logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/10/2016

L'humanité : SOUTIEN AUX GOODYEAR

http://cgt.ales.over-blog.com/2016/10/violence-sociale-et-justice-de-classe.html

----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Tout comprendre au procès Goodyear en appel à Amiens

Par Elodie Touchais, France Bleu Picardie et France Bleu mercredi 19 octobre 2016 à 5:00

Manifestation de soutien aux Goodyear
Manifestation de soutien aux Goodyear © Radio France - france bleu picardie

Des milliers de personnes sont attendues ce mercredi et ce jeudi à Amiens pour soutenir huit anciens salariés Goodyear jugés à partir de 9h par la cour d'appel d'Amiens pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014.

 ***
 ILS SONT CONDAMNES A 9 MOIS DE PRISON FERME

 

 

 

 

 

l'Humanité
11 h ·

Le journal l'Humanité sera en direct du procès des 8 anciens salariés de Goodyear demain matin, condamnés à 9 mois de prison ferme pour une « séquestration » dénuée de violence, alors qu'ils se battaient contre la fermeture de leur usine.. Un périscope sur twitter est prévu, restez connectés ! Soutien aux Goodyear !

L’image contient peut-être : 3 personnes , texte
 
 
 

Lire dans l'Humanité

ce mercredi 19 octobre 2016

Lisez l'Humanité sur tous vos écrans d'ordinateur avec la boutique de l'Humanité.fr : http://bit.ly/28zgxhB et sur vos tablettes et smartphones avec nos applications mobiles IOS : http://apple.co/1qW9WMs et Android:http://bit.ly/28W3MIc

GOODYEAR...

Afficher la suite
 
 
 
Abonnements

Commenter

18/10/2016

POLITIS SUR LCI AUJOURD'HUI A 12 H 30

 

Aujourd'hui, à 12h30, retrouvez l'intervention de Michel Soudais, rédacteur en chef adjoint de Politis, sur LCI. Au programme :
• Les violences scolaires
• La manifestation des policiers
• Hollande et le PS.
Bonne écoute !

L'information au quotidien en continu en vidéo.
lci.fr
 
 
 
Politis
 

AU SOMMAIRE

Et s'il n'y allait pas ?

Accèder au site de l'éditeur

PRÉSENTATION DU MAG

Une autre façon de voir le monde. Avec POLITIS, retrouvez chaque jeudi un gros plan sur l'actualité française et internationale, une chronique économique "à contre-courant", un dossier, des pages culture et médias, des débats, des tribunes. Qu'est ce que POLITIS ? D'abord, un journal de résistance. Un espace rare d'information, de réflexion, de débats, et d'actions pour tous ceux qui ne tiennent pas pour acquise l'injustice du monde. Un journal pour lequel les mots "service public", "lutte sociale" et "projets de société" ont un sens. Un journal profondément indépendant, qui doit ses dix-sept ans d'existence en premier lieu à ses lecteurs, avec lesquels il entretient un rapport d'amitié, de confiance et de fidélité. Si vous croyez que la violence du monde a toujours une cause, si vous êtes préoccupés par l'injustice sociale, en France et ailleurs, si vous vous refusez à recevoir l'information comme un spectacle ou un produit de consommation, alors Politis est votre journal. Au cur du mouvement altermondialiste, c'est l'hebdo de l'action citoyenne. Magazine disponible en version numérique

 
 
 

17/10/2016

JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE

"Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les Droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré".  citation du père Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde

 

Reconnaissance du 17 Octobre

Le 17 Octobre 1987, plusieurs milliers de personnes de tous milieux se sont rassemblées sur le Parvis des Droits de l’Homme et des libertés à Paris et ont lancé un appel gravé sur la Dalle en l’honneur des victimes de la misère :

  • « Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l’homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victimes de la faim, de l’ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n’est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire. Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » – Joseph Wresinski

La Journée mondiale du refus de la misère, reconnue par l’ONU en 1992, est commémorée dans le monde entier par un nombre croissant de personnes et d’organisations publiques et de la société civile.

En 2008, le Comité international pour le 17 octobre a été créé. Composé d’une vingtaine de membres de différentes origines sociales et horizons géographiques, l’objectif du Comité est d’être un interlocuteur actif avec celles et ceux qui veulent célébrer le 17 octobre ou inaugurer des répliques de la Dalle en l’honneur des victimes de la misère, Dalle fondatrice de la Journée.

Le 17 octobre dans les instances internationales : Au Conseil de l’Europe et Aux Nations Unies.

 

 

15-10-16.jpg

 

"ATD Quart Monde est à l’origine de cette journée du refus de la misère, célébrée ce samedi. À cette occasion, Bruno Tardieu, figure du mouvement, lance un appel pour en finir avec la stigmatisation des plus démunis et pour une alliance entre progressistes et laissés-pour-compte.

Sociologue, militant associatif, mais aussi élu, artiste, écrivain… À l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, l’Humanité a décidé de donner, au fil de ses pages, la parole à six personnalités. Chacune, avec son regard et sans résignation, décrypte le fléau de la pauvreté qui tue chaque année dans le monde près de six millions de personnes. La politologue Céline Braconnier, l’actrice Marina Vlady, le maire Philippe Rio, le prix Goncourt Pierre Lemaître, le sociologue Nicolas Duvoux, le militant d’ATD Quart Monde Bruno Tardieu… Tous, à leur manière, appellent à ne pas s’habituer à cette litanie des statistiques sur « les pauvres » qui déshumanise la sou‘ffrance. Mais aussi à refuser ce mépris de classe qui, caché derrière les oripeaux de la charité ou de la philanthropie, exclut les plus démunis du champ social. « Ce n’est pas que les plus pauvres n’ont rien à dire, c’est qu’on ne les entend pas », résume Céline Braconnier.

Éradiquer la pauvreté d’ici à 2030, tel est le nouvel objectif phare fixé fin septembre par les Nations unies, qui soulignent que le nombre de personnes vivant en situation d’« extrême pauvreté » a été divisé par deux depuis 1990, passant de 1,9 milliard à 836 millions en 2015. Un progrès qui s’accompagne d’une explosion des inégalités entre plus riches et plus pauvres.

Et n’éteint en rien l’urgence d’agir. " 

 

14/09/2016

GREVE A EDF ... APRES ALSTOM ON FERME A FESSENHEIM

La centrale de Fessenheim vue du ciel.

Le comité central d'entreprise examine le dossier ce mercredi. Les syndicats appellent à la grève.

Après de longs mois d'atermoiements, la fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin), la doyenne des centrales nucléaires françaises, est bel et bien sur la table. Mercredi à Levallois-Perret, un comité central d'entreprise (CCE) examinera le projet. Une quarantaine de personnes seront réunies autour de la table pour se pencher sur la demande d'abrogation de l'autorisation d'exploitation de la centrale, ... ( Le Figaro)

 

les quatre syndicats représentatifs de l'électricien, CGT, CFE-CGC, CFDT et FO de EDF appellent à la grève

 

Le délégué syndical central CGT à EDF est l'invité du 5/7 alors que les syndicats organisent une journée d'action contre la décision de fermer Fessenheim à 2018.

Les 4 syndicats représentatifs d'EDF (CGT, FO, CFDT et CFE/CGC) appellent à la grève aujourd'hui, jour d'un comité central d'entreprise. La direction convoque le CCE pour l'informer de l'accord d'indemnisation de la fermeture de Fessenheim, la plus ancienne nucléaire française, dans le Haut Rhin.

Un rassemblement est prévu ce mercredi après midi devant le siège à Levallois Perret.

Durant l'été, EDF et l'Etat sont arrivés à un accord sur l'indemnisation qui sera versée à l’électricien pour compenser la fermeture du site. Un obstacle levé, mais ce n'est pas le dernier. Maintes fois annoncée, la promesse de campagne de François Hollande a t elle une chance de se réaliser ?

 
 
Par la tribune.fr  |  Journal économique et financier
Promesse de campagne de François Hollande, les réacteurs nucléaires devraient s'arrêter à l'horizon 2018. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Le mouvement a été lancé par une intersyndicale regroupant tous les syndicats représentatifs.

Après le dossier Alstom, un autre dossier potentiellement brûlant redémarre pour le gouvernement. Les quatre syndicats représentatifs d'EDF (CGT, CFE-CGC, CFDT et FO) appellent à faire grève mercredi, pour protester contre la fermeture programmée de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).

Promesse de campagne de François Hollande, les réacteurs devraient s'arrêter à l'horizon 2018. Un accord a été trouvé entre l'Etat et l'électricien : le premier devrait verser 400 millions d'euros d'indemnisation au second. Cet accord sera présenté mercredi au comité central d'entreprise (CCE), qui aura jusqu'à fin octobre pour rendre son avis. La direction d'EDF rappelle en outre que le conseil d'administration se prononcera d'ici fin 2016 sur l'indemnisation et la demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter.

Lire aussi : EDF devrait recevoir au moins 400 millions d'euros pour la fermeture de Fessenheim

Syndicats remontés

Pour la CGT, comme pour les autres syndicats, l'annonce de la fermeture de Fessenheim, ouverte en 1977, ne passe pas : "On n'a pas exploré" toutes les conséquences "sur le réseau électrique français et les répercussions économiques et sociales" affirme la CGT.

La CFE Energies embraye : "Où est donc la cohérence d'un gouvernement qui se gargarise dans le même temps de refonder la filière nucléaire ?" tonne le syndicat dans un communiqué, parlant même d'une "aberration industrielle, économique, sociale et climatique".

Outre la grève de mercredi à EDF, un rassemblement est prévu devant le siège du CCE, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), auquel devrait participer une centaine de salariés de Fessenheim.

(Avec AFP)

LA SOUFFRANCE DES INFIRMIERS... APPEL A LA GREVE

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Malaise des soignants. Un syndicat d'infirmiers appelle à la grève

  • Un préavis de grève national a été déposé pour tous les infirmiers. Ici, une infirmière prépare des outils avant une intervention.

Pour dénoncer la dégradation des conditions de travail à l'hôpital, la Coordination nationale infirmière (CNI), l'un des principaux syndicats de la profession, a appelé ce jeudi tous les soignants à faire grève le 14 septembre.

Un préavis de grève national a été déposé pour les infirmiers, mais tous les personnels paramédicaux (kinés, aides-soignants ou encore auxiliaires de puériculture) sont invités à se joindre au mouvement pour « des actions locales » mercredi 14 septembre,insiste la Coordination nationale infirmière (CNI), dans un communiqué. 

En cause, les « réponses très insatisfaisantes » de la ministre de la Santé Marisol Touraine « après la vague de suicides » qui a touché le secteur. Depuis juin, cinq infirmiers se sont donné la mort à Toulouse, au Havre, à Saint-Calais, près du Mans, et à Reims.

« Extrêmement préoccupant » 

Critiquée pour son silence médiatique, la ministre a reconnu dimanche le caractère « extrêmement préoccupant » de ces drames, promettant pour l'automne de nouvelles mesures contre les risques psycho-sociaux à l'hôpital.

« Des actions urgentes » 

Mais face à la souffrance de « tous les personnels », victimes des « restructurations », d'un manque d'effectifs, et qui ont « de plus en plus l'impression de mal faire leur travail », la CNI réclame des « actions urgentes », explique son vice-président Eric Audouy.

Parmi elles, « l'attribution de fonds » pour des embauches, la « définition de ratios soignants au lit du patient par spécialité » ou encore le « renforcement des services de santé au travail ».

Médecins des hôpitaux : un appel à la grève

Autre signe de tension à l'hôpital, les praticiens hospitaliers sont de leur côté appelés à faire grève le 26 septembre par les intersyndicales Avenir hospitalier et Confédération des praticiens des hôpitaux. Face à la pénurie de médecins dans le public, ces organisations réclament un redécoupage de leur temps de travail et des revalorisations salariales.

En novembre, la ministre avait annoncé un plan pour l'attractivité des carrières hospitalières, mais sa mise en œuvre se fait toujours attendre, déplore en outre Max-André Doppia, le président d'Avenir Hospitalier. « Le calendrier » sera « évidemment respecté », indique-t-on dans l'entourage de la ministre. « Les modalités de mise en œuvre seront présentées à la fin du mois de septembre » et « seront applicables dès cette année »

***

*

*

"Le stress, les troubles du sommeil, les dépressions, les burn-out, etc. sont autant de réalités qui coûtent chers à la société (salariés et résidents). Pourtant contrairement aux blessures physiques, ces blessures psychiques n’ont pas le même droit à la reconnaissance d’accidents du travail ou de maladie professionnelles. Faute des les mesurer ou de les considérer elles ne font pas ou très peu l’objet de prévention.

Les cadences et les amplitudes de temps de travail, la charge émotionnelle, des effectifs souvent insuffisants pour faire face à certains troubles du comportement, l’alternance entre des charges de travail lourdes et des sollicitations intenses, la souffrance contagieuse des aidants, les contradictions institutionnelles, les pressions liées à la performance ou au rendement, les paradoxes entre les besoins humains et l’exigence économique, etc." Syndicat SUD

 

DES DRAMES HUMAINS INSUPPORTABLES | La CGT pour un ...

cgtchutoulouse.fr/2016/07/01/des-drames-humains-insupportables/
By CGTCHU / 1 juillet 2016 / Luttes sur le CHU / 3 commentaires ... le suicide, déclaré en accident du travail par sa direction, d'un infirmier de l'Hôpital de ... de voir les professionnels au service des patients exprimer leur souffrance à exercer des .... Aux agents du centre hospitalier du Rouvray en grève reconductible.

CHU de Toulouse : des mots sur la souffrance au travail « Article ...

actu.cotetoulouse.fr/chu-de-toulouse-des-mots-sur-la-souffrance-au-travail_1543/
4 mars 2013 - Actualité CHU de Toulouse : des mots sur la souffrance au travail. En 2012, la CGT du CHU publiait un recueil de textes des salariés (infirmiers, brancardiers. ... Grève du SAMU, des brancardiers, malaise des infirmier(e)s, rythme de travail, épuisement psychologique à la tâche… Derrière .... Rentrée 2016.

Stress - UGICT - La cgt

www.ugict.cgt.fr/dossiers/stress-et-souffrance-au-travail
Dossier sur le stress au travail, les conditions de travail et la souffrance des cadres. ... service trois semaines plus tard. -- lundi 5 septembre 2016 -- ..... Grève des infirmiers portugais pour l'emploi et les conditions de travail. Plus de 80% des ...
A Toulouse, au Havre, à Saint-Calais (72) ou à Reims, des infirmier(e)s ont choisi de se donner la mort. La cause : une organisation du travail qui provoque une insupportable souffrance au travail. Malgré ces ... Vos droits lors d'une grève ... L'unité pour faire vivre les questions sociales 12 septembre 2016. Ce n'est ..
 
 
 
 
 
 

 
mercredi 14 septembre 2016
 

 

 

Souffrance au travail : une lettre ouverte après le suicide de deux infirmiers

Le personnel soignant est contraint de travailler dans des conditions "de plus en plus dégradées".
Le personnel soignant est contraint de travailler dans des conditions "de plus en plus dégradées". ©
archives SO

Les syndicats dénoncent la dégradation exponentielle des conditions de travail du personnel soignant, et l'amplification de leur mal-être "dans un contexte de restrictions budgétaires"

La Coordination nationale infirmière (CNI), l'un des deux syndicats de la profession, a adressé vendredi une lettre ouverte à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour l'alerter sur leurs conditions de travail après le suicide de deux infirmiers.

La CNI dénonce la "non-assistance à personnels en danger ainsi que l'abandon dont fait preuve la tutelle", alors que "depuis de longs mois" elle interpelle la ministre et ses services "au sujet du mal-être des soignants qui s'amplifie dans un contexte de restrictions budgétaires". 

Le syndicat déplore "la multiplication des injonctions contradictoires", "la mobilité à outrance" ainsi que la "polyvalence imposée" et des conditions de travail "de plus en plus dégradées". 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique