logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/04/2014

RYTHMES EDUCATIFS : LETTRE AU MINISTRE HAMON

 

Monsieur le Ministre, revenez sur la réforme des rythmes éducatifs ! Vingt-cinq maires écrivent à Benoît Hamon, ministre de l’Éducation Nationale

 

Appel publié dans L’Humanité du 7 avril.

 

Monsieur le Ministre,

 

Vous venez d’être nommé ministre de l’éducation nationale dans un contexte difficile pour la gauche. En répondant aux attentes populaires, en portant une refondation de l’école au service de la réussite de tous, vous pouvez donner un nouveau souffle à la gauche. Dès maintenant, vous pouvez faire un geste fort pour montrer que vous avez entendu la déception et la colère des enseignants, des parents et de l’ensemble des acteurs de l’éducation : revenez sur la réforme des rythmes éducatifs imposée par le précédent gouvernement.

 

Cette réforme ne permet pas de répondre aux aspirations de nos concitoyens à une éducation ambitieuse pour leurs enfants. Cette réforme n’est tout simplement pas une réforme de gauche.

 

En tant que maires, nous sommes confrontés aux difficultés et aux contradictions de cette réforme. Malgré l’engagement des habitants de nos communes, des élus, de l’ensemble des acteurs de l’éducation et du loisir éducatif nous ne pouvons trouver une manière satisfaisante de l’appliquer. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas nous en imposer l’application à la rentrée 2014. Le chantier de la réflexion sur les temps éducatifs doit être réouvert dans une clarification des spécificités et des fonctions de chaque espace, dans le dialogue et la négociation avec l’ensemble des acteurs concernés.

 

Nous en sommes convaincus, l’école de la réussite de tous doit se faire durant le temps scolaire obligatoire assuré par l’éducation nationale. C’est la condition de l’égalité sur tout le territoire national. Au contraire, la réforme des rythmes éducatifs favorise la territorialisation de l’éducation et porte en elle l’accroissement des inégalités entre les communes et donc entre les enfants du pays. Elle installe la confusion entre les missions du service public d’éducation nationale et celles du périscolaire, la concurrence entre les enseignants et les animateurs, au détriment de la qualité de l’éducation apportée à nos enfants.

 

Elle prétend œuvrer pour que tous les enfants aient accès à un loisir éducatif de qualité. C’est une belle ambition, mais que cette réforme ne permet en rien de réaliser. Elle fait en effet du temps périscolaire un substitut aux heures d’écoles supprimées par la droite. Or, les loisirs éducatifs sont un domaine spécifique, différent de l’éducation scolaire. Enseignant et animateur sont deux métiers distincts qui ne doivent pas être mis en concurrence.

En outre, sur ce plan du loisir éducatif aussi, la réforme des rythmes entérine les inégalités entre les communes. D’autant qu’elle nous est imposée à l’heure où les collectivités ont de plus en plus de difficultés à établir leur budget pour faire face aux besoins et aux attentes d’une population touchée par la crise.

Dans nos villes, nous agissons et continuerons à agir pour assurer à tous les enfants l’accès à un loisir éducatif de qualité et leur permettre de se construire dans un environnement culturel riche. Pour assurer l’égalité sur tout le territoire, c’est à l’État d’intervenir : à partir de ce que font déjà les communes, construisons ensemble un grand service public national déconcentré du loisir éducatif.

 

Depuis des mois, nous échangeons avec la population de nos villes sur cette réforme. Nous en retenons trois choses : le grand attachement de nos populations au caractère national de l’éducation scolaire et à la réussite de leurs enfants, leur « non de gauche » à la déstructuration libérale de l’éducation qu’on veut nous imposer, et la richesse de leurs propositions pour construire enfin l’école de la réussite de tous. Entendez-les !

 

Dominique Adenot, maire de Champigny, président de l’ANECR,

Alain Audoubert, maire de Vitry sur Seine,

Pascal Baudet, maire d’Aubervilliers,

Françoise Beaud, maire de Valenton,

Marie-France Beaufils, maire de Saint-Pierre-des-Corps,

Éric Boquet, maire de Marquillies

Gaby Charroux, député-maire de Martigues,

André Chassaigne, maire de Saint-Amant-Roche-Savine

Patrick Douet, maire de Bonneuil-sur-Marne,

Patricia Fernandez-Pédinielli, maire de Port-de-Bouc,

Jean Flegeo, maire de Saulx les Chartreux

Pierre Gosnat, maire d'Ivry,

Didier Guillaume, maire de Choisy le roi

Michel Illac, maire d'Ensuès-la-Redonne,

André Jullien, maire de La Bouilladisse,

Georges Jullien, maire de Noves,

Yves Mesnard, maire de Roquevaire,

Pierre Mingaud, maire de La Penne-sur-Huveaune,

André Molino, maire de Septèmes-les-Vallons,

Claude Nowotny, maire de Thiers,

Didier Paillard, maire de Saint-Denis,

Patrick Pin, maire de Belcodène,

Gilles Poux, maire de La Courneuve

Georges Rosso, maire du Rove,

Patricia Tordjman, maire de Gentilly.

 

Cet appel peut par ailleurs être signé ici :

 https://www.change.org/fr/pétitions/benoît-hamon-ministre-de-l-éducation-nationale-rythmes-scolaires-nous-demandons-le-retrait-de-la-réforme

 

 

NOUVELLE MAQUETTE DE L'HUMANITE



Le 8 avril, l'Humanité se réinvente

Par Patrick Le Hyaric, Directeur de l'Humanité
>
 le 8 avril marque  le renouveau de l’Humanité. Son visage, sa maquette, ses titres vont changer, pour être plus dynamiques, plus offensifs, plus percutants. Elle donnera une plus grande place à la qualité de l’écriture et de l’image pour mieux décrypter les événements.
>
> PARTICIPEZ
>
>
La réinvention de l’Humanité vise à renforcer son identité et son projet initial, énoncé par son fondateur, il y a cent dix ans : « travailler à la réalisation de l’humanité ». Dans un monde dominé par la jungle du capitalisme financier, écrasant toujours plus les travailleurs, les créateurs ; décimant partout les droits sociaux et humains ; multipliant le nombre de pauvres ; exploitant la nature jusqu’à l’épuiser, ce manifeste de Jean Jaurès est plus que jamais d’actualité. L’Humanité se réinvente avec audace, pour faire face à la profonde crise générale de la presse qui appelle à la fois de nouvelles initiatives gouvernementales pour aider la presse, une amélioration des contenus des médias et de presse pour offrir à nos concitoyens les moyens de se repérer, de mieux comprendre les événements pour que chacune et chacun puisse devenir actrice et acteur de sa propre vie et de la marche des sociétés.

Alors que se multiplient les sources d’information, contradictoirement, la pensée unique étend son emprise au point d’étouffer toute idée et projet alternatifs. L’Humanité veut soulever les couvercles et les écorces pour aider à découvrir ce qui se cache derrière l’uniformité servie quotidiennement par la quasi-totalité des grands médias. Elle se veut au service de la compréhension et de la signification profonde des événements, de leur portée, de ce qui les relie entre eux et à la vie de chacune et chacun.

À un moment où l’offensive des forces réactionnaires, appuyées par une violente et insidieuse campagne idéologique au profit de la domination des puissants et la pérennisation du capitalisme, la nouvelle Humanité ambitionne d’être utile, efficace, dynamique pour aider chacune et chacun à s’y retrouver, à se défendre, à se rassembler pour défricher les voies nouvelles d’une transformation sociale, démocratique et écologique qui toujours place l’émancipation humaine en son cœur.

La recherche d’alternatives progressistes est sans doute la question majeure de l’époque, indissociable d’une refondation de la gauche, des pratiques et formations politiques. La nouvelle Humanité entend s’adapter à ces exigences nouvelles en devenant un lieu de débats, de confrontations, associant penseurs, intellectuels, chercheurs, militants syndicaux, politiques, associatifs. Les pages débats seront au cœur du journal et l’Humanité des débats de fin de semaine sera améliorée.

L’Humanité se réinvente aussi avec sa plateforme numérique, à partir du 10 avril. Elle utilisera les outils les plus modernes pour offrir, tout au long de la journée, des articles écrits, des émissions radio ou télévisées, avant d’être complétée à l’automne par une plateforme de réseaux militants, de débats, d’actions et de services. Ses contenus seront en lien avec ceux de nos journaux, l’Humanité, l’Humanité Dimanche, la Terre, l’Humanité Europe. Chacune et chacun disposera ainsi d’une large palette d’informations, de données pédagogiques, de repères solides pour s’informer, informer et participer aux débats et à l’action.

Le contexte politique et social, la crise de la presse qui s’approfondit, la multiplication des sources d’information, la guerre idéologique pour faire accepter le système en crise et donc les souffrances qu’il engendre nous appellent à être audacieux, dynamiques, inventifs, persévérants. Nous décidons d’aller de l’avant pour faire de l’Humanité un pôle solide face à l’offensive idéologique que mènent les forces de l’argent roi. Ceci ne peut réussir qu’avec la mobilisation de toutes nos lectrices et de tous nos lecteurs, de tous les militants communistes et progressistes dont tous ceux qui se reconnaissent dans le Front de gauche et bien au-delà, celles et ceux qui veulent défendre et partager les plus belles valeurs de la gauche et du progressisme.

C’est en ce sens que nous prendrons plusieurs initiatives pour associer à notre projet des militants syndicaux, associatifs, politiques, des créateurs, les Amis de l’Humanité, les lectrices et lecteurs, des élus.

C’est en ce sens aussi que nous lançons un « Fonds solidaire pour le développement de la lecture de l’Humanité ». Il s’agit pour celles et ceux qui le veulent de verser un don équivalant à la valeur d’un abonnement à prix réduit. Chaque don sera défiscalisé et vous permet donc de chercher dans votre entourage une personne qui pourrait découvrir la nouvelle Humanité dès ce mois d’avril, à l’occasion des cent dix ans de notre journal.

Cela comptera pour commencer à inverser dans les consciences l’ordre régressif qui s’y est beaucoup trop 
installé.


 

 

 

L'Humanité : nouvelle maquette pour le 8 avril

 

Politique & Citoyenneté

Quand Valls coupe l’herbe sous le pied de Copé

150 C’est le nombre de villes de plus de 9 000 habitants qui ont basculé de gauche à droite le ...

Orléans la révélation de l’Huma sur le maire ump secoue la place beauvau

La mise en place d’une délégation sur la « lutte contre l’immigration clandestine » par le maire ...

UDI le départ de Jean-louis borloo interroge sur sa difficile succession

Après les éloges et l’émotion, c’est la suite qu’il va falloir gérer. L’annonce dimanche soir du ...

« Vague bleue » la communauté urbaine de marseille passe aux mains de L’UMP

Le temps de la cohabitation est révolu entre la Cité phocéenne et son agglomération. Après la ...

l’opinion des lecteuRs filrouge@humanite.fr

Que pour une bonne vision dans la gestion, il y ait des branches maladie, vieillesse, famille, ...

Le kaléidoscope de la marche du 12 avril contre l’austérité

Lundi, huit heures, métro Olympiades à Paris. Dans la bousculade matinale, le tract « Maintenant ...

Récit

Le dernier génocide du XXe siècle, avec la complaisance de Paris

L’Onu déFinit Le génOCide La convention de l’ONU de 1948 définit le génocide comme un massacre « ...

Le monde en mouvement

Vingt ans après le génocide, la France s’enfonce dans le déni

NOVOSSIBIRSK COMMUNISTE Après quatorze ans de règne, Russie unie, la formation du président ...

L’est du pays, théâtre de fortes manifestations pro-russes

Quelques semaines après le ralliement de la péninsule de Crimée à la Russie, ce sont d’autres ...

Ebola Déjà 95 décès, selon MSF et les autorités sanitaires de Guinée

L’épidémie de fièvre hémorragique continue ses tristes oeuvres en Guinée. 151 personnes sont ...

Justice les Mères de Srebrenica accusent les Pays-Bas de laxisme

L’association des Mères de Srebrenica, qui représente près de 6 000 mères et veuves du massacre ...

Costa rica l’élection du nouveau président Solis met fin au bipartisme

Tremblement de terre politique au Costa Rica.Avec 77,87 % des voix, le centriste Luis Guillermo ...

Viktor Orban fait encore illusion

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban convainc, moins, mais charme encore près de la moitié ...

Une planète et des hommes

L’arnaque de l’amende record infligée à un pétrolier américain

500 C’est, en millions, le nombre d’ordinateurs déclarés obsolètes par Microsoft, qui a décidé ...

500 euros d’amende pour avoir refusé les pesticides

Symboliquement, ça ne passe pas. Voilà, résumée, la pensée d’Emmanuel Giboulot à l’énoncé du ...

Un risque à moindre coût pour les industriels

LÉGISLATION Le vide juridique mondial est une faille exploitée par les compagnies pétrolières ...

Société & solidarités

Quand de jeunes Roms s’intègrent en aidant les autres

VOL MH370 : MIEUX LOCALISER Suite à la disparition du vol MH370, les familles des victimes du ...

Justice Prison avec sursis requis pour une agression à l’acide sur un couple de roms

En janvier dernier, un habitant du quartier de la place de la République, à Paris, avait versé ...

Fadettes bernard squarcini, l’ex-patron de la Dcri, fixé sur son sort aujourd’hui

L’espion en chef a-t-il franchi la ligne jaune ? C’est ce mardi que le tribunal correctionnel de ...

Égalité salariale. la ministre des Droits des femmes lance une appli sur mobiles

Najat Vallaud-Belkacem rêve-t-elle en prédisant l’égalité salariale entre les sexes au 31 ...

Le rêve de « vie normale » de ces familles Roms coincées dans les bidonvilles

«C’est illusoire de penser qu’on réglera le problème des populations Roms uniquement à travers ...

Au procès Agnelet, le fils accuse le père

Trente ans de silence brisé en quelques heures. Peu avant 11 h 30, hier matin, Guillaume Agnelet ...

Géographie de l’humanité

L’actualité sur humanite.fr

HUMARATHONUne référence dans le milieu de l’athlétisme... 15 000 spectateurs, 2 500 concurrents, ...

NOS POINTS CHAUDS

AVANCÉES SOCIALESENVIRONNEMENTDROITS DE L’HOMMECULTUREÉtats-Unis61 % des jeunes Républicains ...

Débats&Controverses

Le changement peut-il se passer des mobilisations populaires ?

Face au risque d’un oligopole droitier... Les résultats des élections municipales sont ...

Cahier des charges

Il aura été le plus lucide de ses contemporains, livrant sur la guerre d’Espagne un témoignage à ...

Une insurrection des consciences

Après cinquante-six ans de Ve République présidentielle, le peuple est aujourd’hui dépossédé de ...

Culture & Savoirs

Les fêtes galantes entre innocence et fantômes

Peut-être les contemporains de Watteau, dans la première moitié du XVIIIe siècle, pouvaient-ils ...

Comment sortir les trous de mémoire de l’histoire de la clandestinité ?

En entrant dans l’exposition, on est saisi à la gorge par un goût de cendres. Ça sent le bûcher, ...

Eugène Murangwa, gardien de la réparation au Rwanda

Eugène Murangwa a quitté le Rwanda il y a vingt ans. Quand en 1994, cent jours durant, le ...

Paris 1900 et les lumières de la ville

Sans surprise mais non sans pertinence, le Petit Palais à Paris a choisi une peinture de ...

Pour Canal, le foot, c’est pas du cinéma

Frédéric Thiriez fait la moue. Le patron de la Ligue de football professionnel vient d’empocher ...

Les marques du low cost impossibles à effacer

Pourquoi 1 500 personnes ont-elles perdu la vie dans l’e ondrement de l’immeuble Rana Plaza au ...

L’idéologie des philosophes selon Louis Althusser

Contrairement à ce qu’indique le titre de cet inédit d’Althusser édité par G. M. Goshgarian, ce ...

L’événement

Valls : numéro d’équilibriste à l’Assemblée nationale

Exercice redoutable en temps normal, le grand oral du premier ministre s’apparente, dans la ...

Le coup de rabot fatal

Les efforts » étaient déjà « considérables », a reconnu hier le ministre des Finances et des ...

Le tandem de Bercy s’agenouille à Berlin

Michel Sapin et Arnaud Montebourg ont été faire tamponner, hier à Berlin, leurs feuilles de ...

FRONT PAGE

« Pourquoi cette fois nous n’avons pas voulu voter à gauche »

Par leur parti pris d’une abstention souvent assumée, ils ont fait le choix de laisser les clés ...

Cactus

Le billet de Maurice Ulrich

Comment, le grand philosophe et essayiste Alain Finkielkraut pourrait ne pas entrer à l’Académie ...

ILS N’ONT PAS HONTE !

Déjà une semaine que notre camarade Jean Jaurès, fondateur de l’Humanité, est retenu en otage au ...

Temps forts

Vote FN à Marseille, l’intox

Un maire d’arrondissement FN a été élu dans les quartiers nord de Marseille. Quartiers nord de ...

Bienvenue dans une nouvelle Humanité

L’Humanité répond aujourd’hui à plusieurs défis. D’abord celui de l’existence de la presse ...

Capital/travail

Hollande va asphyxier la Sécurité sociale

33 % c’est la part que représentent, en moyenne, les versements émanant des différentes branches ...

Mariage en béton

Après le rachat de SFR par Numericable, c’est au tour des deux plus grands cimentiers mondiaux ...

La rue, voie royale de l’ultraprécarité

Sous les pavés, le chômage. L’étude « Insee première » s’attarde sur l’emploi des sans-domicile ...

 

 

Pensées à offrir

Penser un monde nouveau

Ce livre invite à inventer d’autres futurs à travers 50 grands entretiens parus dans l’Humanité et l’Humanité Dimanche. A chaque fois, une affiche en regard, vient densifier la réflexion. Graphistes, philosophes, sociologues, historiens, économistes ou poètes, invitent à sortir des sentiers battus, loin de la pensée unique et des images aseptisées.

 

 

 

03/04/2014

LE PEN CONDAMNEE

 

Par Francetv info avec AFP

Mis à jour le 03/04/2014 | 17:19 , publié le 03/04/2014 | 13:52

Marine Le Pen est condamnée, jeudi 3 avril, à 10 000 euros d'amende pour des faux tracts appelant à voter pour Jean-Luc Mélenchon en arabe, par le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais). Elle a aussitôt indiqué qu'elle faisait appel de la décision. De son côté, Jean-Luc Mélenchon a estimé que la présidente du FN était "dédiabolisée mais délinquante". Francetv info revient sur les principaux enjeux de cette condamnation.

 

Que reprochait-on à Marine Le Pen ?

Les faits remontent au mois de mai 2012, pendant la campagne pour les élections législatives. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon étaient en campagne dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Le tract incriminé portait la mention "Votons Mélenchon" en français et, en-dessous, dans un arabe très approximatif. Sur fond vert, la couleur de l'islam, il montrait aussi la photo de Jean-Luc Mélenchon et l'une de ses phrases prononcées lors d'un discours à Marseille, le 14 avril 2012 : "Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb."

La présidente du Front national était citée à comparaître pour "manœuvre frauduleuse" et publication d'un montage sans le consentement de l'intéressé. Ces délits sont passibles d'un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende, ainsi que d'une peine complémentaire de privation des droits civiques, autrement dit d'inéligibilité.

Quelle était la défense de Marine Le Pen ?

En juin 2012, la présidente du Front national assumait "totalement" la diffusion de ce tract par ses équipes. "Cette procédure qui va prendre des années est totalement bidon, comme l'ont déjà démontré les avocats spécialistes en la matière : les articles invoqués ne s'appliquent absolument pas à ce pastiche qui ne procède à aucun montage et ne dénature en aucun cas les propos de Jean-Luc Mélenchon", indiquait l'équipe de la présidente du FN, en juin 2012.

Après la décision du tribunal correctionnel de Béthune, l'avocat de Marine Le Pen, Me Wallerand de Saint-Just, a immédiatement annoncé que sa cliente faisait appel de cette condamnation et "conteste violemment avoir commis la moindre infraction". 

"Le jugement rendu aujourd'hui est critiquable: les infractions ne sont pas constituées et de toutes façons, Mme Le Pen n'a pris aucune part à la commission de ces prétendues infractions", insiste Me Saint-Just.

Comment réagit Jean-Luc Mélenchon ?

"C'est une condamnation sans faille (...) qui démontre que Marine Le Pen a eu des agissements délinquants, répréhensibles, contraires aux valeurs fondamentales de la République, et c'est un grand jour pour la démocratie", a réagi Me Raquel Garrido, avocate de Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen n'est pas condamnée à l'inéligibilité. "Peut-être qu'elle sera déclarée inéligible" en appel, a commenté Me Garrido. "Ce combat entre la République et le Front national n'est pas fini", a ajouté l'avocate. Après la brève prise de parole de Me Garrido devant le tribunal, une poignée de militants du Parti de gauche ont accueilli le jugement par des applaudissements. "Mains sales et tête basse: Marine Le Pen condamnée comme faussaire électoral 'au nom du peuple français'. Dédiabolisée mais délinquante", a tweeté Jean-Luc Mélenchon un peu plus d'une heure après.

02/04/2014

SOURD OU MALENTENDANT

 Manuel Valls et François Hollande à l'Elysée, le 19 mars.

 Manuel Carlos Valls i Galfetti, né le 13 août 1962 à Barcelone (Espagne)

 

Le nouveau gouvernement


Manuel VALLS, Premier ministre
Laurent FABIUS, ministre des Affaires étrangères et du Développement international
Ségolène ROYAL, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie
Benoît HAMON, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, ministre de la Justice
Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics
Arnaud MONTEBOURG, ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales
François REBSAMEN, ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social
Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la Défense
Bernard CAZENEUVE, ministre de l'Intérieur
Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports
Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l'Etat et de la Fonction publique
Aurélie FILIPPETTI, ministre de la Culture et de la Communication
Stéphane LE FOLL, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Porte-parole du Gouvernement
Sylvia PINEL, ministre du Logement et de l'Egalité des territoires
George PAUL-LANGEVIN, ministre des Outre-mer.

Politique - le 1 Avril 2014

Editorial. Sourd ou malentendant

Par Patrick Apel-Muller. Remanier pour ne rien changer. En remplaçant Jean-Marc Ayrault par Manuel Valls, le président a envoyé au patronat le signal qu'il attendait. En effet, hier matin, le président du Medef avait enjoint à François Hollande, dans le quotidien patronal les Échos, de faire preuve de «courage» et de ne pas céder au message des électeurs.

«La situation actuelle ne souffre pas de demi-mesure, de contenter la chèvre et le chou, de faire un peu sans jamais aller au bout du chantier, martèle Pierre Gattaz, qui réclame «une véritable baisse des dépenses publiques et refuse même des mesures symboliques» telles qu'«un contrôle des dividendes versés ou des obligations d'embauches». Pour lui, «le pacte de responsabilité dont tout le monde attend enfin la concrétisation peut être l'occasion de donner le coup de pied nécessaire pour sortir du bourbier», des «sables mouvants du déclin». Le porte-parole des oligarques a eu gain de cause: François Hollande a nommé à Matignon l?ennemi des 35 heures, le partisan de la TVA sociale, celui qui stigmatisait les Roms...

Le choix de Manuel Valls rassure la droite, inquiète la gauche et froisse des écologistes qui auront attendu cet ultime épisode pour prendre leurs distances. Il incarne le courant le plus à droite du Parti socialiste, celui qui voudrait enterrer une nouvelle fois Jaurès. Son arrivée confirme que François Hollande est malentendant, voire sourd au pays. Cette décision avait été précédée du ballet des commentateurs zélés qui s'emploient depuis hier soir à malaxer la sanction des urnes - incarnée par l'abstention de nombreux électeurs de gauche - pour lui faire prendre une forme acceptable par les marchés financiers. De bons apôtres expliquent doctement que les Français réclament plus de sacrifices, moins de services publics, moins de prestations sociales et de copieux cadeaux pour les ultrafortunés, tout cela énoncé avec la componction des grand-messes cathodiques et en se prétendant démocrates raffinés.

Il s'agirait donc de durcir les politiques d'austérité afin de réjouir un pays morose, en faisant digérer cela par le leurre des baisses de cotisations sociales qui affaibliront la protection des salariés et en faisant mine de négocier des accommodements à Bruxelles.

Tous les signaux annoncent l'entrée dans une crise politique majeure mais François Hollande fonce droit dans le mur. Il peut toujours en prendre la responsabilité, ce n'est pas lui qui en fera les frais.

L'Élysée n'ignore pas qu'il ne suffira pas d?offrir à la colère les têtes d'un premier ministre et de quelques autres de son équipe pour en calmer les manifestations. Derrière les capitons des cabinets ministériels, beaucoup de temps a été consacré hier à étudier comment ruser avec le sentiment public. On imagine quelques éminences grises respirant à pleins poumons l'encens d'homélies à venir, de prêches austères et de pénitences à infliger.

L'ivresse du pouvoir finit généralement par des gueules de bois et, si aucune rupture avec les dogmes libéraux n'est accomplie, les défaites cinglantes se transformeront vite en désastres absolus. Les secousses suivront, plus rudes, plus durables, peut-être plus dangereuses quand trop de complaisances laissent le champ libre au Front national.

La voix de la raison s'élève plutôt à gauche où, après le Front de gauche, des écologistes comme Jean-Vincent Placé réclament un «stop au pacte de responsabilité»: «En l'état, il est invotable et il ne sera pas voté à la majorité.»

L'aile gauche du PS le juge «mort-né», tandis que des députés proches de Martine Aubry réclament une «coalition des courages» pour éviter le naufrage.

Le débat que les consignes présidentielles avaient étouffé dans les rangs de la majorité éclôt désormais au ceur de la gauche.

Dès aujourd'hui, l'Humanité lui ouvre grand ses colonnes.

 

***

le « sarkozyste » du PS

ainsi dénommé par ses camarades du Parti Socialiste

 Manuel Valls et Nicolas Sarkozy au Parc des Princes dimanche 2 mars 2014

 Au Parc des Princes le 2.03.2014

 

MEDIAPART

Valls ne convainc pas les écologistes et ressoude le Front de gauche

|  Par Stéphane Alliès

Les dirigeants écologistes, après six heures de tergiversations, ont choisi de ne pas participer au nouveau gouvernement socialiste. Dans le même temps, syndicats, Attac, Front de gauche et NPA ont confirmé leur marche anti-austérité le 12 avril à Paris, qu’ils espèrent, sans tous le dire, anti-gouvernementale.

 

 

Politique - le 2 Avril 2014

Un nouveau gouvernement à base politique restreinte

Le nouveau gouvernement remanié a été annoncé ce mercredi. 16 ministres ont été nommés, dont 2 PRG et 14 socialistes, sans écologistes, avec seulement deux entrants. Si tous les courants du parti socialiste sont représentés, François Hollande a placé ses fidèles à des postes clés.

 

***

*

Le Front de gauche ne votera pas la confiance au gouvernement Valls

Plusieurs députés de l'aile gauche du PS menacent de faire de même

 

André Chassaigne, député communiste et président du groupe Front de gauche à l'Assemblée nationale (Paris), le 16 mai 2013. (FRED DUFOUR / AFP)

Par Francetv info avec Reuters

Mis à jour le 01/04/2014 | 15:18 , publié le 01/04/2014 | 15:08

L'arrivée de Manuel Valls à Matignon ne plaît pas à la gauche de la gauche. Et elle compte le faire savoir. Les députés du Front de gauche refuseront de voter la confiance au nouveau gouvernement dirigé par Manuel Valls, mardi 8 avril, lors de sa déclaration de politique générale. Leur président, le communiste André Chassaigne, l'a annoncé, mardi 1er avril.

Une position plus radicale qu'en 2012, lors du vote de confiance après le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault. Le groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR) – qui rassemble 15 députés dont des communistes, des membres du Parti de gauche, des ex-PC et des divers gauche d'Outre-mer – s'était alors abstenu.

"La continuité d'une dérive libérale", pour les communistes

"Je n'accorde pas une grande importance au choix du Premier ministre, a assuré André Chassaigne lors de son point de presse. L'important n'est pas dans le casting, il est dans la déclaration politique du président de la République."

Or, pour lui, "l'orientation politique n'est pas nouvelle, c'est la continuité d'une dérive libérale". "Bien sûr, nous voterons contre" la confiance, a-t-il déclaré.

Manuel Valls peut en revanche compter sur le soutien des radicaux de gauche (16 élus) et dans une moindre mesure sur celui des écologistes (17 élus).

En outre, le groupe PS dispose à lui seul de la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Toutefois, plusieurs députés de l'aile gauche du parti menacent de ne pas accorder leur confiance au nouveau Premier ministre, qu'ils qualifient de "droitier".

**

*

 PEOPLE

 

28/03/2014

AUX URNES CITOYENS ! avec le FRONT DE GAUCHE

img363.jpg

img364.jpg

img362.jpg

on passe le Front de Gauche à la trappe

on se demande bien pourquoi

 

humanite dimanche,aux urnes,municipales,front de gauche,medias

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique