logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/11/2017

VIVRE HABAS AVEC SES ASSOCIATIONS

PARCE QU'ELLES CONCOURENT LARGEMENT à FAIRE VIVRE LEUR COMMUNE

LES ASSOCIATIONS QUI PROPOSENT LEUR CALENDRIER

SONT BIEN ACCUEILLIES ...

POMPIERS 002.jpg

 

POMPIERS 001.jpg

 

 

Capture ASS.JPG

Capture ASS 2.JPG

 

Capture associations.JPG

capture assoc 3.JPG

 

REPAS-POPULAIRE-18112017_large.jpg

Capture lyre.JPG

 POULE AU POT

LES AMIS DE L'U.S.H.

ORGANISENT LEUR ASSEMBLEE GENERALE DU CLUB DES SUPPORTERS

LE DIMANCHE 3 DECEMBRE 2017

A 12 Heures au LAC DE LUC

***

*

Amicale des retraités et du 3ème âge de Habas

logo amicale retraités

L'amicale a pour but de grouper les retraités et les personnes du 3ième âge pour leur proposer des activités sociales, culturelles et de loisirs.

Principales activités proposées :
    Sorties culturelles et de loisirs sur une demie ou une journée
   Repas et goûters avec animation
    Randonnées pédestres hebdomadaires encadrées
    Jeux de société hebdomadaires (le vendredi après midi )
    Jeux de quilles de 6. (sur demande)

Activités sociales :
   Distribution de colis de Noël pour les plus âgés ne pouvant se déplacer.
   Remise d’un petit colis à tous les adhérents qui subissent une opération.
   Fourniture d’une aide aux plus démunis pour les voyages organisés.
   Fourniture de plaques funéraires après décès.

Contact

M. André MARIMPOUY - Président
du siège : Mairie de Habas- 40290 HABAS

Mme Danièle COCOYNACQ - Secrétaire
Téléphone: 05.58.97.50.11

RUGBY ... c'est pour SAMEDI.... Match et grand repas populaire

Samedi 18  novembre 2017

En championnat Territorial Phliponneau et Teulière B,

les équipes Cadets et Juniors de l'Entente P H L

rencontrent le XV des Gaves

Coup d'envoi à 14 h (Cadets) et 15h30 (Juniors) à Navarrenx

Arbitre Equipe Cadet : M.  du Comité Côte Basque Landes.

Arbitre Equipe Junior : M.   du Comité Côte Basque Landes.

*****************

Samedi 18 novembre 2017

En Championnat Territorial Côte Basque Landes, Honneur - Promotion d'Honneur

les 2 équipes del'US Habas reçoivent  Montfort

Coup d'envoi à 14h00 (II) et 15h30 (I)

Arbitre Equipe I : M. Berriex Jean Robert du Comité du Béarn.

Arbitre Equipe II : M. Labadie Sébastien du Comité Côte Basque Landes.

Représentant Fédéral : M.   du Comité Côte Basque Landes.

***********************************

A l'issue de la rencontre , à 19 heures, au Foyer Municipal,

Grand Repas populaire, de l'U S H, ouvert à tous.

 

 

L'union Sportive Habassaise vous invite à son repas annuel, ouvert à tous.

Rendez-vous samedi 18 novembre à l'issue du match contre Montfort au foyer municipal

Repas 14€ et 6€ pour les enfants

Menu : Garbure - Entrecôte - Pommes de terres persillées - Fromage - Salade - Tartelettes - Vin et café compris

 

REPAS-POPULAIRE-18112017_large.jpg

12/11/2017

LA CHANSON DE CRAONNE OU LES MUTINS FUSILLES POUR L'EXEMPLE

Paroles

Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,
On va r'prendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c'est bien fini, on en a assez,
Personn' ne veut plus marcher,
Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civ'lots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s'en va là haut en baissant la tête.

Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes.
C'est bien fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Craonne, sur le plateau,
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés !

C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards
Tous ces gros qui font leur foire ;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c'est pas la mêm' chose.
Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,
F'raient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,
Nous autr's, les pauvr's purotins.
Tous les camarades sont enterrés là,
Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

au Refrain

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la r'lève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain, dans la nuit et dans le silence,
On voit quelqu'un qui s'avance,
C'est un officier de chasseurs à pied,
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Refrain
Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,
Car c'est pour eux qu'on crève.
Mais c'est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l'plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau !

 

 

La Chanson de Craonne

Patricia Latour et Francis Combes
Vendredi, 13 Janvier, 2017
L'Humanité
Soldats morts lors de combats à Craonne (Aisne), 1917, dessin par François Flameng. Photo : Mary Evans/Rue des Archives
Soldats morts lors de combats à Craonne (Aisne), 1917, dessin par François Flameng. Photo : Mary Evans/Rue des Archives

Le 16 avril 1917, le général Nivelle lance les troupes du 18e régiment d’infanterie à l’assaut du plateau de Craonne. Selon lui, c’est une affaire de vingt-quatre heures. Mais l’offensive va s’éterniser et sera l’une des plus meurtrières de la bataille du Chemin des Dames.

Le froid, la neige, la position des soldats allemands en hauteur sur le plateau, tout se conjugue pour rendre les conditions du combat particulièrement dures pour les poilus. En dix jours, on dénombre 30 000 morts. Pendant les deux mois qui suivent, sur cette portion du front, dans la région de Reims et Laon, 200 000 hommes vont périr…

Dans le même temps, les échos de la révolution de février, en Russie, parviennent jusque dans les tranchées et suscitent une vague d’espoir et de révolte. Les mouvements de rébellion des soldats qui ne veulent plus être traités en « chair à canon » se multiplient. Cent cinquante unités sont touchées. À Craonne, les soldats refusent de remonter sur le plateau avant la fin de leur repos. Ils manifestent à une centaine de mètres de là, dans les rues du village, rejoints par des civils, chantent l’Internationale et érigent des barrages pour empêcher que leurs camarades ne soient renvoyés à la boucherie. Au terme d’un jugement expéditif, quatre d’entre eux seront fusillés.

Le 2 mai, Nivelle est démis de ses fonctions et remplacé par Pétain. Celui-ci fait face à la colère, avec quelques mesures pour améliorer l’ordinaire et une terrible répression. Environ six cents hommes seront fusillés pour l’exemple, des militants, des meneurs, des soldats choisis au hasard. D’autres seront emprisonnés ou envoyés au casse-pipe dans des missions suicides (1).

C’est dans cette ambiance que se répand la Chanson de Craonne. Elle semble avoir vu le jour dès 1915. L’une des versions fait en effet allusion aux combats du fort de Vaux, à Verdun.

Les paroles ne sont pas tout à fait les mêmes :

« Quand on est au créneau

Ce n’est pas un fricot

D’être à quatre mètres des Pruscos.

En ce moment la pluie fait rage

Si l’on se montre c’est un carnage. »

On en connaît plusieurs états grâce à des lettres de soldats conservées par le Service historique de la défense (SHD).

Elle a aussi porté plusieurs titres, notamment la Chanson de Lorette, du nom des violents combats qui ont eu lieu en Artois, près de Notre-Dame-de-Lorette. L’auteur ou les auteurs ne sont pas connus. Malgré l’enquête menée par le haut commandement militaire, ils sont restés anonymes. La musique, en revanche, est connue ; elle vient d’une valse à succès de l’époque, Bonsoir M’amour, de Charles Sablon (le père de Jean) dit Aldemar et Raoul Le Peltier (c’est une grande tradition de la chanson populaire que de reprendre des airs connus).

Raymond Lefebvre et Paul Vaillant-Couturier, qui furent avec Henri Barbusse les initiateurs de l’Arac (l’Association républicaine des anciens combattants), ont beaucoup contribué à la diffuser. Et la version que nous connaissons aujourd’hui est celle qu’ils ont recueillie et publiée.

Comme beaucoup de grandes chansons populaires, celle-ci ne manque pas d’une réelle qualité poétique, comme en témoignent ces deux vers :

« Doucement dans l’ombre sous la pluie qui tombe

Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes. »

Qu’il soit de métier ou amateur, celui qui a écrit ces mots est un poète.

On peut noter que, au fil des versions, la chanson a évolué. Son écriture s’est améliorée et son contenu s’est radicalisé. Sa version finale reprend la complainte des poilus et exprime leur désespoir. Dans le premier couplet :

« Sans tambour, même sans trompette

On s’en va là-haut en baissant la tête. »

Et le refrain :

« C’est à Craonne, sur le plateau

Qu’on doit laisser sa peau,

Car nous sommes tous condamnés

Nous sommes les sacrifiés. »

Mais elle n’en reste pas à la résignation. Elle passe vite à la dénonciation des responsables. L’ennemi désigné n’est pas le soldat étranger qui partage le même sort dans sa tranchée en face, mais « tous ces gros qui font la foire », ces « embusqués », les possédants, car, si :

« Tous les camarades sont étendus là,

C’est pour défendre les biens de ces messieurs-là ».

Et le refrain final appelle à la lutte :

« Mais c’est fini car les troufions

Vont tous se mettre en grève. »

En 1934, dans un bel article de la revue Commune, Paul Vaillant-Couturier écrit que cette chanson « exprime cette sorte de “bolchevisme des tranchées” qui ne demandait qu’à être orienté pour devenir irrésistible » (2). Son article évoque une « Fête de la chanson antimilitariste » à laquelle avaient appelé l’AEAR (l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires) et l’Arac, le 12 juillet 1934, à la Mutualité, pour marquer le vingtième anniversaire de la déclaration de guerre.

La préfecture fit interdire la réunion, mais un millier de personnes se réunirent quand même, avenue Mathurin-Moreau, à la Maison de l’union des syndicats.

Longtemps la Chanson de Craonne est restée quasi interdite (de même que justice n’a pas été rendue aux fusillés de 1917). Aujourd’hui encore, elle dérange. Ainsi, le 1er juillet dernier, le secrétaire d’État aux Anciens Combattants refusait quelle soit entonnée lors de la cérémonie pour les cent ans de la bataille de la Somme, ce qui lui valait la protestation du député communiste Jean-Jacques Candelier dénonçant la censure et l’affront faits aux victimes.

(1) Sur ces faits, voir le livre de Paul Markidés, Sacrifiés pour l’exemple, éditions le Temps des cerises.
(2) Paul-Vaillant-Couturier, Choix de textes, René Ballet/Éditions le Réveil des combattants, 1992.

Chanson interdite de diffusion sur les ondes nationales dès sa sortie en 1967. Merci de nous rappeler cette page tragique de notre histoire, où des hommes ont été exécutés pour avoir contester les ordres de bouchers incapables comme Nivelle, Joffre, dont les noms ornent encore bons nombres de rues et d'avenues. Lamentable !

 

11/11/2017

CLEMENCEAU CHASSEUR DE TIGRES : LE SAVIEZ-VOUS ?

 

clemenceau-caricature-le-tigre.jpg

CLEMENCEAU. Portrait de groupe de chasseurs de tigres autour de Georges Clemenceau. Inde, 1921. Épreuve argentique d'époque: 27 x 37,5 cm, signature autographe de Clemenceau sur le montage, sous verre, cadre de bois doré.

Exceptionnelle et rare photographie de chasseurs de tigres en Inde en 1921 avec, au premier rang au centre, le Tigre lui-même.

Le 18 juin 1920, Georges Clemenceau démissionna de ses fonctions de président du Conseil, mettant un terme à une longue carrière politique.

Agé de 79 ans, le Tigre pouvait enfin voyager: de septembre 1920 à mars 1921, il effectua un long périple en Asie, en Inde, à Ceylan, en Birmanie, Malaisie et à Singapour. La photographie prise lors d'une chasse au tigre dans le nord de l'Inde le représente entouré d'Européens et d'Indiens, parmi lesquels les maharadjahs de Gwalior et de Bikaner.

 

441.jpg

En pied, signature autographe de Georges Clemenceau.

Au verso du montage, cachet du studio niçois Photo Hall qui tira à l'époque cet agrandissement

A-cote-Georges-Clemenceau-maharajah-Ganga-Singh-Bikaner-maharajah-Gwalior-lors-chasse-tigre_1_730_413.jpg

 En 1881, Clemenceau est réélu aux élections législatives. Sa férocité lui vaut bientôt le surnom de «Tigre» et une réputation non usurpée de «tombeur de ministères»  - surnom étranger à sa passion pour l'Asie -

102206633.jpg

SECRETS D'HISTOIRE ... CHUT !

 Clemenceau était également passionné par les femmes et les roses.

 800 liaisons ??? Ouah !

CHASSEUR DE TIGRES ET CHASSEUR DE FEMMES

 

*****

À la suite d'un dépit amoureux avec Hortense Kestner, la belle-sœur de son ami Auguste Scheurer-Kestner, le , il s’embarque, d'abord pour l'Angleterre, où son père le présente à Mill et Spencer, puis pour les États-Unis, qui sortent à peine de la guerre de Sécession. Il trouve un poste d’enseignant dans un collège pour jeunes filles à Stamford (Connecticut) où il donne des cours de français et d’équitation. Il devient également correspondant du journal Le Temps.

Clemenceau s’éprend alors d’une de ses élèves, Mary Plummer (en) (1848-1922), qu’il épouse civilement le , avec qui il a trois enfants : Michel (né en 1873), Madeleine et Thérèse-Juliette.

Sa femme ayant une liaison avec son jeune secrétaire précepteur des enfants, il fait constater l'adultère et l'envoie brutalement quinze jours dans la prison Saint-Lazare pour adultère (alors qu'il a eu lui-même de nombreuses liaisons féminines, on lui en attribue environ 800) et pendant cette incarcération demande le divorce qu'il obtient en 1891, avant de la renvoyer brutalement aux États-Unis avec un billet de troisième classe, ayant obtenu qu'elle perde la garde de ses enfants et la nationalité française.

Revenue vivre en France, mais restée perturbée psychologiquement par ces évènements conjugaux, l'ex-Madame Georges Clemenceau meurt seule, le 13 septembre 1922, dans son appartement parisien du 208, rue de la Convention.

Clemenceau l'annonce ainsi à son frère Albert : « Ton ex-belle-sœur a fini de souffrir. Aucun de ses enfants n'était là. Un rideau à tirer. » (lettre du 27 septembre 1922 dans sa Correspondance 1858-1929, p. 639).

 

220px-Domingo_Cabred_-_Caras_y_Caretas.jpg

 Caricature du docteur Domingo Cabred (es), qui a installé une clinique psychiatrique à ciel ouvert, dans la localité d'Open Door, Buenos Aires (en), visitée et louée par Clemenceau. 

 

10/11/2017

Lac Pavin... Le lac le plus profond d’Auvergne et le plus mystérieux

 

acces-pavin.jpg

AUVERGNE 203.JPG

 

Des légendes attestent de la fascination ancienne exercée par ce lac. Le lac Pavin a nourri l'imagination des habitants des communes environnantes depuis le Moyen-Äge, et demeure associé à des histoires inquiétantes. Bien que cette origine demeure controversée, il se pourrait que son nom soit dérivé de "pavens" qui signifie "épouvantable" en latin. La noirceur de ses eaux par temps couvert, directement liée à sa profondeur, n'y est probablement pas étrangère.

AUVERGNE 224.JPG

Les maars sont des dépressions volcaniques circulaires souvent occupées par un lac ou par une tourbière (pour les plus anciens). À la différence des cônes et des dômes, ces « trous » résultent d’une série de violentes explosions qui ne doivent rien à la nature du magma. En effet, pendant son ascension vers la surface, le magma, qu’il soit visqueux ou fluide, peut rencontrer l’eau d’une nappe phréatique, d’un lac ou d’une rivière. 

*****

Âgé de presque 7000 ans, tout de même, le Lac Pavin est pourtant le plus jeune lac de cratère de France métropolitaine. Lové au milieu des arbres, il offre un visage intrigant : cercle au diamètre presque parfait de 800 mètres, profondeur de 92 mètres qui lui vaut des eaux sombres, le lac Pavin s’éclaire pourtant en été jusqu’à colorer les bords d’un bleu turquoise…La légende du lac sans fond a pris fin en 1770 avec la venue de Théodore Chevalier, ingénieur royal des Ponts et Chaussés. Il estime sa profondeur à 96 mètres. Aujourd'hui elle est définie à 92 mètres. Il est donc le plus profond des lacs d'Auvergne. 

AUVERGNE LAC PAVIN30.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN17.jpg

AUVERGNE 180.JPG

AUVERGNE LAC PAVIN18.jpg

Situé en amont du village de Besse, dans le Puy-de-Dôme, à 1.200 mètres d’altitude, le lac Pavin attire de nombreux visiteurs, enchantés par la beauté des lieux.

AUVERGNE 193.JPG

 Deux principales légendes sont reprises par les brochures touristiques, qui soulignent volontiers l'aspect effrayant du lac. On raconte ainsi qu'il serait né de la colère divine face aux moeurs légères des femmes de l'ancienne ville de Besse : Dieu aurait noyé la cité sous des eaux diluviennes afin de punir ses habitantes. Le clocher de l'ancien village englouti serait même visible par temps ensoleillé... Autre légende populaire : le diable se serait assis au bord de ce gouffre, et aurait pleuré toutes les larmes de son corps au point de faire naître un lac. Pour preuve : la "chaise du diable", ces deux pierres planes qui semblent former un siège digne du Seigneur des Ténèbres.

 un manuscrit de 1650 retranscris une première fois par Elie Jalouste en 1894, puis par Eusebio et Reynouard en 1925 dans un document intitulé* Le Pavin et le creux de Soucy* décrit un lac aux eaux tourbillonnantes, sensibles au moindre mouvement, et recouvertes de brouillards. Il a fondé le mythe, encore présent aujourd'hui dans les brochures touristiques, de l'existence d'un tourbillon au centre du lac. En voici quelques extraits : > "Le souffle maudit [des démons] soulève les tempêtes pendant que les feuilles pendent sans balancer aux branches, et leur haleine attire dans les tourbillons l'imprudent égaré dans le gouffre" > "Personne n'osait s'aventurer sur le lac car à l'instant ses eaux tournoyantes auraient fait chavirer la barque" > "Il suffisait qu'une pierre fut lancée dans les eaux, même par temps calme, pour qu'aussitôt les flots irrités fussent soulevés en vagues furieuses et énormes..."

AUVERGNE LAC PAVIN19.jpg

Une balade d’une heure environ, facile et possible en famille.

Au coeur de la hêtraie qui borde le lac, l'on découvre de nombreux points de vue sur les eaux du lac.

AUVERGNE LAC PAVIN20.jpg

Il y a environ 7.000 ans, du magma est entré en contact avec une nappe phréatique. La chaleur a vaporisé une importante quantité d'eau, provoquant une explosion. Celle-ci a créé un cratère (un maar), qui s'est peu à peu rempli d'eau pour former un lac. De forme circulaire, il s’étend sur une superficie de 44 hectares. Le lac Pavin procèderait de l’activité volcanique la plus récente de France métropolitaine. 

AUVERGNE LAC PAVIN21.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN22.jpg

Une balade accessible et rafraîchissante

AUVERGNE LAC PAVIN23.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN24.jpg

 Propice aux salmonidés, le lac Pavin abrite de nombreuses truites, perches et, dans la fraîcheur des profondeurs, le lac abrite depuis un siècle un seigneur à la chair fine : l’omble chevalier

AUVERGNE LAC PAVIN25.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN26.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN27.jpg

AUVERGNE LAC PAVIN28.jpg

AUVERGNE 254.JPG

AUVERGNE 184.JPG

 

AUVERGNE 256.JPG

AUVERGNE LAC PAVIN29.jpg

Le site du lac Pavin est équipé de nombreuses voies. Une façade de 25 mètres de haut, orientée Sud-Ouest, comprend 24 voies

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique