logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/09/2014

JE SIGNE POUR LA VIe REPUBLIQUE

Capture politique à gauche.PNG


N° 140 - 19 septembre 2014  
6e République :
Objectif 100 000 signatures !
En une semaine, plus de 25 000 personnes ont signé pour la 6e République ! C'est un succès ! Il faut désormais l'amplifier. Pour cela, signez et faites signer autour de vous !
Je signe ou je fais signer...
   
6e République : la souveraineté populaire jusqu'au bout
Dans une tribune publiée le vendredi 19 septembre dans « Le Monde », Jean-Luc Mélenchon appelle à une 6e République pour libérer l'économie de la finance et reconquérir la souveraineté populaire dans tous les domaines.

Lire la tribune...
 

Je signe pour la 6e République

Changez la Constitution pour rendre le pouvoir aux citoyens !

N’attendez pas les consignes !

Les initiateurs de notre mouvement sont ceux qui décident, à cet instant, d’agir ensemble.

Notre mouvement commence comme un réseau social. La « toile » est la plus grande place publique de notre pays.

Ici, place au peuple !

Je demande l’élection d’une assemblée constituante qui fonde avec les citoyens la 6e République. Une République débarrassée de la monarchie présidentielle et fondant les nouveaux droits personnels, écologiques et sociaux dont notre pays a besoin.

Je recevrai par mail les informations sur le Mouvement pour la 6e République.

 

Je demande l'élection d'une assemblée constituante

Lire le texte
Je signe !

Partager cet appel avec vos amis :

   

31841 signatures

***

*

J'ai signé... J'ai reçu ce mail

 

Cher partisan de la 6e République,

Vous avez signé pour la 6e République. Comme vous, nous sommes plusieurs dizaines de milliers de citoyens à l’avoir fait en quelques jours. Continuons, pour que nous soyons 100 000 !

Ce mouvement de société ne fait que commencer. D’ici quelques semaines, la plateforme m6r.fr vous permettra de participer directement aux prochaines étapes de ce réseau citoyen. Bientôt, nous pourrons y débattre et voter sur les propositions qui seront avancées par les participants.

D’ici-là, vous pouvez déjà agir :

– En invitant vos amis ou contacts à signer en ligne pour la 6eRépublique en leur envoyant ce lien : www.m6r.fr/je-signe
– En faisant connaître notre réseau citoyen grâce à des bannières internet, des affiches papier à imprimer  et à coller là où vous vivez, ou encore des petits tracts à imprimer et à déposer dans les boîtes aux lettres de vos voisins.
– En nous signalant vos talents, métiers ou activités que vous voudriez mettre bénévolement à disposition de notre réseau, en cliquant ici.

Nos seules forces, nous les trouverons en nous-mêmes.

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue »

Victor Hugo

Jean-Luc Mélenchon

***

*

D'ici quelques semaines

 m6r.fr m6r.fr m6r.fr m6r.fr m6r.fr m6r.fr m6r.fr

 

21/06/2014

CHAUD, LE MOMENT CHAUD !

N° 135 - 20 juin 2014  

 

Capture MELENCHON.PNG

 

Chaud, le moment chaud !
Ce week-end se tenaient les conseils nationaux du PG, du PCF et d'EE-LV. C'est l'heure de la réflexion et de la discussion, après des mois passés dans l'action ininterrompue. Le Conseil national du PCF a adopté la notion de " Front du peuple " ; celui d'EELV appelle à ne pas voter le budget rectificatif. Ça chauffe ! Cela d'autant plus que les luttes sociales se multiplient. Notre rôle est donc plus que jamais d'œuvrer aux côtés de celles et ceux qui luttent, et d'aider à notre mesure. Plus le front social sera actif, plus la scène politique sera ébranlée...
Lire le billet...

AGENDA

Dimanche 22 juin à 18h10
Invité de Tous Politiques sur France Inter
Emission diffusée en direct sur France Inter et France 24

Du mardi 1er au jeudi 3 juillet
Session du Parlement européen à Strasbourg

Du lundi 14 au jeudi 17 juillet
Session du Parlement européen à Strasbourg

VIDÉO DU MOMENT

Clin d'œil aux candidats du bac de français
Cette année, Victor Hugo était à l'honneur dans le sujet du bac de français des séries S et ES. En guise de clin d'œil aux candidats à cet examen, nous vous proposons de redécouvrir cet extrait du discours prononcé à Limoges, le 4 avril 2012...
Voir la vidéo...

ARGUMENT

La bataille du rail est un combat d'intérêt général
Dans les grands médias, la grève des cheminots est presque exclusivement traitée de la même manière : on interroge des « usagers » qui se disent « pris en otage ». Criminalisée par le langage, la grève est immédiatement disqualifiée. Une fois encore, on nous vole le sens des mots en mettant sur le même plan grévistes et terroristes. Pourtant, la lutte des cheminots est d'intérêt général : il s'agit de préserver le service public du rail...
Lire l'argument...

PRÊT À DIFFUSER

EUROPE

Royal et Le Foll sont-ils OGM ?
Le 12 juin dernier,
les ministres de l'Environnement rassemblés au Conseil européen se sont mis d'accord pour réformer le processus d'autorisation des OGM. On devine dans quel sens…
Lire le billet...

PAS VU DANS LES MÉDIAS

Pour un peuple d'intermittents et de précaires ?

Le lundi 16 juin se tenait une journée nationale d'action des travailleurs de la culture. Le Parti de Gauche soutient leur lutte et apporte quelques arguments utiles pour combattre l'idée que les intermittents seraient des « privilégiés »...

 

Parti de Gauche sur facebook LePG sur Twitter Le Parti de Gauche sur Google+  • rss.png • .txt
Le Parti de Gauche Adhésion Nous soutenir La Gauche par l’exemple Place au peuple !

COMMUNIQUÉS

 •

Pour un peuple d’intermittents et de précaires ?

Samedi 14 Juin 2014
  Jean Michel Gremillet

2014-02-19intermittents.jpg

Ce sont 100.000 artistes et technicien-ne-s qui sont concernés par le projet de nouvelle convention de l’Unédic, soit 3,5% des millions de chômeurs que compte actuellement notre pays.

Quels qu’ils soient, ils sont victimes d’un capitalisme qui ne fonctionne qu’à la course à toujours plus de profits. Le MEDEF en porte une grave responsabilité, et voudrait imputer aux seuls intermittents et aux intérimaires une grande part du déficit de l’assurance-chômage.

La convention, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, prévoit notamment le durcissement du délai de carence entre le salaire et le début de l’indemnisation, précarisant encore un peu plus ceux qui le sont déjà. Rappelons que ces « privilégiés » que sont les intermittents du spectacle disposent d’un revenu annuel moyen de 9000 euros. Le gouvernement vient de missionner un de ses députés, pour « répondre à certaines inquiétudes exprimées sur la situation des intermittents du spectacle ».

Or, ce médiateur déclarait quelques jours avant le début de sa mission qu’il soutenait la volonté du ministre du travail d’agréer la nouvelle convention ! Une fois de plus, le MEDEF entend imposer la réduction des droits sociaux, avec la complicité du gouvernement. Les syndicats et collectifs d’intermittents qui s’opposent à l’accord sont aussi forces de propositions. C’est un vaste chantier qu’il faut ouvrir autour de la question de la rémunération des artistes, et le Parti de Gauche en prendra sa part.

La force d’un peuple est dans son imagination. Que seront demain nos théâtres et nos écrans sans les artistes ? Qu’en sera-t-il des arts de la rue ? des concerts ? de l’ensemble des activités culturelles qui n’existent aujourd’hui que par le travail des intermittents ? Miroir de la société, cette création interpelle notre regard sur le monde, participe de l’émancipation du citoyen. Un théâtre, un cinéma, c’est l’âme d’une cité. Et souvent, un festival est le premier atout économique d’un territoire.

- See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/pour-un-peuple-d-intermittents-de-precaires-28591#sthash.4eJLYwQS.dpuf

 

Ce sont 100.000 artistes et technicien-ne-s qui sont concernés par le projet de nouvelle convention de l’Unédic, soit 3,5% des millions de chômeurs que compte actuellement notre pays.

Quels qu’ils soient, ils sont victimes d’un capitalisme qui ne fonctionne qu’à la course à toujours plus de profits. Le MEDEF en porte une grave responsabilité, et voudrait imputer aux seuls intermittents et aux intérimaires une grande part du déficit de l’assurance-chômage.

La convention, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, prévoit notamment le durcissement du délai de carence entre le salaire et le début de l’indemnisation, précarisant encore un peu plus ceux qui le sont déjà. Rappelons que ces « privilégiés » que sont les intermittents du spectacle disposent d’un revenu annuel moyen de 9000 euros. Le gouvernement vient de missionner un de ses députés, pour « répondre à certaines inquiétudes exprimées sur la situation des intermittents du spectacle ».

Or, ce médiateur déclarait quelques jours avant le début de sa mission qu’il soutenait la volonté du ministre du travail d’agréer la nouvelle convention ! Une fois de plus, le MEDEF entend imposer la réduction des droits sociaux, avec la complicité du gouvernement. Les syndicats et collectifs d’intermittents qui s’opposent à l’accord sont aussi forces de propositions. C’est un vaste chantier qu’il faut ouvrir autour de la question de la rémunération des artistes, et le Parti de Gauche en prendra sa part.

La force d’un peuple est dans son imagination. Que seront demain nos théâtres et nos écrans sans les artistes ? Qu’en sera-t-il des arts de la rue ? des concerts ? de l’ensemble des activités culturelles qui n’existent aujourd’hui que par le travail des intermittents ? Miroir de la société, cette création interpelle notre regard sur le monde, participe de l’émancipation du citoyen. Un théâtre, un cinéma, c’est l’âme d’une cité. Et souvent, un festival est le premier atout économique d’un territoire.

- See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/pour-un-peuple-d-intermittents-de-precaires-28591#sthash.4eJLYwQS.dpuf

20/03/2014

GAUCHE ? DROITE ?

 "Maman c'est quoi la différence entre gauche et droite ?"

 

Résumé en deux mots :

"La droite défend l'ordre et les privilèges"

L'Ordre ? Quel ordre ?

"La gauche défend l'intérêt général, l'intérêt collectif, 

travaille au bien commun"

Oui, là j'ai compris. C'est pas pour sa bobine,

c'est pour que ça profite à tous.

- Oui, c'est ça !

****

Tiens, je vais te citer un exemple précis :

A GAGNY, quand le maire (communiste) de l'époque, a demandé leur avis, aux habitants d'un quartier d'une zone pavillonnaire pour la réalisation d'un gymnase à côté de votre école, ils ont tous refusé :

"Non, on n'en veut pas, ça dévaloriserait notre pavillon, on le vendrait moins cher". "et puis on veut notre tranquillité, etc.."

Quid de l'intérêt des enfants ?

Et les élèves du Primaire ont continué à se rendre à pied au stade, perdant du temps sur leur cours de gymnastique, empruntant un trajet à risque avec la circulation des véhicules.

ça c'est un comportement de droite.

On défend son bien personnel, son intérêt particulier.

***

*

 

Depuis quand les notions de gauche et de droite ?

Rappelons-nous

Gravure satirique de la Révolution française :
le tiers état écrasé par la taille, les impôts et les corvées

 

L'Ancien Régime se caractérisait par une monarchie absolue et de droit divin et une inégalité sociale fondée sur des privilèges de naissance pour la Noblesse et le rôle important joué par le Clergé.

Il n'y a pas de constitution écrite et c'est le roi qui incarne l'Etat.

Bien que symbolisée par la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, l'abolition de l'Ancien Régime s'est déroulée en plusieurs étapes :
- Abolition des droits féodaux et des privilèges le 4 août 1789,
- Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, le 26 août 1789,
- première Constitution écrite en 1791,
- abolition de la monarchie et proclamation de la République le 21 septembre 1792.

 

Atteinte dans ses biens après l'avoir été dans son orgueil par la suppression des ordres (noblesse, clergé) et des privilèges, la Noblesse a voué à la Révolution une haine inexpiable.

Historiquement, lors de la Révolution Française, les membres de l'Assemblée Constituante qui étaient favorables au roi avait pris l'habitude de se placer à droite de l'hémicycle, tandis que ses opposants s'installaient à gauche.

 

Ce positionnement droite/gauche au sein de l'Assemblée Nationale est demeuré, même après la fin du monarchisme, hormis pendant la première Assemblée nationale structurée en "gironde", en bas, (députés proches du pouvoir) et en "montagne", en haut (députés de l'opposition).

**

Les notions de droite et de gauche renvoient à une opposition en politique, qui depuis la France de 1789, s'est étendue dans une grande partie des systèmes politiques d'assemblée.

Politiquement, le terme "droite" désigne des courants ou partis mettant en avant la rigueur morale et un certain conservatisme, ce qui fait qu'en France, les hommes politiques ont longtemps refusé de se définir comme étant de "droite".

L'ordre, le travail, la famille et la responsabilité individuelle sont plutôt considérés comme des valeurs de droite,

tandis que la gauche s'intéresse davantage à la justice sociale, l'égalité, la solidarité, l'humanisme, la laïcité.

 

 **

*

Le parti de l'Ordre était en France en 1848, sous la Deuxième République, le regroupement non réellement structuré de personnalités conservatrices, partisanes – comme l'indique son nom – de l'ordre, de la sécurité et des bonnes mœurs.

Le parti était composé de monarchistes légitimistes, surtout d'orléanistes mais aussi de républicains adeptes de la république américaine. Ses chefs de file étaient Adolphe Thiers, François Guizot, le comte de Montalembert, le comte de Falloux ou encore Alexis de Tocqueville.

 Cette comparaison historique n'a pour mérite que de rappeler que le concept d'ordre traverse les différents courants politiques de droite en France depuis maintenant plus d'un siècle.

****

*

PARTI DE L'ORDRE... QUEL ORDRE AUJOURD'HUI ?

François FILLON, n'a pas dit autre chose quand il a affirmé devant les députés de la majorité sortante en février dernier: «L'UMP doit dire qu'elle est le parti de l'ordre.»

Comme l'a très bien énoncé Henri GUAINO à plusieurs reprises pendant la campagne, «la droite représente l'ordre et l'autorité, la gauche la justice et le progrès».

Cette présentation a le mérite de montrer que la ligne de partage entre la droite et la gauche traverse le cœur de chaque citoyen.

Il ne s'agit pas d'être manichéen en disant que la droite ne se soucie pas de justice ou la gauche pas d'autorité,

mais de reconnaître que ces deux grandes forces politiques, ...  ne mettent pas les mêmes principes ni les mêmes valeurs en avant.

**

*

 En cela, l'ordre est l'exact antithèse du progressisme dont se réclame le plus souvent la gauche, qui voit le progrès comme un mouvement irrésistible qu'il s'agit d'accompagner et non de construire.

****

L'ORDRE

Au-delà de la demande légitime de sécurité

 

L'ORDRE ECONOMIQUE

coût du travail

... Équilibre dans les échanges commerciaux avec la nécessité de redonner à la France de la compétitivité face à l'aggravation de son déficit commercial.

Cela passe par la question du coût du travail (et en particulier du financement de la protection sociale)

 

L'ORDRE SOCIAL

Les élus de droite et d'extrême-droite dans le cortège de la "Manif pour tous" à Paris (Thomas Samson/AFP)

En matière juridique, cela impose notamment de ne modifier le Code civil qu'avec beaucoup de précaution. Sans s'enfermer dans un conservatisme rigide, il est du devoir du politique de résister à certaines modes ou pressions issues de groupes sociaux. La droite agit trop souvent en réaction au progressisme de la gauche sur ces questions de société : c'est ce qui a conduit le groupe UMP de l'Assemblée nationale, sous l'impulsion du député Hervé Mariton, à lancer une réflexion en 2009 qui a aboutit à un très bon rapport intitulé "REPRENDRE LA MAIN SUR LES QUESTIONS DE SOCIETE.


L'ORDRE INSTITUTIONNEL

LES MODES DE SCRUTIN

L'ordre institutionnel passe aussi par un mode de scrutin qui permette de dégager clairement une majorité qui puisse appliquer son programme sans donner lieu à d'interminables négociations entre les partis d'une coalition gouvernementale.

La droite doit donc défendre jusqu'au bout la logique de le Ve République en refusant la proportionnelle et en faisant du président de la République le chef naturel de la majorité parlementaire.

 L'ordre est le principe qui semble le mieux correspondre à ce qu'est la droite,

et dépasse largement le seul sujet de la sécurité

***

 

... La droite obéit à l’idée d’un univers qui la précède, la légitime, et qu’elle doit soutenir.

La gauche est plus un projet (de vie moins dure, de plus grande justice, de recherche d’égalité) qu’une certitude qui s’appuierait sur un « ordre » préexistant ou sacré.

Si la droite soutient le monde, la gauche le construit.

Si la droite légitime l’ordre des choses, la gauche le conteste.

La droite c’est le choix de l’ordre, divin ou naturel, immémorial et sacré. Les hommes et la société doivent le maintenir et non le subvertir.

L’ordre des choses ne satisfait pas la gauche. Comme elle ne le trouve pas forcément respectable, elle est plus sensible à ses contraintes, ses abus, qu’à son caractère « sacré ».

La pauvreté, la domination politique, l’exploitation sont les manifestations concrètes de cet ordre, des réalités que la gauche conteste.

... Ainsi la droite croit en des frontières rigides balisant la vie sociale. Elle veut que chacun soit à sa place, que l’homme soit homme et la femme femme, que le serviteur soit le serviteur et le maître le maître, que le nègre soit le nègre et le blanc blanc, que les enfants soient les enfants et les parents les parents, etc. ...

Les Blancs et les Noirs, les patrons et les ouvriers, les juifs et les chrétiens, les Asiatiques et les Américains, les voyous et les princes, les gens de bonne éducation et les grossiers personnages ne doivent en aucun cas se mêler.

Et ils le font pourtant et justement où ? Au plumard. Car en effet, les femmes et les hommes doivent se mêler. Et se mêler au plus près, physiquement en quelque sorte. C’est le seul cas où les frontières doivent être franchies...

****

 

Tout ça c'est pas moi qui l'invente

*

 Alors, gauche, droite ?

Chacun fait ce qui lui plaît, plaît, plaît, plaît

EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE et ... EFFETS SECONDAIRES

 

 

 

18/02/2012

LA GAUCHE EST DE RETOUR

DES DATES A RETENIR

**
20 FEVRIER -18 h 30
-avec Henri PENA-RUIZ (P.G.) et Pierrette FONTENAS (P.C.F.)
à MONT-DE-MARSAN
LANCEMENT DU COMITE DE SOUTIEN DU FRONT DE GAUCHE
21 FEVRIER - 20 h 00
CROUPIONNADE DU MARDI-GRAS A CASTELNAU-CHALOSSE
23 FEVRIER - 18 H 30
Avec Hervé BRAMY, Conseiller Général à CAPBRETON "Planification Ecologique"
24 FEVRIER - 18 H 30
à LESPERON - en présence des candidats aux Législatives

img293.jpg


img295.jpg

img296.jpg


img294.jpg


 

 

Capture BLOG.JPG

17/05/2011

SOUS LE CHOC

LA PULSION aurait-elle terrassé  L'AMBITION ?

C'est possible ! "comme le coup de boule de ZIDANE"

rappelait un écrivain à la T.V.

C'est possible et ça nous laisse désemparés dans ce cas-là

*

*


Présomption d'innocence pour l'un - ce qui est normal-

et rien pour la dame  qui pourrait prétendre aussi à la présomption de sincérité ?

*

*

C'est Clémentine AUTAIN qui a rué, avec raison, dans les brancards

img798.jpg

**

Interview dans ELLE

blog de Clémentine AUTAIN

Sur votre blog, vous vous interrogez : « Qui a une pensée pour la femme de chambre ? ». Pourquoi ? J’ai regardé abondamment les informations depuis hier et j’ai l’impression qu’un consensus s’est établi. La plupart de ceux qui réagissent à cette affaire appelle à « penser à l’homme qui traverse cette épreuve ». Il n’y a aucun mot pour la femme qui a déposé plainte, et peut-être, je dis bien peut-être, a été victime d’une agression sexuelle. Ce sont deux poids deux mesures qui me laissent stupéfaite. Ce n’est pas une lecture féministe des choses mais une lecture de classe : la femme de chambre qui est invisible et le patron du FMI qui reçoit des messages d’encouragement. Les faits ne sont pas établis, il faut respecter la présomption d’innocence mais il n’est pas exclu que cette femme ait été violée. Et il faut rappeler que le viol est un crime. Je suis stupéfaite par le manque de considération à l’égard de cette femme de ménage. Tout le monde a le mot « décence » à la bouche mais la décence, ce serait d’avoir au moins un mot pour cette femme.

Beaucoup de personnes font aussi l’amalgame entre le viol et les relations extraconjugales ? Il y a beaucoup d’amalgames et une grosse part de sidération. Il s’agit de prendre du recul car la scène qui s’écrit, la femme de chambre qui piégerait le directeur du FMI, ça ressemble à un thriller. Derrière la sidération, il y a des faits politiques. C’est l’acte de domination d’un sexe sur l’autre. Les femmes qui ont subi des violences n’oublient jamais, il y a des traumatismes gravissimes. Cela me renvoie à des choses dures.

Pourquoi à chaque fois qu’une femme dit qu’elle a été victime de violences, on se demande si elle dit vrai ?
Cela déligitime la parole des femmes. Pourtant, c’est un acte difficile de porter plainte, ce n’est pas drôle pour cette femme et sa famille. Dans toutes les campagnes contre le viol lancées par les féministes, on insiste sur le fait qu’il faut briser le silence sur ce sujet là. Dans cette affaire, on parle essentiellement de l’image de la France et des primaires du Parti socialiste. C’est très important mais il est question d’une affaire d’agression sexuelle. Les violences faites aux femmes sont un sujet politique aussi, on doit en parler.

Il y une omerta qui pèse sur les hommes de pouvoir selon vous ? Quelles que soient les conclusions, cette affaire pose les questions de l’abus de pouvoir par un certain nombre de responsables, pas forcément que politiques, qui usent de leurs positions de chef pour obtenir des relations sexuelles. Beaucoup de femmes font des récits, dans le secret, la confidence, où elles expliquent que tel patron les a harcelées, que tel autre leur a mis un coup pour obtenir une relations sexuelle. Ce sont des faits extrêmement banals. Quelles que soient les suites de cette affaire, il faut que la justice fasse son travail, une question doit être soulevée : celle de la violence faite aux femmes. Elle est trop souvent tue, il y a une omerta sur ce sujet. Les femmes ressentent de la honte quand elles subissent du harcèlement ou des violences, elles n’osent parfois pas en parler, il faut pourtant que cela ne soit plus tabou, que ces hommes soient punis, il s’agit d’actes extrêmement graves.

*

Mais trois jours après l’arrestation du directeur du Fonds monétaire international, hommes politiques et associations commencent à souligner l’absence de commentaires sur la “présumée victime”.

Mardi matin, sur France Info , Clémentine Autin affirmait : “Il n’est pas exclu qu’une femme ait été victime d’un viol dans cette suite du Sofitel.” Pour l’ex-adjointe au maire de Paris, il est nécessaire d’avoir “un peu plus d’égards” pour cette femme de chambre “invisible”, “au nom de toutes les victimes de violences sexuelles qui ont énormément de mal à parler”.

Un peu plus tôt, Caroline de Haas, porte-parole de l’association Osez le féminisme rappelait qu’“à quasiment aucun moment on n’entend parler de la plaignante, de son point de vue à elle, de ce qu’elle a pu ressentir”. “Je comprends que des femmes victimes de violences se sentent assez choquées par la façon dont est traitée médiatiquement cette affaire”, a-t-elle renchéri.

Alors que la France se réveillait à la nouvelle de l’arrestation de DSK dimanche, le président du parti de gauche Jean-Luc Mélenchon postait une note sur son blog :“il y a une victime, il faut le rappeler. Je suis un peu surpris de voir que personne n’a l’air de se préoccuper de la femme de chambre de l’hôtel”.

 

*

DSK "échangiste", " dragueur", "séducteur"

n'en fait pas un violeur

Un abime que je ne saurais franchir

**

img797.jpg

**

 

img800.jpg

*

*

 

img799.jpg


*

*

 

img801.jpg

*
*
img796.jpg

LA GAUCHE NE DEVRA PAS SON SUCCES AUX SOUBRESAUTS TELECOMMANDES DES SONDAGES

NON PLUS QU'A LA SEDUCTION D'UN INDIVIDU,

MAIS A SA CAPACITE A REPONDRE AUX ASPIRATIONS D'UN PEUPLE BLESSE PAR QUATRE ANNEES DE SARKOZYSME

irrité par l'arrogance des oligarques,

agacé par l'indifférence des puissants à  l'égard des souffrances.

C'est donc de programmes, de propositions,

d'audace dont il s'agit de parler.

Et d'une ambition sociale qui enfin ne se désagrège pas au premier froncement de sourcil des actionnaires du CAC 40.

Tandis que l'inculpation de DSK faisait la une des médias,

Pierre Laurent appelait au Blanc-Mesnil à se mobiliser contre la vie chère.

C'est sans doute plus bénéfique à la gauche que les ritournelles du bal des présidentiables.

*

Ainsi, le malheur de l'un ou la souffrance de l'une

ne fera pas le bonheur d'un autre,

remparé dans son château de l'Elysée et assiégé par son impopularité.

Patrick APEL-MULLER ( La gauche n'est pas orpheline)

Humanité du mardi 17 mai 2011

**

On a vraiment d'autres chats à fouetter

VIE CHERE ...ECOLE...HOPITAL

Ce n'est pas le carnet rose de CARLA BRUNI SARKOSY

qui va nous endormir et nous rendre béats

*

Pas moi en tout cas

***

*


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique