logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/10/2017

DEBAT sur le prélèvement européen de la France avec l'lnsoumis JL M... BRILLANT !

JLM m'a tuer... de rire... Maurice, arrête de faire le singe... J'en pleure de rire...
Jean Scalbert
Comment est ce possible qu’il existe aujourd’hui en Europe des citoyens sinon des Milliardaires qui ne comprennent pas que le Junker le pourri par le fric , veut mettre tout les pays en faillite,avec ses directives mortifères .
 
Didier LE CARRER
Merci Monsieur Mélenchon et bravo! J'espère que les médiocres de LREM prennent des notes tellement ils ont à apprendre de Jean Luc Mélenchon et de tous les députés de la France Insoumise
 
et comme d'habitude il n'y a pas un chat dans l'assemblée...
 
Magnifique démonstration de sagesse ! Bravo! Il y a encore du monde à convaincre, et l'absence de ces discours dans les médias justifient d'autant plus LeMedia !
 
Cemil Choses A Te Dire
Comment ne pas être d'accord avec une telle clairvoyance sur cette situation européenne catastrophique qui démembre ses États membres? La corruption achète partout le silence et la soumission des élus, par ailleurs mal élus. Heureusement que quelques uns résistent encore et toujours. Soyons derrière eux !
 
On est fièrs de notre Jean Luc une brillant député de l"Assemblée Nationale Française 2017 !! C'est un homme des Lumières
 
C'est le seul à se battre pour le peuple de toute son âme merci Mr MÉLENCHON
Je suis loin d être de gauche mais une fois de plus il a parfaitement raison
 
Sérieux? Y a 577 députés qui sont payés là? Je suis pour la république et la démocratie mais là!! Faut les virer à coup de bâton!!!
Ils sont où les députés ??! C'est honteux, ils prennent l'oseille, les titres, les privilèges, mais ne font pas le boulot ! Scandaleux
 
"Défaire la France pour faire l'Europe". C'est exactement cela que Macron organise: la mise à zéro de tous les acquis français pour réaliser une Europe des riches et de la finance.

 
Ouff ... qu' est ce que tu envois Jean Luc !! toujours avec clairvoyance et pertinence ! Ne lâche rien, tu nous redonnes la banane
Totale maîtrise!! DSL mais il n'est pas survolté, c'est un passionné de politique..c'est pas pareil..!! Un grand Monsieur

07/10/2017

A EGLETONS.. LES GAZ LACRYMOGNES CONTRE LES ELUS DE LA REPUBLIQUE

Macron, en visite à Egleton (19) n'a pas daigné rencontrer ni les élus ni les GM&S. Le pouvoir utilisant les gaz lacrymogènes contre des élus de la République, on n'a jamais vu ça...
 
 
Mes précédentes vidéos sur l'histoire des GM&S https://youtu.be/MxZiDmfjQos (30 juin)
 
La châine Youtube "GM&S en lutte" https://www.youtube.com/channel/UCXg1...
Comprendre et Résister (eBook gratuit) : http://www.lulu.com/shop/michelle-tir...
Ma page Facebook. Mes vidéos Insoumises : https://www.facebook.com/MichelleTiro...
 
***RETROUVEZ La FRANCE INSOUMISE et J.L MÉLENCHON SUR*** - Le site de la France insoumise : https://lafranceinsoumise.fr/ -
La France Insoumise (Youtube) : https://www.youtube.com/channel/UCKHK... -
La France Insoumise, groupe parlementaire : https://www.youtube.com/channel/UCHTE...
- Chaine Youtube de Jean-Luc Mélenchon : https://www.youtube.com/user/PlaceauP... -

 

 

30/09/2017

F.O. MAILLY prié par les siens de revenir sur le droit chemin ou de démissionner

Mailly (FO) n'a pas l'intention de démissionner

R.T.L.

Soit Jean-Claude Mailly revient sur le droit chemin, soit il rend son mandat

Nadine Hourmant, secrétaire départementale FO du Finistère et déléguée FO du volaillier Doux.

Si la décision de Jean-Claude Mailly ne fait pas l'unanimité au sein des fédérations de force ouvrière, c'est qu'elle va à l'encontre du salarié, selon Nadine Hourmant. Au sein des fédérations, on observe alors de nombreuses dissensions menaçant alors la cohésion et par conséquent l'efficacité des syndicats. Une faute entièrement due à la prise de position du secrétaire général de Force ouvrière selon Nadine Hourmant.

"Soit Jean-Claude Mailly revient sur le droit chemin, soit il rend son mandat. Quand on ne répond pas à la demande des syndiqués, on peut s'interroger", s'est exclamée la secrétaire départementale au micro de RTL.

Résultat de recherche d'images pour "photos mailly penicaud macron"

Loi Travail XXL : Mailly et Berger reçus en secret par Macron et Pénicaud

Dans son Canard du mercredi 6 septembre, le palmipède révèle les liaisons dangereuses – et secrètes - de Jean-Claude Mailly et Laurent Berger avec le gouvernement. Bien loin de la prétendue « transparence » des concertations, le secrétaire général de Force Ouvrière a notamment été invité à l’Elysée pour rassurer un Macron inquiet de l’appel de fédération FO à manifester le 12 septembre.

 Mailly (FO) apprécie le directeur de cabinet (ex-Medef) de Muriel ...

 

Tandis que les discussions autour de la réforme du Code du travail se multiplient et que Jean-Claude Mailly essuie des critiques au sein même de son organisation, le patron de Force ouvrière se félicite d'un dialogue constructif avec la ministre. "On se parle très direct, très cash, qu'on soit d'accord ou pas. Elle connaît son boulot", affirme-t-il. Un regard positif porté sur le rôle du Muriel Pénicaud qui risque de jeter, un peu plus encore, d'huile sur le feu.

syndicats
Le journal de 7h – Des désaccords à FO sur les ordonnances travail

Accusé d'entretenir une certaine connivence avec le gouvernement, le leader syndical tempère."Sur certains points on a validé des choses, sur d'autres il y a du recul. Ce n'est pas la catastrophe. Il y a des points positifs, mais il y a aussi beaucoup de points négatifs", a-t-il également déclaré lors du Grand Jury.

"La loi El Khomri était néfaste pour les salariés. Aujourd'hui les ordonnances vont être une vraie catastrophe sociale", a justifié Nadine Hourmant, secrétaire départementale FO du Finistère et déléguée FO du volaillier Doux.

Les entreprises peuvent dès dimanche mettre en place les ordonnances de réforme du Code du travail pour licencier ou organiser leur dialogue social.

 

Code du travail : Le parlement de FO impose à Mailly une mobilisation

https://www.lesechos.fr › Économie France › Social
Il y a 10 heures - Jean-Claude Mailly a été mis en minorité de fait par le Comité confédéral national de FO mais il « ne démissionne pas...

Force ouvrière : Jean-Claude Mailly dans la tourmente - Le Parisien

www.leparisien.fr/.../force-ouvriere-jean-claude-mailly-au-bord-de-la-demission-29-09-...
Il y a 13 heures - C'est un véritable coup de tonnerre qui s'est abattu ce vendredi sur la tête de Jean-Claude Mailly. Mis en difficulté depuis plusieurs semaines ...
Il y a 10 heures - Télécharger FO : Jean-Claude Mailly, sur la sellette, dément avoir l'intention de démissionner Crédit Image : WITT/SIPA | Crédit Média : Emilie ...
Il y a 6 heures - Jean-Claude Mailly a été mis en minorité vendredi par le Comité confédéral national du syndicat, réuni à Paris pendant deux jours.

Jean-Claude Mailly va-t-il quitter la tête de FO? - BFM Business - BFMTV

bfmbusiness.bfmtv.com/.../jean-claude-mailly-va-t-il-quitter-la-tete-de-fo-1267070.html
Il y a 12 heures - Jean-Claude Mailly doit quitter son poste de secrétaire général de Force Ouvrière en avril. Mais isolé au sein de son organisation, cela pourrait ...
 

Force ouvrière : Jean-Claude Mailly au bord de la démission

www.boursorama.com › Actualités › Générales › Revue de presse
Il y a 13 heures - C'est un véritable coup de tonnerre qui s'est abattu ce vendredi sur la tête de Jean-Claude Mailly. Mis en difficulté depuis plusieurs semaines ...
Résultat de recherche d'images pour "photos mailly penicaud macron"

11/09/2017

À propos de la mobilisation contre le coup d’État social

 Jean-Luc Mélenchon

Rentrée blogueuse

 

Rentrée blogueuse

De tous côtés montent des échos favorables. Il semble que la mobilisation en cours pour la journée d’action du mardi 12 septembre et la marche du samedi 23 septembre se prépare bien. De plus, nous avons réussi à stopper la campagne médiatique absurde selon laquelle il y aurait une compétition entre ces 2 dates. Je dis « absurde » » pas seulement parce que nous avons appelé dès la première minute à soutenir l’initiative que la CGT avait prise d’abord toute seule pour la date du 12 septembre. Mais surtout parce que, en toute hypothèse, deux événements séparés de 11 jours ne peuvent pas être concurrents ! Surtout s’ils ont le même objet. Et davantage encore quand ceux qui y appellent en partagent le fond alors même que d’autres déclarent ouvertement ne pas être concernés !

Rappelons tout de même que le mot d’ordre de « retrait de l’ordonnance sur le code du travail » ne fait pas l’unanimité. En effet, l’ensemble de la « vieille gauche » n’appelle pas au retrait des ordonnances. Loin s’en faut. Le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Bertrand Faure a bien précisé : « nous ne demandons pas l’abrogation des ordonnances mais leur aménagement ». Le PS, EELV, les radicaux de gauche (PRG), et qui sais-je encore se tiennent cois. De même dans le champ syndical.

La rencontre à l’Assemblée nationale du groupe parlementaire « la France insoumise » avec le secrétaire général de la CGT, à sa demande, a donc permis de clore ce feuilleton sans objet. Au demeurant, il suffisait de voir qui jetait de l’huile sur le feu pour se faire une idée de la nocivité attendue de cette opération. Naturellement, son seul objet était de répandre une mauvaise ambiance démoralisante et démobilisante. Je crois pouvoir dire que cette manœuvre a désormais échoué. Les propos bienveillants de Phillipe Martinez à l’égard de notre initiative en attestent, côté syndical.

Pour le reste, tous ceux qui réfléchissent comprennent vite ce qui est en jeu. La marche du 23 a besoin que la mobilisation syndicale du 12 septembre soit un succès. Elle a également besoin que le 21 septembre syndical soit également succès. Car ces rassemblements décentralisés dans tout le pays ne peuvent qu’élargir la prise de conscience populaire et l’approfondir. Dès lors, les 2 dates concourent comme autant de vagues successives au déferlement de la marée que nous nous efforçons de faire monter pour le 23.

La France insoumise a pris ses responsabilités de première force politique d’opposition sociale. Elle l’a fait à l’Assemblée nationale pendant toute la session extraordinaire. Puis en appelant pendant cette session extraordinaire aux rassemblements des 5 et 12 juillet. Elle le fait de nouveau en en appelant à une marche commune le 23 septembre, un samedi. Elle y appelle toute la population, salariée ou pas, contre le fait politique majeur que représente pour notre société la fin du règne de la loi en matière de droit social. Notre responsabilité est de montrer que cette question concerne absolument tous les Français, de toutes conditions et de toutes opinions. C’est pourquoi depuis le début nous affirmons que nous ne visons pas une marche des seuls « insoumis » mais de tous ceux qui se sentent concernés. Nous les avons appelés à venir s’ils le souhaitent avec leurs pancartes et drapeaux particuliers. Enfin si bien sûr, comme par le passé, la meute des aboyeurs essaiera de nouveau de réduire cette marche à ma personne, il va de soi que cette tentative ne dissuadera pas davantage que par le passé.

En toute hypothèse, beaucoup de choses ont bougé en peu de temps. L’officialité médiatique et la macronie pensait d’abord avoir réussi à isoler « Mélenchon et Martinez », comme l’avait annoncé le journal Le Figaro, dans le camp étriqué des archaïques ronchonneurs. Mais, au fil des jours, l’arc des forces qui se mobilisent s’est élargi. La FSU, Solidaires, l’UNEF se sont joints à l’initiative syndicale. Puis la direction de la CFDT n’a pas manifesté l’enthousiasme espéré par l’équipe Macron. Enfin les syndicats de Force Ouvrière sont largement passés dans l’opposition. À cela s’est ajouté que la tentative pour opposer l’action syndicale et la marche du 23 septembre a échoué. De nombreux syndicats de branche ou du niveau départemental et local intègrent la date du 23 septembre dans leurs appels à la mobilisation. On verra donc ce jour-là aussi des bannières syndicales.

 

Enfin, quelque chose de nouveau et important s’est aussi produit. On sentait qu’une volonté politique de rompre les routines existait. J’avais noté l’appel à la marche du 23 de Sébastien Jumel et Stéphane Peu, députés communistes très unitaires qui avaient d’ailleurs été candidats avec l’appui de la France insoumise dès le premier tour.. Puis il y a eu l’intervention de Benoît Hamon sur Europe 1. En décidant d’appeler lui-même à participer au 23, Benoît Hamon a rompu la muraille de confinement politique que les chefs de la « vieille gauche » cherchaient à dresser. Je considère sa décision et son appel public comme un événement politique de première importance.

Il faut saisir sans hésitation la main qui se tend.

Quoi qu’il leur en coûte, je demande à tous ceux qui me font confiance de jeter la rancune à la rivière et de tourner la page. Il faut partout où cela est possible préparer sur le terrain en commun cette mobilisation. Il s’agit bien sûr d’abord d’assurer le succès de la marche. Mais puisque l’occasion s’en présente, ce sera une bonne chose de cultiver une jonction de choix politique qui peut avoir sans doute des lendemains. La mise en mouvement commun de nos « mouvements » pour le succès du 23 peut faire de cette date un heureux commencement. Je le souhaite.

Pour ma part, je subordonne toute mon activité et mes contacts à sa réussite. Toute la sphère médiatique macroniste et les satellites de toutes sortes du président sont déjà en alerte et passent à l’action dans leurs domaines respectifs. L’enjeu de ce bras de fer est parfaitement compris de part et d’autre. Le niveau de la mobilisation sera l’indicateur le plus net du rapport de force. L’adversaire le sait. Nous aussi. Il faut donc agir en conséquence avec sens des responsabilités. Celle de « la France insoumise » dans cette séquence est considérable. Nous agissons donc avec méthode jusque dans les détails.

Au fond, nous retrouvons dans le contexte actuel les mêmes données que pendant la campagne présidentielle. Mais j’estime que l’élargissement désormais acquis de forces qui appellent à la marche antigouvernementale du 23 et choisissent ainsi de se fédérer par l’action est une situation nouvelle plus favorable au rapport de force avec le système. Sans oublier que des milliers de militants de toutes origines, des syndicalistes, des communistes, des socialistes, y seront présents par milliers mêmes si leurs dirigeants n’ont pas choisi d’y appeler. Je crois à la force irrésistible de cette fédération. Je crois à la force de la contagion de l’unité par l’action dans les milieux populaires. Tout ce que nous faisons doit y être subordonné. Pour ma part, je m’y dévoue.

 

 

06/09/2017

MOBILISATION LE 12 SEPTEMBRE CONTRE LA REGRESSION SOCIALE SAUCE MACRON

 

Affiche-Macron-Urif.jpg

Mobilisation

12 septembre à 14 h  ... 17 h 00


Syndiquez-vous en ligne



Bienvenue à la CGT

Comme plusieurs dizaines de milliers de salarié-e-s qui l’ont fait, vous envisagez de rejoindre la CGT.
Quelles que soient vos motivations, vous exprimez ainsi la volonté de ne pas rester isolé-e, d’être acteur, actrice de votre avenir, de prendre en main vos revendications.

Pour vous syndiquer, veuillez remplir et valider le formulaire ci-dessous.

Le paiement en ligne proposé est sécurisé.
Votre adhésion devient effective dès l’enregistrement du paiement.
Dans les meilleurs délais, la CGT trouvera le syndicat en charge de vous accueillir.

Dans l’attente de cette affectation définitive, vous serez rattaché-e à une structure nationale d’accueil provisoire qui vous garantira l’accès aux droits communs aux adhérents de la CGT.

 
  • Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

  • Vous souhaitez * :
  • État civil
    • Date de naissance :

 

  • Votre situation professionnelle
  • Votre entreprise
    • Les champs ** sont obligatoires uniquement si votre situation professionnelle est Actif-ve

    • Renseignement figurant sur la fiche de paie. Les éléments communiqués sur votre entreprise nous serviront à transmettre votre adhésion vers l’organisation CGT la plus proche pour vous accueillir et vous orienter

  • Votre cotisation
    • Les champs *** sont obligatoires uniquement si vous souhaitez vous syndiquer

    • Vous serez très prochainement contacté-e par la CGT

    • En validant, vous devrez confirmer votre paiement.

 

Être syndiqué-e à la CGT ouvre des droits :

Droit de participer et de décider

La CGT fait le choix de la démocratie. Elle décide de ses orientations avec les syndiqué-e-s. Ses adhérents sont regroupés dans des syndicats qui sont les organisations de bases de la CGT.
Être citoyen dans le syndicat est au cœur de la vie syndicale : donner son opinion, débattre et participer à la prise de décision, s’impliquer dans la vie syndicale, y exercer des responsabilités si on le souhaite ;

Droit de se former

La formation syndicale est un droit pour tous les salariés et les privés d’emploi, qu’ils soient syndiqués ou non, sous réserve que la formation soit dispensée par une organisation syndicale représentative.

Chaque salarié a le droit de s’absenter 12 jours par an en formation syndicale. Toutefois le total des jours d’absence annuel dans une entreprise est limité (par exemple : 36 jours pour 50 salariés et 60 jours pour 100 salariés). La CGT revendique l’augmentation de ces droits.

Les modalités sont similaires dans les secteurs public et privé, même si elles se réfèrent à des bases législatives différentes (Code du travail pour le secteur privé, statuts pour les fonctionnaires ou les entreprises publiques).

La différence porte sur la couverture salariale de l’absence : il n’y a pas de perte de salaire dans le secteur public. Pour le privé, sauf en cas d’accord d’entreprise, la compensation est souvent très faible. La CGT revendique la prise en charge intégrale des salaires pour tous.

La CGT ambitionne la participation de tous les syndiqués à la formation syndicale dès leur adhésion.

La CGT propose plusieurs types et niveaux de formation, de caractère général ou spécifique, ouverts à tous les syndiqués, qu’ils aient ou non des responsabilités syndicales.

Ces formations sont organisées, selon les cas, à différents niveaux : l’entreprise, local régional, national…

Pour en savoir plus : Formation Syndicale

Droit à l’information

La CGT dispose d’une presse confédérale dont l’objectif est d’être utile à la réflexion de chacun-e pour se forger son opinion, participer à l’échange collectif pour décider ensemble.
Ouverte sur le monde du travail, utile pour solidariser les intérêts de tous, construire les luttes qui unissent au plan local et national, européen et mondial.
- Ensemble, mensuel adressé à l’ensemble des adhérents de la CGT.
- La NVO et NVO.fr, le bi-média pour tous les syndiqué-e-s.
- Options, mensuel pour les ingénieurs, cadres, techniciens.
- Vie Nouvelle, 6 numéros par an pour les retraités.

Nos journaux

Pourquoi une cotisation syndicale ?

La cotisation syndicale versée régulièrement par le syndiqué matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément vital au financement de l’activité de toute la CGT, du syndicat qui mène l’action à l’entreprise jusqu’à la Confédération. Elle garantit son indépendance à l’égard du patronat et des pouvoirs publics.

De combien ?

La cotisation fixée statutairement à 1 % du salaire net est un principe d’égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

Pour une gestion pratique et régulière, la CGT, ses organisations pratiquent et encouragent le prélèvement automatique des cotisations syndicales.

En savoir plus sur la CGT

Pour connaître notre histoire, nos statuts, nos revendications, les textes de notre Congrès..., reportez-vous à la rubrique : la CGT en page d’accueil.

Pour connaître les coordonnées des Fédérations (branches professionnelles) et des organisations territoriales, reportez-vous à la rubrique : notre réseau en page d’accueil.