logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/12/2013

JUSQU'OU IRONT-ILS ?

 IL A TOUT DIT

Capture BARTHES.PNG



OH PUTAIN … MANDELA !!!

Jusqu’où iront-ils ?
Ceux qui ont forgé vos chaînes et trainé dans la boue,
Vous et tous ceux qui dans des cortèges manifestaient
« Partout » dans le monde pour votre libération,
En France, les communistes en première ligne
Et les lecteurs de « Témoignage Chrétien »,
Quelques autres encore, mais peu, si peu
Et maintenant tous vous encensent
Hier ils vous étiquetaient de terroriste
Elles sont de crocodile leurs larmes
Vous êtes devenus exemplaire à leurs yeux …
Une fois mort !
Ils vous qualifient de pacifiste
Ils zappent militant révolutionnaire
Et votre visée communiste.
Mais où donc étaient-ils tous ces pisses copies
Quand vous leviez le poing … vous leur faisiez si peur !
Ils parlent de recueillement
Tel Président invite tel prédécesseur
Union sacrée … mon … !!!!

Je vous vouvoie Monsieur
En réaction à leur puante empathie
Pour un peu telle ancienne ministre française Black,
Tel ministre de droite version collabo avec son extrême,
Comble du comble, la Marine bleue,
Ils y vont de leur couplet pour un hommage trop appuyé.

Il vous a serré la louche un jour,
Elle vous a croisé dans telle ou telle réception au ministère,
Il, elle vous a approché … utilisé, peut-être, sûrement,
Et ils continuent, marchands de contes à dormir debout
Leurs « pas si lointains amis » coupaient les mains à Victor Jara !
Longtemps dans le couloir de la mort, aujourd’hui encore,
Mumia Abu Jamal croupit toujours en tôle chez Obama,
Léonard Peltier militant anticolonialiste, aussi.

De sa prison Israélienne, Marwan Barghouthi militant Palestinien écrit pour Mandela :
« Vous avez dédié votre vie à la cause de la liberté et de la dignité, de la justice et de la réconciliation, de la paix et de la coexistence. Beaucoup maintenant honorent votre lutte dans leurs discours. En Palestine nous promettons de poursuivre le combat pour nos valeurs communes, et d’honorer votre combat pas seulement par des mots, mais aussi en dédiant nos vies aux mêmes objectifs. »
Et où sont les voix de ces nouveaux noirs de cœur, blancs de peau
Qui vous font des louanges posthumes ?
Que disent-ils d’Abu Jamal, Peltier et Barghouthi ?
Au mieux ils sont silencieux,
au pire ils jettent des bananes à une ministre de la République !

Oh Putain Mandela, comme leurs louanges vous salissent toujours !
Hypocrites, hypocrites … ces marchands de sommeil
Je sais, je sais, ma colère sera jugée excessive,
Pas convenante, pas consensuelle,
Déplacée évidemment,
Et alors ! Suis-je un illuminé ?
Ou une petite voix qui dit non,
Comme chantait Ferrat d’en
Groupe, en ligue, en procession.

Osons, camarades, démasquer les faux derches,
Haussons le ton, prenons la parole qu’ils nous entravent,
Les socio-démocrates gnagnas, les droitiers très à droite, la Marine très adroite.

Monsieur Mandela,
pardonnant à vos geôliers, vous étiez visionnaire.
Vos mots étaient cinglants, sanglants
votre parole forte aux corps suppliciés
Je sais, je sais, il faut leur pardonner et
Refuser vengeance, mais pas perdre mémoire !
Vos encenseurs du moment,
Se refont virginité sur votre nom,
Honte à eux !

Ça va leur passer vite, demain ils expulseront encore,
S’essuieront les pieds sur les Roms,
et laveront leurs mains aux nazillons gueulards,
Traineront dans la boue des tribuns ouvriers,
embastilleront des syndicalistes !
ça leur passera vite la compassion
pour la ferveur de votre peuple.

Déjà ils vomissent Castro, Le Che et Hugo Chavez
Terroristes, terroristes …
Lutte armée disiez-vous, après la non-violence.
Ils font taire les empêcheurs d’exploiter en rond,
Pour peu ils se feraient tous appeler Rholihlahla,
Ces « fauteurs de trouble » de pacotille …

Oh, camarade Mandela !
Certes l’Arc en ciel …
L’Apartheid ils ont oublié !
Communistes et ANC,
Steve Biko,
Dulcie September,
Joé Slovo,
Desmond Tutu,
Peuple des townships,
Peuple Sud Africain
Peuple d’Afrique …

J’enrage !

Jean-Louis BARTHES le 09 Décembre 2013

09/12/2013

MEME PAS HONTE !

 

img209.jpg

"... S'il y a un pays qui a commis des atrocités indescriptibles à travers le monde, ce sont les Etats-Unis d'Amérique. Ils ne tiennent pas compte des êtres humains.

Ce que je condamne, c'est qu'une puissance, avec un Président inconséquent, et même incapable de penser correctement, veuille maintenant plonger le monde dans un holocauste. Je suis heureux que les peuples à travers le monde, et en particulier le peuple américain, s'opposent à leur propre Président.

J'espère que cette opposition lui fera un jour comprendre qu'il (Georges W.BUSH) a fait a plus grande erreur de sa vie en provoquant un carnage et en voulant faire la police dans le monde, sans aucun mandat des instances internationales. Nous devons le condamner sans réserve".

 

... "Je pense que les Etats-Unis sont devenus ivres de pouvoir." Documentaire MANDELA : THE LIVING LEGEND, 2003

 

EN RIRE POUR NE PAS PLEURER... ILS N'ONT PAS HONTE !

Ils comptent se refaire une virginité sur le dos de Mandela ?

 

Capture mandela cia.PNG

Capture MANDELA.PNG

 

 

Mandela_Obama_Bush_Clinton.jpg

 ... Le prédécesseur de Obama, George W. Bush, a par ailleurs accepté l'invitation à voyager en Afrique du Sud dans l'avion présidentiel Air Force One, a indiqué son porte-parole, Freddy Ford ?. Selon ce porte-parole, Bush et son épouse Laura «ont accepté avec reconnaissance l'invitation du Président et de Michelle Obama à les accompagner en Afrique du Sud dans Air Force One, et à assister à l'hommage au président Nelson Mandela la semaine prochaine».

L'ancien Président Bill Clinton, a, pour sa part, confirmé à ‘CNN’ qu'il irait aussi en Afrique du Sud ??.»Toute notre famille y va», a expliqué Clinton. «Je ne raterais cela pour rien au monde. Je serai juste une personne parmi d'autres. (Mandela) était un vrai ami, et un partenaire formidable quand il était président», a ajouté  Clinton, qui veut «dire au revoir une dernière fois» au dirigeant défunt ? .

**

*

Et ceux-là

COURTOISIE OBLIGE ?


Le président de la République a invité son prédécesseur à l'accompagner dans son avion mardi pour assister à la cérémonie en hommage à l'ancien prix Nobel sud-africain.


Sarkozy et Hollande ensemble pour rendre hommage à Nelson Mandela

 "peaux de lapin, chiffons mesdames !

***

Ils n'ont vraiment rien à voir avec le combat de MANDELA

img209.jpg

En 1952, élu président de la section du Transvaal de l'ANC, et vice-président de l'ANC, porte-parole et leader de la Défiance Campaign, qui commence le 26 juin, il est arrêté à plusieurs reprises et passe quelques jours en prison. Condamné avec dix-neuf camarades en raison du Suppression of Communism Act, il écope de neuf mois de travaux forcés, d'une suspension de deux ans et du premier d'une série d'ordres de bannissement qui l'empêchent d'exercer toute activité politique. Il ouvre sa propre consultation juridique et trois mois plus tard, ouvre Mandela & Tambo, le premier cabinet d'avocats africains d'Afrique du Sud.

 

"La campagne d'insoumission était une étape d'une grande importance politique. Elle a libéré des forces qui ont touché des milliers de nos compatriotes. C'était une façon efficace de donner une fonction politique aux masses, une méthode puissante pour exprimer notre indignation contre les politiques réactionnaires du gouvernement". Discours de Présidence lors du Congrès du Transvaal de l'ANC, également connu comme le discours du "difficile chemin vers la Liberté" 21 septembre 1953

"Le but était d'enfreindre six lois et d'aller en prison. Ainsi on attirait l'attention du pays et du monde sur nos doléances. Sur le fait que nous voulions nous débarrasser de la peur de l'homme blanc, qui paralysait tout le monde, la peur de ses tribunaux, de sa police, de son armée.

Nous voulions que les gens sachent qu'ils pouvaient résister à l'injustice, aller en prison et en sortir quand même. Nous voulions instiller un esprit de résistance, et aussi créer l'unité." Conversation avec Richard Stengel, vers mars 1993

img209.jpg

La réconciliation de MANDELA, c'était : "liés entre eux par un destin commun, il n'y aura plus de Blancs et de Noirs, mais seulement des Sud-Africains, libres et fiers. Fiers de faire partie de la même famille".

 

img209.jpg

"Tant que la pauvreté, manifestation flagrante de l'inégalité, subsiste sur la planète, la lutte que mes camarades et moi avons menée avec nos partenaires internationaux solidaires n'est pas terminée". Réunion des ministres des finances au sommet du G8, GLENEAGLES, ECOSSE, 4 Février 2005


Ce n'est pas avec ces copains, coquins comme cochons que ça va s'arranger.

06/12/2013

MADIBA ... MANDELA



Ceux-là ont chanté pour sa libération quand il était encore en prison.

D'autres, qui l'honorent, l'encensent aujourd'hui... toute honte bue, n'ont pas levé le petit doigt pour condamner l'apartheid et exiger la libération de ce grand homme, humble, humaniste, tolérant qu'ils traitaient de terroriste.

ça a quand même duré 27 ans !

 Stevie Wonder & Nelson Mandela

Le premier artiste de renommée mondiale à avoir saluer le combat de Nelson Mandela, c'est Stevie Wonder. On est en 1984, Stevie Wonder reçoit l'Oscar de la meilleure chanson originale pour I Just Called to Say I Love You, morceau écrit pour le film La fille en rouge.



Sur scène, il dédie ce prix à Nelson Mandela qui est alors emprisonné. "I would like to accept this award in the name of Nelson Mandela" lance Stevie Wonder. En Afrique du Sud, cette chanson est bannie des ondes.

 En 1988, Nelson Mandela est toujours en prison quand les plus grandes stars de la musique se réunissent à Londres, au Stade de Wembley, pour fêter ses 70 ans avec 11 heures de musique sans interruption. Pour l'occasion, le groupe écossais Simple Minds écrit ce qui deviendra un hymne planétaire : Mandela Day.

En plein apartheid, Johnny Clegg, qu'on appelle le zoulou blanc, lui dédie une chanson qui mêle le zoulou et l'anglais. Une provocation à l'époque. D'autant qu'il la joue avec son groupe sud-africain Savuka, composé d'hommes noirs et blancs. C'est ce tube, Asimbonanga, qui signifie : "Nous ne l'avons pas vu"

.


Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
Oh the sea is cold and the sky is grey
Look across the Island into the Bay
We are all islands till comes the day
We cross the burning water
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
A seagull wings across the sea
Broken silence is what I dream
Who has the words to close the distance
Between you and me
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona
Asimbonanga
Asimbonang' uMandela thina
Laph'ekhona Laph'ehlikhona

Dès 1986, Bernard Lavilliers évoque l'apartheid en Afrique du Sud. L'album s'appelle Voleur de feu et la chanson Noir et Blanc. Michel Fugain évoquera à son tour la captivité de Nelson Mandela dans sa chanson La liberté, demandez-là. Jean Ferrat y fera également référence dans ce titre : Mon amour sauvage, en 1991.


 Youssou N'Dour sera le premier artiste d'Afrique francophone à se mobiliser au Sénégal et à écrire un album entier intitulé Nelson Mandela.

 

Suivront Carlos Santana et son instrumental Mandela, Salif Keïta, Whitney Houston qui lui dédie He I Believe, un chant gospel, puis Tracy Chapman qui chante Freedom Now.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Mon amour sauvage
Mon amour sauvage
Ne va pas t'apprivoiser
Toi qui ne connais pas de cage
Et rugis en liberté

Face au lancinant message
Que Mandela dans sa cage
Lance d'Afrique du Sud
Ose à la face du monde
Quand souffle la bête immonde
Affirmer ta négritude



Ris de ces nouveaux rois mages
Qui n'ont messie ni message
Autre que des cours boursiers
Que nulle ambition ne mène
Pour notre aventure humaine
Qu'un rêve de boutiquier



Par ces temps de Moyen Age
Où les religions font rage
Sous le joug des hezbollahs
Clame haut ton athéisme
Et champion de l'humanisme
La venue de l'homme roi



Par ces temps d'anniversaire
Où sur nos faibles lumières
Retombe l'obscurité
Garde ton âme utopique
Reste sombre et magnifique
Indomptable et révolté



Ouvre grandes les fenêtres
Sur un autre monde à naître
Qu'il faudra bien inventer
Pour qu'ensemble se fiancent
Dans une même espérance
Socialisme et liberté

Mon amour sauvage
Mon amour sauvage
Ne va pas t'apprivoiser
Mon amour sauvage
Mon amour sauvage
Pour toute l'humanité

FERRAT

 

 

 

   

26/06/2013

MERCI MANDELA

 

Nelson MANDELA va "rentrer à la maison" titrent plusieurs journaux sud-africains.

"RENTRER A LA MAISON", c'est ce qu'on dit dans la culture zouloue quand quelqu'un de très âgé va décéder.

 

RENTRER A LA MAISON, c'est aussi passer le témoin sur ce "long chemin vers la liberté" à laquelle il a consacré sa vie. MANDELA a sapé les fondements même de l'apartheid, au nom de ce qui allait devenir son programme en tant que premier président élu par l'ensemble de la population du pays :

 "Du travail, la paix et la liberté pour tous"

Ce combat lui a valu 27 ans dans les geôles du régime raciste sud-africain.

"Elle était ma mission : libérer à la fois l'opprimé et l'oppresseur", dira-t-il, avant d'ajouter :

"La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de commencer ..."

 Dans l'HUMANITE DIMANCHE du 13 Juin...

HOMMAGE A MANDELA

 

Dans l'HD, le combat de Nelson Mandela toujours d'actualité

 

A l'heure où l'ancien président sud-africain lutte toujours contre une pneumonie et "réagit bien au traitement", selon son successeur Jacob Zuma, l'Humanité dimanche rappelle la portée toujours actuelle du combat de Nelson Mandela contre l'apartheid.

A lire dans notre édition:

  • "Celui qui crée des problèmes" "Rolihlahla, en xhosa, la langue de l'ethnie sud-africaine d'origine de Mandela. Nelson, il le doit à l'institutrice de son village de Qunu, qjui lui a donné ce prénom anglais, pratique courante alors pour complaire aux maîtres blancs.

 

  • A eux, effectivement, il allait poser problème...

 

 

  • retour sur les décennies de lutte de Nelson Mandela

 

 

  • Le 11 février 1990, après 27 ans, il est enfin libéré du bagne.

  •  

  • Un poing levé et l'autre serrant la main de son épouse Winnie, devant les caméras du monde entier,

  • MANDELA affiche toute la dignité et la force d'un homme que le régime de l'apartheid n'a pas réussi à briser.

  • Le jour même, depuis le balcon de l'hôtel de ville du Cap, il lance :

  • "AMANDLA !" (le pouvoir) "Ngawethu !" (au peuple)

  • répond la foule.

  • Mais pour l'heure, les Noirs sud-africains n'ont toujours pas le droit de vote.

  • Une libération fêtée par le monde entier par tous ceux qui se sont mobilisés depuis des années parce que c'est la première grande victoire contre ce régime honni, soutenu presque jusqu'au bout par les "démocraties occidentales".

  • Nelson Mandela Picture 49

  •  

  • Lui dont on ne connaissait que quelques photos réalisées dans les années 1950, alors qu'il n'avait que la quarantaine, stupéfait le monde entier, ému, avec sa chevelure grisonnante. Mais avec le recul, ce qui a sans doute le plus surpris lorsqu'on l'a vu avec, à ses côtés, celle ui était encore son épouse, Winnie, c'est la dignité de cet homme que le pouvoir blanc ne voulait pas seulement faire plier, mais voulait briser.

  • Il n'y parviendra pas.

  •  img141.jpg

  • Ce poing levé lors d'un meetying au stade de Wembley, à Londres, en avril 1990, soit deux mois après sa sortie de prison, n'a rien de vengeur. Au contraire, Mandela mettra tout en oeuvre pour apaiser les tensions entre Blancs et Noirs.

  •  

  • D'abord en acceptant de partager le Nobel de la paix, en 1993, avec De Klerk, dernier président du régime raciste.

  • img142.jpg

  •  

  • Puis, une fois élu, Mandela instaure une Commission de la véité et de la réconciliation, présidée par Desmond Tutu, pour répertorier les crimes commis sous l'apartheid par le régime, mais aussi par l'ANC. 

  • *

"Je n'avais pas plus de vertu ni d'abnégation qu'un autre"

disait modestement celui qui allait mettre à bas le système raciste.

"Mais j'ai découvert que la liberté est indivisible :

 les chaînes que portait un de mes compatriotes, tous les portaient, les chaînes que tous portaient, je les portais"

Il était une fois le combat de Nelson Rolihlahla MANDELA

*

Nelson Mandela entouré de quelques-uns des 92 enfants venus de son village natal de Mvezo.

 

 

En 1955, au moment de l'adoption de la Charte de la liberté, véritable boussole de l'ANC, qui affirme que

"L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y vivent, Noirs et Blancs",

la notion de non-racial est déjà centrale.

MANDELA ne tarde pas à imposer la lutte armée comme moyen de mettre à bas l'apartheid. "Nous avons toujours cru à la non-violence comme tactique et non comme stragégie".

Quand les conditions nous dictaient d'utiliser la non-violence, c'est ce que nous faisions ; et quand elles nous dictaient de renoncer à la non-violence, nous nous y pliions".

(...) Les pays occidentaux ont choisi leur camp : celui de l'apartheid. Pour l'anecdote, ce n'est qu'en juillet 2008 -oui, vous avez bien lu ! - que les Etats-Unis retireront MANDELA et l'ANC de leur liste noire du terrorisme.

 

*

 

 

(...) En avril 1964, devant ses juges qui le condamneront à la perpétuité,

MANDELA déclare :

"J'ai combattu la domination blanche, j'ai combattu la domination noire. J'ai chéri l'idée d'une société libre et démocratique dans laquelles tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et atteindre.

Mais s'il en était besoin, c'est l'idéal pour lequel je suis prêt à mourir".

Il devient le prisonnier matricule 466/64

 

***

Lorsque Nelson MANDELA vote pour la première fois de sa vie, il a 75 ans.

C'est en avril 1994, à l'issue d'une campagne électorale épuisante dont on se demande comment un homme de son âge a pu le supporter. Cerainement grâce à cet enthousiasme qu'il avait chevillé au corps et qui lui faisait dire pendnt le meetings électoraux : "Je voudrais tous vous mettre dans ma poche. J'ai 75 ans, et avec vous j'ai l'impression d'en avoir 16. Vous êtes ceux qui m'inspirez à chaque jour de ma vie".

Elu président, il se met tout entier au service de cette cause :

bâtir une nouvelle nation, une nation débarrassée de l'apartheid où le mot "race" n'a plus aucune signification.

En ce sens, la création de la Commission vérité et réconciliation (TRC) a permis d'ouvrir un chemin original, "entre amnistie et amnésie" parce que, comme le répétait MANDELA, "nous pouvons pardonner mais nous ne pouvons pas oublier".

File:Nelson Mandela-2008 (edit).jpg 

 

Dès le début de sa présidence, MADIBA ou TATA, comme les Sud-Af'ricains vont de plus en plus l'appeler affectueusement, va se consacrer à l'avenir du pays. A la tête d'un gouvernement d'union nationale, il tente de tenir le cap, malgré des relations conflictuelles avec l'un de ses vice-présidents, Frederik De Klerk, dernier président de l'apartheid... et quelques tensions avec le chef soulou, ministre de l'Intérieur, Mangosuthy Buthelezi.

En 1996, au lendemain de l'adoption d'une nouvelle Constitution par le Parlement, la coalition éclate. De Klerk démissionne. Thabo Mbeki, l'autre vice-président, est de plus en plus sur le devant de la scène.

MANDELA S'EFFACE PEU A PEU.

En 1997, il cède la président de l'ANC.

En 1999, comme il l'avait annoncé, il ne brigue pas un nouveau mandat et se retire.

UN EXEMPLE POUR LE CONTINENT AFRICAIN

 

Nelson Mandela a été une nouvelle fois hospitalisé samedi.
A un concert à LONDRES pour ses 90 ans

*

Ces dernières années, il a beaucoup oeuvré pour renforcer la lutte contre le sida et s'est consacré au Fonds pour l'enfance avec sa dernière épouse Graça Machel.

Nelson Mandela est "très malade, mais pas en danger"

 

 

Affaibli, il n'est plus apparu publiquement depuis la Coupe du monde de football qui s'est tenue en Afrique du Sud en 2010.

img140.jpg

En 1995, lors de la Coupe du monde de rugby en Afrique du Sud, le nouveau président, portant un maillot des Springboks, tend la coupe au capitaine blanc de l'équipe, François Pienaar : une image qui sera la symbole de la politique de réconciliation que mènera MADIBA durant son mandat. 

****

*

 

L'archevèque Desmond Tutu aime à dire :

"Nous avions les terres. Les Afrikaners sont arrivés avec la Bible et nous ont dit : "Fermons les yeux et prions". Lorsque nous les avons rouverts, ils avaient pris nos terres et nous avaient laissé la Bible".

Par son attitude et son abnégation au service de son peuple et de son organisation, Mandela leur a rendu ces terres et a réunifié le pays... (...)

 

Rattrapé par la tuberculose, qu'il avait contractée en prison, il a multiplié les séjours à l'hôpital.

Nelson Rolihlahla Madiba MANDELA est désormais sur le point de s'en aller. Il va rentrer à la maison.

Il ne laisse pas un peuple orphelin mais un peuple qui le remercie de tout ce qu'il a fait et qui lui sait gré d'avoir permis son émancipation. 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique