logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/01/2013

Fière d'être berrichonne, bin sûr !

Un mail de mes cousins berrichons
**
Quand t'es Berrichon

Tu dis
**
ça va ti ?? oui pi toué?

Il caille pas chaud

s'tantôt, un aga diau  -averse, ondée-
.
tu remplis un siau d'iau,

tu mets des poummes dans un pochon,

tu mets des patins,

tu t'attifes d'un pal’tiau

tu dis "eul’gamin"

du froumage de chieuve

Capture fromage berrry.PNG

Capture Fromage de chèvre 2.PNG

         
tu peux traiter un type de berlaudiot

tu biges tes proches

tu chagnes, tu rag'nasses ! tu grognes

sans compter que tu vas allez couper la bouchure

tu ouvriras le barieau et tu donneras a manger au tauriau avec la bérouette avant de t'prende un aga diau su ste gueule bin sur !!!

Si t'es fier d'être Berrichon, envoie à tes amis!!! > > ET C'EST CA QUI EST BON

***
Vous en voulez encore ?

le vieux parler berrichon ... un véritable patois
....
*
Capture BERRICHON.PNG


S’accrapauder: s’accroupir

Un aga d’iau: une grosse averse « i va tomber un aga d’iau »

Des menteries: des mensonges

« Par avis qu’çà pleuve »: je suis d’avis qu’il va pleuvoir

Une bérouette: une brouette

Des berniques: des lunettes

Une beugne: un coup, « prendre une beugne »

Un beugnon: un beignet

Bardasser: secouer

Beurvacher: boire sans soif, sans nécessité

La biaude: longue blouse flottante bleue portée par les vignerons, les paysans, les gens de la campagne en général

Bijer ou biger: embrasser au sens donner un baiser

Un biquion: un chevreau. Le « qu » se prononce mouillé

Les boueux: les éboueurs

Un bounhoumme: un bonhomme

Bourdir: aller au fossé, ou verser dans une ornière, s’embourber

Le boursicaut ou boursicot: le porte-monnaie

Breuiller: pleurer en criant, « t’as pas fini d’breuiller! I’ breuill’ pour r’en ton drôle »

Châgner: se moquer lourdement, rire de bêtise en se tortillant

« Compter les œufs dans le cul de la poule »: équivalent de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Faire entrer dans ses prévisions des revenus futurs hypothétiques

Coui: gâté, « un œuf coui »

Couiler: grincer (pour une porte ou un gond)

« en cueilleux d’guignes »: sans être préparer d’aucune façon, « il est sorti en cueilleux d’guigne, il est sorti sans rien mettre sur lui »

Dégarciller: détruire par le mauvais usage ou le gaspillage, de manière intentionnelle «il a dégarcillé toutes ses affaires »

Faire dénaître: tourmenter par des tracasseries, des espiègleries

Une drôlière: une jeune fille, « queiuel âge qu’al’a ta drôliére ? quel âge a ta fille ?»

Un échinal (des échinaux): conduite qui va de la gouttière au sol

Emmainter: prendre solidement en main, empoigner

Faignanter: paresser

Flabée: volée de coups portée en correction, « prendre une flabée »

Gucher: jucher, « i va pleuve les oaches sont guchées, il va pleuvoir les oies sont jucher» (proverbe)

Licher: lécher, « a nous a ait une galette aux poum’s de terre à s’en licher les doigts, elle nous a fait une galette aux pommes de terre à s’en lécher les doigts »

Une lichounerie: une gourmandise

Un luma: un escargot

Mainguiouner: faire 4 heures

La margoulette: la figure « il est tombé sur la margoulette = il s’est cassé la figure »

Mascander: saccager ou blesser

Médeciner: traiter une vigne ou un arbre

Patouiller: jouer avec l’eau

Patter: coller aux chaussures, aux bottes (en parlant de terre meuble)

Pochon: sac en papier

Tortuserie: esprit retors, disposition à emprunter des voies tortueuses dans les affaires de la vie courante, inclination à la chicane

Être tortu: être tordu

Raccousiner: rabibocher, réconcilier

Rouatie: avoir la rouatie: être enroué

Tantôt (le): l’après-midi

***

j'ai bien aimé mon retour sur le passé berrichon

de bonnes racines bien solides

Merci Corinne pour ton petit cadeau de Noël

Tu savais me toucher là où ça fait du bien

berry,berrichon,patois,vieux parler

... La nuée s'égouttait sur les buissons et les merles chantaient comme des fous pour une risée que le soleil leur envoyait avant de se cacher derrière la côte du Grand-Corlay.

Les oisillons, par grand'bandes, voletaient devant François de branche en branche, et le piaulis qu'ils faisaient lui réjouissait l'esprit. Il pensait au temps où il était tout petit enfant et où il s'en allait rêvant et baguenaudant par les prés, et sifflant pour attirer les oiseaux. Et là-dessus il vit une belle pive, que dans d'autres endroits on appelle bouvreuil, et qui frétillait à l'entour de sa tête comme pour lui annoncer bonne chance et bonne nouvelle. Et cela le fit ressouvenir d'une chanson bien ancienne que lui disait sa mère Zabelle pour l'endormir, dans le parlage du vieux temps de notre pays :

Une pive

Cortive,

Anc ses piviots,

Cortiviots,

Livardiots,

S'en va pivant

Livardiant,

Cortiviant...

G. SAND

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique