logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/09/2010

lA LIBERTE GUIDE NOS PAS .. A CHAMONIX

img082.jpg
C'EST GENIAL !
*
une Marianne au sein nu à 3 000 mètres d'altitude, sur les hauteurs de la mer de Glace,
voilà un tableau peu banal, mis en scène par une trentaine d'alpinistes,
pour protester contre l'indignité du gouvernement.
Yannick Vallençant, guide de haute montagne et organisatur de la reconstitution du tableau d'Eugène Delacroix,
indique exprimer ainsi un "ras-le-bol" face aux expulsions de Roms,
aux conflits d'intérêts et aux cadeaux fiscaux des amis de l'UMP.
*
*
Ces guides jugent également "lamentable" l'utilisation de l'alpinisme "à des fins de promotion personnelle, comme si c'était un gage de vertu",
déplorant la médiatisation des ascensions du ministre du Travail Eric Woerth
ou du ministre de l'Industrie Christian Estrosi.
*
*
ah ! ça fait du bien
Je respire un bon bol d'air !
*
En fait la Marianne, ce ne serait pas Betty ?
elle en est bien capable
delacroix1.jpg
*
*
img083.jpg
"la richesse de chacun lui est donnée dans son rapport à l'autre. Le traitement fait aux étrangers dans ce pays heurte terriblement nos convictions humanistes. Nous ne pouvons pas tolérer que des êtres humains soient plus maltraités que les chiens. La dérive antirépublicaine du pouvoir en place est inacceptable et nous fait peur".
Ismaïl Touré, chanteur du groupe Touré Kunda.
*
*
*
"Jamais, depuis les heures noires du régime de Vichy, la France n'a fait des choix aussi scélérats, parce que jamais ce gouvernement n'a stigmatisé autant les immigrés, les sans-papiers, les pauvres, et pris le parti de nourrir la confusion entre la délinquance et l'immigration, nous devons résister et lutter pour faire vivre nos droits et les libertés fondamentales".
Guy Fischer, vice-président du Sénat

01/09/2010

IL FAUT LE SAVOIR

et à partir de là ... ne plus se laisser tondre la laine sur le dos !

REAGIR ... EXIGER ...

****

Alors pour nos retraites

c'est bon !

l'argent existe ... on va  le faire savoir le 7 septembre

*

*

Le rapport annuel de la Cour des Comptes, rendu public en février dernier

Les sages de la rue Cambon y pointent du doigt l’un des principaux motifs d’appauvrissement de l’Etat : la multiplication des niches fiscales dont, le manque à gagner aggrave le déficit des finances publiques.

Ainsi la Cour établit-elle que le coût des nouvelles niches, apparues lors de l’exercice 2009, est supérieur de 1,2 milliard d’euros aux gains obtenus par la suppression de dépenses – laquelle provient généralement des coupes claires opérées dans les budgets sociaux. Si l’on ajoute à ce chiffre le coût des quelque 500 niches déjà existantes, le manque à gagner pour l’Etat se chiffre à 70,7 milliards d’euros, soit une hausse annuelle de 7,3%.

Pire encore : les sages soulignent qu’un certain nombre de ces niches ne sont plus inscrites dans les budgets depuis 2006, mais « elles existent encore, atteignent 80 milliards d’euros et sont probablement en augmentation ».

 Si elles figuraient dans la liste établie par les services de Bercy, on constaterait que le coût total des niches fiscales atteint la somme de 146 milliards d’euros !

Outre qu’il porte gravement atteinte au principe républicain d’égalité devant l’impôt, ce dispositif prive l’Etat de recettes qui permettraient d’équilibrer les comptes des régimes de retraite et de la Sécurité Sociale. L’appauvrissement de l’Etat qui en résulte affecte les plus pauvres, dont le nombre ne cesse de croitre. Cet assassinat social ne peut et ne doit pas être accepté.

 Il faut choisir : favoriser une minorité de contribuables ou répondre aux attentes sociales légitimes des Français.

EXIGEONS LA SUPPRESSION DES NICHES FISCALES

 

L'Etat aura ainsi les moyens de financer les retraites,

 les prestations sociales

 et la politique de l’emploi dont les Français ont besoin.

20/05/2010

LA MOISSON DE MAI 68

"Je n'écouterai pas la rue" -SARKOZY- mai 2010"

face aux revendications des infirmiers anesthésistes.

Quel mépris !

*

*

En mai 68, ils ne voulaient pas l'écouter non plus la RUE !

 ils ne voulaient rien entendre, pas recevoir les syndicats, pas négocier.

ils jouaient la peur

Image (48).jpg

ils chargeaient

le sang coule
MAI 68 le sang coule.jpeg

Photo -F.Soir magazine - N° spécial connaissance de l'Histoire

Ils ont tué !

2 ouvriers à Montbéliard, devant l'Usine Renault

1 étudiant à Flins, qui avait rejoint la manif ouvrière

 s'est noyé en tentant de leur échapper

**

*

 C'était sans compter sur l'union, la détermination des salariés !

ILS ONT CEDE !

*****

 

Avant mai 68,

 les salaires sont bas, la vie au travail ressemble à la vie de caserne. C'est le monde des petits chefs et de l'arbitraire.

APRES MAI PLUS RIEN NE SERA PAREIL

********

mai négociations 2.jpg

*

AUGMENTATION DES SALAIRES

le SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) fut augmenté le 1er juin 1968 de 35% à Paris et de 37% en province

une hausse que le gouvernement et le patronat jugeaient "insensés" avant la grève

*

Le SMGA, salaire minimum très faible des ouvriers agricoles, fut supprimé

ce qui aboutit pour eux à une augmentation de 56,2 à 59,4%

*

Dans l'ensemble, pour les travailleurs les plus mal payés,

 les salaires augmentèrent de 20 à 30%

*

Pour certains JEUNES,

 le cumul de l'augmentation du SMIG,

et de la suppression des abattements d'âge

qui affectaient les minima conventionnels et de certains reclassements

 aboutit à doubler leurs salaires

*

La C.G.T. réclamait depuis longtemps l'échelle mobile des salaires.

Malgré le refus d'une mesure générale,

 le nombre des bénéficiaires de divers systèmes d'indexation des salaires sur les prix

a triplé en quelques jours et n'a cessé de grandir par la suite

mai 68 CGT.jpeg

Photo -F.Soir magazine - N° spécial connaissance de l'Histoire

******************************

**

A l'augmentation des salaires proprement dits se sont ajoutés

 plus de 60 avantages divers

Reclassifications

titularisations

mensualisations

inclusions de primes dans le salaire

octroi de nouvelles primes et indemnités

augmentation des primes existantes

réduction ou suppression des abattements d'âge

suppression des abattements de zone qui diminuaient le SMIG

 et beaucoup de salaires en province

clauses de garantie de ressources, etc..

*

ça fait du bien de le rappeler !

*

*********

*

AVANT 68

LE RETOUR AUX 40 Heures était réclamé dans toutes les luttes.

EN 68

Dans la quasi-totalité des branches, un début de réduction du temps de travail sans diminution de salaire a été obtenu.

A cela s'ajoute

 l'obtention de congés supplémentaires

de nouveaux jours fériés

de mesures de préretraite

etc.

mai 68 négociations femmes 4.jpg

Pour les FEMMES et les JEUNES

des avantages ont été obtenus dans le domaine

de l'égalité des salaires,

de la promotion,

de la formation professionnelle, etc.

Le congé de maternité fut indemnisé pour la première fois dans seize branches

Une cinquième semaine de congés payés fut acquise pour les jeunes

 dans une dizaine de branches 

négociations mai 68 femmes.jpg
"Pour la première fois, on sortait la sexualité de la Bible"
Avocate, fondatrice avec Simone de Beauvoir de Choisir la cause des femmes,
Gisèle Halimi a participé au mouvement de mai 68
avant de devenir avec le procès de Bobigny
une des figures emblématiques du combat des femmes pour le
droit à l'avortement et à la contraception
"Pour moi, le plus important fut cette grande espérance de
l'unité ouvrier-étudiant
qui ouvrait de belles perspectives pour les luttes sociales.
Il faut aussi s'intéresser aux accords de Grenelle,
les vrais, ceux qui furent négociés en pleine crise
et aboutirent entre autres à l'augmentation du SMIG de 25%.
Ce sont des évènements qu'il faut rappeler
avec autant d'intérêt que le reste
car ils démontrent la possibilité du changement".
merci Gisèle !
mai négociations.jpg

Georges SEGUY, secrétaire général de la C.G.T.

**********************

*

LA GRANDE VICTOIRE DU DROIT SYNDICAL

En 1965, le président du CNPF (le MEDEF aujourd'hui) déclarait :

"Nous n'admettrons jamais la pénétration de l'action syndicale dans l'entreprise. Il faudrait qu'elle nous soit imposée de force ..."

Les grévistes de 1968 ont eu cette force.

négociations POMPIDOU.jpg
POMPIDOU, Premier Ministre, souriant avant d'affronter les syndicats

Photo -F.Soir magazine - N° spécial connaissance de l'Histoire

*
*
*

C'est ainsi que l'annexe au procès-verbal de Grenelle accordait d'un seul coup

la liberté de constitution des sections syndicales d'entreprise

la protection des délégués syndicaux

un crédit d'heures de fonctions

un local syndical dans l'entreprise

des assemblées générales mensuelles pendant les heures de travail

la libre diffusion de la presse syndicale

la liberté de l'affichage syndical

la libre collecte des cotisations

l'interdiction des primes antigrève,

etc.

Un grand nombre de travailleurs ont obtenu le paiement total ou partiel des jours de grève

Le renforcement des syndicats fut considérable

3 500 syndicats nouveaux,

des milliers de nouvelles sections syndicales,

etc

*

Image (59).jpg

*************

*

FONCTION PUBLIQUE ET SERVICES PUBLICS

Augmentation de 13,17% des traitements

Réduction du temps de travail, etc.

Loi du 27/12/68 sur le droit syndical

Loi du 31/12/1968 sur la formation professionnelle

Accord national interprofessionnel du 10/02/1969 sur la sécurité de l'emploi ...

 *

En 1968, tant au plan national que dans les branches et les entreprises,

les travailleurs ont fait faire en quelques jours

 un bond en avant considérable au droit social français

Extraits Huma Dimanche : Maurice COHEN

Directeur de la "Revue pratique de droit social"

*

C'est ce dont ils ne veulent pas entendre parler

C'est tout cela qu'ils remettent en cause depuis des années

d'autres grandes grèves ont eu lieu depuis

pour

LE MAINTIEN DE TOUS CES ACQUIS

 *****

LA RUPTURE

de SARKOZY

C'est nous reprendre nos droits

nos acquis chèrement gagnés par la lutte

*

******

*

Les grévistes n'arrêtent pas le travail pour le plaisir

Ils y laissent des plumes !

Financièrement et dans leur évolution de carrière.

La grève est l'ultime recours

après qu'on ait refusé de les entendre, de les recevoir !

**

Et puis ZUT !

si certains n'ont rien compris, c'est pas d'ma faute !

ni celle de Voltaire !

mais ça ne fait pas de mal de réveiller les consciences

***

*

MAIS ... MAIS ... MAIS...

HELAS !

 POUR LA DROITE, LA BATAILLE SOCIALE EST PERDUE

DE GAULLE LUI FAIT GAGNER LA BATAILLE POLITIQUE

 Pourquoi ?

Affaire à suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/05/2010

j'vais m'gêner !

Sarkozy l'a dit et redit. Il ne veut plus entendre parler de mai 68

comme d'autres UMPistes des acquis de la Résistance

Il vient d'ajouter, sûr de lui :

"je n'entendrai pas la Rue"

D'autres se sont cassés le nez avant lui.

*

*Et pour cause ! on ne sait jamais si ça donnait des idées

si les faiseurs de peur ne faisaient plus peur

*
D'autres ont, depuis 68, retourné leur veste

et collaborent avec la politique libérale qui fait si mal

Alors, remettre le couvert, ça gêne !

PAS MOI !

*

L'insurrection étudiante marque profondément les consciences.

 Mais depuis plus de quarante ans, l'entrée en grève massive,

 la plus puissante et générale de l'histoire sociale, et les occupations d'usines semblent remisées au second plan.

Ils ne souhaitent pas qu'on en parle.. Ils veulent l'occulter.. J'vais m'gêner !

*

Je vous ai laissés le 13 mai dans la plus grande grève ouvrière jamais réalisée

 Le 14 mai marque le début des premières occupations d'usines.

Sud-Aviation, Lookheed, Renault à Cléon, Kleber à Elbeuf...

*

 Tout s'accélère le vendredi 16 mai lorsque les ouvriers de Renault Billancourt, après ceux de Flins et de Cléon, s'engagent dans l'occupation de la plus grande usine de France.

mai 68 9.jpeg

Les machines dorment, les piquets de grève veillent

On assure la sécurité des machines

****

"Nos 1 000 F. pas moins

Nos 40 Heures, pas plus

Retraite à 60 ans

Libertés syndicales"

*

Au premier week-end de luttes, le 20 mai

Isabelle AUBRET, Leny ESCUDERO,Pia COLOMBO, Jean FERRAT

expriment leur solidarité avec les ouvriers de chez Renault"

devant des milliers de personnes sur la Place Nationale

*

*

 Le 17 mai, le trafic SNCF s'interrompt.

 L'occupation gagne les gares et les dépôts les uns après les autres

Aucun train, les barrières levées et cadenassées

 Le réseau routier et ferré de la R.A.T.P. est stoppé.

*

*

Générale et solidaire, à partir du lundi 20 mai, le pays se paralyse. Les occupations d'usines se propagent en effet dominos dans des centaines de grandes entreprises

Peugeot, Alsthom, Citroën, Michelin, Kleber, Hispano-Suiza, Rateau,

Schneider, Berliet, Rhodiaceta, Rhône-Poulenc, etc

Depuis, il y a eu "mort d'hommes"

Disparues les usines ! délocalisées, fermées, cassées !

Pas de mot d'ordre général appelant à cesser le travail. Les unes après les autres, les usines, les écoles, les lycées, les magasins ferment.

"ON ARRETE !"

Cela part parfois d'un atelier, d'un, deux, voire trois salariés

qui disent : On arrête !

mai usine occupée.jpeg

ET TOUT S'ENCLANCHE

*

LES SALARIES DESCENDENT DANS LA RUE

MAI 68 gdf.jpeg

Pour de meilleurs salaires

de meilleures conditions de travail

le respect, la dignité

la liberté de parole

extension des droits syndicaux

C'EST LA CONTESTATION

PUISSANTE, SOLIDAIRE

*

Toutes les générations se retrouvent dans le mouvement

mai 68 11.jpeg

*

*

mai 68 3.jpeg

Usines occupées 24 heures sur 24

La grève s'installe partout.

 Mineurs,

 sidérurgistes,

 centres téléphoniques et postaux

banques,

assurances,

 Sécurité Sociale

Pour la défense de la sécurité sociale et contre les pouvoirs spéciaux

le 17 mai 1967, les ordonnances sur la S.S.

premières attaques contre le système créé dans l'immédiat après-guerre

par le communiste A. CROIZAT avec l'aval du Général de Gaulle à l'époque

mettent des millions de travailleurs en grève à l'appel de tous les syndicats

 Image (31).jpg

 hôpitaux,

Image (52).jpg

 dockers

éboueurs

mai 68 éboueurs.jpeg

*

*

Tous les secteurs de l'éducation Nationale

entrent dans la grève ainsi que

 les chercheurs dans les laboratoires,

 les personnels des mairies,

 des préfectures

 où la liberté de parole et de revendiquer n'était pas évidente.

Pas d'avions, pas de police de l'air, pas de douanes

*

*

Chaque jour, la pression monte de partout dans les usines,

 les ateliers,

 les bureaux

 

Jean Ferrat/Le bureau
podcast

les magasins

Jean Ferrat/les demoiselles de magasin
podcast

mai magasins.jpeg

mai 68.jpeg

L'espace travail se transforme aussi en forum de discussion,

en lieu de culture et de fête solidaire

La grève c'est aussi la victoire de la camaraderie

Qui ne l'a pas vécu, ne peut comprendre

*

 mais aussi loin des "forteresses ouvrières",

 les boutiques,

 les coiffeurs,

 les boulangers

 et autres employés de commerce,

 les chauffeurs de taxi,

les professionnels du spectacle.

mai 68 4.jpeg

Intellectuels, artistes,peintres, gens de l'ORTF,

même les footeux s'y mettent

mai 68 2.jpeg

Les travailleurs du Livre en lutte

décident de réaliser les journaux quotidiens

L'approvisionnement alimentaire, pharmaceutique, en eau et énergie,

les services de santé sont assurés par les grévistes eux-mêmes

 

 C'était incroyable

mais vrai

*

affaire à suivre

 Photos extraites de l'Huma Dimanche

13/05/2010

RETRAITES : la solution écartée

Humanité retraites.jpg
Mettre  sérieusement à contribution les revenus financiers
qui supprimerait les
exonérations ou les cadeaux fiscaux en tous genres
qui se montent à
 140 milliards d'euros chaque année
**
**
*
Pour mieux faire avaler aux assurés sociaux la pilule d'un report de l'âge légal de départ de la retraite et d'un allongement de la durée de cotisations, SARKO se veut "équitable" à la réforme en gestation et a évoqué lors du récent sommet social,  un "effort financier supplémentaire des hauts revenus et des revenus du capital"
Comment ? Combien ?
A quel niveau de contribution ?
On attend de voir !
*
*
*
Il a bien été obligé d'entendre les arguments, de convenir, chiffes à l'appui, que le gisement, le filon à exploiter c'est de s'attaquer à la part des dividendes qui a augmenté de 100 milliards d'euros depuis ving-cinq ans dans la richesse nationale
*
SYNDICATS ET PARTIS DE GAUCHE ONT MIS SUR LA TABLE
DES PROPOSITIONS
dessinant une véritable réforme du mode de financement
*
*
*
La plupart d'entre eux s'entendent pour préconiser la mise à contribution des revenus du capital. Si elle était sérieusement envisagée, une telle mesure ne serait pas simplement symbolique : appliquée aux 250 milliards d'euros de revenus financiers des entreprises
(et pas seulement ceux des particuliers)
Une cotisation à hauteur de ce que versent les salariés (8,3%)
rapporterait  20 milliards d'euros
l'équivalent des deux tiers du déficit !
*
*
*
Beaucoup préconisent en outre de faire cotiser les revenus de l'intéressement
et de la participation, actuellement exonérés :
mesure dont le rendement est estimé à 3 milliards d'euros.
*
*
*
Revenir sur l'exonération des cotisations sociales représente
plus de 30 milliards d'euros.
*
*
A quand des simulations du C.O.R. sur ces pistes ?
*
Les chiffres du C.O.R. montrent que, quelles que soient les mesures prises pour augmenter la durée de cotisations ou reculer l'âge légal,
 on ne répondra pas aux besoins de financement.
*
*
Le C.O.R. confime que les mesures retenues par le gouvernement sont des impasses. De plus, celles-ci entraînent, selon les scénarios, une stagnation, voire une réduction des pensions moyennes à plus ou moins long terme.
*
*
Il faut donc une autre politique de l'emploi et trouver de nouvelles ressources pour financer le régime de retraite.
*
*
Seule la mobilisation de salariés pour montrer quils ne sont pas d'accord permettra de faire émerger d'autres solutions.
LE 27 MAI TOUS ENSEMBLE  !
*
*
les générations d'aujourd'hui
doivent aux jeunes un autre avenir que la condamnation
à travailler jusqu'à son dernier souffle.

12:08 Publié dans revue de presse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : retraite

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique