logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/11/2016

CHRONIQUES GRAPHIQUES

Mon amie Ida m'a adressé ce livre écrit par Philippe APELOIG, ce fils dont elle est tant fière ! Je la comprends.

Chroniques.jpg

Ce livre, je l'ai "dévoré" et je vais en demander un autre pour offrir à Thomas, mon petit-fils qui se définit ainsi :

Thomas CRECQ

"Je suis un jeune graphiste de 24 ans. Passionné par la culture, l'histoire et de nature curieuse, j'aime diversifier mes objectifs et travailler dans différents domaines."

Je suis allée piocher sur Internet et je l'ai trouvé avec son curriculum-vitae

Actuellement : Enseignant en Graphisme et Animation // Intervenant en suivi de projet // 

 

  • Graphiste

    Analyse de brief, proposition de solutions, réalisation de solutions

  • Assistant directeur artistique

    Gestion de brief, analyse de la demande, propositions de solutions, réalisations de solutions

  • Directeur Artistique junior

    Analyse de Brief, propositions de solutions, réalisation de solutions

  • e-artsup, école de création numérique

    Design graphique, Arrêt des études pour se lancer à mon compte
  • Les causes qui importent à Thomas :

    • Arts et culture
    • Droits de l’homme
    • Enfants
    • Formation
    • Politique
    • Sciences et technologie

 Thomas CRECQ

Thomas, grâce au livre de Philippe APELOIG, j'ai bien compris ton travail, ta passion. Je ne me contenterai plus de regarder vite fait l'affiche en disant : c'est bien ! je décortiquerai les lettres, le texte, l'image, les couleurs, etc... je saurai le travail de la pensée qui a guidé la main experte.

***

Chroniques.jpg

Philippe a été formé à Paris à l'Ecole supérieure des arts appliqués Duperré et à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs. C'est aux Pays-Bas, à l'agence Total Design de Wim Crouwel, que Philippe Apeloig découvre le graphisme, la typographie, et qu'il décide d'en faire son métier.

J'ai dévoré son livre. Clair, limpide, l'écriture coule comme l'eau à la fontaine. "Chroniques graphiques", un titre qui peut paraître rébarbatif pour les non-initiés ; c'est tout le contraire, l'humanisme, la vie familiale et professionnelle de Philippe à travers ses anecdotes, ses rencontres, incite à la curiosité, nous fait tourner les pages pour en savoir plus. Les chapîtres défilent :

1. S'afficher

"Quand je crée une affiche, j'hésite tout le temps. Je vais vers l'inconnu. Rien n'est paisible. Je suis en guerre avec moi-même. Je voudrais rendre explicite le labyrinthe de mes recherches. Si je n'y parviens pas, je me console en éprouvant la poésie indissociable de la construction graphique que je façonne.

Je crains de ne pas être en adéquation  avec ce que j'espère faire. Il y a des affiches que je n'aime pas, dont j'ai honte.

Comme si cette création, précisément me faisait revivre d'épouvantables humiliations autrefois ressenties. Je me souviens des examens d'école où il fallait faire ses preuves.

Cette typographie sera-t-elle magnifique ? Ce geste sera-t-il assez audacieux ? ...

2. Jacques London imprimeur

"La première fois que je suis allée à l'imprimerie London, au 13,rue de la Grange-Batelière, c'était en automne 1985. L'adresse de cet imprimeur circulait dans les carnets d'adresses des conservateurs du musée d'Orsay, où je venais d'être recruté comme graphiste"...."Logée au coeur de Paris, l'imprimerie Jacques London bénéficiait d'une réputation sans équivalent. Qui arrivait au 13, rue de la Grange Batelière savait qu'il était entre d'excellentes mains. Leur expertise attirait les meilleurs typographes et graphistes du moment, à commencer par les suisses ..."

"Je pousse la porte d'entrée. Je pénètre dans un petit sas en verre, coupe vent. Le décor semblait avoir été conçu dans les années soixante-dix, à un moment où l'imprimerie s'était refaite une santé, boostée par le succès des publications pour les institutions culturelles"...."Dans le hall de réception, bien chauffé, une dame trône, en hôtesse d'accueil ... "C'est vous le graphiste du Musée d'Orsay ? Que vous êtes jeune, on vous croirait encore à l'école !"...

Derrière le mur où est accrochée l'oeuvre de Jouffroy, une porte s'ouvre et apparaît un homme de petite taille, qui a l'air à la fois fragile et plein d'énergie. Dandy, Monsieur London soigne sa tenue ...d'une main ferme il me salue et m'entraîne dans son bureau ...avant de regarder mon projet, il se montra curieux de connaître ma formation, et comment j'étais arrivé au Musée d'Orsay.

Encore inscrit à l'Ecole des arts décoratifs, boursier, je cherchais du travail. J'avais un formidable appétit d'apprendre. Je vendais des illustrations à foison dans la presse, mais je me préoccupais sérieusement de mon avenir. .. Le musée d'Orsay, alors en construction, recrutait un graphiste avec deux années d'expérience. J'avais tenté ma chance et envoyé une lettre de motivation accompagnée de mon CV. En attendant une hypothétique réponse, dès le mois de juin, j'étais reparti à Amsterdam en stage chez Total Design."...

"... Il ouvrit la porte de son bureau. Sa forte poignée m'écrasa les phalanges. Il me confia à son épouse. Revenez vite, vous êtes ici chez vous, dit Madame Perreau. Quand je fus dans la cour, je sus que quelque chose en sourdine m'avait perturbé l'ouïe. Subrepticement j'avais remarqué que le léger accent de Monsieur London ressemblait à celui de mes grands-parents. A la sortie de l'immeuble, pensif, je traînais les pieds.

Je revins plusieurs fois à l'imprimerie...

"Une fois, pris d'audace, je lui posai la question : venait-il d'Europe centrale ? Je suis né en Russie, enfin l'Ukraine aujourd'hui, près de Kiev et j'ai grandi en Pologne. Il remonta la manche de sa veste et de sa chemise, mettant son bras à nu, il me montra le numéro tatoué sur sa peau. 23184. J'étais désemparé. Monsieur London avait été déporté par le convoi n° 75 le 30 mai 1944"...

"Maintenant j'allais à l'imprimerie non plus seulement pour suivre les projets du musée d'Orsay mais mû par la curiosité d'en savoir plus. Deux univers s'entrechoquaient et allaient façonner mon devenir.

L'histoire de mes grands-parents, de mes ancêtres en Pologne, croisait le monde professionnel où je commençais à évoluer.

Que restait-il de leurs vies, et que ferai-je de la mienne ?"

3. Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ? Où allons-nous ?

"Quand j'ai commencé mes études d'art, voilà plus de trois décennies, à une époque où l'outil informatique n'existait pas, je me suis inscrit dans une classe intitulée "expression visuelle", sans savoir de quoi il s'agissait. J'avais choisi cette section, trouvant que le mot "expression" offrait des perspectives semblables à l'expression picturale ou corporelle, en somme à une discipline empreinte d'improvisations et de liberté".

"Pourtant, à l'Ecole des arts appliqués, surnommée les Zarza (Arts-A), je m'entraînais à la calligraphie avec précision. Je veillais à conserver l'inclinaison régulière de ma plume métallique biseautée, tout en modulant mon écriture. J'obtenais des lignes droites ou en arabesques plus ou moins grasses, des pleines et des déliés harmonieux. Nous devions remplir des pages en Rustica, en Onciale, en Caroline, en Gothique ou en Anglaise. Ces exercices devaient nous guider vers la découverte des origines de la typographie..."

..."Nous apprenions également une technicité comme par exemple l'importance d'un gris typographique homogène, c'est-à-dire sans lézardes et sans rivières. Le réglage des approches entre les lettres, mais aussi l'interlignage, se devaient d'être exempts de blancs arbitraires ou de zones plus foncées... Il convenait aussi de veiller aux espaces avant et après les ponctuations, et bien sûr aux coquilles en tous genres.

A cet égard, il était indispensable de préparer rigoureusement la copie, le manuscrit dactylographié remis par l'auteur : indiquer le choix des polices de caractère, leur corps, les mots en italiques, les alinéas, etc. Il fallait guider l'opérateur de l'atelier de photocomposition de sorte qu'il ajuste les textes en pavés justifiés, centrés, alignés au fer à gauche, ou éventuellement au fer à droite.

Le but à atteindre étant que les yeux du lecteur glissent confortablement.

Mais quel lecteur reconnaissant songerait à un tel travail de fourmi, si technique, minutieux et fastidieux ?"...

4. Un stagiaire

5. Avalanche

6. Histoires d'engagement

7. D.A.  "la médiocrité m'agace, il nous faut un nouveau D.A."  -Directeur Artistique-

8. Le logo

9. C'est pas par là, c'est par ici !

10. Générique

***

Comme dactylographe il y a des sujets qui  me parlent

on aime taper avec telles ou telles lettres

sans songer que si elles existent c'est parce qu'elles ont été pensées, dessinées, créées

Dorénavant j'y songerai

J'ai tapé le texte en Trebuchet MS, Webdings, Comic sans MS

**

Quelques extraits à venir des autres chapîtres

"Philippe, mes yeux ont "glissé confortablement"

en lisant ton livre"

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

04/12/2013

TYPORAMA AU MUSEE DES ARTS DECORATIFS

Mon amie Ida m'avait adressé une invitation à l'inauguration de l'exposition de son fils Philippe... Retenue par ailleurs je n'ai pu m'y rendre... Peut-être d'ici le 30 mars, sait-on jamais !

En attendant, vous les amis, les visiteurs n'hésitez pas à franchir la porte du Musée des Arts Décoratifs si le sujet vous intéresse.

***

*

L'exposition "Typorama" présentée au Musée des Arts Décoratifs a pour but de présenter le travail de l'artiste et graphiste français : Philippe Apeloig.

 

Capture Philippe APELOIG.PNG

L'exposition vous permet de découvrir le travail de cet artiste du design graphique qui a effectué des études d'arts à Paris et à Amsterdam avant d'intégrer un studio spécialisé dans le design, sous la direction de Wim Crouwel.

L'exposition présente ainsi le travail de Philippe Apeloig en insistant sur le processus de création préalable à toute acte de réalisation en développant les différentes inspirations du graphiste.

 

Vous pourrez ainsi voir des affiches, des livres, des animations et des logotypes réalisés par l'artiste, dont celui des Musées de France ou du Petit Palais, à l'occasion de l'exposition "Typorama - Philippe Apeloig" organisée par le Musée des Arts Décoratifs. Venez donc découvrir les influences et les étapes de création grâce à l'exposition "Typorama".


Il s'agit enfin de la première rétrospective de cette envergure jamais organisée

puisque l'exposition présente près de 30 ans

de la carrière internationale de l'artiste Philippe Apeloig.

 

PHILIPPE_APELOIG_CARLOS_FREIRE_2013_2

 

 

Expositions / Peinture / Illustration / Art / Culture

Partager cet article : Imprimer

© Les Arts Décoratifs

 

Typorama, Philippe Apeloig - Que Faire à Paris?

quefaire.paris.fr › Expositions

L’exposition Typorama présentera trente ans de création du graphiste français Philippe Apeloig.

C’est probablement sa passion pour la littérature et les arts du spectacle qui l’ont amené à s’intéresser au design graphique. Il découvre cette forme d’expression lors de ses études d’art à Paris et surtout à Amsterdam au début des années 80 lorsqu’il intègre le studio Total design dirigé par Wim Crouwel. Sa carrière démarre en 1985 au musée d’Orsay pour lequel il participe à l’ouverture et signe l’affiche de la première exposition « Chicago naissance d’une métropole ».

Désireux d’insuffler à la typographie une dimension conceptuelle et émotionnelle, Philippe Apeloig fait de la lettre un objet artistique et pictural dans un domaine souvent considéré comme technique et fonctionnel. Pour lui, la typographie devient chorégraphique pour le festival Octobre en Normandie, musicale pour le théâtre du Châtelet, et paysage pour l’affiche des Voies navigables de France. On lui doit de nombreux logotypes comme celui des Musées de France, ou tout récemment celui du Petit Palais à Paris et celui de la Maison Puiforcat.

Pour cette exposition, Philippe Apeloig a voulu mettre en lumière le processus de création graphique. Ses affiches, logotypes, identités visuelles, livres et animations seront présentés accompagnés des étapes de recherches à l’élaboration des projets, et les influences majeures qui nourrissent son travail.

**

*
Le jeudi 12 décembre, à 18h30,
Philippe donnera une conférence au musée.
Dans le Salon des Boiseries, au 111 rue de Rivoli, .
Réservations par email : conference@lesartsdecoratifs.fr

**

*

Thomas, cette info est pour toi

J'ai réussi à te dénicher



29/04/2011

SALUT L'ARTISTE ! bon anniversaire à THOMAS

les pieds en l'air ... C'est Toto
la tête bien faite, même à l'envers !
thomas facebook1.jpg

Il est retourné à ses premières amours mon THOMAS qui a 20 ans aujourd'hui

Après un BAC S, une année de Langues en FAC

le voilà revenu vers les ARTS et il s'applique... même s'il n'est pas souvent satisfait

Moi si !

*


Auto-portrait

en s'amusant les années passées, ça donnait ça

thomas facebook.jpg


*

Aujourd'hui ça donne ça !

168464_1724562506775_1019759515_1962556_213592_n.jpg

ça l'affiche bien non ?

**

Je te souhaite de réussir mon THOMAS

Quand on est motivé, ça devrait le faire même s'il y a encore beaucoup à faire !

je n'ai pas vu ton carton à dessins, mais j'ai réussi à te piquer une photo sur facebook

***

 

Pictures30.jpg
***
*
Je profite de cette note en hommage à l'Art et aux artistes design
pour faire une bise à mon amie Ida

dont le fils Philippe est un designer célèbre

et dont je viens de découvrir sur le Net les multiples facettes de son talent

**

si je vous dis que cette affiche ne m'était pas inconnue

serez-vous étonnés ?

Je n'en connaissais pas l'auteur.. Maintenant c'est fait ...

 

Capture APELOIG POSTER.JPG

Philippe APELOIG

*

*

Je relis l'extrait du discours prononcé par Ida lors de sa remise de la Légion d'Honneur

à laquelle je me suis rendue récemment à PARIS

dans la longue liste des remerciements

elle adressait

"Amour et tendresse à Evelyne et Philippe, nos enfants"

"Combien je l'aime" disait-elle en parlant de sa fille

"Même chose pour notre fils Philippe, graphiste-designer.

Lui aussi il a le mérite de son métier.

Nous n'avions pas les moyens financiers pour le mettre dans une école privée, nous avons soutenu son désir de réussite par notre amour et nos encouragements. Il a gagné en travaillant beaucoup et en étant le premier.

Quand il est entré au Musée d'Orsay, il a fait voir à sa grand-mère, un catalogue d'oeuvres de peintures. Elle a dit : "comme Philippe dessine bien !".

Et son grand-père, mon père, me dit : "qu'est-ce que c'est le métier à Philippe ? Avec des affiches, on gagne de l'argent !?"

"Yéda, est-ce que Philippe a un atelier ?

- Bien sûr Papa

"Ah bon ! est-ce qu'il a des machines ?

-Bien sûr Papa

Je n'ai pas menti, Philippe avait déjà son studio de travail et une installation informatique.

Mes parents n'ont jamais rien compris au métier de leur petit-fils. Mais eux aussi ils auraient été fiers, comme nous, d'entendre qu'on l'appelle "Maître".

Combien je l'aime.

Une anecdote. A l'occasion d'une exposition de Philippe, il y avait Ruth Goldman, elle me dit : "Ida, si on te demande comme à moi, comment tu as fait pour avoir un fils pareil, tu répondras, j'ai couché avec son père !"

****

...

Cette distinction qui m'honore aujourd'hui, rejaillit sur nous tous.

Le bonheur semble fait pour être partagé.

Quant à moi, je continue ...

Hier j'étais Ida, aujourd'hui je suis Ida et demain je resterai Ida"

****

BISOUS A TOI IDA


***********************

 

*

*

Un extrait du discours de Philippe à sa maman (petite juive cachée pendant la guerre à Châteaumeillant)

"Tu te décris comme une femme simple qui n'a pas eu la chance de faire des études. Tu luttes au quotidien contre tous les dysfonctionnements et tu t'es vraiment battue seule pour parvenir à cette reconnaissance au plus haut niveau. L'honneur qu'on te rend aujourd'hui est une injection de justice dans le flux désordonné de la mémoire.

On m'a raconté bien des fois et par le détail ce qui s'était passé à Châteaumeillant. Donc, je savais. Mais il a fallu beaucoup de temps pour me glisser moi aussi dans cette histoire.

Maman, je t''écoute me la raconter et chaque fois, j'y entends le triomphe de la vie, cette flamme qui vous anime, toi et Papa.

Vous vous êtes construits ainsi : sans faire partie "de la cour des grands", sans être courtisans, ni valets, ni autodidactes, refusant les consensus, en justes militants de l'équité, animés par l'esprit critique, le goût de la persévérance et celui de l'effort.

Vous incarnez cette éthique, faite du respect de soi, de l'amour du travail bien fait et du refus de l'à-peu-près. Vos gestes et actions dévoilent une finesse d'esprit, une générosité, une soif permanente de connaissance.

Tout cela fait de vous des encyclopédies vivantes, et toutes les valeurs-refuge, toutes ces vraies valeurs, et plus encore, que vous nous avez transmises, nous ont permis de nous épanouir dans le monde de l'Education pour Evelyne, et pour moi dans celui de l'art".

....

*

A présent, je comprends votre engagement, et je vois comment il a su se loger en moi. Il fait partie de mes racines. Il me concerne à mn tour : alors merci pour m'avoir permis de conquérir cette maturité.

Devant ce miroir, si je ferme un instant les yeux, j'imagine mon grand-père me prendre par la main et m'emmener dans son jardin ouvrier de Neuilly-sur-Marne, me gaver de framboises, de groseilles et de fraises, lui, qui soucieux de ne plus jamais souffrir de la faim, avait appris à travailler la terre depuis son plus jeune âge.

Je m'abandonne à la rêverie, célébrant son courage, et j'aime croire qu'il pourrait être là pour l'accompagner encore à Châteaumeillant"

...

*

SALUT L'ARTISTE ET BRAVO


***


  1. Apeloig

    Philippe Apeloig est né à Paris en 1962. Il étudie à l'École Supérieure des ...
    www.apeloig.com/studio.php?cle...Apeloig - En cache - Pages similaires
  2. Apeloig

    Philippe Apeloig, graphic designer, Apeloig Design, Paris. ...
    www.apeloig.com/posters.php?cle=Abf - En cache - Pages similaires

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique