause de la grippe aviaire. Elle s'adresse directement au ministre de l'Agriculture pour transmettre le découragement des agriculteurs. Déjà plus de 60.000 vues.

Certes la vidéo est un peu floue, on entend le bruit du vent dans le micro, mais en quelques mots Alexia Sierra a su toucher le cœur des agriculteurs de la filière canard dans les Landes.

 

 

 Alexia Sierra devant les bâtiments vides de la ferme familiale à Clermont (Landes)
 

 

La jeune landaise de 25 ans, a publié une courte vidéo sur sa page facebook mercredi matin, alors que les 3.000 canards de la petite exploitation de ses parents à Clermont en Chalosse étaient emmenés pour être abattus dans le cadre des mesures sanitaires contre la grippe aviaire.

De voir ces 3.000 canards partir par principe de précaution, ça m'a pris aux tripes - Alexia Sierra

 

"Je lance une bouteille à la mer pour faire bouger les choses"- Alexia Sierra

Il a répondu : tous les canards, même sains, seront abattus.

C'est sûr ! je boycotterai tout ce qui vient du canard, vendu dans les super marchés.

Il est dit que les Landes sont le plus gros client de la Hongrie

Les Delpeyrat, les Labeyrie iront se faire voir ailleurs que chez moi.

OUI AU CANARD FERMIER ! NON AU CANARD INDUSTRIEL

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

HAMON REVIENT SUR SA PROMESSE. IL NE VEUT PAS ROMPRE AVEC LE P.S.

http://www.lesinrocks.com/2017/02/news/benoit-hamon-revient-promesse-dabroger-loi-travail/

 

Benoît Hamon veut “une nouvelle loi Travail” et non plus son abrogation

Benoît Hamon revient sur sa promesse d’abroger la loi Travail

Capture LES INROCKS.JPG

C’est un peu le monde à l’envers. Alors que Manuel Valls, quand il était candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, promettait de supprimer le 49-3, voilà que Benoît Hamon, qui s’engageait à abroger la loi Travail, en veut finalement “une nouvelle”. Cette volte-face a eu lieu en direct lors d’une interview sur dimanche 19 février, sur RTL, Le Figaro et LCI.

“Ce que je souhaite, c’est que nous pensions demain une nouvelle loi Travail. Nous trouverons matière à nous rassembler”, a-t-il déclaré.

Il souhaite en garder les “aspects positifs”

Ce changement de vocabulaire, Benoît Hamon le justifie par la présence d’“aspects positifs” dans cette loi, qu’il veut sauvegarder, comme le droit à la déconnexion, le compte personnel d’activité et la garantie jeune.

A la mi-janvier, le candidat socialiste était pourtant très ferme lors d’un discours devant l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis):

“Je commencerai par un geste très politique et très symbolique. Sans état d’âme, j’abroge la loi travail”, symbole “d’un déni de démocratie”, avait-il déclaré.

 

Ménager le PS

Un changement de fusil d’épaule de la part du candidat de la BAP, qui fait dire à Eric Coquerel, membre de l’équipe de Mélenchon : “On comprend mieux pourquoi Benoît Hamon ferme la porte à toute discussion avec Jean-Luc MELENCHON"

La loi Travail a fracturé la gauche sous le mandat de François Hollande. Elle est devenue le symbole des “deux gauches irréconciliables”.

En souhaitant en maintenir certains aspects, Benoît Hamon signale qu’il ne veut pas rompre avec le PS.Capture LES INROCKS.JPG

Peut-être même veut-il donner des gages à sa partie la plus modérée, tenté par Emmanuel Macron ?

**

*

Petit bonhomme, tout petit Benoît.

Tu me ferais presque de la peine

Enregistrer

Enregistrer

19/02/2017

combien ça coûte ? Chiffrage du programme de LA FRANCE INSOUMISE avec JL M

 

Capture JL M CHIFFRAGE.JPG

Capture LIVRETS.JPG

Capture PROGRAMME 2.JPG

Capture PROGRAMME 3.JPG

Capture PROGRAMME.JPG

 

 

16/02/2017

MACRON ET SES MEETINGS ..? AMBIANCE !

 

 

 15 Février 2017

Publié par El Diablo -

L'ACTUALITÉ AU JOUR LE JOUR - par El Diablo, rêveur de mieux avec son grenier des affiches syndicales et politiques

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

« TOUT, absolument tout ce qui pourrait mettre le feu à cette salle est permis alors lâchez-vous ! »

Voici une vidéo de chef-cuisinier qui t’explique en détail comment on accommode le Macron.

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

 

C’est un document exceptionnel où le meeting de Macron à Lyon est vu à la fois depuis la salle et depuis la cuisine. De quoi te faire perdre la foi en le messie Macron si tu pensais qu’il marchait sur l’eau et guérissait les écrouelles.

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

Tu es bien naïf si tu penses que le public applaudit spontanément parce que l’idée est bonne et l’argumentation bien troussée. On n’est pas avec Mélenchon tout de même ! La team ambiance commande, via la messagerie Telegram, les réactions des fans et des “Helpers non staffés”.

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

 

Les gars, là, vous déconnez ! C’est pas ce qu’on a écrit sur le bréviaire. Répétez bien tout ce que l’on vous a appris à dire ! Mais suuurtout, soyez spontanés…

Un MEETING vu des coulisses : une vidéo de chef-cuisinier explique comment on accommode le MACRON

Bon. Tout ça coûte la peau du cul et il se trouve déjà des mauvais coucheurs pour suspecter une future nouvelle affaire Bygmalion. Tu sais, la campagne Sarkozy qui avait explosé tous les budgets prévisionnels…

Vifs remerciements tant à l’auteur de cette vidéo pédagogique qu’à Dalipas qui nous a mis sur sa piste et a goupillé les photos extraites de la vidéo.

 

 

 

 

Par Jacques SAPIR

Le 11 Février 2017

llLa candidature de M. Emmanuel Macron prend aujourd’hui une certaine ampleur, voire une ampleur certaine. Il est donné actuellement en seconde position pour le premier tour de l’élection présidentielle d’avril prochain, étant crédité d’environ 20% des suffrages. Mais, cette candidature, portée à grand bruits, à sons de trompes et de cymbales, par une partie de la presse interroge, et suscite de nombreuses questions. Il est frappant que pour M. Emmanuel Macron et ses partisans ces questions ne soient vues que comme des attaques possibles, et si possible – cela fait tellement mieux aujourd’hui – téléguidées par une « puissance étrangère ». Pourtant, ces questions sont parfaitement légitimes, et le candidat devra y répondre.

Monsieur Macron et ses mystérieux soutiens financiers

Ces questions sont tout autant de forme que de fond. Pour ce qui est de la forme, il est légitime de s’interroger sur qui soutient le candidat. Monsieur Macron refuse de révéler la liste de ses contributeurs. Etrange pudeur pour un homme qui n’hésite pas à s’afficher avec sa compagne en première page des magazines. Aurait-il donc quelque chose à cacher ? Il s’offusque, et avec juste raison, des attaques sur sa vie privée. Mais, les sources de financement d’une campagne politique ne relèvent nullement de la « vie privée ». Elles sont un élément important d’information des citoyens. Imaginons un instant que la campagne de M. Macron soit financée par de grands banquiers américains ou par des émirs d’Arabie. Ne serait-il pas intéressant que le citoyen français, auquel M. Macron demandera son suffrage, le sache ? Et, s’il n’y a rien de politiquement répréhensible, de scandaleux, dans les sources de son financement, pourquoi M. Macron s’obstine-t-il à ne pas les révéler ? C’est une question certes de forme, mais où l’on touche au fond. La transparence sur le financement de la campagne est un impératif dans toute démocratie qui se respecte. Même si l’on convient que rien n’est moins sûr que nous soyons toujours, dans la France de 2017, dans une démocratie. Car, nous en sommes là, et M. Macron est justement un symptôme de cet état des choses. Bref, on aimerait savoir qui finance cette équipe que l’on devine derrière le candidat, qui paye ces « nombreux » experts dont se réclame M. Macron. Est-ce donc M. Drahi, ou l’un des quelconques oligarques français ?

[…]

Enregistrer

Enregistrer

SOUTIENS A MELENCHON

 

TRIBUNE. Les communistes qui soutiennent Mélenchon se mobilisent

Plusieurs cadres du Parti communiste signent une tribune pour réaffirmer leur soutien à Jean-Luc Mélenchon.

 

Jean-Luc Mélenchon est le candidat de la France insoumise. (Reuters)

A trois mois des élections présidentielles tout indique que Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat qui porte les espoirs de celles et ceux qui veulent rompre avec le "système" et les politiques suivies depuis dix ans.

Le programme "l’avenir en commun" répond à la crise dans laquelle s’enfonce notre pays. Il propose de mettre fin aux diktats des logiques financières au profit de l’humain. Il place l’éducation comme un enjeu prioritaire assurant à chacun et chacune les moyens de son émancipation. Il s’appuie sur les évolutions sans précédents de l’innovation et du savoir pour dynamiser un développement créateur d’emplois et respectueux de notre planète.

«Le programme "l’avenir en commun" répond à la crise dans laquelle s’enfonce notre pays»

Ses priorités sont claires. L’urgence écologique nécessite une planification exigeante de nos efforts pour changer notre mode de production et de consommation. La création d’emplois nouveaux, la réduction du temps de travail, la retraite à 60 ans, la gratuité des soins et des médicaments, la baisse du coût du logement et des transports, le développement des services publics… constituent ensemble le préalable à l’égalité. Le projet culturel est indissociable d’une conception de l’identité française fondée sur des valeurs universelles, sur la création, dans le respect des autres et de leurs différences avec la certitude que celles-ci enrichissent notre culture commune. La volonté de sortir de toutes les discriminations et notamment de cette société patriarcale qui inhibe tant d’énergies positives et empêche le plein épanouissement des femmes. La certitude que l’accomplissement de toutes ces mesures ne peut se faire dans le cadre des traités européens qu’il faut renégocier ou ne pas respecter. La volonté d’une France non alignée, sortie de l’OTAN, porteuse d’objectifs de paix, de désarmement et de soutien aux peuples sans territoire, sans reconnaissance, à tous les réfugiés économiques, politiques ou victimes des dérèglements climatiques.

«Les élections présidentielles sont l’occasion de juger des projets et des objectifs de chaque candidat.»

Pour nous ce contenu est essentiel car la raison d’être de notre engagement c’est de changer l’ordre des choses. En politique aujourd’hui il y a les représentants de la "caste" qui veulent maintenir l’ordre actuel et celles et ceux – le plus grand nombre - qui veulent changer cet ordre injuste, immoral et tout simplement impossible à vivre.

Et bien nous ne sommes pas des résignés. Nous sommes du côté de la révolution citoyenne. Nous ne pouvons pas vivre heureux dans une société qui génère tant de malheurs. Pour nous l’horizon de ce capitalisme dans sa forme la plus absolue, ultra-libérale, n’est pas indépassable.

Les élections présidentielles sont l’occasion de juger des projets et des objectifs de chaque candidat. François Fillon est le représentant le plus réactionnaire de la droite libérale. Mais sa faillite morale créé des conditions nouvelles d’accès au deuxième tour. Emmanuel Macron tarde toujours à présenter un projet global. Mais son activité de ministre dessine assez bien ce que sera son programme.

«Benoit Hamon sait qu’il ne peut être le président élu en 2017 »

Benoit Hamon sait qu’il ne peut être le président élu en 2017 à cause du bilan calamiteux des gouvernements socialistes, de François Hollande et des incohérences du rassemblement autour de lui. Son objectif n’est pas de gagner la présidentielle mais de s’imposer dans le futur congrès du parti socialiste qui suivra la débâcle de 2017.

D’autres partis enfin, qui n’ont pas de candidat, essayent de négocier des postes de parlementaires dans des alliances à l’ancienne sans se soucier du résultat de la présidentielle.

Des objectifs dans lesquels l’intérêt général est absent. Les citoyen-ne-s en ont pourtant assez de toutes ces politicailleries centrées sur le seul intérêt de leur parti et d’eux-mêmes.

«La France insoumise n’est pas un parti de plus. C’est un mouvement»

La France insoumise ne porte pas seulement un programme elle porte une ambition. Ce n’est pas un parti de plus. C’est un mouvement. Et notre présence dans ce mouvement avec d’autres, témoigne de sa diversité tout comme les 53 % de candidat-e-s qu’il a investi et qui ne sont pas membres d’un parti politique. La France insoumise est une réponse à la crise de la politique, à la crise des partis, en mettant en place une force Transpartis largement ouverte à la société civile.

Nous souhaitons que Jean-Luc Mélenchon soit président de la République. Nous ferons tout pour cela. Mais aucune personne providentielle ne peut changer à elle seule l’ordre existant. Le mouvement populaire dans sa mobilisation et son action sera décisif pour mettre en œuvre les propositions de "l’avenir en commun". C’est pour cela que "La France insoumise" est constituée de 2500 "groupes d’appui" citoyens, décentralisés et largement ouverts qui sont des outils indispensables à la victoire populaire et à la transformation de notre société.

C’est pour cela, comme communiste, que nous avons décidé d’en être et que nous appelons toutes et tous les communistes quel qu’ait pu être leur position auparavant à faire de même.

Les signataires :  

Christian AUDOIN, rédacteur en chef de l'Echo du Centre 

Bernard BANDELIER, Professeur des universités

Brigitte DIONET, ancienne membre du conseil national du PCF

Francis PARNY,  démissionnaire de l’exécutif national du PCF

David PELLICER, ancien secrétaire départemental de la fédération du Tarn-et-Garonne du PCF

Françoise QUAINQUARD, co-animatrice d’assemblée citoyenne du FDG en Région Parisienne

Rédaction - leJDD.fr

mercredi 15 février 2017

 
 

Enregistrer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique