logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/12/2011

SECU... ENTREPRISE DE DESTRUCTION MASSIVE

7 Jours Filpac CGT
N°177 – mercredi 30 novembre 2011
Directeur de la publication : Marc Peyrade - Rédaction : Jean Gersin / gersin@filpac-cgt.fr - Antoine Peillon
FI LPAC-CGT : Case 426 – 263, rue de Paris – 93514 Montreuil cedex Tél. : 01 48 18 80 24 – Fax : 01 48 51 99 07 filpac@filpac-cgt.fr – www.filpac-cgt.fr

 

Flagrant délit d’entreprise de destruction massive


La Sécurité sociale est affaire de cotisations salariales et patronales. Mais la parti unique au pouvoir a décidé que « nous vivons au dessus de nos moyens », et donc que « nous n’avons plus les moyens de notre protection sociale ».

De quel droit ?


Voilà qu’hier 29 novembre, à la nuit tombante, l’UMP se serait mise d’accord avec elle-même pour diminuer les indemnités des arrêts maladie !
Une formation de circonstance, où seraient mêlés ministres, députés et conseillers présidentiels de différentes sensibilités du parti sarkozyste (du centre libéral à
l’extrême droite… libérale), ont estimé que
les indemnités versées au titre d’arrêt maladie seront réduites au-delà de 1,8 SMIC, soit 2457 euros.

Au-delà de 2457 euros (et non plus le plafond de la Sécu, 2946 euros),

ce sera 250 euros de moins.

 

Mais quelle est donc leur compétence ? De quelle légitimité disposent-ils pour s’en prendre au socle social ?


De quel droit ces gens-là se permettent-ils de porter atteinte au principe fondateur

de la Sécurité sociale, à l’égalité de traitement ?

Qui les a fait rois, ces ministres UMP, ces députés UMP, ce président UMP,

pour s’en prendre à la sécurité sociale ?

Quel est donc l’argument justifiant le partage du salariat en deux ?

*

*
Pour 150 millions d’économie ?

Mais 150 millions d’euros, c’est le salaire annuel de tous les PDG des
principales banques et assurances !

C’est la moitié du prix de l’Airbus présidentiel, dans lequel
Sarkozy s’est fait construire une baignoire !

*

*

Depuis des semaines les experts en science libérale et leurs oracles nichés dans les rédactions des médias (Nicolas Baverez, Yves de Kerdrel, et autres affidés de l’Institut Montaigne et du Medef) nous répètent : La sécu, c’est fini, Mââme Michu, vous êtes trop malade, vous vous gavez de médicaments… Qui sait si vous ne fraudez pas… » Même Mme Michu est coupable.


Le bulldozer libéral est en route, bien décidé au coeur de la crise d’éradiquer le système social du pays.

Avant le printemps, s’il le faut.

 

REFORME DES RETRAITES AVANCEE, DONC ALOURDIE

CASSE DU PRINCIPE EGALITAIRE DE L'ARRET MALADIE

DEREMBOURSEMENTS, FRANCHISES DIVERSES

TAXATION DES MUTUELLES COMPLEMENTAIRES SANTE

 


Le bilan pour le patronat, le gouvernement, et leurs amis de Neuilly n’est pas si mauvais.

Et si on la défendait, la Sécu, en guise de cadeau de Noël ?

 

*****

*

MAIS PENDANT CE TEMPS-LA SUR UN AIR DE JAVA ! Amène ta paye avec la mienne ! AMEN !


Les 3 frères

On parle beaucoup de conflits d’intérêts dans la vie politique ces derniers temps. Des amitiés de Nicolas Sarkozy avec le milieu de la finance et des médias, de l’affaire Woerth-Bettencourt aux récentes révélations du livre de Martin Hirsch, mais les journalistes oublient aussi d’autres évidences. Alors que le déficit prévisionnel de la Sécurité Sociale a été annoncé cette semaine et qu’une diminution des remboursements est d’ores et déjà au programme, il est temps de se pencher sur le secteur de la santé, de comprendre son fonctionnement, et surtout d’en connaître les acteurs.

Le Pôle Emploi, né de la fusion de l’ANPE et de l’ASSEDIC sur une idée de Nicolas Sarkozy, compte 50.000 employés. La Sécurité Sociale, comprenant l’Assurance Maladie, l’Assurance Vieillesse, la CAF et les URSSAF compte 120.000 employés. Ces deux organismes ont été concernés par une réforme récente concernant les complémentaires santé. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, 170.000 employés ont été contraints de résilier leurs contrats avec leurs mutuelles pour adhérer à une “mutuelle employeur obligatoire”. Ceux qui ont des enfants ont également été obligés d’inscrire ces derniers sur le nouveau contrat (sauf s’ils étaient déjà ayant-droits sur le compte du conjoint via une mutuelle employeur obligatoire). On peut appeler ça du passage en force. C’est une conséquence de la loi Fillon de 2003.

Ce qui est encore plus étonnant, c’est de constater que c’est le même organisme qui a remporté les deux marchés. Je ne connais pas les modalités des appels d’offre mais je m’étonne de voir que c’est le groupe Malakoff-Médéric qui a raflé la mise, obtenant d’un coup, d’un seul, 170.000 adhérents supplémentaires, sans compter les ayant-droits. Ajoutez à cela les 800.000 salariés CHR (café-hôtellerie-restauration) qui rentreront dans le dispositif en janvier 2011… c’est encore Malakoff Médéric qui a emporté le marché. Revenons donc sur l’histoire de cette compagnie d’assurance et de prévoyance pour comprendre un peu mieux les enjeux.

Pour vous donner une idée du poids de Malakoff-Médéric sur le marché français, c’est le n°1 des groupes paritaires de protection sociale, n°2 de la retraite complémentaire et n°3 en santé collective (classement Argus de l’Assurance). Le groupe est né de la fusion de Malakoff et Médéric (d’où son nom) le 30 juin 2008, soit 6 mois avant la mise en place du dispositif “mutuelle obligatoire employeur” pour la Sécurité Sociale et le Pôle Emploi. Ainsi, dès le 1er Juillet, le président de Médéric cède sa place pour laisser seul au commande du groupe, le président de Malakoff : un certain Guillaume Sarkozy. Ce dernier est loin d’être un inconnu : au Medef de 2000 à 2006, il a aussi été le vice-président de la CNAM de 2004 à 2005. Guillaume Sarkozy, comme son nom l’indique, est le frère de Nicolas.

Puisque j’évoque la fratrie Sarkozy, intéressons-nous maintenant au troisième larron : François Sarkozy. Pédiatre de formation, François a abandonné la pratique de la médecine pour se consacrer à l’industrie pharmaceutique (principalement orientée vers la gériatrie) depuis 2001. Ainsi, il siège au conseil de surveillance de Bio Alliance Pharma et est devenu le président d’AEC Partners dont une des missions est le conseil aux fonds d’investissement.

Par ailleurs, François Sarkozy a également lancé une chaîne de télévision spécialisée dans la santé sur internet… financée par le laboratoire Sanofi. Ajoutons à cela ses relations avec le groupe Paris Biotech Santé, l’un des protagoniste de l’affaire de l’Arche de Zoë, et on l’aura compris, l’homme a tissé sa toile : il fait partie aujourd’hui des puissants lobbyistes de l’industrie pharmaceutique. D’ailleurs le grand plan Alzheimer lancé par le gouvernement est un joli cadeau de quelques centaines de millions d’euros, une aubaine pour le secteur dont il défend les intérêts.

 

3 frères : l’un en charge de l’exécutif, notre Président, l’un à la tête d’un des plus gros groupe d’assurance santé et le dernier qui sert les intérêts des laboratoires. Si ça ne s’appelle pas un conflit d’intérêt, je me demande ce que c’est… Pourtant les médias en parlent peu et préfèrent s’étendre sur les amis milliardaires de Nicolas Sarkozy. On peut légitimement nourrir des inquiétudes sur l’avenir de notre système de santé. Les réformes engagées depuis 2004 ne font que confirmer sa détérioration et l’on peut prédire son démantèlement d’ici quelques années. Tout dépendra sans doute de 2012.

Pour en savoir plus sur Malakoff Médéric. Vous y trouverez aussi plus de précisions sur les mutuelles employeurs obligatoires. Lisez cet article avant de poster un commentaire ici, vous risquez d’y trouver les réponses à pas mal de vos questions.

Je constate en effectuant des recherches sur internet que cet article a fait l’objet de nombreuses copies sans même citer la source. Certains blogs le reprennent même mot pour mot (y compris pour la première personne). Merci de respecter mon travail. La rédaction de cet article a nécessité des recherches, des témoignages et m’a pris du temps… tout ça gratuitement et pour diffuser l’information au plus grand nombre.

Contrat Creative Commons
This création is licensed under a Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France License.

***

*

ALORS ALORS ... ? ON EN PENSE QUOI, nous les tondus de la SECU ?

Les uns s'engraissent en famille, les autres dégraissent

**

 

LA SANTE TAXEE ... Signez la pétition pour le retrait

Une mutuelle n'est pas un signe extérieur de richesse ! Les mutuelles adhérentes à la Mutualité Française lancent une pétition pour obtenir du gouvernement le retrait de la taxe sur les contrats santé solidaires et responsables. Ce nouvel impôt injuste dégrade l'accès aux soins et la protection sociale des Français.

Pour signer la pétition, cliquer ici

Pour télécharger l'affiche de la campagne, cliquer ici

Pour télécharger le formulaire de recueil de signatures, cliquer ici

Non à la dégradation de l’accès aux soins.

Le gouvernement a décidé de doubler la taxe sur les contrats santé solidaires et responsables ! Les mutuelles sont des organismes à but non lucratif. Tout l’argent des cotisations de leurs adhérents est consacré à l’organisation de leur protection sociale. Elles ne versent pas de dividendes à des actionnaires.

Taxer les mutuelles, c’est taxer 38 millions de Français, c’est créer un nouvel impôt sur la santé.

C’est dangereux : de plus en plus de nos concitoyens renoncent aux soins pour des raisons financières. Ce nouvel impôt a pour effet implacable de dégrader ou d’empêcher l’accès aux soins.

C’est injuste : alors que le taux de remboursement par la Sécurité sociale des soins de ville (médecine générale, optique, dentaire...) est descendu à 55%, avoir une mutuelle est aujourd’hui essentiel pour chaque foyer.

Une mutuelle n’est ni un privilège, ni un signe extérieur de richesse.

Les signataires de cette pétition demandent au gouvernement de renoncer à affaiblir encore une fois la protection sociale des Français et de renoncer à l’impôt sur la santé.

Cette pétition est destinée à interpeller les pouvoirs publics pour protester contre l'augmentation de la taxe sur les mutuelles.

*

*

*

Courrier adressé aux adhérents par ma MUTUELLE

J'en ai fait bon usage

img094.jpg


Etienne Caniard : « l’accès aux soins est menacé » par FranceInfo

**

 

img054.jpg

Extrait : LA SANTE, NOTRE BIEN COMMUN  I - Partager les richesses et abolir l'insécurité sociale  - p 23.

..."Nous rétablirons le remboursement intégral à 100% des dépenses de santé couvertes par la Sécurité Sociale en y incluant les lunettes et les soins dentaires ; les mutuelles seront orientées principalement sur les questions de prévention. Nous supprimerons les forfaits et les franchises. Le financement de la protection sociale doit être construit à partir des cotisations sur les salaires, avec une modulation et une contribution sur les revenus financiers des entreprises, des banques et des assurances...."

..... ça fera déjà un sacré paquet pour financer le projet !

 

 

img085.jpg

***

*

Et ce soir, SARKOLEON ou MERKOZY va nous faire son baratin habituel à la T.V.  pour nous dire

que .... la crise ceci, que la crise cela ... qu'il faut encore se serrer la ceinture !

... pas pour la SARKOZIE QUI SE PORTE BIEN !

Qui peut croire encore à ses balivernes ?

 

 

22/11/2011

LA SECU AMPUTEE SUR ORDONNANCE

img075.jpg

img073 - Copie (2).jpg

img073 - Copie (3).jpg
Pictures85.jpg

Pictures87.jpg
Pictures86.jpg
img072.jpg
img074.jpg
*
*

Mais à part ça tout va très bien Madame la Marquise
Faut qu'j'en parle à mon cheval !

*
*

 

 

 

 

 

17/11/2011

QUESTIONS ENERGETIQUES... OUI AU DEBAT

Deux jours sans énergie... sans ORANGE  sur tout le secteur ! au 39.00 Incident technique ...

Plus de téléphone, plus d'ADSL... C'est reviendu !

**

Désolée pour la lecture "écornée" de mon blog en réfection

Notre ami Bernard de blog 50 a de l'énergie, lui, qui s'occupe de rétablir le look du blog de Miche

(sur sa proposition, acceptée avec bonheur)

Histoire d'unifier la couleur de la note

Merci Bernard

Peintures Musique et Poésies

A ne pas manquer

**************************************************************************************

 

 

Communiqué de Presse du 16 Novembre 2011

cgt.jpg

MCC/GG

11/51

 

Accord irréaliste et irresponsable PS / EELV,

fin du service public de l’électricité

 

 

Les partis politiques sont légitimes pour s’exprimer sur les questions énergétiques, tout comme les organisations syndicales. La FNME-CGT souhaite donner son point de vue.

 

L’accord conclu hier entre le PS et EELV est très bien résumé « Le secteur de l'énergie reviendra au sein du grand Ministère du Développement Durable ». Exit l’Industrie, le secteur sera sacrifié pour privilégier une production locale ( !?),  les défauts (excusez l’euphémisme) de la libéralisation seront corrigés et l’entreprise EDF sera désintégrée en cassant la cohérence de l’intégration verticale, qui est le meilleur optimum technico économique, en séparant les réseaux de transport et de distribution des activités de production et de commercialisation.

Ajoutons à cela, l’arrêt du Nucléaire (ne nous voilons pas la face, c’est ce que signifie l’arrêt de tout nouveau projet rajouté à la fermeture de 24 réacteurs – dont l’arrêt immédiat de Fessenheim - plus la mise en cause du retraitement) qui fragilisera l’équilibre Production/Consommation et notre indépendance énergétique.

 

Le bilan économique, écologique, social, de ces décisions, si elles étaient mises en œuvre dans une échéance aussi courte, serait désastreux. Qui paiera les coûts de ces décisions ? Le prix de l’électricité en sera doublé, pénalisant fortement les usagers et notre industrie. Nous ne pouvons penser que ce vaste gâchis industriel serait la balance de quelques postes de députés.

 

Le secteur énergétique mérite autre chose qu’un vulgaire marchandage électoral. Nous continuerons à réclamer un vrai débat ouvert et transparent sur le sujet, prenant en compte la réponse aux besoins et les contraintes posées par le réchauffement climatique.

 

Nous regrettons que ceux qui, à juste titre, critiquent la manière non démocratique des décisions prises par le passé, utilisent les mêmes méthodes qu’ils condamnent pour tenter d’imposer des décisions en dehors de tout débat contradictoire.

 

Nous réitérons notre demande de débat public et démocratique afin que chacun puisse sereinement et objectivement se forger un avis sur la question.

 

La situation économique et sociale de notre pays mérite bien autre chose qu’un accord de coin de table de quelque parti que ce soit. Les emplois créés dans des filières d’énergies renouvelables et ceux existant dans la filière nucléaire doivent s’additionner et non s’opposer. Les salariés refusent de servir de monnaie d’échange dans un débat politicien qui ne servira in fine qu’à nourrir les extrêmes.

 

 

 

Interlocuteurs : Contacts Presse :

Marie-Claire CAILLETAUD : 06 17 48 44 79

Laurent LANGLARD : 06 70 30 82 96

 

 

img060.jpg

POUR AVOIR LES IDEES CLAIRES... OUI A UN GRAND DEBAT DEMOCRATIQUE SUR LE SUJET ....

 

 

 

10/11/2011

ON VA LEUR FAIRE UN DESSIN


En 2012, on va leur faire un dessin : "La crise... par CN-PCF

http://pcf40.free.fr/PCF_TV/

LA CRISE : CLAIREMENT EXPLIQUEE

***

*


 

http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/08/1210846-g20-la...

Publié le 08/11/2011 08:41 - Modifié le 09/11/2011 à 13:45 | O.A.

G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy

g20

G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy
G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy
G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy

En pleine crise économique, et alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs à la recherche des milliards manquants, le prix de la nuit d'hôtel de Nicolas Sarkozy à Cannes, la semaine dernière pour le sommet du G20, frise la provocation.

En dépensant un peu plus de 37 000 € pour une nuit dans une suite de l'hôtel Majestic de Cannes, le Président français se hisse sur la plus haute marche du podium des dirigeants peu regardants à la dépense.

Il devance Barack Obama et Silvio Berlusconi, hébergés au Carlton voisin, pour respectivement 35 000 € et 29 000 € la suite.

Le président chinois Hu Jintao, objet de toutes les attentions, a payé trois fois moins cher sa chambre au Gray d'Albion, soit 11 600 €.

Sans pour autant dormir dans un Formule1, le Premier ministre anglais David Cameron peut s'enorgueillir d'avoir été le plus économe des dirigeants présents à Cannes. Il n'aura déboursé « que » 1950€ pour une nuit au Marriott. C'est toujours 300 € de plus que le salaire mensuel médian en France.

On est loin de la « République irréprochable » du candidat Sarkozy en 2007. Il ne suffira pas de geler le salaire du Président et des ministres pour y parvenir.

Le salon de la suite présidentielle

 

Terrasse avec vue

 

Qu'est-ce qu'elle pense de cela Maman ANGELA ?

-Fais dodo Colas mon p'tit frère, fais dodo t'auras plus d' lolo !

sarko merkel.jpg


 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique