logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/02/2007

Fable XII - LES VACHES SERONT BIEN GARDEES

 Notre petite fable du soir ? .. en fait vous constaterez que les expressions bien connues : Chacun son métier les vaches seront bien gardées" comme celle d'hier "pour vivre heureux, vivons cachés", ne datent pas d'hier... 

LE VACHER ET LE GARDE-CHASSE

Colin gardait un jour les vaches de son père ;

Colin n’avait pas de bergère,

Et s’ennuyait tout seul. Le garde sort du bois ;

Depuis l’aube, dit-il, je cours dans cette plaine

Après un vieux chevreuil que j’ai manqué deux fois,

Et qui m’a mis tout hors d’haleine.

Il vient de passer par là-bas,

Lui répondit Colin ; mais, si vous êtes las,

Reposez-vous, gardez mes vaches à ma place,

Et j’irai faire votre chasse ;

Je réponds du chevreuil. Ma foi, je le veux bien :

Tiens, voilà mon fusil, prends avec toi mon chien,

Va le tuer. Colin s’apprête,

S’arme, appelle Sultan. Sultan, quoiqu’à regret,

Court avec lui vers la forêt.

Le chien bat les buissons, il va, vient, sent, arrête,

Et voilà le chevreuil … Colin, impatient,

Tire aussitôt, manque la bête,

Et  blesse le pauvre Sultan.

A la suite du chien qui crie,

Colin revient à la prairie.

Il trouve le garde ronflant ;

De vaches point ; elles étaient volées.

Le malheureux Colin, s’arrachant les cheveux,

Parcourt en gémissant les monts et les vallées.

Il ne voit rien. Le soir, sans vaches, tout honteux,

Colin retourne chez son père,

Et lui conte en tremblant l’affaire.

Celui-ci, saisissant un bâton de cormier,

Corrige son cher fils de ses folles idées,

Puis lui dit : Chacun son métier,

Les vaches seront bien gardées.

Encore un  dérèglement,  la frappe est minuscule.... Je vois à peine les lettres..

 

02/02/2007

FABLE XI de FLORIAN (1792) .. LE GRILLON

medium_fables_FLORIAN004.jpg
Allez ! une petite fable chaque soir avant d'aller au lit... j'aime et c'est facile à lire.
Dans les vieux bouquins de mémé Simone, j'ai trouvé ce livre de Fables de FLORIAN parues en 1792. Le livre date de 1874... Mais qui était donc ce FLORIAN ? La suite sur une autre note...

medium_VACANCES_ST_CYPRIEN_068.jpg

Un pauvre petit grillon,
Caché dans l'herbe fleurie,
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs,
L'azur, le pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n'ai point de talent, encor moins de figure ;
Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici-bas ;
Autant vaudrait n'exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d'enfants ;
Aussitôt les voilà courant
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper.
L'insecte vainement cherche à leur échapper.
Il devient bientôt leur conquête.
L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête.
Il ne fallait pas tant d'efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh!Oh! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il encoûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.

01/02/2007

6. LE MEDECIN DES PAUVRES.. coryza ou rhume de cerveau

medium_Médecin_des_pauvres_1563.jpg

Morte de rire .. ou presque ! DU SUIF SUR LE NEZ ET DODO...

Les causes du coryza sont le froid aux pieds, le froid subit à la tête, provenant du passage brusque d'une température chaude à une température froide. On s'en préserve en ayant soin de se laver tous les matins la figure à l'eau froide, et mieux encore tout le corps. Brrr ! il est fou ce toubib.. Néanmoins, lorsqu'on n'a pu l'éviter, nous conseillons ce qui suit :

1. Coupez un citron en deux : presser la moitié dans notre main et reniflez-en fortement le jus ; après avoir éternué, faites-en de même avec l'autre moitié. On vérifie ?

On guérit ainsi le rhume de cerveau et on prévient presque toujours l'érysipèle et le rhume de poitrine. -Maminie, tu as lu ? Si ton James avait reniflé du citron ...

2. Se graisser le nez en se couchant avec du suif et faire deux bols d'infusion de sureau afin de provoquer la transpiration ; le lendemain, éviter le passage subit d'une température chaude à une température opposée et continuer jusqu'à guérison complète.

3. Priser 4 ou 5 fois par jour un peu de Poudre..(non ! je vous voir venir) Y..... Prix : 8 francs, franco, 8 fr.30.

 

 

29/01/2007

5. LE MEDECIN DES PAUVRES

on continue d'étudier les "Préceptes concernant les nouveaux-nés" - Tirés du chapître Hygiène de l'Enfance- du docteur Beauvillard ?

nous allons voir un peu les petites quenottes ..

1. DENTITION

l'éruption des dents qui commence du quatrième au dixième mois de la vie, peut être la cause de beaucoup d'accidents : fièvres, diarrhée ou parfois constipation, vomissements, convulsions, toux, etc.

On calmera la douleur locale en même temps qu'on facilitera la sortie de la dent en frottant la gencive enflammée avec le doigt, sur lequel on aura mis quelques gouttes de miel.

Il faut, quand un enfant souffre de l'épuration (?) des dents, le mettre à la diète relative. Souvent la mère pour le calmer lui donne le sein ou le biberon à toutes les minutes. ça ne m'étonne pas qu'il en redemandait ! canaillou..

2. VERS

La présence des vers peut occasionner des toubles nerveux et des troubles digestifs. Deux signes témoignent assez généralement qu'un enfant a des vers ; son haleine est fétide et il se frotte souvent le nez. (je croyais que ça chatouillait parce qu'un vieux désirait embrasser une jeunette. Mensonges ... moins poétique, ce sont les vers qui gratouillent. Beurk !)

On fera bien, si l'on soupçonne qu'un enfant a des vers ; de lui administrer quelques tasses de tisane de mélange vermifuge.

3. CONCLUSIONS : très souvent, les convulsions, qui effraient tellement chez les enfants, ne sont dues qu'à un trouble digestif : on les voit cesser en purgeant légèrement l'enfant ou en lui donnant un lavement.

D'autres fois, les convulsions sont occasionnées par la dentition ou par des vers, et dans ces deux cas, il faut traiter la cause.

4. TOUX, COQUELUCHE

Les enfants s'enrhument très facilement. Quand on a affaire à un simple rhume, il suffit de tenir l'enfant dans un endroit bien chaud et de faire chauffer toutes ses boissons.

La coqueluche, quoique se manifestant par une toux vive et fatiguante, est surtout une maladie nerveuse qui, le plus souvent, se prend par contagion. On doit la traiter autrement qu'un simple rhume.

Une maladie nerveuse ? Qui l'eût cru ?

Le miel j'en ai eu .. il paraît que toutes les nuits mon père se levait pour me tartiner les lèvres, ce qui fait que je suçais toute la nuit... mais ensuite tout le monde pouvait dormir tranquille.. Et j'adore le miel sous toutes les couleurs, toutes les fleurs, liquide ou solide. Papa nous ramenait des grands pots de 2 ou 3 kgs et bonjour les dégâts !

Des vers j'en ai eus de ces petits asticots qui bougent dans tous les sens, les oxyures en terme savant. Je me souviens des bols de lait chaud avec de l'ail en prime... Pouah ! mais efficace pour chasser les remontées dans la gorge. Des petites tablettes de vermifuge lune aussi, qui ressemblaient à du chocolat.

La coqueluche ? Je ne sais pas... Les rhumes, oui. Du bon lait chaud et de la teinture d'iode dedans pour les soigner. Un délice !

Je me souviens d'un lavement mais pas pour des convulsions... Horreur ! plus jamais ça... la canule et la vitesse d'exécution qui s'ensuit... ah non !

 

27/01/2007

L'OLLA PODRIDA ESPAGNOLE

Dans mon vieux bouquin bien sûr !

Il ne faut pas se contenter que de nourriture intellectuelle n'est-ce pas ? Mais là .. je suis couffe .. pouffe ... je n'ose y croire !

L'olla podrida simple se compose d'un morceau de viande, d'un morceau de lard, d'une poignée de pois chiches, de feuilles de chou et de piment. Tout cela se met dans la marmite et se fait cuire avec plus ou moins d'eau : c'est le dîner complet cuit ensemble et en même temps ; il y a soupe, bouilli, entrée, légumes.

Bon ! là on  peut accepter. C'est comme nos potées !

Mais là, ça se corse sérieusement...

la grande olla podrida a plus de mets, plus de viandes, plus de plats. Vous mettez à l'olla, -c'est-à-dire au pot-au-feu- et ensemble, boeuf, mouton, veau, salé, jambon, volailles, poule, poulet, poularde, canard, perdrix, oiseaux, andouille (toi même), cervelas ; choux, carottes, navets, céleri, oignon, poireaux, pois chiches, sel, clous de girofle, safran, piment, épices ; des gésiers de volailles, des foies ; des coeurs d'artichauts, des oeufs durs.

Vite, appelez-moi S.O.S Médecins ou saignez-moi...

Tout cela étant cuit et le potage étant trempé sur des tranches de pain grillées, les viandes se servent : le boeuf, avec les pois et carottes ; la poule sur du riz, le veau avec sauce tomate, le salé avec les choux, les perdrix en salmis.

Ainsi, avec un seul mets composé de toutes sortes de viandes, de volailles, de légumes, vous avez un repas digne d'un grand d'Espagne, et un service complet.

Eh bien moi ce sera pour la semaine. A congeler...

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique