logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/09/2015

AQUITAINE : Lettre ouverte à EELV

Face à l’austérité, les organisations du Front de gauche en Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes proposent à EELV de construire ensemble une alternative sociale, démocratique et écologique.

 

image

Avec Cecile Duflot, à Pau le 12 mars 2015, pour soutenir les candidats FDG/EELV aux élections départementales .

Les élections régionales de décembre 2015 vont se tenir dans un contexte économique et social extrêmement dégradé et préoccupant. Le discrédit de la politique Hollande-Valls, déclinée par le parti socialiste dans l’ensemble des régions, fait le lit de la droite et de l’extrême droite. Comme partout en Europe, la doctrine libérale est à l’œuvre au service des intérêts de la finance. La crise climatique et écologique s’amplifie sans que les gouvernements prennent la mesure de l’urgence qu’il y a à agir. Cela rend plus que jamais nécessaire de construire un projet politique en rupture avec les logiques libérales mises en œuvre dans le pays.

Nous pensons que ces élections régionales doivent donc être une nouvelle étape du rassemblement d’une gauche qui combat l’austérité et veut construire une véritable alternative politique pour engager la transition écologique et répondre aux besoins sociaux de nos concitoyens.

L’enjeu est d’autant plus important que ces élections se dérouleront dans le cadre d’une « réforme » territoriale imposée sans concertation qui va accentuer les logiques de métropolisation et de concurrence entre les territoires, entre les salariés, au service de la guerre économique, au détriment des plus défavorisés.

Dans ce contexte, nous appelons de nos vœux le rassemblement le plus large possible des forces politiques opposées à la politique gouvernementale et engagées dans des démarches citoyennes. Déjà dans un certain nombre de régions, des discussions sont engagées, et des accords FDG-EELV sont en passe d’être conclus. Cette dynamique est positive et nous souhaitons l’amplifier. Afin de peser pour affirmer une voie alternative, une seule solution : nous rassembler ! »

C’est pourquoi nous faisons la proposition d’une rencontre entre le FdG et EELV à l’échelle de la future grande région.

Fraternelles salutations.

Faites écho !

                                                            AVANT

 

Le Limousin rattaché à l' Aquitaine dans la nouvelle carte des régions proposée par le rapporteur PS Carlos Da Silva

 

02/03/2013

"TORDRE LE BRAS" ou CONVAINCRE

« Appeler un chat un chat »

Appeler les choses par leur nom
Être franc et direct

c'est ce qu'on reproche parfois à J.Luc MELENCHON

Pas moi !

***

 

Qu'est-ce que tu nous fais-là, Olivier ? l'expression "tordre le bras" aux sénateurs socialistes (J.Luc MELENCHON) t'a gêné ?  Arrête tout de suite, on a autre chose à dire, à faire en ce moment qu'à se tortiller du ... pour marcher droit.

LES BRAS M'EN TOMBENT !

Tu préfères "convaincre"

Tu es plus jeune, bien plus jeune que la mememiche qui te parle

Alors, sais-tu ce que ça veut dire, TORDRE LE BRAS ?

**

 

TORDRE LE BRAS

C'est

FORCER, OBLIGER QUELQU'UN A CEDER.

Alors, c'est grave docteur, dans la conjoncture actuelle ?

**

Sur ce coup-là, Olivier, je ne suis pas d'accord avec toi

ça veut dire

qu'on ne va pas BAISSER LES BRAS !

qu'on ne va pas RESTER LES BRAS CROISES !

Que c'est une partie de BRAS DE FER qu'on va devoir engager

 parce qu'à force de

NOUS TOMBER DESSUS A BRAS RACCOURCIS,

 ON VA LES FORCER... A TOUR DE BRAS

Si les travailleurs n'ont pas LE BRAS LONG

Même en MANQUE DE BRAS

 

Ils savent que si la loi d'amnistie n'est pas à la hauteur,

en reste là

 ça peut leur

COUTER UN BRAS

**

Alors, Jean-Luc et Olivier

à BRAS OUVERTS

pour prendre les problèmes à BRAS LE CORPS

et LEUR TORDRE LE BRAS

 *********

 www.jean-luc-melenchon.fr

 mar 13 01

 

Pas d’amnistie rabougrie !

Ce billet a été lu 13 305 fois.

Nous ne demandons pas pardon !

Communiqué du 1er mars 2013

Amnistie sociale :
l’amalgame odieux de Laurence Parisot

Guidée par sa haine de classe, Laurence Parisot se livre à un amalgame odieux depuis le vote de la proposition de loi Front de Gauche sur l’amnistie sociale mercredi au Sénat.

La présidente du MEDEF cherche à assimiler l’amnistie sociale à un encouragement au « cassage ». Elle veut faire passer les salariés et les militants en lutte pour de vulgaires casseurs.

Je dénonce son silence sur la violence patronale, les licenciements boursiers, la violence que les travailleurs retournent contre eux-mêmes par les suicides au travail.

La vérité est que la violence salariale est rarissime. Celle du grand patronat en temps de crise est constante.

La réalité est tout autre : c’est le MEDEF qui organise aujourd’hui le saccage du pays, la destruction de l’outil de travail et des droits des travailleurs.

Comme promis j’étoffe ce post. De retour du salon de l’agriculture le clavier me démange d’en faire un petit survol des impressions recueillies au fil des rencontres. J’ouvre le journal et je lis un entretien avec madame Parisot. Elle réclame un nouveau tour de vis sur les retraites. Le départ à 67 ans. Je comprends que la petite musique qui courait sur les plateaux médiatiques va devenir la prochaine grande bataille sociale.

 Je fais donc un point rapide en fouillant dans mes notes. Car la consigne de durcissement vient d’Europe, comme chaque fois qu’il y a un mauvais coup contre les droits sociaux.

Ça ne donne que plus de relief à la bataille engagée sur l’amnistie. La même madame Parisot a commencé la journée du lendemain du vote de la loi au Sénat par une agression verbale contre l’incitation au saccage que serait l’amnistie. C’est elle le chef de la droite. La vraie.

 Celle qui débite les mêmes couplets de haine de classe depuis des lustres à chaque occasion solennelle. Aussitôt, tous les ténors de l’UMP se sont mis en mouvement pour chanter la vieille musique de la défense de l’ordre établi. En fin de journée on en était même au lancement d’une pétition contre la loi d’amnistie.

 Naturellement tout ceci doit nous conduire à redoubler de vigilance et d’activité. Il faut d’abord arracher au gouvernement d’inscrire la loi à l’ordre du jour des débats de l’assemblée.

Puis il faut obtenir la réintégration des condamnés pour avoir secouru des enfants sans papier ou bien les faucheurs d’OGM ou les délits imputés aux paysans en lutte. Et avoir à l’œil ceux des socialistes et des PRG qui sont en train de tourner de l’œil sous les cris de la droite.

 Car on voit bien que si on n’avait pas tordu quelques bras, la loi ne passait pas au Sénat ou elle n’eut le dernier mot qu’avec trois voix d’avance.

Notre victoire partielle doit nous ouvrir l’appétit. Il faut mettre la pression maximum.

 Notez que c’est de cette façon que nous avons mis cette loi dans la lumière. A présent c’est l’occasion d’ouvrir un cycle de défaite pour le MEDEF qui nous nargue depuis des mois en faisant la pluie et le beau temps et en intimidant le gouvernement pleutre.

 Une fois bien sonné sur l’amnistie on cueillera plus facilement l’accord made in MEDEF que nous allons combattre dans la rue le 5 mars prochain à l’appel de nos syndicats. Le tout forme une ligne stratégique de contre offensive de gauche. Bref, tout ne fait que commencer.

***

C'est clair et net. Moi j'ai tout compris

oui

IL FAUT TORDRE DES BRAS

ET

TORDRE LE COU

04/01/2013

Rallumons les étoiles

 

Vidéo vœux PCF : « Réaction totalement disproportionnée d'Harlem Désir » (O.Dartigolles – porte-parole du PCF)

La vidéo humoristique du PCF rappelant les engagements de campagne de François Hollande vient de provoquer une réaction totalement disproportionnée du premier secrétaire du PS.

« Ce clip (…) de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche (…) il est une honte pour ses auteurs » .

Notre clip, incitant à « rallumer les étoiles », ne mérite en rien l'usage d'une artillerie aussi lourde.

Nous convenons que cette vidéo peut susciter des réactions. Mais la première d'entre elle, la plus partagée, avec près de 200 000 visites dés les 2 premiers jours est tout simplement d'en sourire.

1566b2af.jpg

 

"Mieux vaut user aujourd'hui d'un droit de critique, qu'être contraint à un devoir d'inventaire dans 5 ans".

"Sur le fond, nous n'avons fait que reprendre les promesses publiques du candidat Hollande, sans rien bidouiller : ses promesses sur des marqueurs de gauche pour un changement « Maintenant » après 10 ans de droite"

Huit mois après, Harlem Désir devrait plutôt se demander pourquoi cette vidéo rencontre un tel succès. D'une certaine manière, ce clip est une invitation de fin d'année, certes légèrement impertinente, à rappeler à l'ensemble de la gauche que l'année 2013 doit être une année de conquêtes, de luttes face aux puissances de l'argent qui gouvernent, décrites par François Hollande lui même lors de son meeting de début de campagne au Bourget : « Mon véritable adversaire, scandait alors François Hollande, il n’a pas de nom, il n’a pas de visage, pas de parti, il ne sera pas élu, et pourtant il gouverne, cet adversaire, c’est le monde de la finance »

 

"Mieux vaut user aujourd'hui d'un droit de critique,

qu'être contraint à un devoir d'inventaire dans cinq ans". Olivier DARTIGOLLES

 

b9ba0396.jpg

 

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, n'a pas mâché ses mots pour qualifier la vidéo réalisée par le PCF et postée sur Internet, dans laquelle François HOLLANDE égrène ses promesses non tenues sur fond de faux rires. Le clip s'achève sur des voeux de "bonne année de luttes pour 2013".

 

Devant la petite polémique née de la diffusion de ce clip, le secrétaire national du PCF a réagi sur France 2, afin de préciser la portée de cette critique adressée au président de la République.

 

"A travers ce message humoristique, adapté à la période fête, on envoie un message très sérieux aussi : il va vraiment falloir corriger le tir en 2013", a déclaré Pierre Laurent.

Le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, avait déjà répondu à Harlem Désir par voie de communiqué.....

"Sur le fond, nous n'avons fait que reprendre les promesses publiques du candidat Hollande, sans rien bidouiller".

 

L'ex-candidat du Front de Gauche, Jean-Luc MELENCHON, s'est également fendu d'un communiqué pour critiquer vertement la réaction du premier secrétaire du PS.

"Au lieu de vociférer, il ferait mieux de se demander quelle part de vérité si évidente il contient pour que tout le monde rie de si bon coeur en regardant ce plaisant petit film", a réagi le coprésident du Parti de gauche..."

..."Un gouvernement qui roule à contresens"... "réguler le capitalisme est un objectif illusoire", tant ce dernier est incapable de répondre aux enjeux sociaux et que, "même habillé de vert, le capitalisme se moque de la planète".

***

ALTERNATIVE A GAUCHE ?

URGENCE !

Les deux principales composantes du Front de Gauche , le Parti Communiste et le Parti de Gauche, en pleine préparation de leurs congrès respectifs, planchent sur la question.

8191be71.jpg

 

21/04/2012

PLEIN PAU à PAU !!

MELENCHON-NOUS... COEURS D'OUVRIERS... COEURS D'ARTISANS... ETC, ETC... qui sommes-nous ?

18/04/2012

PAS DE BAILLON POUR CES ARTISTES

qui ont animé avec brio le pique-nique géant organisé à PAU
à l'initiative d'Olivier DARTIGOLLES, conseiller municipal de PAU,
candidat du Front de Gauche aux Législatives
Directeur de campagne de J.Luc MELENCHON
2012 PIQUE NIQUE PAU MELENCHON 27.jpg
Asma la jolie danseuse
2012 PIQUE NIQUE PAU MELENCHON GROUPES.jpg
2012 PIQUE NIQUE PAU MELENCHON GROUPES1.jpg
P1620791.JPG
P1620807.JPG
P1620802.JPG
P1620789.JPG


 

 

P1020311.JPG

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique