logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/06/2018

Coupe du Monde: ceux qui s'en foot et ceux qui vibrent. Ceux qui critiquent, ceux qui défendent



"La Coupe du Monde est de retour. Mais, même s’il reste le seul véritable sport populaire, le foot ne suffira sans doute pas à rassembler un peuple français qui souffre encore beaucoup trop…

Comme tous les quatre ans, qui passent tellement plus vite pour moi maintenant, revoilà la Coupe du Monde de football. La première dont je me souvienne est celle de 1958 où, sidéré, j’apprenais par mon frère la défaite de la France en demi-finale contre le Brésil. Comment était-ce possible ? Dans mon esprit d’enfant, la France était invulnérable, en tout point. Des pitoyables cinq médailles des Jeux olympiques de Rome à l’abominable soirée du 8 juillet 1982 à Séville, la vie allait se charger de m’apprendre qu’en sport mon pays perdait toujours. Sauf peut-être en vélo, mais là encore, à Anquetil le seigneur intraitable, les Français préféraient Poulidor le perdant malchanceux. En 1976, la belle équipe des Verts de Saint-Etienne fut battue en finale de la Coupe d’Europe par les comptables brutaux du Bayern de Munich. On incrimina la forme des poteaux et Jean-Michel Larqué et ses coéquipiers eurent quand même droit à une descente triomphale des Champs-Élysées. Curieuse que cette façon de fêter et d’adorer les vainqueurs qui perdent.

Hier encore, j’avais 20 ans…

Et puis il y eut le 12 juillet 1998, cette année historique où le 14 juillet avait deux jours d’avance. Qui a lavé tous les affronts, fait pardonner Séville aux Allemands, et aimer vraiment la victoire. Le début d’été de cette année-là ne vit pas qu’une épreuve sportive, mais un moment rare dont ceux qui l’ont vécu ont une forte et parfois mélancolique nostalgie. Comme viennent de le montrer les commémorations que les grands médias opportunistes ont organisées et qui nous ont permis de nous attendrir sur nous-mêmes. Et de nous souvenir de ces instants qui virent un peuple entier, dans un étonnant mouvement d’ivresse fraternelle, sortir dans les rues, les jardins et les villages pour encourager une équipe de football dont il sentait bien qu’au-delà des considérations sportives elle le représentait. Étonnant moment fusionnel dont le rappel par les images peut encore nous piquer un peu les yeux. Nous nous aimions et il faisait si beau. C’était il y a 20 ans.

Afficher l’image source

 

 

15/06/2018

CE SOIR A LA CHAUMIERE FLEURIE de POUILLON le landau décoré par Josette du quartier de BELOTE

Ehpad La Chaumiere Fleurie (Etablissement public), maison de retraite située à Pouillon, 4 Rue Alfred Longuefosse (Commerces à proximité), fournit une unité Alzheimer. La résidence est habilitée à l’APL et à l’aide sociale et propose des hébergements permanents et temporaires, l’accueil de jour est possible (en revanche pas d’accueil de nuit). Les repas sont assurés par le restaurant interne et les menus sont accommodés par un diététicien , les résidents peuvent profiter de leur famille lors des repas.

Cette maison de retraite dispose de 79 lits répartis dans 75 chambres simples (environ 18m²/chambre) et 4 chambres doubles (environ 25m²/chambre).

https://www.ehpad.fr/residence-ehpad/ehpad-la-chaumiere-fleurie/

 

2018-06-14 josette.jpg

CE SOIR C'EST LA FETE A LA CHAUMIERE FLEURIE

Soirée moules-frites du 15 juin, animée par Les Inoubliables, duo de transformistes burlesques.

Après les vélos fleuris ou les maquettes de moulins, l’équipe de l’Ehpad avait invité les associations du canton à participer au concours du plus beau landau décoré, dans le cadre de la prochaine fête, ce vendredi 15 juin.

***

Je suis allée voir une habituée du concours

représentant l'association du quartier de Belote LA MAYADE

qui a mis ses idées créatives, du temps et son talent

à la confection de ce joli landau original et en même temps "bien dans le coup"

A l'image du Mondial de Foot

Hier soir les dernières touches

josette 008.JPG

josette 007.JPG

Allez ! encore l'aiguille à coudre pour que ses petits sujets

ne soient pas "hors jeu"

josette 001.JPG

Bravo Josette !

Bravo à tes "petites mains" qui ont apporté leur aide

*

 

josette 003.JPG

 TOUT UN SYMBOLE

josette 013.JPG

josette 018.JPG

SOUS TOUTES LES COUTURES ET LES DORURES

de profil, de face

josette 017.JPG

magnifique landau

qui unit dans son coeur

les black, blancs, beurs !

josette 015.JPG

Un landau qui rayonne

josette 014.JPG

josette 004.JPG

 

josette 005.JPG

josette 008.JPG

Josette, je te décerne le ballon d'Or pour ton petit chef d'oeuvre

et j'embrasse toutes ces petites peluches bien vivantes sous tes doigts de fée

 

Résultat d’image pour LE BALLON D'OR

LA MIDINALE EN BONNE COMPAGNIE AVEC Adrien QUATENNENS, député Insoumis du Nord

Ajoutée le 12 juin 2018
 
 
Alors qu'il va bientôt fêter sa première année à l'Assemblée nationale, le député de La France insoumise Adrien Quatennens était l'invité de la Midinale pour un petit tour de l'actualité politique.

 

Retour sur sa première année à l’Assemblée nationale « Grosso modo, la majorité, fait bloc contre tout ce qui vient de l’opposition – et en particulier quand cela vient des bancs de l’opposition humaniste, écologiste et sociale. »
 
« Le débat parlementaire permet de poursuivre le débat dans l’opinion. »
« Ce que nous portons, les propositions que nous formulons à chaque amendement ou nos propositions de loi, infusent ensuite dans le débat parlementaire. »
« Dès qu’on met un bâton de dynamite dans ce que propose le gouvernement, derrière, on fait systématiquement une proposition. »
Sur la France insoumise aujourd’hui « Avec la France insoumise, il y a un gage de crédibilité. »
« “Macron est le président des riches”, certes, ce n’est pas seulement la France insoumise qui a fait le boulot mais, incontestablement, elle y a contribué par ses démonstrations. »
« Dans le pays, il y a une ambiance de campagne permanente. »
Sur la gauche en tant que concept et en tant qu’étiquette « La question n’est pas de jeter tout un héritage de la gauche. », « Je suis jeune militant avant d’être député et je sais tout ce que le mot gauche comporte et tout ce qu’il veut dire. »
« Un mouvement qui convoque les gens sur le fond plus que sur un étiquetage ou des codes traditionnels, est plus en capacité de rassembler et de faire éclater le plafond de verre qui nous sépare du pouvoir. »
« Je ne considère pas que l’unité soit un préalable, c’est-à-dire que l’unité peut découler d’accords sur le fond mais si on commence à dire que l’unité est un préalable et après que l’on discutera de fond, on se retrouve bien souvent avec des constructions hybrides politiques qui finissent sur une espèce de ventre mou. »
« Se mettre d’accord n’est pas un objectif en soi. » Sur la stratégie de la France insoumise pour les prochaines élections européennes « Plutôt que de faire de l’incantation comme une certaine gauche le fait depuis des années en disant “il nous faut l’Europe sociale, il nous faut l’Europe environnementale” sans jamais véritablement identifier les points de blocage et trouver une solution de manière opérante pour pouvoir y mettre fin, ça reste de l’incantation. »
« Quand Benoît Hamon commence par dire qu’il est d’accord pour discuter avec la France insoumise à la condition qu’elle revoit sa copie intégralement sur les questions européennes, clairement, c’est difficile. »
« Ce n’est pas parce que nous avons des intérêts divergents que l’on ne peut pas s’entendre. »
« Ce sont les tenants de l’Europe libérale qui sont en train de rendre l’Europe détestable. »
« Ce n’est pas la France insoumise qui a poussé au Brexit. Ce n’est pas la France insoumise qui fait que l’extrême droite revient partout dans les différents Parlements en Europe. »
 
Retour sur la dichotomie plan A / plan B « La stratégie plan A / plan B est une stratégie dans le cadre de la conquête du pouvoir au niveau national, pas au niveau du Parlement européen. »
« On ne peut pas, à traités constants, appliquer notre programme et mener une politique ambitieuse écologiquement et socialement. »
« Le plan A, c’est une liste de revendications que nous voulons porter avec nos partenaires européens. »
« Le plan B de sortie unilatérale de l’UE n’est pas un objectif politique en soi. Mais si nous sommes contraints de devoir l’activer, nous l’activerons. »
« Le plan B participe d’une forme de crédibilisation du plan A. »
« Pour l’élection européenne, il va s’agir de faire la démonstration de ce que peut faire un groupe d’insoumis au Parlement européen. »
« Pour les élections européennes, la principale motivation pour les citoyennes et les citoyens, ce sera de mettre une pilée à Emmanuel Macron. »
 
Sur la grève à la SNCF « Le décloisonnement du politique, du syndical et de l’associatif, constitue un point d’étape important. »
« La courte majorité qui concerne que la réforme est une bonne réforme est obtenue avec un bashing médiatique constant. »
« La bataille que les cheminots mène, c’est de montrer que ce sont d’abord les usagers qui subiront l’ouverture à la concurrence. »
« Personne, dans la majorité, ne peut nous faire la démonstration que la mise en concurrence va améliorer quoique ce soit. »
« Nous ne voulons pas la privatisation de la SNCF. »
« Il y a eu quelques reculs avec les mobilisations. »
 
Sur la polémique liée à la programmation du rappeur Médine au Bataclan « Quoiqu’on pense des paroles d’un artiste quel qu’il soit, on ne peut pas museler l’art. »
« On ne peut pas se permettre de faire la police de l’art. »
« Il y a de l’opportunisme politique qui vise à utiliser le passage au Bataclan de cet artiste. »
« On a assez à faire avec le renforcement des anticorps républicains. Il ne faut pas se tromper de combat. »

 

RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE DE JL MELENCHON

 JEAN-LUC MÉLENCHON
 
 
Ajoutée le 14 juin 2018
 
 
Dans ce 66e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient rapidement sur le non passage de la loi « fake news ». Il parle ensuite du vote sur la loi relative à la SNCF. Enfin, il analyse la situation issue du G7 et la logique de Trump avant de parler de la rencontre de ce dernier avec le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-Un.
 
 
Désolés pour le son du générique beaucoup trop fort en début de vidéo ! On a appliqué un filtre audio à l'ensemble de la piste son pour diminuer l'écho et on a oublié de ne pas l'appliquer au générique qui a du coup pris beaucoup trop de volume ! On espère que vos oreilles vont bien quand même...
 
Bonne revue de la semaine à tous, et merci pour ce que vous faites la FI !
 
Jean Luc Mélenchon , le bon sens en action.
 
Bonne RDLS à toutes et à tous !
 
Franchement merci beaucoup monsieur Mélenchon, la clarification de la situation politique est vraiment très intéressante, je vous trouve génial et Antoine aussi
 
En fait je trouve que vous expliquer clairement ce qui se passe dans le monde, ce que ne fond pas les médias nationaux, heureusement que vous êtes là, continuer on vous suits et bon courage pour la suite des combats

Le FMI et la France : encore un abus d’ingérence ! et .. MACRON, pas terrible au niveau mondial

Le FMI et la France : encore un abus d’ingérence !

11 juin par CADTM France


Christine Lagarde et Emmanuel Macron (CC)

 

LE MONARQUE ME DEGOUTE PRFONDEMENT

et LAGARDE.. IDEM !

****

 

 

Le 4 juin dernier, le FMI a publié sa lettre de fin de mission et énonce ses recommandations pour la France. On pourrait croire à une déclaration de politique générale tant cette lettre semble faite de copiés-collés du programme des instances ministérielles et des annonces de l’Élysée. Il y a là une ingérence manifeste et partisane au sens où le FMI dicte ses orientations politiques au gouvernement français et que ces orientations rabâchées jusqu’à plus soif vont toujours dans l’intérêt des classes dominantes.

Il en est ainsi :
- de la réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance chômage (débat en cours sous l’intitulé = « Projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel ») ;
- de celle de la SNCF (« Projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire ») ;
- de la réduction des dépenses publiques (en cours avec le projet Cap 2022 qui prévoit une réduction des dépenses publiques de 30 % de leur montant actuel avec 120 000 suppressions d’emplois dans la fonction publique ;
- du déploiement d’outils macroprudentiels pour éviter des déséquilibres tant que les conditions financières restent favorables (favorables à qui, la lettre ne le précise pas, mais chacun-e aura compris que ce n’est pas pour les classes populaires).

Par « outils macroprudentiels », est-ce la théorie du ruissellement chère à Macron qui veut faire croire que l’enrichissement immédiat de quelques-uns aux dépens du plus grand, finira par provoquer des retombées positives pour tous in fine, théorie dont nous avons pu vérifier l’inanité depuis le fameux théorème d’Helmut Schmidt de 1974 (les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain) ? Ou bien s’agit-il d’un paquet de mesures associant la casse de la protection sociale, des cadeaux fiscaux au patronat et les bras ouverts à la finance ?

Quoiqu’il en soit, face à cette ligue factieuse (Macron-FMI), les chômeurs, les salarié-e-s (à statut ou sans statut) n’ont pas d’autres voies que celui des mobilisations.
Nous n’avons pas attendu que le FMI en remette une couche pour combattre la financiarisation et les injustices de cette société.

Un groupe de citoyens a commencé à mettre à nu le système-dette appliqué à l’assurance chômage et a interpellé le ministère du Travail et la direction de l’Unedic qui, par leur silence, montrent leur peur de la vérité et de la transparence.

La dette de la SNCF a été détricotée par le cabinet DEGEST qui a montré que pour

100 € d’empruntés, si 41 € allaient bien à l’investissement, 59 € servaient le système financier. Les cheminots en sont à leur deuxième mois de grève et malgré les tentatives du gouvernement et de ses chiens de garde (les médias à sa botte), la mobilisation ne faiblit pas.

Du coté des hôpitaux et des Ephads, la lutte continue de même en de nombreux endroits et la population apporte son soutien à ces mobilisations.

Cette lettre de fin de mission constitue un véritable satisfecit politique donné au gouvernement Macron et un encouragement à poursuivre dans la même voie.

C’est une véritable ingérence de la part du FMI, ce qui ne nous surprend pas. Encore une fois, cette institution financière internationale se comporte de façon partisane en faveur des plus riches et des transnationales contre les peuples. Le CADTM appelle à la dissolution du FMI, en grande partie responsable des différentes crises qui se succèdent depuis sa création. L’institution est nuisible pour les populations depuis ses fondations et il faut œuvrer à construire des alternatives respectueuses de l’humain et son environnement, sans quoi la précarité va continuer à se généraliser malgré la croissance des richesses entre les mains d’une élite déconnectée de la réalité.

 ***

*

*

Pourquoi un fonds monétaire international ?

Créé suite aux accords de Bretton Woods, le FMI avait pour but d'équilibrer le système monétaire international d'après-guerre, tout comme la banque mondiale. De nos jours, son principal rôle est devenu le développement du commerce mondial et surtout, la garantie de la solvabilité des pays confrontés à une crise financière, afin d'éviter les dommages collatéraux sur le système financier mondial.

 

***

*

extraits

http://www.revolutionpermanente.fr/Un-desalignement-des-planetes-pour-Macron

Un « désalignement des planètes » pour Macron ?

L'exceptionnel concours de circonstances favorables, certaines conjoncturelles, d'autres plus structurelles, qui ont mené Macron au sommet de l’État et ont assis son pouvoir au cours de la première partie de son quinquennat pourraient bien connaître un brutal retournement.

 

... De manière générale, au niveau mondial, la posture de Macron, qui a voulu surjouer la « romance » avec Trump, au point de se présenter, de façon outrageusement ridicule, comme « l’homme qui murmurait à l’oreille de Trump » est allé de déconfitures en déconfitures : d’abord Trump s’est retiré de l’accord sur l’Iran, infligeant un premier camouflet à « Jupiter », puis il a décidé de mener de façon unilatérale une guerre commerciale contre la Chine et imposé des droits de douane à l’Union Européenne sur l’acier et aluminium, seconde gifle pour Macron. Autant d’éléments qui sont venus faire voler en éclats la posture de rayonnement de Macron, révélant en réalité son impuissance géopolitique, et à travers lui l’impuissance géopolitique de la France. Or ces revers viennent écorner l’image de Macron à l’intérieur, certains analystes se questionnant même sur les résultats, au demeurant nuls, de la « méthode Macron ».

Au niveau européen aussi les choses se compliquent ces derniers temps. Macron apparaît plus seul que jamais, voire même comme le dernier représentant de son espèce : un néolibéralisme en fin de règne, tardif et non-hégémonique. Car l’Allemagne a bien fait savoir qu’elle n’irait en rien dans le sens des mesures prônées par Macron, Merkel restant inflexible dans son refus d’un budget fédéral et de pousser plus avant l’intégration européenne. Pire, l’Italie, ancien bastion néolibéral aux mains de Renzi, est désormais passée dans les mains de la droite nationaliste et l’extrême-droite. De manière générale, les tendances nationalistes et réactionnaires d’extrême-droite semblent gagner du terrain en Europe. Macron est donc plus seul que jamais.

Au-delà d’un « désalignement des planètes », Macron aborde les chantiers à haut-risque de 2019, notamment la réforme des retraites, dans une situation internationale hautement volatile, et potentiellement défavorable. Cela pourrait mener dans l’avenir à une polarisation politique d’autant plus violente et conférer un caractère épileptique aux prochains conflits. Même la chance de Bonaparte a touché à sa fin. Celle de Macron pourrait survenir plus vite que prévu.